Alors que la violence à Gaza "s'intensifie au moment où nous parlons", l'envoyé de l'ONU appelle à une "fin immédiate". ☎ garantie santé entreprise

De la couverture des risques de subis ou causés à des tiers, aux garanties pour couvrir les pertes d’exploitation et les risques informatiques, contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll suffit rarement d’un incendie ou de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du serré point de vue juridique, seules plusieurs bâches sont obligatoires – la confirmation des véhicules, la responsabilité civile et aplomb rares de type garantie décennale pour divers secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du collant minimum – la confirmation des biens, celle des pertes d’exploitation ou la responsabilité civile prostituée -, divers contrats peuvent se révéler utiles à l’égard de l’activité de la société (informatique, chimie, transports, activités cycliques…) et aussi son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats obligé à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent les locaux, le matos ou bien les stocks. Contre ces dommages, une sang-froid spécifique être souscrite, non obligatoire par contre néanmoins incontournable. “Attention, dans l’hypothèse ou la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- elle doit obligatoire souscrire une aplomb pour couvrir les dommages liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en cran Verspieren.

En cas de sinistre, le chef d’essai fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai légal rappelé par le contrat (de de deux ans à de cinq ans jours, selon les risques), aussi immédiatement pour mode vitaux (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de les chiffres des biens garantis, c’est pourquoi il ne faut pas oublier de prévenir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont les dommages réellement couverts. Les sociétés qui possèdent une activité cyclique se traduisant parmi une variation importante des réserve de produits ont intérêt à mentionner cet spécificité à leur assureur pour évoluer en tant que mieux couvertes en cas de dommages. La valeur des dépôt est alors établie sur la base de montant annuel important et régularisée en fin d’année.

Dans achevés les de figure, l’indemnisation sera versée ordinairement après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires ainsi qu’à à l’achat de nouvelles matériels. En de lourd sinistre, l’assureur peut toutefois verser des acomptes à son client.

Qu'a adopté le Conseil aujourd'hui?

Comme prévu, le Conseil Affaires générales a adopté aujourd'hui une décision
permettre l'ouverture de futures négociations de partenariat avec les États-Unis
Royaume et instructions de négociation associées.

Les directives de négociation adoptées aujourd'hui sont basées sur le projet de recommandation soumis
La Commission tient pleinement compte du cadre européen existant
Orientations et conclusions du Conseil, ainsi qu'une déclaration politique coordonnée
entre l'UE et le Royaume-Uni en 2019 Octobre

Qu'est-ce que la Commission a adopté auparavant?

Commission européenne 2020 3 février A accepté la recommandation
Le Conseil l'autorise à ouvrir des négociations sur un nouveau partenariat avec
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, sous
Article 218, paragraphes 3 et 4, TFUE et article 101 CEEA.

Cette recommandation était basée sur les lignes directrices et les
les conclusions, ainsi que la déclaration politique convenue entre l'UE et l'UE
Royaume-Uni 2019 Octobre. Il contient une proposition complète de
directives de négociation définissant la portée et les modalités d'un futur partenariat
que l’Union européenne envisage avec le Royaume-Uni.

Quelle est la portée de ces directives de négociation?

Après le 2018 23 mars Les orientations du Conseil européen, et
2019 13 décembre Dans les conclusions du Conseil européen, les directives couvrent tous les domaines
domaines importants pour les négociations, y compris le commerce et l'économie
la coopération, l'application des lois et la coopération judiciaire en matière pénale,
politique étrangère, sécurité et défense, participation aux programmes de l'Union, et
d'autres domaines thématiques de coopération. Un chapitre distinct sur la gouvernance est prévu
esquisse d'un système de gouvernance unique couvrant tous les domaines de l'économie
et la coopération en matière de sécurité.

Avez-vous déjà convenu d'arrangements pratiques avec le Royaume-Uni?
pour des discussions telles que le mode vocal?

Des questions pratiques telles que le régime linguistique et la structure de négociation
Les négociateurs UE-Royaume-Uni parviennent à un accord commun.

Quand les négociations commenceront-elles?

Les négociations officielles avec le Royaume-Uni débuteront au cours de la semaine 2
2020 Mars

QUESTIONS GÉNÉRALES

Pouvez-vous vraiment vous mettre d'accord sur tout d'ici la fin de l'année?

La Commission a l'intention de réaliser autant que possible au cours de la période de transition
période. Nous sommes prêts à travailler 24 heures sur 24 et 24 heures sur 24 pour tirer le meilleur parti des négociations. C'est tout
il est possible de prolonger la période de transition de 1 à 2 ans. Cette décision est un must
jusqu'au 1er juillet seront prises conjointement par l'UE et le Royaume-Uni.

Extension transitoire: si d'ici 2020 Juillet Aucune décision,
existe-t-il vraiment un mécanisme alternatif si vous en avez besoin?

Si le comité mixte n'a pas pris de décision d'ici 2020, Juillet,
il n'y a pas d'autre base juridique pour prolonger la transition au-delà de 2020.

Y a-t-il toujours un risque que le scénario ne se réalise pas à la fin de l'année?

Comme pour toute négociation, il existe un risque d’absence d’accord.
Qu'un futur partenariat soit établi ou non, toutes les entreprises en ont besoin
préparer la fin de la transition maintenant, car le Royaume-Uni ne le fera pas
être dans le marché unique ou l'union douanière.

Toutes les directives de négociation seront-elles négociées en parallèle?

Nous travaillerons sur tous les sujets en parallèle. Nous serons particulièrement vigilants
progrès dans les domaines où les risques peuvent être perturbés à la fin de la période de transition
la période est particulièrement longue si aucun accord n'est trouvé.

Pourquoi cette base juridique a-t-elle été choisie pour les négociations? Est-ce que cela signifie?
L'accord ne devrait-il pas être approuvé par les parlements nationaux?

Selon l'ampleur du partenariat envisagé, cette phase impliquera la sélection de:
L'article 217 TFUE est la base juridique la plus naturelle, car c'est la plus étendue
base juridique possible. Il convient également pour l'approvisionnement
un système de gouvernance complet, qui est l'un des objectifs de l'UE.
De toute évidence, la base juridique ne peut être définitive qu'après avoir découvert
accord définitif. Il est important de veiller à ce qu'un futur accord puisse
à compter de 2021 1er janvier.

Y aura-t-il un ou plusieurs accords?

L'objectif est de négocier un partenariat ambitieux et global avec
Royaume-Uni, qui peut entrer en vigueur avant la fin de la période de transition.
La Commission a l'intention de négocier ce partenariat dans son ensemble
se compose de trois éléments principaux:

accords-cadres (y compris
dispositions sur les valeurs fondamentales, les principes fondamentaux et la gouvernance);

instruments économiques (y compris
commerce, égalité de traitement et pêche); et

mesures de sécurité (y compris
les dispositions relatives à l'application des lois et à la coopération judiciaire en matière pénale,
ainsi que la politique étrangère, la sécurité et la défense).

Le nouveau partenariat sera-t-il un "accord d'association" et comment?
l'accord doit être ratifié?

L'accord d'association est le terme utilisé à l'article 217 du traité instituant la Communauté européenne
Fonctionnement de l'Union européenne à l'accord instituant la
association impliquant des droits et obligations réciproques, une action commune et
procédure spéciale ». L'article 217 TFUE prévoit le plus près possible
partenariat avec un pays tiers. Il existe de nombreux
types d'accords d'association, mais ils ont tous en commun
et le fait qu'ils créent un cadre institutionnel à long terme
système. L'accord d'association doit être approuvé à l'unanimité
Il doit obtenir l'accord du Parlement européen avant d'entrer au Parlement européen
prendra effet. Si les futurs partenariats doivent être ratifiés par les partenaires nationaux
les parlements dépendent de leur contenu final et ne peuvent être identifiés qu'à la fin
négociation.

Comment assurerez-vous l'unité dans ces négociations?

Comme pour les négociations au titre de l'article 50 sur le retrait du Royaume-Uni
Dans l'UE, la Commission mènera ces négociations de manière permanente
avec le Conseil et ses instances préparatoires. Elle consultera et fera rapport
les organes préparatoires du Conseil en temps opportun et fournir à tous:
les informations et documents nécessaires relatifs aux négociations.
La Commission informera également le Parlement européen de:
négociations. Sur la politique étrangère et de sécurité commune, la Commission
il négociera également avec le haut représentant
Président de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Les positions de négociation de l'UE seront-elles rendues publiques?

Oui, la Commission s'efforcera d'assurer une transparence totale. C'est aussi
pourquoi la commission a publié sa recommandation.

Quel est l'objectif de la conférence de haut niveau UE-Royaume-Uni
2020 Juin?

Juin La conférence de haut niveau prévue par l'accord de sortie,
l'objectif est d'évaluer l'avancement des négociations. La Commission a également
utiliser la conférence pour examiner la mise en œuvre du programme
Accord de sortie, en particulier en ce qui concerne les droits civils et
Protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Le futur accord remplacera-t-il le protocole sur l'Irlande et le Nord
En Irlande?

Contrairement aux versions précédentes, le protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord
convenu en 2019. Octobre et qui fait partie de l'accord de résiliation, n'est pas un
Backlink. Cela a été conçu comme une solution stable et durable. Procès-verbaux
s'appliquera conjointement avec tout accord sur les relations futures. Néanmoins, elle
il est clair que les termes des futures relations commerciales entre l'UE et l'Ukraine
Royaume-Uni – en ce qui concerne l'objectif global du droit nul
les douanes et les quotas entre l'UE et le Royaume-Uni – auront quelques
Vu l'application pratique du protocole.

GOUVERNANCE

Comment garantir la mise en œuvre effective de tout futur accord?

Pour que l'accord soit correctement mis en œuvre et appliqué, il doit être
des outils de gestion efficaces pour garantir une application et une conformité crédibles
depuis 2021 1er janvier. Quand le futur partenariat dépend de l'UE
L'acte doit être le rôle de la Cour de justice européenne. Uniquement européen
La Cour de justice peut interpréter le droit de l'UE.

Que se passerait-il si le Royaume-Uni compromettait l'avenir
accord?

De nombreux traités internationaux contiennent des règles sur la manière dont les différends surviennent entre les parties
doit être résolu. Le futur accord devrait également inclure de telles règles. Typique
le processus est que les parties doivent d'abord essayer de résoudre le désaccord
à l'amiable à travers le processus de "consultation". Si ces tests sont
sans succès, le différend peut être renvoyé à un groupe spécial d'arbitrage
résolution contraignante. Si une partie continue de violer l'accord, l'autre partie
peuvent prendre des mesures pour protéger leurs intérêts et demander la conformité. Certainement
Si un pays veut éviter des situations, il doit pouvoir agir rapidement
dommages irréparables. Une partie importante des négociations avec le Royaume-Uni
des efforts seront faits pour assurer le respect des règles régissant les différends entre les parties
sont clairs et efficaces et que les irrégularités peuvent être rapidement corrigées.

Quel sera le rôle de la Cour de justice européenne?

La Cour de justice des Communautés européennes est le dernier arbitre en matière de jugement
Interprétation et application du droit de l'Union. Un futur accord est indispensable
respecter cela en s'assurant qu'il n'y a pas d'autre cour, tribunal ou comité d'arbitrage
Le rôle de la Cour peut être compromis par la création des parties.
le rôle exact de la Cour de justice des Communautés européennes dans le cadre du futur accord
dépend de la substance des relations futures avec le Royaume-Uni.

Y aura-t-il des sanctions si le Royaume-Uni ne respecte pas les règles?

Nous recherchons les meilleures garanties possibles pour vous y rendre rapidement
répondre et défendre les intérêts de l'UE. Des informations précises et leur portée
le système de gestion global dépendra du contenu futur
relation.

PARTENARIAT ÉCONOMIQUE

Comment la Commission européenne envisage-t-elle de futurs partenariats économiques?

Le partenariat envisagé devrait être global, y compris le libre-échange
ainsi qu'une coopération sectorielle plus large. Il le soutiendra
des engagements forts pour garantir des conditions équitables et équitables
la concurrence ainsi qu'une gouvernance et une surveillance efficaces, les litiges
accords et mesures d'application, y compris les recours appropriés.

Quel type de coopération douanière envisagez-vous?

Le code des douanes de l'UE prévoit un partenariat
l'objectif devrait être d'optimiser les procédures douanières, la surveillance et le contrôle, et
faciliter le commerce légitime en utilisant les moyens disponibles
accords et technologies, tout en veillant à ce que les douanes puissent agir
mesures efficaces à la frontière. .

Les autorités douanières doivent pouvoir prendre des mesures efficaces à la frontière
– poursuivre des politiques publiques légitimes (santé et sécurité)
aux consommateurs, en protégeant l'entreprise, par exemple, en exécutant
droits de propriété intellectuelle) et protéger les intérêts financiers. Par conséquent
notre coopération douanière envisagée, comme la coopération existante, est à portée de main
accords de libre-échange, une simplification limitée et ne peuvent en aucun cas être
est décrit comme une évolution vers la poursuite des échanges. Adhésion seulement
le marché unique et l'union douanière peuvent assurer un commerce aussi fluide.

L’accord de libre-échange (ALE) permettra-t-il le commerce de marchandises entre
Le Royaume-Uni et l'UE tels qu'ils sont aujourd'hui?

La négociation dans des conditions de libre-échange, même le soi-disant meilleur ALE de sa catégorie, sera bénéfique
d'une nature très différente de la libre circulation des marchandises
Union douanière de l'UE et marché unique. Les règles d'origine dans le contexte de l'ALE et
les formalités douanières seront appliquées; toutes les importations devront respecter les règles
du pays importateur et sera contrôlé et contrôlé
à des fins de sécurité, de santé et à d'autres fins d'intérêt public.

Dans ce contexte, la proposition que nous sommes prêts à présenter comme politique
La déclaration déjà annoncée sera très ambitieuse dans l'ALE: pas de tarifs et pas de
contingents pour toutes les marchandises, y compris les produits agricoles et de la pêche.

Cet accès privilégié dépend de fortes préférences
assurer des conditions de concurrence équitables, assurer la concurrence entre les acteurs économiques
opérateurs des deux côtés. En outre, les conditions d'accès imposées par l'Union
les subventions au titre de l'ALE seront basées sur les conditions d'accès
et la part du quota dans l'accord de pêche à conclure d'ici 2020. 1 juillet

En l'absence d'un ALE avant la fin de la période de transition, les tarifs et
des quotas s'appliqueront à tous les échanges de marchandises entre l'UE et le Royaume-Uni. Dans ce
Dans ce scénario, nous devons appliquer les "taux NPF" au Royaume-Uni. En effet, selon
Principe de la nation la plus favorisée de l'OMC, avantages du commerce unique
le partenaire doit être étendu à tous les membres de l'OMC à l'exception du partenaire préférentiel
les accords commerciaux tels que les ALE le permettent. Par conséquent, en plus de l'ALE,
depuis 2021 À compter du 1er janvier 2007, les opérateurs économiques et les consommateurs ne devraient
conduite privilégiée dans les relations avec le Royaume-Uni.

Que signifie «règles du jeu équitables»?

L'UE est prête à proposer un ambitieux accord commercial zéro tarif
Les quotas zéro pour toutes les marchandises entrant sur notre marché unique représentent 450 millions de personnes.
Mais en raison de notre niveau élevé d'interconnectivité économique, le volume
commerce et proximité géographique, ainsi que des projets de directives de négociation
il est clair que cette proposition dépend de la protection de conditions de concurrence équitables
afin d'éviter les avantages concurrentiels déloyaux que le Royaume-Uni pourrait tirer de la réglementation
écart (abaissement des normes ou «course vers le bas»); ou
Subventionner les opérateurs britanniques. Déclaration politique dans l'UE et au Royaume-Uni
ils ont déjà convenu de prévenir les distorsions des échanges et les pratiques déloyales
avantages compétitifs. Nous devons maintenant convenir de garanties efficaces
des normes communes élevées et, au fil du temps, des normes sociales élevées,
environnement, fiscalité, aides d'État et concurrence. Normes de l'Union dans ces
Ces zones seront le point de départ pour déterminer ces garanties. Robuste
les obligations d'égalité de traitement signifient également que les bonnes seront établies
mécanismes pour assurer une application et un contrôle efficaces, règlement des différends
et l'accès à des recours appropriés, y compris des recours autonomes
des mesures pour réagir rapidement aux perturbations des règles du jeu équitables
aux endroits appropriés ..

Que faire si le Royaume-Uni n'offre aucune garantie de conditions de concurrence équitables?

Dans la déclaration politique, nous avons convenu que
les relations futures dépendront d’obligations d’égalité de traitement
Le Royaume-Uni veut s'engager. L'UE n'acceptera pas un ALE sans un niveau solide
conditions de concurrence et accord de pêche. Notre géographie
la proximité, le volume des échanges et l'interconnectivité économique sont tels qu'ils sont
et de convenir de normes de concurrence loyale dans leur intérêt mutuel
quant à leur application effective. Étant donné l'intégration très étroite actuelle
Les entreprises britanniques avec un marché unique et le souhait du Royaume-Uni
Un accord de libre-échange global n'est qu'équitable, comme le demande l'UE
des conditions de concurrence équitables et proportionnellement élevées. Ce sera aussi
Intérêts des consommateurs et des entreprises britanniques. L'UE est la plus grande
Les marchés d'exportation pour les entreprises britanniques et la plupart des marchandises importées au Royaume-Uni proviennent de l'UE.

Y aura-t-il un changement dans les exigences sanitaires et phytosanitaires (SPS)?

Les normes de sécurité alimentaire de l'Union ne seront pas modifiées. Droit de l'Union,
compris des contrôles systématiques, sera pleinement applicable aux aliments, animaux et
sans exception ni équivalence. Des normes SPS de haut niveau
protégé. Comme pour les accords de libre-échange existants, des relations seront et ne seront pas seulement établies
instruments multilatéraux existants (Organisation mondiale du commerce (OMC), Codex
Alimentarius, Convention internationale pour la protection des végétaux (IPPO) et World
Recommandations et exigences de l'Organisation pour la santé animale (OIE).
Une coopération doit également être assurée dans la lutte contre l'activité antimicrobienne
protéger le bien-être animal et garantir des systèmes alimentaires durables.

L'UE permettra-t-elle la reconnaissance mutuelle des règles et des normes?

Le Royaume-Uni a opté pour le statut après avoir décidé de quitter le marché unique
pays tiers sur le droit de l'UE. L'UE et le Royaume-Uni seront donc séparés
marchés et systèmes juridiques distincts après la fin de la période de transition.
les relations futures conduiront à un niveau d'intégration inférieur à
c'est le cas aujourd'hui. Les futurs partenariats économiques dans le domaine des marchandises seront poursuivis
facilitera le commerce autant que possible, mais il ne devrait pas se reproduire
selon les mêmes termes de l'échange incertains qui existent entre les États membres de l'UE.
Ces conditions reposent sur l'adhésion des États membres à l'ensemble de l '«écosystème».
l'application des règles, y compris les contrats, ainsi que leur application et leur application,
y compris le système juridictionnel de la Cour de justice de l'UE.
La reconnaissance mutuelle ne peut être fournie que par les membres de cet écosystème.

Que peut-on réaliser dans le domaine des services dans le cadre de l'ALE?

Nous pouvons faire pression pour la libéralisation du commerce des services
le niveau de référence fourni par nos engagements actuels dans le cadre de l'AGCS de l'OMC,
approche dans les derniers ALE. Comme l'exigent les règles de l'AGCS, l'ALE le ferait
doit couvrir la plupart des secteurs de services tels que les services de
services aux entreprises à mentionner. Cependant, comme pour tout accord de libre-échange négocié par l'UE
il y aura des exceptions. Par exemple, l'UE propose d'exclure les enregistrements audio et vidéo
services entrant dans le champ d'application de l'accord. Il est également important de se rappeler que
en vertu de l'ALE, l'UE conserve le droit de réglementer son propre marché et celui de ses marchés
pleine autonomie réglementaire. Nous serons particulièrement attentifs à l'inclusion
qui préservent nos services publics
La réglementation sera au cœur de tous les secteurs, ce qui est bien illustré
Services financiers. En effet, les principaux instruments dans ce domaine sont l'UE et le Royaume-Uni
utiliser leurs systèmes d'équivalence unilatéraux respectifs dans ce domaine,
conformément à leur législation. L'ALE couvrira toutefois les services financiers
il n'ira pas au-delà de ce que l'UE propose dans son ALE avec un autre tiers
pays. Il comprendra également une exception prudentielle.

Enfin, il convient de rappeler que les dispositions des accords de libre-échange
sont importantes dans les services, un certain nombre d'autres règles affectent le commerce
services. Certains d'entre eux impliquent des solutions unilatérales telles que le régime de données de l'UE
réglementation et surveillance des services de sécurité et des services financiers. L'UE est sur le point de
évaluer l'adéquation et l'équivalence financière de la protection des données au Royaume-Uni
services. C'est ce que nous avons convenu dans notre déclaration politique. Des solutions
devrait être réciproque. Les services sont également étroitement liés à la gratuité
des personnes (professionnels tels que des avocats, des consultants, des comptables, etc.) qui
Le Royaume-Uni a clairement l'intention d'arrêter le Brexit. Les éléments suivants doivent être pris en compte
cela est également pris en compte lors de l'évaluation des priorités pour les futures négociations.

Les services audiovisuels et les services publics seront-ils inclus?

L'UE n'inclut pas toujours certains services (par exemple l'audiovisuel, les services publics)
ses accords de libre-échange et examiner attentivement tous les engagements qu'il a pris dans d'autres
secteurs. L'UE doit également considérer sa nation la plus favorisée
a commencé à étendre les avantages de l'accord avec le Royaume-Uni à d'autres
Partenaires de l'ALE tels que le Canada, le Japon et la Corée.

Et l'itinérance?

Les dispositions sur l'itinérance à domicile ne s'appliqueront plus
Au Royaume-Uni. Lorsque vous voyagez au Royaume-Uni, la situation sera similaire
voyager en Suisse: des modifications d'itinérance peuvent s'appliquer. Les opérateurs télécoms ont
obligations de transparence dans la fixation des tarifs.

Que prévoyez-vous dans le commerce numérique?

L'objectif est de faciliter le commerce numérique, comme le commerce électronique, en même temps
respecter les droits des consommateurs et les droits de protection des données personnelles. C'est
c'est ce que l'UE fait depuis longtemps dans son ALE.

Les services financiers seront-ils inclus dans l'ALE?

Oui, nous examinons généralement les services financiers dans l'EU ETS. Approche standard
les obligations d'accès au marché devraient être limitées, notamment en ce qui concerne la fourniture internationale de fours
Services financiers. De plus, même là où des marchés existent, ils entreront dans l'UE
continuera d'appliquer les règles du pays hôte aux fournisseurs de services entrants. Enfin, comme dans
tous les ALE comporteront une clause prudentielle permettant à l'Union d'accepter
mesure pour des raisons prudentielles.

Les régimes d'équivalence de l'UE sont des outils que l'UE utilisera
réglementer l'interaction avec le Royaume-Uni dans le domaine des services financiers. ES
les systèmes d'équivalence ne prévoient qu'un accès au marché
dans plusieurs cas. Ils ne couvrent pas tous les services financiers. Donner (ou pas
équivalence) est un instrument unilatéral de l'UE. L'équivalence peut être
annulé à tout moment. Les décisions devraient être réciproques.

Ce que vous proposez sur les IG et comment elles le font
différent d'un accord de retrait?

Tout 2020 31 décembre Les indications géographiques enregistrées de l'UE ("stocks") sont valables
être protégé au Royaume-Uni en vertu de l'accord de sortie.
Cependant, en outre, le futur ALE devrait fournir la base de l'assurance
protection des indications géographiques nouvellement enregistrées au même niveau que
cela est garanti par l'accord de sortie.

Que proposez-vous dans le domaine des marchés publics?

Nous nous efforçons de sécuriser les opportunités d'approvisionnement au-delà de celles garanties
Adhésion du Royaume-Uni à l'Accord de l'OMC sur les marchés publics (le Royaume-Uni est les États-Unis)
le processus d'adhésion à ce contrat).

Mobilité: les citoyens de l'UE et du Royaume-Uni pourront-ils toujours se déplacer librement?

Le Royaume-Uni a décidé d'abolir la libre circulation des personnes et s'est limité
recherche d'un accord avec l'UE sur la mobilité personnelle.

Cela ne signifie pas que la mobilité s'arrêtera. Aujourd'hui, les citoyens passent de l'un à l'autre
d'un autre pays pour vivre, travailler, étudier et faire des recherches. Mais après
les mouvements à destination et en provenance du Royaume-Uni seront différents à la fin de la transition
et suivra des règles différentes qu'avant quand il y avait des règles pour la libre circulation
personnalisé. La nature exacte de ces règles dépend de
négociations, mais notre objectif est d'assurer la réciprocité et la non-discrimination
parmi les citoyens de l'UE.

Que diriez-vous de courts voyages de citoyens de l'UE au Royaume-Uni et de citoyens
ES?

Après la période de transition, l'UE n'aura pas besoin de visas
Courts séjours (moins de 90 jours pour 180 jours) pour les citoyens britanniques, indépendamment
le but du voyage (sauf pour un emploi rémunéré), donc les touristes à court terme,
étudiants, journalistes, stagiaires, etc. pourra venir du Royaume-Uni avec un visa
Gratuit.

Cet arrangement dépend du fait que le Royaume-Uni accorde également une réciprocité de visa
les ressortissants de tous les États membres de l'UE voyageant au Royaume-Uni.

Les citoyens britanniques seront-ils soumis à des contrôles d'entrée différents lors de leur entrée dans l'UE?

Oui, les ressortissants britanniques seront traités dès le départ comme des ressortissants de pays tiers
transitoire. Il n'y a pas d'alternative légale à Schengen
l'acquis. Cela signifie que les conditions d'entrée pour les ressortissants de pays tiers et
les procédures de franchissement des frontières extérieures de l'UE s'appliqueront également
s'appliquera aux ressortissants britanniques, tout comme les dispositions douanières de l'Union applicables
Code et directives relatives à la TVA.

Concrètement, cela signifie que: les citoyens britanniques ne pourront plus exercer
voies désignées aux points de passage frontaliers (UE, EEE, CH); leurs passeports seront
ils doivent être estampillés à l'entrée et à la sortie de l'espace Schengen; ils vont
les contrôles, y compris les contrôles d'entrée et de sortie sur les bases de données; ils
Le système d'entrée et de sortie de l'UE (EES) et les voyages en Europe seront couverts
Système d'information et d'autorisation (ETIAS) lorsque ces systèmes seront disponibles
déployer à l'avenir.

Les contrôles d'entrée pour les ressortissants britanniques seront vérifiés
être en possession d'un document de voyage valide lors du franchissement de la frontière; la durée
rester; but (comme le tourisme ou le travail) et les conditions prévues
séjour (p. ex. hébergement, déplacements internes); l'existence d'installations suffisantes
subsistance (c'est-à-dire des fonds suffisants pour payer le séjour prévu et
retour).

Que diriez-vous de la possibilité pour les citoyens européens de déménager au Royaume-Uni et au Royaume-Uni
dans l'UE pour une période plus longue (plus de 90 jours)?

À la fin de la période de transition, la mobilité à destination et en provenance du Royaume-Uni aura lieu
différent et suivra des règles différentes qu'auparavant lorsque l'UE n'est pas libre
règles de mouvement adaptées. Quelles seront exactement ces règles dépendra du résultat
négociation.

Néanmoins, même en l’absence de dispositions spécifiques, les règles par défaut
L'UE et le Royaume-Uni couvriraient l'entrée et le séjour à des fins différentes. Sur
Côté UE, règles nationales et acquis de l'UE en matière de migration légale depuis longtemps
établit les conditions d'entrée et de séjour pour des catégories telles que
étudiants, chercheurs, certains types d'employés, membres de la famille, long terme
résidents, jeunes au pair, bénévoles, etc. Ces règles s'appliquent également
tous les ressortissants de pays tiers, y compris le Royaume-Uni, lorsqu'il devient un
Pays. Pour les séjours de moins de 90 jours par période de 180 jours – Schengen
acquis valide. Le Royaume-Uni serait soumis à son régime national de migration.

Qu'envisagez-vous pour la mobilité des citoyens dans le domaine des ALE?

En ce qui concerne la mobilité, les ALE ne concernent que l'entrée et le séjour temporaire
personnes physiques à des fins commerciales dans des lieux définis. Cependant, l'État hôte
règles d'entrée et de séjour, accès aux
marché du travail et conditions de travail.

Qu'envisagez-vous pour la coordination de la sécurité sociale?

Le social est approprié pour faciliter la mobilité future des individus
la coordination de la sécurité devra également être convenue. Champ d'application de la sécurité sociale
Les règles de coordination dans les relations futures avec le Royaume-Uni devraient inclure:
la mobilité potentielle des citoyens du Royaume-Uni et de l'Union lorsqu'elle
il n'y a plus de libre circulation des personnes. . La coordination de la sécurité sociale devrait
devrait se fonder sur la non-discrimination entre les États membres de l'UE et la pleine réciprocité.

Il est à noter que l'un des objectifs déclarés du Brexit a été d'arrêter
libre circulation des citoyens. Cela signifie de toute façon la situation
mobilité des citoyens après 2021 1er janvier. sera très différent par rapport à
aujourd'hui.

Y aura-t-il toujours des connexions fluides?

Dans ses relations futures, l'UE cherchera à assurer une base permanente
les biens et les personnes entre le Royaume-Uni et l'UE, mais le Royaume-Uni en tant que pays tiers,
n'a pas les mêmes droits qu'un État membre.

La situation varie considérablement selon le mode de transport:
Le transport de fret aérien et routier nécessitera:
accord, par ex. sur l'accès au marché. Sans accord, pas de retour en arrière
permettre au trafic de continuer.

Quel type d'accord de service aérien avez-vous?

Dans le domaine du transport aérien, les opérateurs britanniques utilisent actuellement l'ensemble du marché
entrée dans l'UE: une compagnie aérienne britannique peut offrir des services aériens à l'UE sans
restrictions. Sans et sans le partenariat aérien UE-Royaume-Uni
dans le cas de mesures d'urgence unilatérales, un vol entre le Royaume-Uni et le Royaume-Uni n'aurait pas lieu
L'UE parce que l'OMC n'offre pas de services aériens alternatifs.

Nous recherchons une relation avec l'aviation qui nous permettra de continuer
connectivité et assurer un niveau élevé de sécurité et de sûreté de l'aviation
normes, gestion du trafic aérien et règles du jeu équitables
dispositions permettant une concurrence ouverte et loyale, y compris des
les exigences pertinentes en matière de protection des consommateurs et les normes sociales.

Que prévoyez-vous dans le transport routier?

Dans le domaine du transport routier, nous recherchons un système de marché ouvert
accès permettant de voyager entre le Royaume-Uni et l'UE, préservant
l'intégrité du marché intérieur du transport routier de marchandises. Nous devons aussi
garantir des conditions de concurrence équitables pour le secteur, en particulier en ce qui concerne:
les règles affectant nos opérateurs, conducteurs et véhicules.

Aurez-vous besoin d'un accord énergétique?

Les directives de négociation prévoient une coopération dans le domaine de l'énergie. Un
une condition préalable importante à la coopération dans ce domaine est que nous
exigences strictes d'égalité de traitement. En particulier la tarification du carbone (émissions)
Le système commercial (ETS) et les dispositions relatives aux aides d'État sont une condition préalable
future coopération énergétique.

Il n'y a pas de tel précédent pour l'électricité et le gaz
mise en page.

En ce qui concerne Euratom, l'UE possède une expertise dans l'énergie nucléaire
Accords de coopération avec d'autres pays tiers.

Et le changement climatique?

Dans les paragraphes introductifs des directives de négociation, cinq sont obligatoires
les réserves politiques qui sous-tendent la relation globale entre
L'UE et les pays tiers sont mis en avant, à savoir: le respect et la
les droits de l'homme, la démocratie et l'état de droit; soutien
non-prolifération des armes de destruction massive; la lutte contre le terrorisme;
poursuite des personnes accusées des crimes les plus graves
La communauté internationale; armes légères et de petit calibre. Combattre
le changement climatique a été inclus comme un élément important de l'élément attendu
partenariat.

Le Royaume-Uni continuera-t-il de participer à l'ETS?

Selon la déclaration politique, les directives de négociation prévoient cette
la possibilité d'un soi-disant accord de liaison, en vertu duquel l'UE et le Royaume-Uni
pourraient lier leurs systèmes respectifs d'échange de droits d'émission.

Les pêcheurs de l'UE continueront-ils d'avoir accès aux eaux britanniques?

Dans le cadre des dispositions, l'accès aux eaux de chacun sera négocié
la pêche, qui devrait prévoir un accès réciproque permanent
atteindre les objectifs fixés pour 2018. Mars Le Conseil Européen
Lignes directrices.

L'UE fixera-t-elle des tarifs sur les produits de la pêche britanniques?

Le partenariat proposé devrait couvrir sa partie économique
sur la pêche établissant un cadre commun pour la gestion des ressources de pêche,
ainsi que les conditions d'accès aux eaux et aux ressources. L'intention est
libéralisation totale de l'accès aux marchés pour tous les produits; y. pas de tarifs et
il n'y aura pas de quotas basés sur l'accord de pêche.

Que se passerait-il si d'ici 2020 Juillet Pas d'accord de pêche?

La déclaration politique comprend un engagement commun à faire tous les efforts
d'ici 2020 1 juillet parvenir à un accord sur la pêche. Il est temps de négocier un tel accord
L'accord sera très court (quatre mois), mais il est mutuellement bénéfique
conclure l'accord de pêche à temps pour sa mise en œuvre à partir d'un jour
2021 Janvier pour assurer une gestion durable des pêches.

Programmes de l'Union: le Royaume-Uni recevra-t-il toujours des subventions et des subventions de l'UE?
Vont-ils contribuer au budget de l'UE?

Les bénéficiaires britanniques continuent d'être tels que définis dans l'accord de sortie
bénéficient même des programmes du programme 2014-2020. programme pluriannuel
où cela se poursuit au-delà de la fin de la période de transition.

Sinon, le Royaume-Uni sera traité comme un pays tiers
Cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027 Si le Royaume-Uni demande
dans certains domaines, l'UE pourrait envisager de participer conformément à
aux règles du CFP pour la participation des pays tiers.

Et Erasmus?

Activities under the current Erasmus+ (2014-2020) programme are covered by
the Withdrawal Agreement, and will continue without interruption until their
closure. For the future Erasmus programme, under the next Multiannual Financial
Framework (2021-2027) it will depend on the possible participation of the UK in
Union programmes.

Will the United Kingdom be able to continue to participate in EU regulatory
agencies as a third country?

No. These agencies have been set up to support the EU and its Member States
to develop and implement EU rules. A third country leaving these rules, and
their supervision, can no longer participate in these agencies..

Will our data still be safe if transferred to the UK and processed there?

In view of the importance of data flows, the envisaged partnership should
be underpinned by a high level of personal data protection. The adoption by the
Union of adequacy decisions, if the applicable conditions are met, should be an
enabling factor for cooperation and personal data flow, in particular in the
area of law enforcement and judicial cooperation in criminal matters.
Commission endeavours to adopt such decisions by the end of 2020, if applicable
les conditions sont remplies.

Would the UK still be able to use the European Arrest Warrant? How would
criminals be extradited between the EU and the UK?

The European Arrest Warrant is an internal EU instrument, used exclusively
among Member States. Therefore, it will no longer be used with the UK.

The draft negotiating directives propose new and effective arrangements
between the United Kingdom and EU Member States to render criminals swiftly to
justice. This would be an ambitious scheme, based on streamlined procedures and
strict deadlines, subject to judicial control. It would be conditional upon
robust safeguards on fundamental rights and the role of Court of Justice.

At the same time, it will offer flexibility to each Member State and to the
United Kingdom to decide how far they wish to go in common relations. It will
help, for example, to address constitutional constraints related to extradition
of own nationals in some Member States and allow for the possibility to ask for
additional guarantees in particular cases.

Why do you have reference to “UK continuous commitment” to the European
Convention on Human Rights? Why would cooperation cease if the UK leaves the
Convention?

The draft negotiating directives propose close relations with the UK on law
enforcement and judicial cooperation in criminal matters. It would cover,
amongst other things, ambitious extradition or exchange of sensitive
information that may impact human lives or rights (e.g. deprivation of
liberty). Such relations require a high degree of confidence that the human
rights concerned will be upheld. We need a common understanding on how we
protect those rights. Within the Union we have the Charter of Fundamental
Rights. This is a part of our Treaties. With regard to the UK, the negotiating
directives propose a strong commitment to respect the European Convention on
Human Rights (ECHR), a common pan-European instrument applied for over 70 years
by the United Kingdom and other countries across Europe. Commitment to ECHR is
also set out in the Good Friday (Belfast) Agreement.

Will Passenger Name Records (PNR) continue to be exchanged to prevent,
detect and investigate terrorism and other forms of serious crime?

The negotiating directives foresee that arrangements should be established
for timely, effective, efficient and reciprocal exchanges of Passenger Name
Records (PNR). This means that arrangements need to be made for two situations:
first, for exchanges between EU27 Member States’ and UK Passenger Information
Units and, second, for transfers of PNR data by air carriers to the UK
authorities for flights between the United Kingdom and EU27 Member States.
There are examples of cooperation with third countries on PNR transfers: the EU
has PNR agreements with the USA and Australia; there is a draft negotiated text
with Canada and a mandate for negotiations with Japan. An essential
precondition for any such arrangements is that the UK applies data protection
standards essentially equivalent to those set out in the EU’s standards, i.e.
the GDPR and Law Enforcement Directives, and complies with specific additional
data protection standards stemming from the CJEU opinion on EU-Canada PNR
agreement (opinion 1/15).

Will DNA, fingerprints and vehicle registration data be exchanged between
the UK and EU for law enforcement purposes? (Prüm)

The negotiating directives provide that arrangements should be established
for timely, effective, efficient and reciprocal exchanges of data on DNA,
fingerprints and vehicle registration (so- called ‘Prüm data’). However, there
will be no direct access to such sensitive personal data but only through a
decentralised system based on a “hit/no hit” model. After a “hit”, i.e. un
confirmation that something is available, this needs to be followed up by a
request to receive this data from the Member State concerned.

The EU currently has concluded Prüm-agreements with Schengen Associated
Countries (Iceland, Norway, Switzerland and Liechtenstein), but the model is
open to third countries outside Schengen.

Essential preconditions for any such arrangements are that the UK applies
data protection standards essentially equivalent to those set out in the EU’s
Law Enforcement Directive standards, and provides reciprocal access to EU
Member States of data available at UK national level in the same way as EU27
Member States do.

Will the UK keep access to the Schengen Information System (SIS)?

Non-Schengen third countries do not have access to SIS. SIS is a measure
that contributes to security within the EU, in which there are no internal
borders. It is intrinsically linked to the free movement of persons. The Court
of Justice has consistently defended the coherence of the Schengen acquis.

We need to set up new effective ways of data sharing on wanted and missing
persons and objects, while taking into account the UK’s future status. C'est tout
would be achieved through alternatives for simplified, efficient and effective
exchanges of existing information and intelligence between the United Kingdom
and Member States law enforcement authorities, in so far as is technically and
legally possible, and considered necessary and in the Union’s interest..

What would the UK role in Europol be?

The negotiating directives provide for cooperation between Europol and the
United Kingdom law enforcement authorities. This will be done in line with the
rules for third countries established in EU legislation.

In practice, this means that the UK would be able to:

-share any relevant data, initiate new cases,
use common secure communication channel – as it is the case now;

-participate in all Europol analysis projects
where Europol, Member States and other partners cooperate on ongoing
live-investigations, if Member States participating in such analysis projects
agree; et

-take part in common operations, get analytical
support from Europol, keep its Liaison Officers at Europol and be informed
about relevant data concerning the UK. However, it would not get access to the
Europol Information System or have any role in governance of the EU agency.

The negotiating directives propose an ambitious law enforcement and
judicial cooperation in criminal matters, guaranteeing at the same time
security and fundamental rights of our citizens. Cooperation will, however, be
different from what we have today. This is a logical consequence of the UK’s
decision to withdraw from the EU. The UK will leave the common rules-based
system underpinned by shared principles, common obligations and enforcement.

Will the EU and the UK continue to cooperate on sanctions?

EU sanctions will continue to be driven solely by EU interests. Cependant
cooperation is important to maximise the impact of our sanctions. We should
cooperate with the UK the same way we cooperate with other like-minded third
countries.

Will UK participation in EU missions and operations have to stop?

The UK will be invited to participate by the Union in its missions and
operations on a case-by-case basis (no standing invitation), following the
existing rules and preserving the independence of the Union’s decision-making
process.

Will you continue to cooperate in third countries on development
cooperation?

The EU will maintain its autonomy and strategic programming of development
priorities. The EU and the UK will continue to cooperate on the ground to
maximise the impact of development cooperation. The UK will be able to make use
of existing mechanisms for third countries’ participation, including with
regard to any proposals for development cooperation instruments.

Alors que la violence à Gaza "s'intensifie au moment où nous parlons", l'envoyé de l'ONU appelle à une "fin immédiate". ☎ garantie santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes