Deux piliers encore inutilisés Actualités Paperjam ✎ Qu’est ce que l’assurance santé ?

En France, la garantie maladie complémentaire (AMC), et pourquoi pas complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en intervenant sous forme d’un complément de remboursement des soins. Cette cran complémentaire est mettons obligatoire, d’assurance-groupe dans toutes les entreprises, ou branches d’activité, admettons facultative et souscrite volontairement dans l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance ou d’une mutuelle. Il est alors la nomination entre plusieurs formules de garanties complémentaires correspondant à des prestations différentes pour des prix variables.

Dans le langage courant, les évidents et pourquoi pas les médias parlent de « mutuelle » pour désigner l’ensemble des prestataires offrant une complémentaire santé à leurs adhérents. Toutefois, c’est un excès de langage, le terme « mutuelle » étant juridiquement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car il est une société de individus (versus société de capitaux), elle se trouve être à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

Les gens doivent comprendre qu'il est important de se préparer à la retraite afin de pouvoir maintenir son niveau de vie plus tard. Le vieillissement de la population, l'augmentation de l'espérance de vie et l'augmentation du nombre de retraités font très probablement baisser à l'avenir le montant des pensions versées par l'Etat ", explique Éric Dejon, expert patrimoine chez ING Luxembourg.

Pour compenser cette baisse à venir, le plan global (pilier 1) s'appuie sur deux autres piliers: une retraite d'entreprise complémentaire (pilier 2) et une réserve de retraite (pilier 3) à laquelle tout le monde peut souscrire.

Des produits qui existent mais qui ne sont toujours pas attractifs: "Au Luxembourg, nous sommes dans une situation très confortable avec un système étatique efficace. La demande d'épargne-retraite est donc nettement inférieure à celle des autres pays », a expliqué Marc Hengen, directeur général d'Aca.

L'épargne-retraite est l'un des rares marchés où les acteurs présentent le même produit à des clients identiques.

Claude Hirtzig et nbsp

Chef du service bancaire personnel et professionnel & nbsp

Spuerkeess

Taille critique

Le pilier 2 concerne les fonds de pension ou les accords à cotisations définies, pour lesquels l'employeur sélectionne le pourcentage de rémunération que les salariés verseront dans leur plan de retraite. "Certains acteurs de la banque et de l'assurance se disputent un marché des grandes entreprises. La concurrence est plus forte que pour les petites entreprises. L'épargne-retraite est l'un des rares marchés où les acteurs présentent le même produit à une clientèle identique … », explique Claude Hirtzig, responsable banque personnelle et professionnelle chez Spuerkeess.

Une activité qui nécessite une taille critique spécifique pour être rentable. Mi-janvier, Cardif Lux Vie a jeté une serviette et vendu des activités de retraite complémentaires aux sociétés Lalux Vie. Grâce à cette acquisition, elle renforce sa position et touche 35 000 collaborateurs issus d'environ 2 000 entreprises, soit environ un tiers du marché. Alors que Baloise annonce plus de 13 000 filiales, environ 300 contrats sont conclus avec des entreprises.

Par conséquent, l'ouverture du deuxième pilier pour les indépendants et les indépendants en janvier 2019 a créé un souffle de fraîcheur.

"Le produit devrait vraiment démarrer en 2020, notamment en raison de conditions fiscales favorables. Nous nous concentrons beaucoup sur cette ouverture aux indépendants et avons formé toutes nos PME et conseillers produits indépendants », précise Claude Hirtzig.

Les professions libérales ont un revenu plus élevé à épargner et des avantages fiscaux associés à la matière du produit.

Gery Thomas & nbsp

banquier privé senior & nbsp

Banque du Luxembourg

Obstacles à l'entrée

De son côté, Lalux (en particulier le partenaire Spuerkeess pour l'épargne-retraite) a commencé ses opérations en novembre 2018, et parie également sur l'extension aux indépendants. "Parce qu'il s'agit d'un produit fiscalement avantageux, la plupart des demandes d'abonnement ont été faites au cours des dernières semaines de l'année. Nous pensons que la folie va continuer ", a déclaré Jérôme Wiwinius, directeur général chez Lalux. L'assureur s'attendait même à des demandes de dernière minute: «Nous avons pensé qu'il était important d'automatiser au maximum l'abonnement, notamment avec une signature électronique, ce qui nous a permis de faire face à l'afflux de demandes en fin d'année. «L'an dernier», explique Claudia Halmes-Coumont, directrice de Lalux Vie.

Si les banques et les assureurs franchissent la porte, c'est parce que le marché a le potentiel: «Les professions libérales ont un revenu plus élevé à épargner et les avantages fiscaux d'un produit comptent. De nombreuses niches de clients concernés par ce produit n'ont pas encore été utilisées », note Gery Thomas, banquier privé senior à la Banque de Luxembourg.

Bâloise reste à convaincre: "Nous avons dépassé nos objectifs, mais il s'agit d'un marché de niche car il y a environ 10 000 travailleurs indépendants, dont 5 000 résidents", souligne Étienne Zimmermann, chef de produit chez Bâloise,

En outre, certains obstacles doivent encore être levés. "Indépendant, réfléchissez-y à deux fois, car vous devez bloquer les fonds et payer 20% de taxe à l'entrée. Il faut donc avoir la capacité financière de bloquer cet argent et posséder certains actifs pour pouvoir ensuite bénéficier du crédit d'impôt », ajoute Etienne Zimmermann.

C'est aussi le principal obstacle que Laurence Nicolet, responsable commercial du marché local chez Cardif Lux Vie a souligné: "Il y a beaucoup d'explications et de pédagogie à attendre des entrepreneurs, pour qui la principale difficulté réside dans la prévision du montant à immobiliser, sachant que chaque année est différente. "

"En plus des banquiers et des assureurs, les syndics qui connaissent le meilleur revenu du client au cours de l'année devraient également recommander cet investissement", a déclaré Gery Thomas.

En règle générale, nos clients n'achètent pas de produits pour la retraite, mais un crédit d'impôt.

Gery Thomas & nbsp

banquier privé senior & nbsp

Banque du Luxembourg

Le marché contesté

Outre les entreprises, les épargnants peuvent également signer individuellement des contrats avec le pilier 3. "Le produit le plus courant est l'assurance à capital garanti avec participation aux bénéfices", note Marc Hengen. Le produit fonctionne de manière similaire à l'assurance-vie.

Et la dernière réforme fiscale de 2017 a donné un nouvel élan. "Cela nous a aidés à accroître la promotion du troisième pilier en supprimant l'obligation de verser des pensions, ce qui a rendu la tâche difficile à de nombreux épargnants", note Etienne Zimmermann.

Autre argument de vente important: "Les limites de déduction ont été augmentées. C'est une question que nous soulevons beaucoup, surtout en fin d'année, pendant la période de déclaration fiscale », confirme Éric Dejon.

Les employés transfrontaliers peuvent également s'y inscrire. La différence sera faite à la fin du contrat, en fonction de la fiscalité appliquée dans le pays de résidence.

D'une manière générale, prérogative des assureurs dont les produits sont également vendus sous la marque blanche via les réseaux bancaires, le pilier 3 est un marché contentieux.

Cependant, les banques privées ne participent pas à tout prix à cette course. "Pour nous, les produits du troisième pilier ne sont pas appelés produits; s'ajoutent à l'éventail des investissements possibles. En règle générale, nos clients n'achètent pas des produits destinés à la retraite, mais un crédit d'impôt », confirme Gery Thomas.

Les joueurs essaient ensuite de se démarquer en termes de tarifs ou de fonds proposés. La demande de fonds verts augmente. «Notre spécificité est d'offrir un certain nombre de fonds socialement responsables qui répondent aux critères ESG (environnement, société, gestion) et offrent la possibilité de diversifier leur propre épargne. Les épargnants peuvent donc allier performance et responsabilité », souligne Laurence Nicolet.

Dans sa dernière enquête conjointe avec PwC Luxembourg sur les fonds de pension, Alfi estime que près de 17% des fonds de pension incluaient en 2018 le risque d'investissement lié au changement climatique (contre 5% en 2017),

La retraite doit être considérée comme un tout. Il faut le construire brique par brique et surtout penser à réduire les principaux postes de dépenses

Etienne Zimmermann & nbsp

chef de produit life & nbsp

Baloise

La prochaine réforme fiscale pourrait également contribuer à élargir la portée des fonds: «Les limitations des risques sont assez drastiques. Ils peuvent être assouplis pour que les clients qui investissent aujourd'hui en actions et obligations puissent, par exemple, investir leur argent dans des fonds alternatifs », imagine Claude Hirtzig.

Enfin, au Luxembourg, les pensions complémentaires sont avant tout un sujet sensible pour les frontaliers ou les étrangers. "Il n'y a pas de merveilleux produits d'épargne-retraite pour les carrières mixtes car les gens ne savent pas toujours dans quel pays ils vont prendre leur retraite. Même l'assurance-vie peut être complexe: le domicile des héritiers doit être pris en compte. Cependant, les enfants de familles d'expatriés comme les Luxembourgeois changent souvent de pays », explique Gery Thomas.

Ils n'ont qu'à attendre l'introduction du produit de pension paneuropéen (voir page suivante) et des fonds de pension transfrontaliers.

Panacée? Ne mettez pas tous les œufs dans le même panier: "La retraite doit être envisagée à l'échelle mondiale. Il faut le construire brique par brique et penser d'abord à réduire les grosses dépenses: par exemple, essayer de souscrire une jeune assurance santé pour payer des primes moins élevées, investir dans l'immobilier puis dans l'épargne traditionnelle. … ", conseille Étienne Zimmermann.

Deux piliers encore inutilisés Actualités Paperjam ✎ Qu’est ce que l’assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes