GAFA est soutenu par un puissant lobby. Nous avons toujours des exigences minimales en France ® Assurance Santé

A qui se fortune la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si plusieurs personnes profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres peuvent choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ou familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ou moins étendues par rapport à vos objectifs votre revenu : Avenir Mutuelle vous présente justement un choix de complémentaires destiné à répondre à toutes les attentes, à celles des seniors à la retraite tel que à celle des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la meilleure des mutuelles pour particulier, encore faudrait-il savoir ce qui caractérise une “bonne” persuasion santé. Son réduction doit bien entendu coller à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos objectifs en termes de santé : dans l’hypothèse ou vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il sera primordial de choisir une sûreté capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, si vos débours de santé sont faibles (ce qui est souvent le cas chez les plus jeunes), une fermeté aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La véritable mutuelle pour particulier est ainsi celle qui vous couvre le mieux selon rapport à vos désirs (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé d’or meilleur taux.

Catherine Morin (sénateur Union Centriste) a participé à une conférence au Forum de la paix en Normandie sur le thème "Les chemins de la paix: erreur et succès 2019". Elle a parlé de la domination de Gaf, de celle des États-Unis et de la Chine et du manque d'Europe dans ce domaine.
Après la décision de la France d'imposer Gafa, Cathrine Morin a déclaré qu'une réponse fiscale ne suffisait pas.

Libé: Pourquoi le Palais de l'Elysée ouvre-t-il souvent ses portes à la tête de Facebook, Gafa ne payant pas d'impôts dans les pays où il gagne de l'argent?
Catherine Morin: En France, il y a une idée angélique, naïve, de penser qu'en fin de compte, ces grandes entreprises américaines sont inévitables et doivent être réconciliées avec elles. Nous avons toujours des exigences minimales. C'est François Hollande qui a négocié il y a quelques années un type de subvention de 60 millions d'euros pour les éditeurs de presse, ce qui n'est qu'un petit aumône par rapport au capital d'entreprises telles que Facebook ou Google. Il y a donc peu de satisfaction qui ne résout absolument rien sous la forme structurelle de ces plates-formes non européennes. Ils sapent les mesures de nos activités publiques et appliquent l'optimisation fiscale et même l'évasion fiscale, ce qui est totalement inacceptable. L'idée est bien ancrée qu'en fin de compte, nous ne pourrons pas imposer notre propre écosystème européen en Europe et que nous devons le faire. Mais nous sommes une sorte de complaisance naïve potentiellement dangereuse. En effet, je peux dire que le fait que Marc Zuckerberg soit le bienvenu à l'Elysée, où il semble promettre, par cœur, que cela ne se produira pas autrement que dans l'affaire Combridge Analytica (la Russie est intervenue à l'élection présidentielle américaine pour aider le candidat républicain, Donald Trump, accédez à la Maison Blanche), qui va se réguler, tout cela est un leurre, car nous savons que les plateformes créent des problèmes dominant la position de concurrence déloyale et d'évasion fiscale! Leur modèle économique structurel entraîne la propagation de fausses nouvelles et de faits permettant l’entrée de puissances étrangères. Nous devons donc être très stricts et faire ce que nos voisins allemands et britanniques ont fait: disons que Facebook est un gangster, que nous ne développons pas un tapis rouge, que nous avons des exigences et que nous ferons campagne pour une réglementation au niveau européen.

Pourquoi les Européens ne peuvent-ils pas s'unir pour faire face au pouvoir de Gaf?
Parce que des puissances non européennes ont exercé leurs activités dès le début et pendant longtemps, ont exercé des pressions considérables au niveau des pays européens. Le lobbying étranger soutient ces entreprises, exerce une influence, intimide et même menace dès le début dans divers gouvernements, hauts responsables: "Si vous ne me laissez pas m'installer dans votre pays et que vous n'êtes pas gentil, nous irons ailleurs et créerons des emplois ». Certains gouvernements sont préoccupés par cette situation.
C'est inacceptable, ils ont besoin d'un marché européen. c'est un marché durable de 500 millions de consommateurs. Ils font tout pour que nous ne votions pas sur ces lois européennes sur la vie privée, les lois générales sur la protection des données, le droit d'auteur et les lois sur la presse. Ils ont des éditeurs de presse distribués conformément à la bonne volonté de ces plateformes, avec des algorithmes qui permettent un affichage préférentiel de tel ou tel article. Les rédacteurs de presse et les journalistes ne bénéficieront pas de la valeur ajoutée de ce qui est publié sur Internet, mais d'une petite quantité d'aumône. Nous devons réglementer Internet et définir des exigences strictes. "Nous ne pouvons pas laisser le type de mafia agir comme bon lui semble", a déclaré mon collègue de la Chambre des communes britannique.
C’est une question de civilisation, de culture, de liberté de parole, de pluralisme de la presse. Maintenant, la presse est distribuée de manière numérique. Pourquoi la presse entière n'est-elle pas dans le kiosque numérique? D'une manière juste.

Si les Européens aujourd'hui ne peuvent pas trouver de solutions équitables avec les entreprises américaines, comment vont-ils le faire demain avec des entreprises d'autres pays tels que la Chine ou la Russie?
Nous sommes pris au piège entre deux systèmes: les Américains, qui nous ont permis de construire le capitalisme horloger, un système ultra-libéral et un système chinois autocratique, une dictature contrôlée par les nouvelles technologies. Entre eux se trouve ce que l'Europe représente avec ses valeurs de liberté, de loyauté, une Europe avec un modèle Internet, libre, respectueux, neutre, ouvert et régulier. Cela a été démontré dans le règlement sur la protection des données, qui nécessite des études supplémentaires.

Devrez-vous encourager une entreprise européenne qui incarne les valeurs que vous venez de mentionner?
Pour encourager le champion d'Europe, nous devons changer nos règles de compétition. Il s’agit d’un projet à planifier qui permettra de sélectionner le champion européen et de créer ainsi un modèle de croissance pour les nouvelles startups européennes. Nous avons également besoin d'une politique industrielle dans tous les domaines stratégiques liés aux transports, à la santé, et nous devons développer des systèmes cryptographiques pour les banques et les assurances, qui seront numérisés demain. Des outils qui nous aident à sauvegarder nos données. La cour est très grande et nous sommes en retard. Nécessite une stratégie globale, chaque pays fait sa propre chose.

Tout le monde travaille de son côté, est-ce le cas de plusieurs problèmes européens?
Celui-ci est plus stratégique. Nous avions des stratégies regrettables en Europe, nous n'avons jamais su investir dans les bons outils et créer. Nous disons seulement que cette startup a bien évolué, mais qu'elle a été achetée par l'américain Gafa. C’est regrettable, un recul de la souveraineté lorsque nous avons les meilleurs ingénieurs et les plus beaux créateurs du monde.
Nous produisons beaucoup de marchandises, nous les mettons toujours dans des camions américains qui circuleront dans les rues chinoises, ce sera l'Europe! Les pays européens seront des colonies du monde numérique, les équipementiers sont chinois, nos camions sont américains, mais dans le cas des moteurs de recherche, des hôtes et des produits, c'est nous. Les biens produits sont produits et le profit est moindre lorsqu'ils sont vendus.

GAFA est soutenu par un puissant lobby. Nous avons toujours des exigences minimales en France ® Assurance Santé
4.9 (98%) 32 votes