"Mort" du fonds euro en 8 questions ◄ Pourquoi prendre une assurance santé ?

En France, la garantie maladie complémentaire (AMC), et pourquoi pas complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en intervenant sous forme d’un complément de remboursement des soins. Cette espoir complémentaire est va pour ça obligatoire, d’assurance-groupe dans toutes les entreprises, ainsi qu’à branches d’activité, mettons facultative et souscrite volontairement par l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance et pourquoi pas d’une mutuelle. Il est alors l’élection entre plusieurs formules de garanties complémentaires correspondant à des services différentes pour des coût variables.

Dans le langage courant, les certains ou les média parlent de « mutuelle » pour désigner les prestataires offrant une complémentaire santé à leurs adhérents. Toutefois, il est un hyperbole de langage, le terme « mutuelle » étant judiciairement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car il est une société de personnes (versus société de capitaux), elle est à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

Le temps presse: devant un taux bas, gendarmes financiers et assureurs annoncent la fin du "roi de l'euro en euro". Des déclarations à prendre littéralement? Allons-nous enterrer le fonds en euros? Comment réagir à une nouvelle offre? Eléments de réponses en 8 questions.

1 – Le fonds euro est-il vraiment "mort"?

Non! Le mot choc a été prononcé par Jean-Laurent Granier, PDG de Generali, dans échos : "Le monde du fonds euro du roi est terminé! "Quelques jours plus tôt, Bernard Delas, vice-président de Constable Bank-Insurance (ACPR), avait conseillé aux épargnants" d'abandonner les produits en euros ". Sur cette base, un message adressé au grand public est le suivant: "le fonds en euros est terminé". Le tremblement de terre, car plus de 70% des paiements d'assurance vie sont toujours effectués à partir du fonds en euros, un support sûr et rentable (en moyenne 1,83% en 2018).

"Ces déclarations, nous les entendons chaque année! "

Mais ce n’est pas la première fois que le principal soutien de l’assurance vie est envoyé à la morgue: "Toutes ces déclarations, nous les entendons chaque année ou presque! Nous savons depuis longtemps que le monde des fonds à 100% en euros est terminé! – agace Antoine Delon, président du broker Linxea. Je n'aime pas semer la terreur. Un constat: le message est plus alarmant que ces dernières années. Et les positions sont plus radicales et tendues. Exemple: Gérard Beckerman, président de l'association Afer Saver, "ne partage en aucun cas la position de M. Granier", a déclaré à l'AFP qu'il avait "fait confiance à des fonds en euros".

2 – Pourquoi le discours des assureurs est-il si inquiétant?

En 2019, les taux du marché monétaire ont encore baissé … Cet été, les rendements des obligations d'État à dix ans (TEC10) sont passés sous zéro pour la première fois! "Parfois, il existe un écart très fort entre la perception française de leur épargne et la réalité des marchés financiers", souligne Valéry Jost, partenaire de Forsides. "En 2008, nous avons fait face à une crise grave et certaines personnes ont enregistré une baisse, bien que très faible, du rendement du fonds en euros … En 2019, nous avons affaire à un modèle révolutionnaire: les taux négatifs sont complètement nouveaux! Paradoxalement, conserver sa valeur implique une perte partielle. "

"Les taux d'intérêt négatifs sont complètement nouveaux! "

Bernard Le Bras, président du conseil d'administration de Suravenir, explique dans une interview à MoneyVox qu'il était obligé de revoir sa stratégie, basée en partie sur des fonds en euros rentables: "TEC10 est à -0,25% à la fin du mois de septembre, et c'est le nombre qui sera utilisé instantané de nos ratios de capital Solvabilité 2 (Normes européennes pour les assureurs, Ed.). Ces chiffres peuvent sembler abstraits, mais cela signifie que la richesse future est négative. Si je garantis le capital entrant dans le fonds en euros, je sais que la valeur de ce capital diminuera dans les années à venir, et je dois garantir le montant versé à l'investisseur … Dans ces circonstances, il n'est pas possible de créer un fonds en euros pour toujours, du moins pas comme aujourd'hui. . "

3 – Le fonds euro ne devrait-il pas être protégé contre les hauts et les bas de l'économie?

Les actifs financiers présents sur tous les fonds en euros continuent de rapporter de l'argent! Selon les faits et les chiffres, la productivité brute (et non celle utilisée par les épargnants) a atteint 2,82% l’an dernier. La même société estime les réserves (PPB) détenues par les assureurs à 3,83% supplémentaires. Presque trois fois plus qu'en 2012! En d'autres termes, les assureurs assurent leur dos …

"Certaines personnes n'ont pas peur que leurs clients fuient l'assurance-vie …"

Antoine Delon de Linxea condamne une communication trop alarmante: "Certains assureurs ne craignent pas que leurs clients fuient l'assurance-vie …" Leur objectif: éviter toute nouvelle entrée nette en euros dans le fonds car les "anciens" actifs financiers du fonds sont rentables et non nouveaux. C'est pour empêcher le fonds de croître. "Aujourd’hui, pour certains assureurs, il est plus risqué d’accueillir de nouveaux clients qui génèrent de lourdes pertes dans la richesse de la communauté que de manquer de nouveaux clients", déclare Arnaud Cohen, président de Forsides.

4 – Quels sont les risques pour les épargnants?

"Le principal risque est que la richesse accumulée des fonds en euros commence à diminuer et ne permette plus à l'industrie de se transformer", décode Arnaud Cohen. "C’est ce qui se produit lorsque les assureurs ne réagissent pas immédiatement. Le deuxième risque est une forte baisse de l'offre de monnaie en euros, alors que la transition peut être progressive. "

5 – Quelle nouvelle restriction pour les épargnants?

Les assureurs doivent limiter tous les paiements à leurs fonds en euros. Mesure principale: conditions d’accès restreint. Generali entend contraindre les épargnants à investir 60% des paiements en unités de compte (UC), supports plus risqués que les fonds en euros. Quand? "Le début de 2020 est réaliste", a déclaré Generali MoneyVox, confirmant qu'il avait l'intention de l'appliquer à tous les contrats.

Les limites de Generali: "Le début de 2020 est réaliste"

Crédit Agricole Assurances, leader du marché, sketch AGEFI restrictions d'accès plus ou moins sévères selon les profils des clients. par Marchés gagnants, Afer et Aviva acceptent désormais des contrats d’une valeur supérieure à 100 000 EUR uniquement si une économie de 30% est investie dans les communications unifiées. Ce type de condition peut être généralisé. Y compris le «premier euro» pour les petits paiements, comme prévu à court terme dans Suravenir.

6 – Pouvez-vous encore parier 100% sur le fonds en euros?

Théoriquement, les contrats dans lesquels vous pouvez investir 100% dans un fonds en euros sont encore nombreux, y compris dans l'assurance vie en ligne. Il est possible que les assureurs ne vous obligent pas toujours à effectuer un paiement direct à l’UC: cela dépend des conditions du contrat.

"Nous risquons de créer la panique"

En outre, les annonces se limitent à de simples déclarations de volonté à ce stade: "Le seul élément spécifique que nous avons reçu de nos 4 partenaires assureurs est que Generali a l'intention de réduire considérablement le salaire de ses employés en euros en 2019. Rien de plus", déclare Antoine Delon , Linxea. "Une communication a été menée pour repousser les clients du fonds dans l'euro. C'est l'inverse de ce qui était prévu: il risque davantage de semer la panique et d'attirer des paiements massifs en euros fin 2019, tout comme les ventes! "

Mais attention: les fonds en euros les plus disponibles sont rarement les plus rentables. Et si l’assureur est obligé d’accepter un versement d’un fonds à capital garanti, il peut proposer un taux d’intérêt peu élevé…

7 – La rémunération en euros du fonds diminuera-t-elle en 2019?

Le «plan Com» est lié: les assureurs annoncent une par une la forte baisse de leur rentabilité en 2019. L'histoire prépare les fantômes. Dans le baromètre annuel de sauvetage, Facts & Figures a déjà annoncé une diminution de "0,30 à 0,40 point", ce qui ramènerait la performance moyenne à près de 1,40%.

Vers une baisse de 0,30 à 0,40%?

Il n’existe cependant aucune raison de "paniquer" l'euro Javier Valost de Forsides: "Le secteur s'est organisé de manière à ce que la rémunération en euros du fonds reste positive pendant au moins plusieurs années. Mais les assureurs doivent réagir rapidement pour éviter un choc plus violent. "

8 – Quelles alternatives au fonds euro sont disponibles?

"Di-ver-si-fier", laissez-le s'abstenir aux acteurs du secteur, quels qu'ils soient. "Nous avons un système d’épargne sain: le fonds en euros est un produit extraordinaire, suffisamment rentable pour offrir un soutien sûr, mais il convient de l’utiliser avec parcimonie! "Explique Antoine Delon, président du courtier en ligne Linxea. "Nous expliquons déjà à nos clients que s'ils veulent profiter d'un bon fonds en euros, ne mettez pas 100% de leurs économies. Les fonds les plus disponibles ne sont pas les plus rentables. Quels UC investissent la partie impayée du fonds en euros? "Par exemple, vous pouvez conclure un contrat immobilier à 10%", explique le courtier, qui devrait ensuite ajouter une poignée d'UC en actions européennes, une autre en actions internationales, etc. En particulier, les assureurs s'efforceront de rendre leurs options de gestion plus attractives.

Voir les contrats sélectionnés dans lesquels un fonds de 100% en euros est (encore) possible

"Mort" du fonds euro en 8 questions ◄ Pourquoi prendre une assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes