Assurance chômage: voici le détail des nouvelles règles d'indemnisation du 1er novembre ✎ Qu’est ce que l’assurance santé ?

La mutuelle santé pas chère d´Avenir Mutuelle répond aussi aux besoins de complémentaire santé des étudiants
Quand est jeune, les énigme de santé, d´hospitalisation et pourquoi pas de remboursement, on n´y pense pas vraiment, et c´est tant mieux ! Toutefois, cela ne pas vous empêcher de profiter d´une protection santé bien ajusté pour que, en cas de souci, vos soient pris en charge. Et parce que, lorsqu´on est étudiant, le budget est peu de fois serré, Avenir Mutuelle vous conseille une mutuelle jeune à taxe réduit, cependant avec de vraies garanties. Nous produire confiance quant au choix de votre complémentaire santé étudiante, c´est écrire confiance à une expérience sérieuse de plusieurs années dans le mitan de la complémentaire santé. C´est choisir une solution de mutuelle jeune super accessible sans pour autant limiter vos remboursements. Avec Avenir Mutuelle tel que prestataire de votre mutuelle jeune, vous avez aussi la garantie d´un accompagnement sur-mesure assuré selon l´un de nos conseillers. Pour découvrir les tarifs de notre mutuelle jeune, n´hésitez pas à demander un tarif non payant gratis en prime sans bourse delier et dépourvu engagement : en quelques clics, vous définirez vos attentes et comparerez nos prix pour trouver l´offre qui vous convient le mieux.
Comment souscrire à une de à nous offres ?
Nos conseillers sont à votre disposition pour vous expliquer l’étendue de à nous formules, services, et garanties. Ils vous offriront également les informations et conseils à qui vous avez besoin pour vous instituer aller vers la mutuelle parfaite offrant le remboursement approprié à tout besoin de santé (dentaire, optique…). N’hésitez pas aussi à demander un devis de mutuelle santé pas chère online : c’est gratuit, et nous vous apportons une solution claire et rapide !


Envoyé à

Mise à jour

Assurance chômage: voici le détail des nouvelles règles d'indemnisation du 1er novembre

Nous connaissons exactement les nouvelles règles de l'assurance-chômage. Ce dimanche, le ministère du Travail a publié au Journal officiel un décret mettant en œuvre cette réforme vaste et controversée, annoncée le 18 juin. Texte contenant une annexe de 190 pages contenant les nouvelles dispositions relatives à l'assurance-chômage. Ces nouvelles mesures s'appliqueront à compter du 1er novembre (à l'exception de la méthode de calcul de l'allocation jusqu'au 1er avril) et toucheront entre 600 000 et 1,2 million de personnes en France.

Dans le détail, il devra dorénavant travailler six mois ("130 jours ou 910 heures") au cours des 24 derniers mois ("période de référence") pour pouvoir faire valoir ses droits à réparation. Actuellement, cette condition est de quatre mois sur les 28 derniers (sauf pour ceux âgés de plus de 53 ans, dans lesquels la période de référence restera 36 mois). En conséquence, la durée minimale de la rémunération passe également de quatre à six mois. La durée maximale est de deux ans pour les moins de 53 ans, de deux ans et demi pour les 53 à 55 ans, de trois ans pour les plus de 55 ans. Le seuil des obligations de rechargement pendant le travail au chômage sera également de six mois (910 heures), contre un mois (150 heures) à l'heure actuelle.

Allocation mensuelle inférieure pour "ayant droit"

Actuellement, la durée de la compensation est calculée sur la base du nombre de jours travaillés au cours de la période de référence (multiplié par 1,4 pour obtenir des jours civils). À partir du 1 er novembre, cette durée sera égale au nombre de jours de calendrier, qu’ils aient travaillé ou non, à partir du premier jour d’emploi de la période de référence jusqu’à la fin de cette période. En conséquence, les personnes qui ont travaillé partiellement pendant la période d’affiliation (alternativement CDD et inactivité) auront potentiellement un salaire plus long, mais aussi un montant mensuel inférieur.

A lire: Assurance chômage: comment éviter les baisses de prestations

À partir du 1er avril, le "salaire de référence journalier", qui sert de base au calcul de l'allocation de chômage, sera obtenu en divisant le salaire de la période de référence par tous les jours à compter du premier jour de travail. travailler, pas seulement les jours travaillés. Pour le même travail, le salaire journalier sera désormais le même entre la personne qui a travaillé de manière continue et celle qui a changé de contrat à durée indéterminée et d’inactivité, alors qu’il était tellement mieux pour l’autre. "Un travail égal, des avantages égaux", selon le gouvernement, qui indique que les indemnités de chômage seront toujours comprises entre 65% et 96% du salaire mensuel net moyen pendant la période de référence.

Dégressivité pour les hauts revenus

Pour les employés dont le revenu dépasse 4 500 EUR brut par mois, la rémunération sera réduite de 30% au début du septième mois de rémunération, avec une limite inférieure nette de 2 261 EUR.

La mesure ne touchera pas les travailleurs âgés de 57 ans et plus. Le plafond maximal de compensation restera fixé à 6 615 euros nets.

Droits des démissionnaires et des indépendants

La promesse de la campagne de candidats Macron, l'indemnisation sera ouverte aux démissionnaires qui travaillent dans la même entreprise depuis cinq ans. Il sera conditionné par "un projet de conversion professionnelle nécessitant la continuation de la formation ou un projet de création ou de reprise d'une entreprise".

A lire: La réforme de l'assurance chômage devrait punir 500 000 Français

Le projet sera évalué par le "comité mixte interprofessionnel" (qui remplace Fongecif) de la région de l'employé, qui évaluera en particulier "la convergence du projet de reconversion", "la disponibilité et l'adéquation de la formation identifiée, l'adéquation de la modalité de financement proposée". En cas d'acceptation, l'employé disposera de six mois pour présenter une demande d'allocation chômage.

Les travailleurs indépendants bénéficieront d'une somme forfaitaire (800 EUR par mois pendant six mois) en cas de liquidation. Les activités professionnelles devaient générer un revenu minimum de 10 000 EUR par an au cours des deux dernières années précédant la liquidation.

>> Sur la vidéo: retrouvez l'intégralité du débat de la capitale n ° 2 sur l'assurance-chômage:

Assurance chômage: voici le détail des nouvelles règles d'indemnisation du 1er novembre ✎ Qu’est ce que l’assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes