Profils du système de santé international ✎ assurance santé entreprise

L’assurance des risques informatiques

Cette espoir indispensable aux sociétés qui manient données informatiques (SSII, cabinets de conseil, musée de voyage, les entreprises de vente en ligne) couvre ordinateurs mais aussi les assiette de données et les frais de reconstitution dans l’hypothèse ou elles sont perdues ou bien endommagées. “Même un industriel confronté à une grosse informatique risque d’être punis pour tenir ses garantie vis-à-vis de sa clientèle ne pas pouvoir réaliser ses livraisons en temps et en heure. Quelle que admettons son activité, le dirigeant d’affaire est intérêt à évaluer l’impact que peut avoir l’informatique sur son métier”, recommande Damien Palandjian.

Le montant de l’indemnisation dépend de les chiffres du matos déclaré et des frais occasionnés par son rachat et la reconstitution des données (ressaisies, reconstitution de logiciels, suppression des virus…) estimés pendant un expert.

Publicité
La publicité se termine dans 15s
Fermer la publicité dans 5 s
>> Lire aussi: Trois contrats pour assurer son informatique

5. L’assurance du risque écologique

“Une entreprise n’ayant pas de disposition industriel et pourquoi pas d’entreposage et non soumise à une autorisation préfectorale pour les risques de pollution, couvrir son risque environnemental par le biais de son contrat de responsabilité civile général. En revanche, dans l’hypothèse ou elle se trouve être soumise à autorisation préfectorale pour exercer son activité, elle souscrire un contrat spécifique pour couvrir atteintes à l’environnement”, précise Damien Palandjian

Les garanties des atteintes à l’environnement (extensions de responsabilité civile professionnel ou bien contrats particuliers tel que la certification responsabilité environnementale) sont obligé aux entreprises à qui l’activité peut choquer à l’environnement (pollution de l’air, de l’eau, des sols et nappes phréatiques, atteintes à des plateformes web protégés…). Ces audace s’appuient sur le principe du “pollueur-payeur” : le chef de chose réparer le préjudice constaté, causé dans sa société. Suivant les contrats, la confirmation couvre la dépollution, les coûts d’évaluation des dommages, la création d’études pour déterminer actions de réparation et frais administratifs ou bien judiciaires.

Le gouvernement de Singapour a planifié, construit et continue de développer et de superviser le système de santé public du pays. Il réglemente les assurances maladie publiques et privées dans le pays. Le système de santé est administré par le ministère de la Santé, qui est chargé d'évaluer les besoins en matière de santé et de planifier et de dispenser les services par le biais de réseaux de centres de soins de santé et d'hôpitaux, de centres de jour et de maisons de retraite. Le ministère gère, planifie et maintient le personnel dans l'ensemble du système et est responsable de la politique et de la gestion du financement du système de soins de santé public.

Soins de santé financés par l'État: Singapour offre des soins de santé universels à ses citoyens, avec un système de financement basé sur deux philosophies de responsabilité individuelle et de soins de santé universels. Les assurances sont financées par une combinaison de subventions gouvernementales (provenant des recettes fiscales brutes), de régimes de financement multiniveaux pour les soins de santé et d'épargne privée, qui sont tous administrés à l'échelle nationale. Les dépenses en capital nationales sont déterminées par le budget annuel du gouvernement.

Le premier niveau de protection consiste en des subventions gouvernementales représentant jusqu'à 80% du coût total de la fourniture d'hôpitaux publics et de cliniques de soins primaires. Ceci est soutenu par un groupe de programmes d'épargne et d'assurance appelé le système 3Ms Medisave, MediShieldet Medifund– qui joue un rôle important dans le maintien de la santé et du bien-être publics.

Medisave est un programme d’épargne médicale obligatoire qui oblige les employés à déposer une partie de leurs gains dans un compte personnel auprès de leur employeur. Les contributions individuelles et les retraits ne sont pas imposables. Les fonds du compte sont utilisés, selon des instructions strictes, pour des services de soins de santé tels que l’hospitalisation, les chirurgies d’un jour et certains frais de consultations externes, ainsi que pour l’assurance maladie du titulaire du compte, y compris les membres de la famille.

MediShield est un système d’assurance maladie catastrophique peu coûteux qui aide les assurés à couvrir les frais médicaux liés à des maladies graves ou prolongées que leur solde Medisave ne serait pas suffisant pour couvrir. MediShield utilise un système de facturation et de déduction. L’assuré paie les primes de MediShield par l’intermédiaire de Medisave. Les Singapouriens sont automatiquement inscrits au programme. Les résidents sont couverts par MediShield, mais les immigrants sans papiers et les visiteurs ne sont pas assurés.

Medifund est un fonds de soutien gouvernemental créé pour aider les pauvres. Le fonds finance les citoyens qui ont été traités dans un établissement approuvé par Medifund et ont du mal à couvrir leurs frais médicaux malgré les subventions gouvernementales, Medisave et MediShield.

Assurance maladie privée: La couverture de MediShield est complétée par une gamme de régimes d’assurance privés fournis par des assureurs à but non lucratif. Appelés plans de panel intégrés, ils sont financés par le biais de comptes Medisave individuels. Les Singapouriens peuvent également acheter d’autres types d’assurances privées, bien que celles-ci ne puissent pas être payées par Medisave. Les employeurs peuvent également fournir une assurance aux employés.1

Services: Des subventions sont disponibles pour les hôpitaux publics et les cliniques de consultations externes, ainsi que pour les prestataires de soins à moyen et long terme financés par le gouvernement. MediShield fournit une assurance à faible coût pour le traitement dans les services hospitaliers publics subventionnés et certains soins ambulatoires, y compris la dialyse rénale et le traitement du cancer. En tant que programme d’assurance catastrophique, MediShield ne couvre généralement pas les soins primaires, les médicaments sur ordonnance, les services de prévention, les soins de santé mentale, les soins dentaires ou l’optométrie. Les services hospitaliers à domicile sont gratuits, tandis que les services aux malades hospitalisés et aux soins de jour sont subventionnés, sous réserve d'un contrôle des ressources. Il subventionne également des services à domicile financés par le gouvernement, tels que les soins à domicile et les soins à domicile, l'aide à domicile et les soins à domicile pour les personnes âgées.

Partage des coûts et dépenses personnelles: Le gouvernement subventionne une partie du coût des soins aux patients en fonction de leur capacité de payer. Les subventions post-subvention peuvent être couvertes par une assurance MediShield ou payées pour des économies Medisave. Après subvention, MediShield verse entre 80 et 90% du montant réclamé, ce qui est supérieur à la déduction pour certains frais de traitement ambulatoire qui peuvent être réclamés sous MediShield. Celles-ci incluent, par exemple, la dialyse rénale, la chimiothérapie et l'érythropoïétine pour le traitement de l'insuffisance rénale chronique. Les autres services ambulatoires sont entièrement pris en charge par des fonds privés ou, le cas échéant, versés aux employeurs. Les déductions ne s'appliquent pas aux traitements ambulatoires; à la place, une interdiction de 20% est introduite. Il n'y a pas de limite supérieure pour dépenser de l'argent.

Les individus sont responsables de leur propre santé et doivent supporter les coûts des soins de santé qu’ils utilisent. 2013 Les dépenses privées représentaient 69% du coût total des soins de santé, dont 88% étaient des dépenses non remboursables, y compris les dépenses couvertes et remboursées par les régimes d’assurance maladie de l’employeur.2

Filet de sécurité: Fondé en 1993, Medifund est un système de santé financé par le gouvernement pour les pauvres. Les fonds du fonds sont versés chaque année à des établissements approuvés. Chaque comité d’établissement évalue et approuve le soutien financier apporté aux patients. Les prestataires financés par le gouvernement peuvent faire appel à Medifund pour obtenir de l'aide pour leurs patients. Medifund comprend généralement le traitement médical nécessaire, y compris les médicaments, les services et les tests. Les assistants sociaux assistent les patients nécessitant un processus de demande avant l’assistance. Le montant de l'aide dépend du revenu du patient et de sa famille, de la situation sociale du patient, de l'état de santé et du coût du traitement. Plus de 90% des patients approuvés reçoivent un remboursement de 100% de la partie impayée des factures subventionnées qu'ils ne peuvent pas payer. Des primes MediShield sont disponibles pour les Singapouriens à revenu faible et moyen. Le pourcentage subventionné dépend du revenu et de l'âge. 2013 Le capital de Medifund était supérieur à 4 milliards de dollars. SGD (4,7 milliards de dollars).3

2013 Le gouvernement a créé Medifund Junior pour les enfants nécessiteux et élargi Medifund pour inclure les soins primaires, les soins dentaires, les soins prénatals et l'accouchement.4

La Fondation ElderCare subventionne les soins des patients à revenu faible ou moyen dans des établissements de soins de longue et moyenne durée. Le fonds contribue à hauteur de 3 milliards SGD (3,5 milliards USD).5

Soins primaires: Les soins primaires sont principalement fournis par des prestataires privés, 1 400 cliniques privées offrant des soins primaires.6ème Dix-huit cliniques publiques externes (cliniques de soins primaires multidisciplinaires) fournissent des soins ambulatoires subventionnés, des vaccinations, des dépistages médicaux, des services de pharmacie et parfois des soins dentaires. Bien que ces cliniques soient accessibles à tous les Singapouriens, elles desservent généralement les populations à faible revenu; la plupart des services de soins primaires sont fournis par des médecins généralistes.

Les patients peuvent choisir leur médecin de premier recours sans inscription. Les médecins de soins primaires privés envoient des patients mais ils n'agissent généralement pas en tant que superviseurs. Ils sont généralement payés pour des services.

Le système de santé de Singapour renforce les liens avec les réseaux privés de médecins généralistes. Le programme d’assistance communautaire en matière de santé, mis en place en 2012, offre des subventions transférables aux Singapouriens issus de ménages à faible revenu. Le programme subventionne les visites dans les cliniques privées participantes pour des maladies aiguës, des affections chroniques spécifiées, des procédures dentaires spécifiées et un dépistage médical recommandé. Environ 720 cliniques médicales et environ 460 cliniques dentaires y participent.

Soins spécialisés ambulatoires: Il existe de nombreux centres de soins spécialisés, notamment des centres de traitement du cancer, des soins bucco-dentaires, des maladies cardiovasculaires, des maladies du système nerveux et des maladies de la peau. Par exemple, le Centre national de cardiologie offre une gamme complète de traitements, allant de la prévention à la réadaptation; c'est un centre national et régional pour la transmission des complications cardiovasculaires. Il y a aussi de la recherche, de l'enseignement et de la formation. Les professionnels travaillant dans le système étatique ont un salaire et peuvent également voir des patients non subventionnés.

Mécanismes administratifs pour le paiement des médecins de soins primaires et des spécialistes: Le gouvernement verse des subventions directement aux services et rembourse une partie du coût du traitement. Les patients reçoivent des subventions pour les soins ambulatoires dispensés dans des cliniques et des hôpitaux publics; soins d'urgence dans les hôpitaux publics; sur les soins de moyenne et longue durée dans des institutions gérées par des organismes de soins bénévoles; et, après vérification des installations, des soins dans une maison de retraite privée. Les patients à revenu faible et moyen éligibles peuvent recevoir des subventions pour des traitements ambulatoires de fournisseurs de soins primaires privés pour des maladies chroniques ou aiguës, ainsi que pour certaines procédures dentaires.

Suivi: De nombreux hôpitaux publics et privés fournissent des soins d'urgence 24 heures sur 24 et environ 30 cliniques du pays fournissent des soins 24 heures sur 24. De nombreuses autres cliniques ont des horaires nocturnes dont les listes sont affichées en ligne. Le service d'assistance téléphonique disponible 24 heures sur 24 peut être utilisé pour contacter des véhicules d'urgence conduits par les forces de défense civile de Singapour. Un service médical mobile 24 heures sur 24 est également disponible. Les informations sur les visites des patients ne sont pas systématiquement envoyées aux médecins de premier recours.

Hôpitaux: Les soins généraux sont fournis dans les hôpitaux régionaux. 2010 Il y avait plus de 11 000 lits (publics et privés) dans 30 hôpitaux (15 publics et 15 privés, y compris des centres spécialisés, des hôpitaux communautaires et des hôpitaux de soins de longue durée). 2010 Les visites ambulatoires dans les hôpitaux publics ont été de 4 millions, les deux tiers étant subventionnés.7ème

Les hôpitaux publics sont financés par le budget général. Une partie du budget est basée sur le système Casemix, qui classe la santé en utilisant des groupes liés au diagnostic. Les hôpitaux peuvent redistribuer les budgets à d'autres aspects des services de santé publics. Les budgets globaux sont revus tous les trois à cinq ans afin de s'assurer que les modèles de soutien suivent l'évolution des modèles de soins et de fonctionnement des hôpitaux. Des fonds gouvernementaux supplémentaires vont à la formation et à la recherche de personnel.

Les salles des hôpitaux publics de Singapour sont divisées en quatre classes principales en fonction du niveau de confort. Les salles de classe A ont une ou deux chambres à coucher et offrent le plus grand confort. Les patients y sont examinés par des médecins nommés par l'hôpital. Parce qu'ils sont traités comme des patients privés, leurs comptes ne sont pas subventionnés. Les patients des autres services reçoivent un fonds de dépendance qui dépend du choix du service.

Le secteur privé fournit environ 20% des soins secondaires et tertiaires. Les hôpitaux privés ont tendance à offrir un service et des commodités plus rapides et sont plus engagés dans le tourisme médical que les institutions publiques.

Soins de santé mentale: L'Institute of Mental Health est l'hôpital psychiatrique tertiaire de Singapour. Il fournit des services psychiatriques, de réadaptation et de conseil aux enfants, aux adolescents, aux adultes et aux personnes âgées, ainsi que des services de soins de longue durée et de médecine légale. Les patients toxicomanes peuvent être soignés à l’Unité des services nationaux de gestion de la toxicomanie de l’Institut. De nombreux hôpitaux publics offrent également des services généraux et spécialisés pour les problèmes d’alimentation et de sommeil, les dépendances et les maladies mentales gériatriques.

Les agences de soins de santé mentale et les agences sociales suivent les lignes directrices de 2007. Plan national de santé mentale. Ils fournissent des services intégrés tels que l'éducation et la prévention, la détection précoce et le traitement des personnes à risque et des personnes en difficulté émotionnelle. Le projet a jeté les bases d'un réseau de systèmes de soins et de soutien pour une vie en communauté intégrée. Pour améliorer l'accès aux services, le gouvernement met en place des équipes multidisciplinaires de soins conjoints chargées de traiter et de soigner les malades mentaux par le biais de réseaux de services communautaires. Il fournit également un soutien aux soignants, met en place des filets de sécurité pour les personnes atteintes de démence et de dépression, et fournit une formation et un soutien aux médecins généralistes en matière de prise en charge et de prise en charge des personnes souffrant de maladie mentale dans leurs communautés. Il existe des programmes communautaires ciblés de santé mentale pour les jeunes, les adultes et les personnes âgées.

La plupart des cas nécessitant des soins ou une transition sont surveillés de près par l'Institut de santé mentale et les organisations de protection sociale bénévoles.

Soins de longue durée et soutien social: Les organismes de bienfaisance volontaires et les opérateurs privés gèrent des services de soins de longue durée pour les personnes âgées. Les services sont financés de plusieurs manières, y compris le paiement direct par les individus et les familles; subventions publiques directes aux patients par le biais des prestataires; capital et financement périodique des prestataires de soins de longue et moyenne durée pour la fourniture de soins subventionnés. ElderShield, un programme d'assurance des soins de longue durée réglementé par le gouvernement par l'intermédiaire d'assureurs privés désignés, verse des prestations en espèces mensuelles à ceux qui ne sont plus en mesure de prendre soin de eux-mêmes. Selon le type de soins et l'environnement qui répondent le mieux à leurs besoins, les personnes âgées et leurs familles peuvent choisir des maisons de retraite ou des établissements de soins de santé à domicile, y compris les soins hospitaliers.

Un soutien financier est fourni aux aidants informels et familiaux. La subvention pour la formation des aides familiaux, administrée par l’Integrated Care Agency, fournit une subvention annuelle de 200 SGD (235 USD) aux infirmières qui assistent à des cours de formation agréés sur l’aide aux personnes âgées ou handicapées. La subvention pour les travailleurs domestiques étrangers fournit une indemnité de 120 SGD (141 USD) par mois à un travailleur domestique embauché pour prendre soin de personnes âgées fragiles ou présentant un handicap au moins modéré.

Le ministère de la Santé de Singapour est responsable des soins de santé, de l'établissement des politiques, de la gestion et de l'assurance de la qualité du système de soins de santé public, ainsi que de la réactivité du système de santé aux besoins de la population. Ses domaines d'expertise comprennent: l'évaluation des besoins, la planification des services, la planification du personnel, la gestion et le financement du système, la facturation des prestataires, le contrôle des coûts et les technologies de l'information sur la santé.

Le ministère de la Santé réglemente le système de santé par la loi et par son application. Ses principales fonctions de réglementation incluent la délivrance de licences aux établissements de santé en vertu de la Loi sur les hôpitaux et les cliniques médicales privées et la conduite d’inspections et de vérifications régulières. La publicité est surveillée et analysée pour rechercher d'éventuels problèmes pouvant entraîner des audits de conformité et des poursuites éventuelles. Le commerce des installations autorisées est également réglementé pour protéger le public contre les réclamations fausses ou non fondées et pour empêcher toute incitation à utiliser des services non essentiels tels que les procédures esthétiques.

Les organisations professionnelles, notamment le Singapore Medical Council, le Singapore Dental Council, le Singapore Nursing Council et le Singapore Pharmacy Council, réglementent les professionnels au moyen de directives de pratique et de codes d’éthique et de conduite. Le ministère implique également ces organismes pour expliquer la justification de la politique et obtenir un soutien pour les initiatives. La Health Science Authority réglemente la fabrication, l'importation, la fourniture, la présentation et la promotion de produits de santé, y compris les médicaments conventionnels, les médicaments complémentaires (médicaments traditionnels et suppléments de santé), les cosmétiques, les dispositifs médicaux, le tabac et les médicaments pour essais cliniques. Sa mission est de veiller à ce que chacun réponde aux normes internationales en matière de sécurité, de qualité et d'efficacité. Le secteur des assurances est réglementé par l'Autorité monétaire de Singapour dans le cadre de son rôle de régulateur financier.

Le gouvernement consulte les parties prenantes du système de santé, y compris les patients, avant de mettre en œuvre des politiques garantissant la prise en compte des attitudes, des préoccupations et des réactions du public. ces opinions divergentes aident à tester et à affiner les idées; Il développe également la sensibilisation du public et le soutien pour faciliter la mise en œuvre.

Le ministère de la Santé de Singapour réalise un sondage annuel sur la satisfaction des patients afin d'évaluer le niveau de satisfaction des patients et les attentes des établissements de santé publics. L'enquête mesure le temps d'attente, la coordination des soins et d'autres attributs des soins de santé.

Les hôpitaux publics et privés, les cliniques, les laboratoires et les maisons de repos doivent soumettre des demandes de licence au ministère. Les médecins qui souhaitent exercer à Singapour doivent obtenir un emploi dans un établissement de santé et s’inscrire auprès du Conseil médical de Singapour, qui tient un registre officiel des médecins. Les médecins sont tenus de se conformer aux exigences en matière de formation médicale continue gérées par le Conseil médical. Les autorisations sont soumises à des contrôles préalables pour garantir le respect des normes.

Le tableau de bord du système de santé national utilise des indicateurs établis au niveau international pour comparer l'efficacité. Le tableau de bord public des hôpitaux de soins de courte durée mesure la performance de l'établissement et des tableaux de bord similaires sont fournis dans les hôpitaux de soins primaires et communautaires. Les établissements de santé publics sont contrôlés pour vérifier leur conformité aux normes de service et aux résultats clés définis dans les tableaux de bord.

2008 Singapour a mis en place des normes nationales en matière de santé afin de donner la priorité à l'amélioration et de promouvoir une culture d'amélioration continue de la qualité. Les normes nationales axées sur la fourniture de soins appropriés par les agences gouvernementales pour répondre aux besoins des patients sont mises en œuvre par le biais d'un réseau de services de santé, chacun présidé par un responsable clinique principal relevant directement du responsable de l'établissement ou du président du conseil médical. .

Le programme d’assistance sanitaire communautaire fournit des subventions aux ménages à revenus faibles et moyens qui cherchent un traitement dans des soins primaires privés. Les subventions comprennent les maladies aiguës, 15 maladies chroniques et de nombreuses interventions dentaires. Des subventions pour le dépistage recommandé de l'obésité, du diabète, de l'hypertension, des troubles lipidiques, du cancer du côlon et du cancer du col de l'utérus sont également disponibles.

La Caisse centrale de prévoyance est un compte de base où les Singapouriens épargnent pour la retraite, le logement et les soins médicaux (via 3M). Les taux de cotisation des employés et des employeurs ont augmenté périodiquement ces dernières années, y compris en 2015. Augmentation du taux de cotisation de l'employeur Medisave. Les augmentations visent à encourager les bas salaires à épargner davantage pour la retraite et les besoins médicaux, et à avoir un meilleur accès aux soins, sans que le gouvernement ajoute des contributions supplémentaires aux comptes Medisave; ces derniers sont également fournis aux personnes âgées.

L’agence de soins intégrés de Singapour a été créée en 2009 pour réaliser l’intégration centrée sur le patient des soins primaires, moyens et à long terme. L'agence, opérant au niveau du patient, du prestataire et du système, conseille les patients et leurs familles sur les soins de santé appropriés et les aide à naviguer dans le système de santé. L'accent est mis sur le suivi des patients chroniques après leur sortie de l'hôpital. Une autre consiste à élargir et à améliorer les possibilités de soins de santé au niveau communautaire. À l'heure actuelle, les six groupes d'hôpitaux publics de Singapour sont systématiquement transformés en un modèle de système de santé régional afin de mieux intégrer tous les services de soins. Les hôpitaux travailleront en étroite collaboration avec les autres prestataires de leur région, tels que les hôpitaux communautaires, les maisons de retraite, les médecins généralistes et les prestataires de soins à domicile.

Un autre rôle important de l’Integrated Care Agency est d’assurer l’intégration des services de santé et des services sociaux destinés aux personnes âgées et handicapées. L'Agence coordonne et facilite le placement de personnes dans des foyers de soins, des prestataires de services communautaires, des centres de rééducation de jour et des établissements de soins de longue durée; facilite le traitement à domicile en gérant les références aux soins à domicile; et aide les gens à demander le soutien financier dont ils disposent.

Singapour met actuellement au point un système national sophistiqué de dossiers de santé électroniques. Le système collecte, rapporte et analyse les informations pour aider à formuler la politique, surveiller sa mise en œuvre et partager les dossiers des patients. L'objectif à long terme est de fournir aux professionnels de la santé un accès aux données cliniques sur le traitement des patients et la sécurité.8ème

Une fois le système entièrement développé, les professionnels de la santé, les patients et les chercheurs auront accès aux données dans un format approprié et les visionneront. Les données proviendront des systèmes de dossiers médicaux électroniques des hôpitaux publics et des cliniques externes, entre autres sources. Il est destiné à donner aux patients la possibilité de consulter et de contribuer à leur dossier de santé personnel dans un avenir proche.

Singapour dépense 4,7% des soins de santé. Produit intérieur brut.9ème Les coûts sont principalement contrôlés en stimulant et en contrôlant la concurrence sur le marché: le gouvernement réglemente directement le marché lorsqu'il ne parvient pas à maîtriser les coûts. Il peut également réguler le coût des services fournis par les hôpitaux publics, ainsi que le nombre d'hôpitaux publics et de lits. Dans un tel environnement, les fournisseurs de services du secteur privé doivent veiller à ne pas sous-estimer leurs prix du marché.

Parallèlement, le gouvernement fixe des objectifs en matière de subventions et de recouvrement des coûts pour chaque catégorie de services hospitaliers, empêchant ainsi indirectement les hôpitaux du secteur public de réaliser des "bénéfices excédentaires". Les hôpitaux ont également un budget annuel de subvention aux patients, de sorte qu'ils connaissent à l'avance le niveau de remboursement qu'ils recevront pour les soins des patients. Ils sont tenus de respecter ce budget.

Les pouvoirs publics disposent de nombreux moyens pour contrôler les besoins en soins de santé, notamment les primes, les déductions et les restrictions imposées à l'utilisation de Medisave et de MediShield à des fins de consultation, de traitement et de procédures. Ces contrôles découragent les visites inutiles chez le médecin, la recherche et le traitement.

Le ministère de la Santé fournit sur son site Web les factures des hôpitaux pour les maladies, traitements et services courants. Les patients peuvent connaître le coût d'opérations et d'examens spécifiques, le nombre de cas soignés dans chaque hôpital, etc.

Le service des achats de groupe consolide l'achat de médicaments au niveau national. L'un des objectifs de ce système est de maintenir les prix des médicaments à un prix abordable, y compris leur coût. Le service des achats du groupe achète également des fournitures médicales, du matériel et des services informatiques pour le système de santé.

L’utilisation de Medisave a été progressivement étendue aux maladies chroniques telles que le diabète et l’hypertension artérielle, ainsi qu’à des groupes sélectionnés pour les dépistages de santé et les vaccinations. Le plafond de contribution de Medisave a été relevé en 2016 et il n'y a plus de montant minimum pour Medisave.10ème

2015 Novembre Les modifications initiées dans MediShield Life sont conçues pour répondre à la demande croissante de soins pour les maladies chroniques et les soins de longue durée. L'assurance est maintenant universelle et obligatoire et couvre les personnes avec conditions. Anciennement 90 ans, la couverture est valable à vie. Le plafond d'assurance vie a été supprimé et le plafond annuel a été porté à 100 000 SGD (118 000 $). Un autre changement récent offre une meilleure protection contre les factures d’hôpital élevées en réduisant le montant des primes d’assurance de la correspondance à moins de 5 000 SGD (5 882 USD). Moins de 1% Les Singapouriens devront payer des primes supplémentaires.11ème

2015 Le Comité des Ministres du vieillissement a introduit 3 milliards de dollars supplémentaires. Caractéristiques du plan national pour le GNL (3,53 milliards de dollars) visant à aider les Singapouriens à développer leur confiance en eux, à mener une vie active et à entretenir de solides relations avec la famille et la communauté. Le plan comprend environ 60 initiatives couvrant 12 domaines: santé et bien-être, apprentissage, volontariat, emploi, logement, transports, espaces publics, respect et inclusion sociale, adéquation des retraites, soins de santé et soins pour les personnes âgées, protection des personnes âgées vulnérables et recherche.

Références

1Le pourcentage de la population couverte par une assurance privée n'est pas facilement disponible.

2Organisation mondiale de la santé, partie III. Indicateurs de santé mondiaux, 2013 Statistiques sanitaires mondiales (OMS, 2013), p. 138-39.

3Notez que dans tout ce profil, tous les chiffres en USD ont été convertis du GNL à un taux d'environ 0,8 SGD pour un USD, ce qui correspond au taux de conversion de la parité de pouvoir d'achat pour le PIB publié en 2015 par la Banque mondiale (2016) pour Singapour.

4Ministère des finances de Singapour, 2015 Budget.

5Ibid.

6èmeIbid.

7èmeW. A. ​​Haseltine, L'excellence abordable: le cas des soins de santé à Singapour (Brookings Institution Press, 2013).

8èmeAccenture, la démarche de Singapour pour créer un système national de dossiers de santé électroniques (2012).

9èmeBanque mondiale, Banque mondiale de données; atteint 2014 14 octobre

10èmeMinistère de la Santé de Singapour, "Tous les Singapouriens bénéficient de la protection universelle offerte par MediShield Life, sans exception", communiqué de presse, 2015. 21 septembre

11èmeMinistère de la Santé de Singapour, «Meilleure santé, meilleur avenir pour tous», Initiatives 2015 du ministère de la Santé. (2015).

Profils du système de santé international ✎ assurance santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes