Droit des sociétés des îles Caïmans – Wikipedia ◄ mutuelle entreprise

L’assurance des risques informatiques

Cette espoir indispensable aux sociétés qui manient de nombreuses données informatiques (SSII, cabinets de conseil, les laboratoire de voyage, les entreprises de vente en ligne) couvre les ordinateurs cependant aussi les base de données et les frais de reconstitution si elles sont perdues ou endommagées. “Même un industriel confronté à une grosse panne informatique risque d’être punis pour tenir ses contrat vis-à-vis de ses clients et de ne pas se permettre de réaliser ses livraisons en temps et en heure. Quelle que soit son activité, le dirigeant d’Å“uvre est intérêt à évaluer l’impact que peut avoir l’informatique sur son métier”, recommande Damien Palandjian.

Le montant de l’indemnisation dépend de les chiffres du matos déclaré et des frais occasionnés selon son rachat et la reconstitution des données (ressaisies, reconstitution de logiciels, suppression des virus…) estimés pendant un expert.

Publicité
La publicité se termine dans 15s
Fermer la publicité dans 5 s
>> Lire aussi: Trois contrats pour assurer son informatique

5. L’assurance du risque écologique

“Une entreprise n’ayant pas de site industriel ou bien d’entreposage et non soumise à une autorisation préfectorale pour les risques de pollution, couvrir son risque écologique chez le biais de son contrat de responsabilité civile général. En revanche, si elle est nympho à autorisation préfectorale pour exercer son activité, elle souscrire un contrat spécifique pour couvrir les atteintes à l’environnement”, précise Damien Palandjian

Les garanties des atteintes à l’environnement (extensions de responsabilité civile pro ainsi qu’à contrats spécifiques comme la garantie responsabilité environnementale) sont indispensables aux entreprises duquel l’activité peut léser à l’environnement (pollution de l’air, de l’eau, des étudier et nappes phréatiques, atteintes à des websites protégés…). Ces certitude s’appuient sur le principe du “pollueur-payeur” : le chef de tentative réparer le préjudice constaté, causé chez sa société. Suivant contrats, l’assurance couvre la dépollution, les coûts d’évaluation des dommages, la confection d’études pour déterminer les actions de réparation et frais administratifs et pourquoi pas judiciaires.

Droit économique national

Droit des sociétés des îles Caïmans est principalement codifié dans la loi sur les sociétés (libellé de 2018) et la loi de 2016 sur les sociétés à responsabilité limitée.(1) et dans une moindre mesure dans la loi intitulée Securities and Investment Business Act (version 2015). Les îles Caïmanes constituent un important centre financier maritime (un paradis fiscal) et les services financiers constituent une part importante de l'économie des îles Caïmanes. En conséquence, le droit des sociétés est une partie du droit des îles Caïmanes beaucoup plus importante que celle attendue.

Types de société(Éditer)

Il existe essentiellement deux types d’entreprises aux îles Caïmans.

Les premières et les plus courantes sont les sociétés constituées en vertu de la Loi sur les compagnies (édition 2013). Ces sociétés peuvent être constituées en sociétés résidentes, sociétés non-résidentes, sociétés exonérées d'impôt, sociétés à responsabilité limitée (PMD) ou sociétés de zones économiques spéciales (ZES).(2)

La seconde est constituée par les sociétés à responsabilité limitée Loi sur les sociétés à responsabilité limitée. Les sociétés à responsabilité limitée se présentent sous la forme d'hybrides entre entreprises et partenariats.(3) Bien qu'ils aient une personnalité juridique distincte (à l'instar des entreprises), ils ne disposent pas de capital autorisé et sont contrôlés par une majorité des membres (par exemple, des communautés).(4)

Inscrivez votre entreprise(Éditer)

Aux îles Caïmanes, toute personne peut signer son acte constitutif pour constituer une entreprise à des fins légitimes.(5) En pratique, les sociétés sont presque toujours constituées de sociétés de fiducie professionnelles et non de membres du public.

En vertu de la loi sur les sociétés, les sociétés peuvent être enregistrées comme sociétés par actions ou sous garantie.(6) La société couverte par la garantie peut également être constituée avec un capital autorisé. En pratique, la grande majorité des sociétés sont constituées en sociétés à responsabilité limitée.

Lorsqu'une entreprise exerce ses activités principalement à l'extérieur des îles Caïmanes, elle est généralement enregistrée en tant que société exonérée d'impôt.(7) Cela reproduit essentiellement le concept d'entreprise multinationale d'autres juridictions, sauf que les sociétés exonérées n'ont pas besoin d'économies d'impôt. L'enregistrement en tant que société exonérée d'impôt présente le principal avantage de ne pas obliger les entreprises détaxées à remplir des comptes.

Les sociétés exonérées peuvent également être enregistrées en tant que sociétés à durée limitée,(8) ou en tant que sociétés de la zone économique spéciale.(9) Les sociétés à durée limitée sont tenues d’inclure «LDC» ou «société à durée limitée» dans leur nom,(10) et les sociétés SEZC doivent nommer "SEZC" ou "SEZ Company" dans leur nom.(11)

Les îles Caïmanes peuvent également continuer à être enregistrées en tant que société à portefeuille distinct.(12) Une société à portefeuille distinct est une société qui sépare les actifs et les passifs de différentes catégories d’actions les unes des autres et de l’actif total de la société.(13) Toutes les sociétés de portefeuille séparées sont tenues d'inclure le nom "SPC" ou "Société de portefeuille séparée" dans leur nom.(14)

Personnalité de marque(Éditer)

Aux Îles Caïmanes, une société a une personnalité juridique distincte de celle de ses membres (à la différence, par exemple, d'un partenariat enregistré en vertu de la loi sur les sociétés de personnes dispensées (édition 2014)). La responsabilité des membres de la Société sera limitée à leurs actions ou au montant de leur garantie.(15) De même, les administrateurs ou dirigeants d’une société ne sont généralement pas responsables des dettes de la société, sauf s’ils peuvent être tenus responsables de leur comportement ou de leurs actes. Les principales circonstances dans lesquelles les administrateurs peuvent être tenus responsables de leurs actes en tant qu'administrateurs sont les suivantes: 1) l'administrateur est coupable de commerce malhonnête ou de mauvaise conduite ou 2) lorsqu'il assume la responsabilité personnelle de certains actes.(16)

Inversement, les actifs d'une entreprise sont considérés comme n'appartenant qu'à l'entreprise et non à ses membres. Dans des circonstances exceptionnelles, les tribunaux sont disposés à "briser le voile de la société" et à traiter les actifs de la société comme appartenant à ses membres (ou inversement, traitent les obligations de la société comme des obligations des membres), mais dans des circonstances dans lesquelles cela sera rare et exceptionnel.(17)

La constitution de l'entreprise(Éditer)

Une société d'une société privée constituée en vertu de la Loi sur les sociétés doit se doter de règlements administratifs et de statuts. Les sociétés peuvent adopter la forme statutaire des statuts (appelée "tableau A") à l'annexe 1 de la loi sur les sociétés,(18) Cependant, dans la pratique, peu d'entreprises le font.

Les statuts et les statuts de la société sont soumis au registre des entreprises mais ne sont pas accessibles au public. Les statuts et les statuts ne peuvent être modifiés que par ordre spécial,(19) ce qui, en vertu de la législation des îles Caïmanes, signifie généralement une majorité des deux tiers, bien qu'il puisse être augmenté par la loi.(20)

Toute modification du mémorandum ou des articles entrera normalement en vigueur lors de l'adoption d'une résolution spéciale. La société est alors tenue de déposer une résolution spéciale auprès du registre des entreprises, mais ne pas le faire ne sera pas efficace.

Dès l'acceptation du mémorandum et des statuts, il lie la société et chaque membre de la société comme s'ils avaient été exécutés avec le même cachet.(21)

Les documents constitutifs d’une LLC sont son contrat. Cela ressemble beaucoup plus à un accord de partenariat qu’à un règlement d’entreprise. Le contrat LLC n'est pas enregistré ou enregistré auprès du registre des sociétés.(22)

Gouvernance d'entreprise(Éditer)

Les affaires et les affaires d’une société des îles Caïmanes sont généralement gérées par son conseil d’administration.(23) Le conseil doit être composé d'un ou de plusieurs individus, personnes physiques ou sociétés. Les administrateurs doivent leur argent dans la plus stricte bonne foi et dans le meilleur intérêt de la société.(24) La loi sur la société à responsabilité limitée ne fait pas presque entièrement référence à la fonction d'administrateur et tous les principes juridiques pertinents découlent du droit commun.

Les membres de la société sont légalement les propriétaires de la société. Bien qu’ils n’aient aucun pouvoir sur les administrateurs pour dicter la manière dont une entreprise devrait être dirigée,(25) ils ont le pouvoir de nommer et de révoquer un conseil par lequel ce pouvoir est indirectement contrôlé. Les membres peuvent prendre des décisions de manière formelle ou informelle conformément à Mannequin principe.

Aucune disposition légale spécifique ne protège les actionnaires minoritaires contre "un préjudice injuste causé à la majorité des actionnaires". Ainsi, les actionnaires minoritaires touchés par celle-ci doivent invoquer les exceptions de common law prévues dans l’affaire. Foss v Harbottle,(26) ou demander la liquidation de la société pour des raisons justes et équitables. Lorsqu'un actionnaire minoritaire demande une liquidation équitable et impartiale, le tribunal a le pouvoir discrétionnaire de rendre plusieurs ordonnances alternatives, telles que: (a) une ordonnance régissant la gestion future des affaires de la société; (b) une injonction enjoignant à la société de ne pas commettre ou poursuivre les actes dénoncés par le pétitionnaire ou de mener à bien les actes reprochés par le pétitionnaire en son absence; c) une ordonnance autorisant le requérant à engager une procédure civile au nom et pour le compte de la société, dans les conditions déterminées par le tribunal; ou (d) une ordonnance enjoignant à d’autres membres ou à la société elle-même d’acheter les actions d’un membre de la société.(27)

Le conseil d’administration peut prendre des décisions lors de la réunion (photo) ou par des circulaires écrites unanimes.

Les administrateurs doivent la société elle-même et non les membres individuels.(28) Par conséquent, si l'administrateur manque à ses obligations, le plaignant compétent dans toute action est l'entreprise elle-même. Si la société est incapable d'agir (parce qu'elle est sous le contrôle d'une personne non autorisée), le tribunal peut autoriser le membre à poursuivre au nom de la société dans des actions dérivées. Cependant, le recours sera une perte pour l'entreprise et seulement une perte pour l'entreprise. Un actionnaire ne peut pas poursuivre une personne pour préjudice injustifié causé à une société pour "pertes réflexives" compte tenu de la valeur de sa participation, ce qui entraînerait une double indemnisation de la personne illicite pour la même erreur (une fois pour la société et une fois pour les actionnaires). ).(29)

La loi sur les sociétés des îles Caïmanes met l’accent sur la protection des droits des créanciers et des membres (c’est-à-dire des sources de capital) en tant que partie prenante essentielle de la société. Les droits des autres parties prenantes, tels que les employés, les clients et le grand public, sont relativement peu protégés. Cela reflète la nature offshore de la plupart des sociétés des îles Caïman et les différents environnements socio-économiques dans lesquels elles opèrent.

Actions et actionnaires(Éditer)

Bien que les sociétés des Îles Caïmans puissent être constituées en sociétés de garantie, la quasi-totalité des sociétés sont enregistrées en tant que sociétés à capital-actions. L’émission d’actions est régie par les statuts de la Société.(30)

Les actionnaires d'une société des îles Caïmanes ne peuvent exercer aucun droit légal ou de préemption à l'égard de l'émission ou de la vente de nouvelles actions. Bien que les entreprises puissent opter pour un régime d'interdiction prévu par la loi, peu d'entreprises le font. Les sociétés peuvent avoir des dispositions spéciales dans leurs documents constitutionnels relatives à ces droits, et cela se produit parfois dans les coentreprises ou lorsqu'un actionnaire privilégié investit dans la société.

Aux îles Caïmanes, le vote des actionnaires est toujours régi par la base de contrôle majoritaire habituelle. Toutefois, si la majorité exerce son pouvoir de manière à nuire indûment aux actionnaires minoritaires, le tribunal peut accorder une réparation aux actionnaires minoritaires.

Les sociétés des îles Caïmanes peuvent émettre des actions au porteur, mais uniquement à destination du dépositaire.(31) Aucune restriction équivalente n’est imposée aux sociétés émettrices de titres de créance au porteur ou de bons de souscription au porteur.

Financement par emprunt(Éditer)

Les sociétés des Îles Caïmanes sont souvent principalement capitalisées sur des dettes, et non sur des fonds propres, qu’il s’agisse de dettes intra-groupe ou d’emprunts extérieurs. Les entreprises ne sont pas tenues de déclarer leurs emprunts aux îles Caïmans.

Lorsqu'un créancier recouvre une dette d'une entreprise pour une créance, cette garantie doit être enregistrée dans le registre des hypothèques, des impôts et des autres charges de l'entreprise.(32) Tous les créanciers d'une entreprise ont le droit de demander une révision du registre.(33)

Aucune restriction n'interdit aux sociétés des îles Caïmanes de fournir un soutien financier pour l'acquisition de leurs propres actions, et il n'est pas nécessaire de passer par une procédure "sans vote".

Réorganisation et restructuration(Éditer)

Un certain nombre de dispositions légales permettent aux sociétés enregistrées dans les îles Caïmanes de se réorganiser dans le cadre d’une restructuration générale du groupe, d’une restructuration de la dette ou d’une opération de fusion-acquisition.

  • Fusions et consolidation. Deux sociétés ou plus peuvent, en vertu de la loi, fusionner ou fusionner en une seule société remplaçante,(34) et la société cessionnaire reprendra les actifs de toutes les sociétés en formation et sera soumise à toutes les obligations et responsabilités des sociétés en cours de constitution. À la suite de la fusion, l’une des sociétés qui fusionnent à l’origine est son successeur légal. En consolidation, toutes les nouvelles entreprises sont fusionnées dans une nouvelle entité qui n'existait pas avant la consolidation. Après la fusion ou la consolidation, les sociétés restantes ne disparaissent pas et cessent d'exister.
  • Suite. Les sociétés enregistrées aux îles Caïmanes, bien que pas autant que possible dans le processus de réorganisation, peuvent résider (ou, selon les statuts, «continuer à exister juridiquement») dans tout autre pays autorisant les sociétés à modifier leur pays d'enregistrement.(35) De même, les entreprises ont le droit d'émigrer vers les îles Caïman depuis d'autres juridictions si celles-ci le permettent.(36)
  • Schémas d'accord. Les entreprises peuvent conclure un arrangement en vertu duquel le tribunal autorise un compromis ou un arrangement entre les membres de l'entreprise ou les créanciers.(37) Le système doit être approuvé à une majorité de 75%. Valeurs.(38) Si les intérêts des participants au système ou des créanciers du système diffèrent, le tribunal peut décider de les diviser en deux classes ou plus pour voter sur le système. Aux Îles Caïmanes, une approche de réhabilitation des créanciers sévère est similaire à celle adoptée à Hong Kong, où la société elle-même demandera une provision pour un liquidateur qui se conformera aux autres revendications de la société,(39) ensuite, le liquidateur par intérim annoncera un arrangement concernant un plan de restructuration de la dette d’entreprise insolvable.(40)

Insolvabilité(Éditer)

Les lois sur l'insolvabilité des sociétés des îles Caïmanes ont été presque complètement codifiées dans un certain nombre de lois, notamment la loi sur les sociétés, la loi sur la faillite (édition de 1997) et la loi de 2008. Règles de liquidation de l'entreprise. Aux îles Caïmanes, une entreprise est réputée ne pas être en mesure de payer ses dettes si elle ne satisfait pas à une décision judiciaire ou à une demande en justice ou s'il est par ailleurs prouvé au tribunal qu'elle ne peut pas payer ses dettes.(41) Il suffit généralement de prouver au tribunal que le bilan de la société est insolvable.(42) Dans chacune de ces circonstances, le créancier peut demander au tribunal de nommer un liquidateur. La société peut également engager volontairement la liquidation par résolution spéciale de ses membres.(43)

En cas de dissolution d’une société, à moins que le tribunal n'en décide autrement, un comité de liquidation composé des représentants des créanciers principaux est constitué pour chacune des sociétés en liquidation.(44) Le comité a pour objet de fournir des orientations et des informations sur les souhaits du créancier en tant qu’organes du liquidateur.

Lorsqu'un liquidateur est nommé (volontairement ou en justice), sa responsabilité première est de collecter et de distribuer tous les actifs de la société. pari passu aux créanciers de l'entreprise.(45) La loi donne au liquidateur un pouvoir considérable pour le faire.(46) Après la nomination d'un liquidateur, les créanciers non garantis ne peuvent pas engager de poursuites judiciaires contre la société insolvable sans l'autorisation du tribunal.(47) et le droit de toute réclamation contre la société est transformé en réclamation en liquidation. Toute aliénation des actifs de la Société après la liquidation sera nulle et non avenue, sauf indication contraire du tribunal.(48) La liquidation est réputée commencer à compter du dépôt de la requête (c’est-à-dire qu’elle sera «rétroactive» après la passation de la commande).(49)

Les créanciers protégés ne participent généralement pas au processus de liquidation et peuvent continuer à engager toute action exécutoire directement avant leur mise en gage, sous réserve des sûretés applicables.(50) La législation des îles Caïmanes ne prévoit qu'un très petit groupe de créanciers privilégiés, ce qui est rarement important sur le plan commercial dans les liquidations insolvables.(51)

En cas d’insolvabilité de la société, les dettes entre la société et le créancier ayant l’intention de prouver au moment de la liquidation seront compensées.(52) Le droit de compensation est obligatoire et ne peut être levé. Le droit de compensation est également préservé par le fait que le créancier a crédité la société lorsque celle-ci est déclarée insolvable.

La loi sur les sociétés incorporait dans la loi sur les îles Caïmanes une compensation statutaire relative aux contrats financiers, qui aura préséance sur d’autres dispositions de la loi sur l’insolvabilité des îles Caïmanes.(53)

Le liquidateur peut contester les transactions crépusculaires contre l'insolvabilité si ces transactions constituent une préférence injuste ou une transaction sous-évaluée.(54) Cependant, il n'y a pas de régime d'évitement distinct pour les frais variables contestés ou les transactions de crédit d'extorsion. Le liquidateur peut également poursuivre les anciens administrateurs (y compris les administrateurs fantômes) et les dirigeants de la société pour négociation frauduleuse (mais pas exclusivement pour négociation insolvable).(55)

Régulation des services financiers(Éditer)

Aux Îles Caïman, les services financiers sont réglementés par la CIMA, l'autorité monétaire indépendante des îles Caïmanes. Le domaine d'activité de CIMA comprend les sociétés (et toute autre entité) exerçant des activités réglementées. Les principaux types d'activités réglementées sont les suivants:

  1. Fonds communs de placement
  2. Activité d'investissement comprenant:
    1. commerce des investissements
    2. courtage en investissement
    3. gérer les investissements
    4. fournir des conseils en investissement
  3. Les assurances
  4. Bancaire
  5. Financement et services monétaires
  6. Sociétés de fiducie
  7. Gouvernance d'entreprise

L'activité la plus réglementée des îles Caïmanes est réglementée si elle est exercée "à l'intérieur ou à l'extérieur de la juridiction". En conséquence, si les îles Caïmanes devaient être incluses dans la fourniture de conseils d’investissement à l’Indonésie, elles seraient toujours réglementées aux Îles Caïmanes, dans la mesure où elles fournissent des services réglementés "de l'intérieur".

Voir aussi(Éditer)

Liens externes(Éditer)

  1. ^ "Loi de 2016 sur les sociétés à responsabilité limitée" (PDF). Gouvernement des Iles Caïman. Reçu 11 janvier L'année 2018.
  2. ^ "Îles Caïmanes: Types d'entreprises". Lowtax.net. Reçu 13 juillet Année 2016.
  3. ^ "Les Îles Caïmans présentent un nouveau véhicule: une société à responsabilité limitée". Érables et calder. Reçu 13 juillet Année 2016.
  4. ^ Bien que, par convention, cela puisse être confié à des "gestionnaires".
  5. ^ Loi sur les compagnies, article 5.
  6. ^ Articles 8 et 9 de la Loi sur les compagnies.
  7. ^ Loi sur les compagnies, article 163.
  8. ^ Article 178 (1) de la loi sur les sociétés.
  9. ^ Loi sur les compagnies, article 182A (1).
  10. ^ Loi sur les compagnies, article 179 (1) (b) (ii).
  11. ^ Loi sur les compagnies, article 182B (1) (a) (ii).
  12. ^ Loi sur les compagnies, article 213.
  13. ^ Loi sur les sociétés à responsabilité limitée, articles 220 et 221.
  14. ^ Loi sur les compagnies, article 215.
  15. ^ Loi sur les compagnies, article 6.
  16. ^ Williams contre Natural Life Health Foods Ltd (1998) UKHL 17
  17. ^ Presto v Petrodel Resources Ltd (2013) UKSC 34
  18. ^ Loi sur les compagnies, article 22 (1).
  19. ^ Loi sur les sociétés, articles 10 (mémorandum) et 24 (articles).
  20. ^ Loi sur les compagnies, article 60.
  21. ^ Section 12 (Mémorandum) et Article 25 (3) (Articles) de la Loi sur les sociétés.
  22. ^ 2016 Paragraphe 16 (3) de la loi sur les sociétés à responsabilité limitée.
  23. ^ Cela sera indiqué dans les articles; par exemple, voir Article 66 du tableau A (figurant à l'annexe 1 de la loi sur les sociétés).
  24. ^ Howard Smith Ltd contre Ampol Petroleum Ltd (1974) AC 821
  25. ^ Filtre auto-nettoyant automatique Syndicate Co Ltd v Cuninghame (1906) 2 Ch 34
  26. ^ (1843) 67 ER 189
  27. ^ Loi sur les compagnies, article 95 (3).
  28. ^ Foss v Harbottle (1843) 67 ER 189
  29. ^ Johnson v. Gore Wood & Co (2002) 2 AC 1
  30. ^ Voir, par exemple, le tableau A, Droit des sociétés, annexe 1, article 1.
  31. ^ Loi sur les compagnies, article 229 (1).
  32. ^ Loi sur les compagnies, article 54 (1).
  33. ^ Loi sur les compagnies, article 54 (3).
  34. ^ Loi sur les compagnies, article 233.
  35. ^ Article 206 (1) de la loi sur les sociétés.
  36. ^ Loi sur les compagnies, article 201 (1).
  37. ^ Loi sur les compagnies, article 86.
  38. ^ Loi sur les compagnies, article 86 (2).
  39. ^ Loi sur les compagnies, article 97 (1).
  40. ^ Sandie Corbett et David Walker. Guide américain sur les restructurations et l'insolvabilité, 2008/2009 (PDF). p. 318.
  41. ^ Loi sur les compagnies, article 93.
  42. ^
    Re Herald Fund SPC (en liquidation) DSE 27/13, Grande Cour (non rapporté), Jones J, 2014. 28 janvier "Comités de liquidation des Caïmans – Ce que les futurs membres doivent savoir" (PDF). Harney Westwood et Riegels. Reçu 11 novembre Année 2014.
  43. ^ Loi sur les compagnies, article 90 (b) (i).
  44. ^ Liquidation d'entreprises en 2008 Règles modifiées par le Règlement de 2013. Règles de liquidation de l'entreprise.
  45. ^ Loi sur les compagnies, article 110 et article 140 (1).
  46. ^ Loi sur les sociétés anonymes, annexe 3.
  47. ^ Loi sur les compagnies, article 97 (1).
  48. ^ Loi sur les compagnies, article 99.
  49. ^ Loi sur les compagnies, article 100 (2).
  50. ^ Loi sur les compagnies, article 132 (1).
  51. ^ Loi sur les compagnies, article 141 (1) et annexe 2.
  52. ^ Article 127 de la loi sur la faillite.
  53. ^ Loi sur les compagnies, article 140 (2).
  54. ^ Articles 145 et 146 de la loi sur les sociétés.
  55. ^ Loi sur les compagnies, article 147.


Droit des sociétés des îles Caïmans – Wikipedia ◄ mutuelle entreprise
4.9 (98%) 32 votes