Examen des propositions de payeur unique aux États-Unis: leçons pour les pays étrangers ® garantie santé entreprise

La mutuelle européen a mêmes buts que la complémentaire santé individuelle : vise à compléter, en partie ou en totalité, les débours de santé qui ne sont pas remboursées selon la Sécurité sociale. Les employés du clientèle privée et employeurs sont concernés par la mutuelle collective, autrement appelée mutuelle d’entreprise ou mutuelle de groupe.

Rendues obligatoires à partir du premier janvier 2016, mutuelles européen offrent de nombreux avantages pour salariés. Elles sont avant tout moins onéreuses que complémentaires de santé individuelle. De plus, une part des cotisations est prise en charge par l’entreprise.

Les employeurs ont pour mission veiller à offrir à leurs salariés une mutuelle qui répond à un cahier des charges précis, prévu selon le législateur.

Qui est à rêve desquels on parle dans la mutuelle d’entreprise ?
Tous employeurs du secteur privé devront avoir souscrit d’or 1er janvier 2016, une mutuelle collective pour leurs salariés. Sont ainsi concernées :
TPE et PME
grandes entreprises ainsi qu’à multinationales
les parti
fédérations
Les ayants droit du salarié, famille ainsi qu’à enfants, peuvent également bénéficier de la mutuelle collective. Si le contrat le prévoit, elles peuvent y être affiliés.

A l’inverse, la mutuelle européen ne concerne pas le secteur public. Les fonctionnaires ne peuvent ainsi pas y prétendre. Les prolétariat non salariés ne sont pas plus concernés. Pour couvrir dépenses de santé, elles peuvent s’orienter vers un contrat de prévoyance.

En principe, la mutuelle collectif est obligatoire pour achevés salariés. Sous plusieurs conditions, le salarié peut refuser de s’y soumettre.

Quelles débours de santé la mutuelle collective doit rembourser ?
L’Accord national interprofessionnel (ANI) du 14 juin 2013, qui rend la mutuelle fédératif obligatoire, émane de la loi sur la sécurisation de l’emploi. L’objectif primordial est de permettre aux salariés du secteur privé d’accéder à une mutuelle de qualité. Ainsi, la mutuelle communautaire d’une entreprise assure un socle de garanties minimales, préparés parmi le législateur. Il s’agit :

de l’usage en charge de l’intégralité du ticket modérateur pour les consultations, les prestations et actes de qui sont remboursés parmi la Sécurité sociale
du remboursement de la intégralité du forfait journalier hospitalier
de l’usage en charge des frais dentaires à hauteur de 125% du tarif conventionnel
de l’usage en charge des frais d’optique en tout selon période de 2 ans. Pour une correction simple, le minimum de prise en charge est fixé à 100 €
Ces garanties doivent obligatoirement figurer a l’intérieur du contrat de mutuelle collective. Il s’agit du panier de soins minimum. Légalement, l’employeur n’a pas le droit de procurer une mutuelle duquel les garanties seraient inférieures à ce seuil de couverture. Il peut, en revanche, souscrire des garanties supplémentaires : une garantie d’assistance, une plus belle prise en charge pour l’optique ou bien le dentaire, le troisième payant… Le contrat de la mutuelle fédératif est aussi l’obligation d’être responsable.

Qui finance les cotisations de la mutuelle européen ?
Une partie des cotisations de la mutuelle collectif est prise en charge selon l’employeur (la part patronale). En cela, les salariés sont avantagés. L’employeur prend en charge or moins 50% des cotisations de la mutuelle collective, pour la partie qui correspond en or panier de minimum. Le reste des cotisations est à la charge de l’employé (la part salariale).

Comment mettre en place la mutuelle collectif obligatoire au sein de l’entreprise ?
Avant de souscrire une mutuelle d’entreprise, employeurs ont la possibilité de soumettre leur choix aux représentants du personnel. Ils également organiser un référendum proche leurs salariés. En d’échec des négociations, l’employeur souscrit une mutuelle collectif sur décision unilatérale.

Employeurs, renseignez-vous près votre branche professionnel ! Ces dernières peuvent vous recommander des mutuelles européen intéressantes, parfaitement adaptées à votre secteur d’activité (construction, hôtellerie, restauration, agriculture…) Négociés dans la branche professionnelle, les contrats de mutuelle sont couramment très avantageux.

Depuis le premier janvier 2016, les offres de mutuelle fédératif sont grandes sur le marché. Petites, moyennes ou grandes entreprises : intermédiaire en persuasion peuvent vous aider à trouver le contrat qui s’adapte le mieux à vos besoins. Contactez-nous !

Résumé

  • Édition: Lorsqu'ils discutent de la couverture d'assurance maladie universelle aux États-Unis, les décideurs comparent souvent les États-Unis et les pays à revenu élevé qui ont mis en place une couverture d'assurance universelle. Certains feront remarquer que ces pays ont des systèmes "à payeur unique", ce qui implique souvent qu'ils sont tous identiques. Cependant, une telle étiquette peut être trompeuse en raison des grandes différences entre les systèmes universels de soins de santé.
  • But: Comparez les systèmes de couverture universelle dans trois domaines: la répartition des responsabilités et des ressources entre les niveaux de gouvernement; l'étendue des prestations versées et l'étendue du partage des coûts dans l'assurance publique; et le rôle de l'assurance privée.
  • Les méthodes: Les données de l'Organisation de coopération et de développement économiques, du Fonds du Commonwealth et d'autres sources sont utilisées pour comparer les 12 hauts revenus.
  • Principales conclusions et conclusions: Les pays diffèrent dans la mesure dans laquelle le contrôle financier et réglementaire du système est exercé par le gouvernement national ou confié à une autorité régionale ou locale. Ils varient également dans la portée des avantages et le degré de partage des coûts requis au point de service. Enfin, bien que presque tous les régimes prévoient une assurance privée, son importance varie considérablement d’un pays à l’autre. Une compréhension plus nuancée des options des systèmes d'autres pays pourrait donner aux politiciens américains plus de possibilités d'avancer.

Contexte général

Malgré l’augmentation de la couverture d’assurance maladie en vertu de la loi sur les soins abordables, les États-Unis restent le seul pays à revenu élevé à ne pas bénéficier d’une couverture maladie universelle. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la couverture est universelle lorsque "toutes les personnes ont accès à des services de santé de qualité (prévention, promotion, traitement, réhabilitation et suppression) suffisantes pour être efficaces, tout en veillant à ne pas exposer le consommateur à des problèmes financiers".1

Récemment, plusieurs tentatives législatives ont été faites pour créer un système de santé universel aux États-Unis. Au niveau fédéral, la proposition la plus importante est la proposition de Medicare for All du sénateur Bernie Sanders (I – Vt.) (S. 1804, 115e Congrès, 2017). ) qui constituerait un programme fédéral d’assurance maladie unique. De même, diverses propositions, telles que celles des sénateurs Michael Bennett (D – Colo.) Et Tim Kaine (D – V.) De la loi Medicare-X Choice Act, appelaient à l’extension des programmes publics existants comme un pas en avant vers une assurance publique universelle. programme (S. 1970, 115e Congrès, 2017).

Au niveau des États, les législateurs de nombreux États, y compris le Michigan (House Bill 6285),2 Minnesota (Plan de santé du Minnesota),3 et à New York (projet de loi A04738A)4 a également fait progresser la législation pour passer à un système de santé à payeur unique. L'assurance-maladie pour tous, appuyée par une majorité de 42 États, apparaît pour beaucoup comme un test décisif pour les espoirs démocratiques du président.5 Lors de récents votes, la plupart des Américains ont appuyé le plan Medicare for All.6ème

L'assurance-maladie pour tous et les régimes similaires à payeur unique ont généralement beaucoup de choses en commun. Ils imaginent un système dans lequel le gouvernement fédéral collecterait et distribuerait la plupart des fonds destinés aux soins de santé; les avantages seraient assez larges; le rôle de l'assurance privée serait limité et hautement réglementé; et le partage des coûts serait minime. Les partisans de la réforme de la santé à payeur unique invoquent souvent la réduction des coûts et l'élargissement de la couverture pour les personnes couvertes par les systèmes de santé universels comme preuve de l'efficacité de ces systèmes.

Les systèmes d'assurance maladie d'autres pays ont les mêmes objectifs généraux que ceux en faveur des paiements forfaitaires: atteindre la couverture universelle en améliorant la qualité des soins, en améliorant l'équité en santé et en réduisant les coûts généraux des soins de santé. Cependant, les systèmes de couverture universelle présentent des différences significatives d'un pays à l'autre et, à bien des égards, des systèmes envisagés par les législateurs américains lorsqu'ils introduisent des comptes à payeur unique fédéraux et d'État. Les Américains qui paient une assurance ponctuelle en tenant compte de la conception extensive que les autres pays utilisent pour obtenir une assurance universelle.

Cette publication utilise brièvement des données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), du Fonds du Commonwealth et d'autres sources pour comparer les principales caractéristiques des systèmes de santé universels dans 12 pays à revenu élevé: Australie, Canada, Danemark, Angleterre, France, Allemagne, Pays-Bas, Norvège, Singapour, Suède, Suisse et Taiwan. Nous nous concentrons sur trois grands domaines de disparité entre ces pays qui intéressent les politiciens américains: la répartition des responsabilités et des ressources entre les différents niveaux de gouvernement; le volume des prestations assurées et le degré de partage des coûts dans le cadre d'une assurance de l'État; et le rôle de l'assurance maladie privée. Il existe de nombreux autres domaines dans lesquels des systèmes de soins de santé universels existent dans d'autres pays à revenu élevé – tels que la propriété d'hôpitaux, l'adoption de nouvelles technologies, le financement de systèmes et la budgétisation générale – qui dépassent le cadre de cette discussion.

Organisation du système

Les décideurs américains et le public ont souvent tort de penser que tous les systèmes de soins de santé universels sont fortement centralisés, comme dans le cas du modèle à payeur unique réel. Cependant, la centralisation n'est pas une caractéristique cohérente des douze pays à revenu élevé dotés de systèmes de santé universels. Le pouvoir de décision et le financement sont répartis de manière différente entre les gouvernements fédéral, régionaux / provinciaux et locaux. Les comptes à payeur unique aux États-Unis constituent l’autorité légale ultime pour les décisions d’allocation de ressources et la responsabilité de la mise en œuvre des politiques pour le gouvernement fédéral, mais il ne s’agit pas d’une norme internationale pour tous les pays. Au contraire, il existe des différences significatives entre les pays en ce qui concerne l'élaboration des politiques et le financement des services, reflétant la structure de leurs gouvernements et leurs systèmes de protection sociale.

Les pays dotés de soins de santé universels organisent généralement leurs systèmes de trois façons: système fédéral, contrôle centralisé, mais aussi flexibilité régionale ou système contrôlant le mieux les autorités régionales et locales (1). exemple). .

Examen des propositions de payeur unique aux États-Unis: leçons pour les pays étrangers ® garantie santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes