un enjeu majeur pour les PME et ETI françaises ◄ Assurance maladie : Comment ça marche ?

A qui se destinée la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si certaines personnes profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres peuvent choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ou bien familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ou moins étendues relativement à vos désirs votre budget : Avenir Mutuelle vous présente justement un choix de complémentaires destiné à répondre à l’ensembles des attentes, à ceux des seniors à la retraite tel que à ceux des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une bonne mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la meilleure des mutuelles pour particulier, encore faut-il savoir ce qui caractérise une “bonne” assurance santé. Son prix bien entendu ressembler à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos attentes en termes de santé : si vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il est primordial de désigner une sûreté capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, dans l’hypothèse ou vos dépense de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une confiance aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La bonne mutuelle pour particulier est ainsi celles qui vous couvre le mieux selon rapport à vos attentes (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé au meilleur taux.

La troisième édition du baromètre QBE et l'avis “ Gestion des risques des PME et ETI en 2019 '' ont récemment été publiés, et ses conclusions sont en ligne avec de nombreuses idées émises par les spécialistes de l'industrie ces derniers mois. La gestion des risques est l'un des plus grands défis pour les entreprises françaises, mais son contrôle laisse encore beaucoup à désirer.


  • En bref: troisième baromètre QBE: la gestion des risques pour les entreprises françaises
  • La gestion des risques est un enjeu majeur pour les PME et ETI françaises;
  • Cependant, selon l'étude, la gestion des risques est encore mal contrôlée;
  • Les deux catégories les plus fréquemment identifiées et redoutées par les PME et les entreprises de taille intermédiaire sont les risques humains et de marché;
  • Le cyber-risque augmente fortement par rapport aux données de l'an dernier;
  • Aux yeux des entreprises concernées, l'assureur joue un rôle clé dans l'accompagnement des entreprises en matière de prévention.

Gestion des risques: les entreprises françaises réagissent-elles lentement?

Les entreprises ont fait l'objet de nombreuses enquêtes dans le cadre de l'assurance ces derniers mois. La dernière étude a été publiée par la compagnie d'assurance QBE (spécialisée dans les affaires et l'assurance spécialisée) et réalisée par Opinion Way. Il s'intéresse à la gestion des risques des petites et moyennes entreprises – ou PME – et moyennes entreprises – ou ETI.

Selon l'étude, malgré les différences entre les grandes et les petites entreprises, " la culture des PME et ETI françaises s'installe progressivement une véritable culture du risque. Pour étudier cette découverte, l'enquête a couvert environ 300 entreprises employant entre 50 et 249 personnes. Cela s'applique à tous les secteurs. Sa conclusion est définitive: Malgré une certaine prise de conscience, les PME et ETI françaises ont encore du mal à gérer les risques. Parmi les menaces identifiées, on considère que le cyber-risque est en augmentation alors qu'il reste le plus préoccupé par les risques humains et de marché. "

En particulier, l’étude OpinionWay / QBE est basée sur la question de la gestion des risques, qui apparaît comme " un vrai problème stratégique Pour les entreprises françaises. en fait 65% des répondants pensent que la gestion des risques est un problème grave ou important pour leur entrepriseEt la grande majorité d'entre eux, 86%, affirment que leur niveau d'exposition est en hausse ou stable par rapport à 2016.

Selon Renaud de Pressigny, PDG de QBE France, " l'étude confirme que la culture du risque est toujours en place dans les PME et ETI françaises. La marge d'amélioration reste importante, car la grande majorité d'entre eux est consciente qu'ils ne maîtrisent pas pleinement leur risque. Nous pensons que les assureurs et les courtiers devraient contribuer davantage au développement de la gestion des risques dans les PME et les ETI. "

Des entreprises françaises sensibles?L'une des réponses constructives de la recherche est révélatrice. En fait, 20% des répondants estiment que le niveau de risque pour leur entreprise est plus élevé que l'année précédente. La progression des risques est répandue: risque humain, risque de marché, risque réglementaire, etc.

Cybersécurité et assurance: un défi majeur et croissant

La gestion des risques est considérée comme l'un des principaux facteurs de compétitivité, 40%, au même niveau que l'innovation et la recherche et développement – ou la recherche et développement. Ils sont donc positionnés longtemps après la stratégie de trading, à 71%, et le positionnement prix à 42%.

Nous constatons que la prise de conscience générale va de pair avec la croissance et l'évolution de la menace pour les entreprises. Cependant, cela ne signifie pas que la mise en œuvre de solutions spécifiques soit rapide, comme le souligne l'étude des dirigeants de PME et des moyennes entreprises. Réalisation du réel " politique de gestion des risques »Cela semble compliqué, car 69% des personnes interrogées déclarent ne contrôler que partiellement le risque, voire pas du tout. Pourquoi est-ce si difficile?

  • 56% des répondants disent qu'ils manquent de temps et de ressources;
  • 36% des répondants ont mentionné les coûts de mise en œuvre des solutions et des améliorations;
  • 35% des répondants justifient la difficulté de refléter les changements dans l'organisation.
Gestion des risques: problème d'assurance.

Une chose est sûre pour tous les observateurs des tendances du marché: la question des cybermenaces devient de plus en plus importanteL'étude OpinionWay / QBE mentionne donc la prolifération des cyberattaques ces dernières années et l'émergence d'une prise de conscience des PME et des ETI. Pour 43% des répondants, ce risque a augmenté au cours des douze derniers mois. Cependant, seulement 37% envisagent la possibilité d'une cyberattaque et 81% pensent qu'ils feront face à une cyberattaque. Certitude, difficile à justifier lorsque nous collectons ces dernières années diverses données d'experts sur ce sujet.

La relation entre la gestion des risques et l'assurance est claire, surtout lorsque nous parlons de cyberincidents. Le rôle clé des assureurs est systématiquement mis en avant. Il ne manque pas d'opinionWay / QBE 62% des entreprises pensent que les assureurs et les courtiers sont les interlocuteurs privilégiés dans la gestion des risques, Parmi les attentes des entreprises:

  • 75% souhaitent qu'ils effectuent l'analyse des risques la plus probable;
  • 67% souhaitent utiliser le support pour mettre en place une politique de gestion des risques efficace.

Début 2020, Allianz a publié un baromètre des risques, affirmant que les cyberincidents et le réchauffement climatique sont deux défis majeurs auxquels les entreprises seront confrontées pour la prochaine décennie. Selon le document, le cyber-risque évolue constamment; deviennent une menace croissante pour les entreprises.

" (Les cyber-incidents) causent des dommages et des coûts aux entreprises, entraînant souvent des litiges et des litiges ", A déclaré Allianz, qui a lancé la cybersécurité pour les PME et les TPE en novembre 2019.

un enjeu majeur pour les PME et ETI françaises ◄ Assurance maladie : Comment ça marche ?
4.9 (98%) 32 votes