Deux niveaux de soins de santé – Wikipedia ☏ garantie entreprise

AFFILIATION D’UN SALARIÉ : COMMENT PROCÉDER ?
C’est à l’employeur de centraliser les documents nécessaires à l’affiliation de ses salariés pour les transmettre ensuite à l’organisme complémentaire.

Pour être affilié, un salarié remplir une déclaration d’affiliation à laquelle doit être jointe différents documents :

la photocopie de l’attestation de sa carte vitale et celle de tout membre de la famille bénéficiant du contrat (selon les dispositions prévues au contrat santé) ;
un relevé d’identité bancaire ou de caisse d’épargne.

Il si nécessaire lui être demandé, selon la nature du contrat, de joindre :
photocopies des certificats de scolarité pour les bambins de plus de 16 ainsi qu’à tout document justifiant de leur situation ;
son attestation de PACS ;
son certificat de union libre ;
le certificat de radiation de son ancienne mutuelle horodaté de moins durant une période de trois mois dans l’hypothèse ou le contrat santé prévoit un délai de carence.
LES MODALITÉS DE CHANGEMENT DE STATUT D’UN SALARIÉ
En de changement de règle socio-professionnel d’un salarié or sein de l’entreprise, son régime de protection sociale peut également être modifié. C’est alors à l’employeur de se charger de l’ensemble des allées et venues proche d’assurance complémentaire.

RADIATION D’UN SALARIÉ : COMMENT DÉCLARER CETTE MODIFICATION ?
Lorsqu’un salarié quitte son entreprise, l’adhésion or contrat collectif santé et/ou prévoyance desquelles il bénéficiait est résiliée de plein droit. L’ancien employeur alors informer l’organisme complémentaire de ce départ parmi écrit, dans les plus brefs délais.

Pour clôturer le dossier santé du salarié et cesser remboursements, le salarié doit remettre sa carte de troisième payant.

Selon le raison de départ de l’entreprise du salarié, l’ancien employeur être tenu, a l’intérieur du cadre de la portabilité des droits santé et prévoyance, de lui maintenir garanties de laquelle il bénéficiait durant la rupture du contrat de travail à titre gratuit.

Soins de santé à deux vitesses il existe une situation où le système de soins de santé primaires fourni par le gouvernement fournit des soins de base et le niveau de soins de santé secondaires s'adresse à ceux qui peuvent payer pour un accès supplémentaire, de meilleure qualité ou plus rapide.
Dans de nombreux pays, les soins de santé sont financés par des fonds publics et privés, mais le degré de création de différences de qualité dépend de la façon dont les deux systèmes sont gérés, financés et réglementés.

Certains systèmes de santé universels financés par des fonds publics fournissent d'excellents services, alors que le système privé est généralement petit et peu différencié. Dans d'autres pays, généralement plus pauvres, le système de santé publique est sous-financé et surutilisé, ce qui permet aux entreprises privées de fournir de meilleurs services, même s'ils sont plus coûteux.

Il existe au Canada des fournisseurs de soins de santé privés et publics offrant aux patients un choix complet entre médecins et autres établissements.

Le système de financement public, appelé de manière informelle Medicare, consiste en plusieurs systèmes différents gérés par chaque province ou territoire. Le gouvernement fédéral distribue des fonds aux provinces pour les soins de santé si les provinces conçoivent leurs systèmes en fonction de certains critères qu’ils appliquent tous. La plupart des personnes prises en charge au Canada ne paient pas pour leurs propres soins. Le prestataire médical reçoit un forfait pour les soins fournis. La loi interdit à un prestataire de soins de facturer aux patients de compléter leurs revenus de Medicare. Les prestataires de soins médicaux peuvent fixer leurs propres contributions à un montant supérieur aux frais de remboursement de Medicare, mais le patient doit payer l'intégralité du coût des soins, pas seulement les trop-payés.

Environ 70% du financement canadien des soins de santé provient du système public. Les 30% restants proviennent de financements privés, répartis dans des proportions à peu près égales entre financement "de poche" et assurance privée, ce qui peut être additionnel (frais de réunion, coûts non couverts d'un système public tels que médicaments, traitements dentaires et frais généraux). (ajout de fournisseur de services ou accès plus rapide aux soins)(1) Cependant, il existe des obstacles financiers qui rendent le traitement privé avec les services Medicare moins rentable.

Six provinces canadiennes sur dix ont interdit l'assurance privée pour les services assurés par l'État afin d'éviter les files d'attente et de préserver ainsi l'équité dans le système de soins de santé. 2005 La Cour suprême du Canada a statué que de telles interdictions sont inconstitutionnelles au Québec si la période d'attente pour la surveillance est trop longue. Cependant, cette décision ne s'applique qu'à la province de Québec. Une deuxième contestation judiciaire est en cours pour déterminer si une interdiction des soins de santé parallèles privés viole le droit du patient à la vie, à la liberté et à la sécurité, en vertu du chapitre 7 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Certains hôpitaux privés fonctionnant au moment de l'élaboration du plan national de santé (tel que le centre de traitement des hernies Ifice à Thornhill, en Ontario) continuent de fonctionner, mais ne peuvent facturer aucun supplément pour les procédures médicales. (Cependant, il existe des frais supplémentaires obligatoires pour les chambres à l’hôpital Likiskes, qui ne sont pas couverts par l’assurance maladie de l’État. Cela introduit effectivement le niveau supérieur du système à deux niveaux. Par exemple, les bénéficiaires de l’aide sociale ne peuvent pas y être redirigés.)

Les cliniques sont généralement des opérations privées, mais ne peuvent pas facturer de frais supplémentaires. Les soins de santé privés dans les champs ouverts et pour les étrangers peuvent également être fournis.

Danemark(Éditer)

Soins de santé Au Danemark, bien que les soins de santé soient en grande partie fournis par le gouvernement au niveau du comté et du pays, ils sont appuyés par des régimes d'assurance complémentaire couvrant des services optionnels non couverts par le système de l'État. ils aident également à couvrir les primes.

Les soins de santé en France sont un système de médecins privés et publics, qui perçoivent l'essentiel des revenus du gouvernement. Il existe des hôpitaux publics et privés.

Les patients paient une petite prime pour certains aspects de leurs soins, mais de nombreuses personnes supportent le coût de compléter leur assurance maladie avec une petite prime chaque année.

La France dispose donc également d’un système d’administration mixte qui offre aux patients un choix complet de fournisseurs. Il existe des arrangements de financement à deux niveaux qui exigent que les services médicaux de base obligatoires soient financés par la fiscalité, ainsi que le choix d'une assurance privée pour le remboursement.

Allemagne(Éditer)

Il existe plusieurs caisses d'assurance maladie en Allemagne, publiques et à but non lucratif. L'affiliation à la caisse d'assurance maladie est obligatoire pour tous, à l'exception de certaines personnes qui se désengagent complètement. Les médecins sont généralement des travailleurs indépendants et les hôpitaux peuvent être publics, privés ou à but non lucratif.

Irlande(Éditer)

La santé en République d'Irlande est en grande partie financée par l'État. Cependant, tous les citoyens ont la possibilité de souscrire une assurance maladie privée supplémentaire fournie par quatre sociétés. Il s’agit du VHI, un grand assureur public qui exploite, comme tous les autres assureurs, une notation communautaire; les personnes sont assurées au même taux de base, indépendamment de leur état de santé. Les autres assureurs sont Glo Healthcare, LAYA et Avivia. De même, des sociétés beaucoup plus petites, à capitaux limités, bénéficient à certaines professions, telles que les officiers de police.

Il existe des hôpitaux publics et privés. Les patients privés sont souvent traités dans des hôpitaux publics, car tous les patients assurés à titre privé sont éligibles pour un système financé par l'État.

Les pays-bas(Éditer)

Aux Pays-Bas, les soins de santé sont essentiellement à un niveau, dans la mesure où tous les individus ont accès à un système commun de prestataires privés et publics et ont toute liberté de choix entre les prestataires. Les assureurs sont tous des entreprises privées. Elle est fortement subventionnée par les recettes fiscales et est fortement réglementée par une police d'assurance standard unique et standardisée pour tous les prestataires de services et une assurance complémentaire plus souple, moins contrôlée et imposée par chaque entreprise à sa guise.

Les assureurs établissent un taux standard pour chaque année adulte du pays et doivent assurer toutes les personnes qui en font la demande, quel que soit leur âge ou leur état de santé. Le Fonds de péréquation, qui est essentiellement une caisse nationale d'assurance maladie, est financé par un impôt sur le revenu des employeurs et des employés, utilisé pour payer les soins de santé pour tous les enfants et rembourser les assureurs s'ils ont plus de clients à risque élevé que les autres assureurs. .

Par conséquent, les assureurs néerlandais accueillent les malades et les personnes âgées, car ils sont pleinement indemnisés du risque plus élevé que courent ces clients. Les personnes vivant dans des régions plus chères du pays doivent payer des primes plus élevées car elles reçoivent moins d'indemnisation du gouvernement car elles peuvent se permettre de payer plus, mais les personnes âgées et les malades paient les mêmes primes que quiconque dans la région. La sécurité sociale couvre le coût de l'assurance pour les personnes à faible revenu, telles que les chômeurs et les personnes handicapées à vie.

Singapour(Éditer)

Healthcare à Singapour utilise un véritable système à deux niveaux pour le réseau de fournisseurs et les fonds d’assurance. Le système hospitalier parrainé et subventionné par le gouvernement accepte tous les patients avec une liste de services garantie. Le système hospitalier privé parallèle fournit des services qui ne sont pas fournis ou fournis avec des équipements supplémentaires (tels que des chambres privées et d’autres services de magasin) dans les hôpitaux publics.

Singapour utilise un fonds d'assurance universel comme base de participation pour tous les citoyens. Les personnes âgées et certains groupes reçoivent une subvention pour s'affilier au Global Basic Insurance Fund (1).

Une couverture d'assurance supplémentaire est disponible pour les protections facultatives telles que la chirurgie plastique ou les aménagements hospitaliers supplémentaires.

Les assurances privées, les hôpitaux privés et la gestion privée des hôpitaux publics existent en Espagne. Ils coexistent avec des hôpitaux entièrement détenus par le gouvernement. L'assurance de l'État garantit une assurance tous risques, sans frais pour les patients, à l'exception d'une partie du coût des médicaments sur ordonnance. Certains hôpitaux privés ne sont disponibles qu'avec une assurance privée. Le système est régulièrement classé parmi les meilleurs au monde (2)

Suisse(Éditer)

Une assurance maladie privée est obligatoire pour toute personne résidant en Suisse. Les compagnies d’assurance sont tenues de vendre l’assurance maladie de base obligatoire au prix coûtant, et les personnes qui ne peuvent pas payer de primes (sur la base du ratio primes sur revenu) reçoivent des subventions en espèces de l’État. Les hôpitaux publics sont subventionnés, mais il existe également des hôpitaux privés qui fournissent des services auxiliaires tels que des services facultatifs.

En plus de l'assurance maladie de base obligatoire, des régimes d'assurance privés facultatifs et complémentaires sont disponibles.

Royaume-Uni(Éditer)

Le National Health Service (ou NHS) assure une protection universelle à tous les résidents du Royaume-Uni.

Les soins de santé personnels ont continué parallèlement au NHS, qui est en grande partie couvert par une assurance privée et utilisé par environ 11% de la population.(2), généralement en complément des services du NHS et est généralement fournie par des régimes d'assurance financés par l'employeur. Il s'agit de l'avantage imposable pour l'employé, la valeur que l'administrateur fiscal calcule en tant que revenu du destinataire. Les services du NHS étant si complets, il existe de nombreux domaines dans lesquels le secteur privé n’est généralement pas concurrentiel et les assureurs privés refusent presque toujours le financement. Les services d'accouchement et de périnatalité en sont de bons exemples.

Au contraire, dans certaines régions, le NHS n'offre pas de traitement gratuit (par exemple, la chirurgie esthétique à des fins de luxe), le secteur privé offre donc une alternative au service payant.

Éviter les listes d'attente a toujours été l'une des principales raisons pour lesquelles les patients ont choisi de ne pas participer aux soins du NHS et aux soins privés. Les files d'attente pendant des mois sont courantes. Les consultants du NHS, qui peuvent exécuter des contrats NHS et privés sur des contrats NHS, étaient auparavant responsables des listes d’attente et disposaient d’un incitatif financier pour maintenir une liste d’attente publique pendant une longue période afin de garantir des revenus privés aux entreprises privées.(un devis est requis)

À la suite des réformes du gouvernement Blair sur le NHS, des règles strictes s’appliquent aux listes d’attente (voir la section Sélection d’un hôpital sur le NHS). Ceci, combiné à un meilleur financement des hôpitaux, a considérablement réduit les temps d'attente. En fait, la plupart des patients hospitalisés ne sont pas du tout admis et des patients dont le temps d'attente moyen est inférieur à 9 semaines. Personne ne devrait attendre plus de 18 semaines. Une période de 18 semaines n’est pas un temps mort, car elle comprend le temps nécessaire pour prendre un premier rendez-vous, faire tous les examens nécessaires pour que le médecin et le patient s’entendent sur le traitement souhaité, et pour réserver et opérer ou commencer un traitement. Un patient qui n'a pas été vu depuis 18 semaines sans motif valable a un droit légal à la vie privée aux dépens du NHS.(par quoi?)

Ces améliorations ont permis de réduire les longs délais d'attente et le secteur privé des soins de santé vend ses capacités excédentaires au NHS. La dentisterie est un domaine dans lequel de nombreux praticiens souhaitent travailler en privé (car ils peuvent fixer leurs propres tarifs). La dentisterie du NHS peut alors être inégale et, pour certaines personnes, la dentisterie privée peut sembler être la seule option pratique qu’elles peuvent choisir à leur place.

Les hôpitaux du NHS ont toujours fourni une certaine quantité de médicaments privés, de travaux privés et d’hébergement pour les patients. À ce jour, peu de patients du NHS ont déjà été traités dans des hôpitaux privés. Cependant, le NHS en Angleterre était plus disposé à sous-traiter une partie de son travail au secteur privé. C'est pourquoi certains patients du NHS utilisent parfois des établissements de santé privés aux frais de l'État. Les opérations équivalentes du NHS au pays de Galles, en Écosse et en Irlande du Nord ne sont souvent pas financées par leurs propres installations.

Que le NHS finance ou non les soins hospitaliers privés relève du service de santé local, sur la base de contrats de services formels.

États-Unis(Éditer)

Les États-Unis ont un système de santé à deux niveaux, mais la majorité de la population n’a pas accès au niveau de service public. Les soins de santé directs fournis par le gouvernement sont limités aux familles des militaires et des anciens combattants, ainsi qu'à certaines familles amérindiennes. Certaines villes offrent également des soins gratuits directement, mais uniquement à ceux qui ne paient pas. Medicare, Medicaid et le programme national d'assurance maladie infantile financent les soins de santé dispensés dans des établissements privés, mais uniquement pour les personnes âgées, les personnes handicapées et les enfants de familles pauvres. Depuis 2010 Avec l'adoption de la loi sur la protection des patients et les soins abordables, Medicaid a été considérablement élargi et des subventions fédérales pour l'assurance maladie privée sont disponibles pour les personnes et les familles à revenu faible ou moyen.

Le débat sur la réforme des soins de santé aux États-Unis comprenait une proposition de choix public ou Medicare for all, un programme d'assurance géré par le gouvernement et accessible à tous les citoyens américains pour concurrencer ou remplacer les régimes d'assurance privés.

Voir aussi(Éditer)

Références(Éditer)


Deux niveaux de soins de santé – Wikipedia ☏ garantie entreprise
4.9 (98%) 32 votes