ACA Update: Contentieux des risques, méthodologie DSH Cut ☏ mutuelle entreprise

Quels éléments jouent sur le tarif d’une sûreté prostituée ?
Plusieurs critères vont avoir un impact sur le coût d’une aplomb professionnelle, parmi quoi le péril potentiel que vous représentez pour l’assureur. Ainsi vont être pris en compte dans le tarif :

la taille de l’entreprise et sa forme juridique. Ainsi, une entreprise unipersonnelle ou un auto-entrepreneur bénéficieront d’un tarif réduit, les risques à couvrir sont moindres.
le chiffre d’affaires de l’entreprise. En effet, un chiffre d’affaires important représente un risque supplémentaire que la compagnie d’assurance voltampère faire écho sur ses prix
le secteur d’activité de l’entreprise. Une entreprise travaillant a l’intérieur du secteur des services est d’ailleurs exposée à des risques moins vitaux qu’une société du secteur du bâtiment ainsi qu’à de la chimie
le nombre de garanties et étendue. Plus elles seront grandes et couvrantes et plus le tarif sera important.
Combien paiera un auto-entrepreneur pour son sang-froid professionnelle ?
Le coût de l’assurance prostituée pour un auto-entrepreneur varie en fonction du chiffre d’affaires, du secteur d’activité. Mais attention ! Selon métiers, plusieurs garanties sont obligatoires tel que le cas de la garantie décennale bâtiment pour les sociétés du BTP.

Ainsi un auto-entrepreneur pourra souscrire garanties suivantes (montant minimal) :

responsabilité civile : 100 euros pendant an
protection juridique : 100 euros parmi an
complémentaire santé : 200 euros en an
persuasion perte d’exploitation : 300 euros par an
multirisque pro : 400 euros pendant an
garantie décennale bâtiment : 600 euros selon an

Quid du solde de l’assurance pour quelques exercice ?
Voici quelques fourchettes de tarifs pour des assurances professionnelles particuliers :

Pour une entreprise individuelle, le chiffre d’affaires moyen, le secteur d’activité et le nombre de garanties souscrites vont avoir un impact sur le coût de l’assurance professionnelle. Ainsi les prix aller de 100 à 1000 euros par an
Pour une aplomb profession libérale, au-delà de l’activité exercée et les garanties choisies, le nombre de collaborateurs et l’occupation d’un local professionnel pourront aussi jouer sur les cotisations. Les prix moyens vont de 90 à 500 euros annuels
Pour une aplomb agricole, la taille de l’exploitation sera aussi prise en compte. Le coût moyen d’une espoir couvrant tant l’exploitation que le matos s’élève à environ 2000 euros en an

La poursuite relative au programme d'ajustement du risque relatif à la loi sur les soins abordables (ACA), comprenant des arguments oraux, est en cours en 2019. 25 septembre Cour d'appel du dixième district. 24 septembre Les centres médicaux et de services médicaux (CMS) ont annoncé une nouvelle règle finale. décrit une méthodologie pour réduire les fonds publics Medicaid Disproportionate Hospital (DSH).

Argumentation orale dans les cas d'ajustement du risque

25 septembre Les juges Carlos F. Lucero, Harris L. Hartz et Scott M. Matheson, Jr. de la Chambre de première instance du dixième district, ont entendu les plaidoiries dans un différend portant sur une partie de la méthode d'ajustement des risques de la CMS. La poursuite découle d'une contestation déposée par New Mexico Health Connections (NMHC), affirmant que CMS avait tort de croire que le programme ajusté en fonction du risque devait être neutre sur le plan budgétaire et avait adopté une prime d'État moyenne selon la méthode d'ajustement en fonction du risque.

Le tribunal de district du Nouveau-Mexique s'est partiellement mis d'accord avec la NMHC. Le tribunal a annulé la partie de la méthode d'ajustement du risque qui établit la prime moyenne de l'État entre 2014 et 2018. Utilisé comme arbitraire et capricieux. (Le tribunal de district du Massachusetts est parvenu à la conclusion opposée et a approuvé une formule d'ajustement du risque contre une contestation similaire un mois avant la décision du Nouveau-Mexique.)

Le tribunal de district du Nouveau-Mexique a estimé que la CMS avait tort de croire que l'ACA exigeait que l'ajustement budgétaire soit neutre sur le plan budgétaire, bien que la loi n'exige ou n'interdit pas la neutralité budgétaire. Alors que le gouvernement fédéral a peut-être de bonnes raisons politiques d'adopter la neutralité budgétaire, la CMS n'a jamais fourni cette justification et présenté cet argument de manière vigoureuse. Cette affirmation est donc invalide. Cette décision a par la suite entraîné la suspension d'environ 10,4 milliards de dollars en 2017. Paiements d'ajustement pour risque.

Lors du débat oral qui a eu lieu avant le dixième tour, le gouvernement fédéral et la NMHC ont réitéré leurs positions. L’Ordre s’intéressait particulièrement à la question de savoir si l’agence était tenue de justifier ses hypothèses, même si aucune des parties n’avait mis en doute ces hypothèses pendant le processus de réglementation. "La commission a également posé des questions sur le point de savoir si la doctrine de" l'épuisement ", qui stipule qu'il est généralement interdit aux parties de contester quelque chose dans le règlement que si elles ont soulevé la question au cours de la procédure administrative, s'applique au budget. neutralité, si l’omission de la neutralité budgétaire est un échec flagrant et si le financement fédéral du programme de couverture est limité. "

Le gouvernement a fait valoir qu'il n'était pas nécessaire de justifier son hypothèse selon laquelle le programme d'ajustement en fonction du risque n'était pas neutre sur le plan budgétaire, cette objection n'ayant jamais été soulevée au cours de la première année du processus législatif. Bien que cela ne soit pas obligatoire, le gouvernement maintient que la CMS a dûment justifié sa justification de l'adoption d'un programme d'ajustement du risque sans incidence sur le budget. Cette conclusion s’explique en partie par le fait que la neutralité budgétaire est "pratiquement nécessaire", même si cela n’est pas explicitement requis par le texte de l’ACA lui-même.

La NMHC a déclaré que CMS avait décidé d'utiliser la prime moyenne nationale (plutôt que la prime de chaque assureur) avant même que l'agence ne demande un commentaire. La décision d'adopter une prime moyenne nationale était basée sur l'hypothèse de la CMS que le programme d'ajustement du risque était "conçu" pour ne pas avoir d'impact budgétaire. Cette hypothèse – selon laquelle la loi prévoyait que le programme d'ajustement en fonction du risque n'aurait pas d'incidence budgétaire – est arbitraire et capricieuse au sens de la loi sur la procédure administrative. Bien que la CMS ait peut-être choisi d'adopter un programme neutre pour son budget pour des raisons politiques, l'agence n'a pas suffisamment justifié cette décision dans le document administratif.

L’avocat de la NMHC a également évoqué d’autres sources de financement potentielles pour les avantages liés à l’ajustement du risque, telles que les fonds de gestion du programme et les frais d’utilisation. Ici, le NMHC cite 2014. Rapport du Government Accountability Office des États-Unis sur les sources de financement du programme de corridor de risque ACA.

La dixième étape du parcours peut modifier ou confirmer la décision du tribunal inférieur. L'amendement signifierait que des parties non valides de la méthode d'ajustement du risque seraient rétablies et que les avantages de l'ajustement du risque basés sur cette méthode se poursuivraient sans interruption. Si le dixième circuit confirme la décision de la juridiction inférieure, 2014-2016 Aucune méthode d'ajustement au risque ne sera sélectionnée. Le gouvernement a reconnu que l’impact d’une telle décision n’était pas clairement défini et a noté que les assureurs avaient bien amusé le dossier. La CMS pourrait probablement rééditer la règle avec la méthodologie de cette année-là de manière à justifier sa décision d'adopter un programme d'ajustement du risque neutre en termes budgétaires, comme en 2017 et 2018.

Litige à New York

La contestation du dixième circuit n’est pas la seule revendication d’un programme d’ajustement du risque. Le briefing semble désormais complet comme un défi avant le second tour. Le défi a été présenté par UnitedHealthcare of New York et Oxford Health Insurance au département des services financiers de la ville de New York pour des règles autorisant le département à modifier les transferts ajustés pour le risque contrôlés par ACA sur le marché des petits groupes. Les assureurs ont contesté le règlement, affirmant que le programme de l'État était prioritaire et que les avantages violaient les protections prévues par la procédure constitutionnelle. 2018 Août Le tribunal de district rejeta ces arguments et confirma le règlement comme complément d'un programme fédéral d'ajustement des risques.

Les assureurs se sont adressés au deuxième district et des plaidoiries ont eu lieu en 2019. Février Après la plaidoirie, la deuxième ronde a demandé à la CMS de faire part de ses commentaires sur un certain nombre de questions liées au programme fédéral d’ajustement des risques et aux contradictions des lois et réglementations des États. Le 2 août, le gouvernement fédéral a déposé sa réponse, affirmant que l'ACA était en conflit avec la réglementation et que New York ne pouvait pas substituer des montants de transfert d'ajustement de risque fédéraux à des "actions unilatérales de la part de l'État". La CMS a déclaré que les États ne peuvent pas changer le résultat d'un ajustement du risque fédéral. sans obtenir l'approbation fédérale en vertu de la 2019. processus de paiement. New York et les assureurs le 23 septembre A fourni des réponses aux ordres du gouvernement. La deuxième chaîne est susceptible de prendre une décision dans un proche avenir.

Règle finale pour les extraits de Medicaid DSH

24 septembre CMS a finalisé une nouvelle méthodologie pour réduire les allocations d'état Medicaid DSH. La méthodologie sera utilisée pour créer des allocations DSH spécifiques à chaque pays pour chaque exercice financier; ces réductions s'appliqueront à tous les états et au district fédéral de Columbia, à l'exception du Tennessee. (Les allocations du Tennessee DSH restent stables à 53,1 millions de dollars par an pour l'exercice financier 2025 et ne feront pas l'objet d'une réduction de méthodologie.) En supposant que les réductions de DSH ne soient pas retardées par le Congrès, cette réduction commencera à partir de l'exercice 2020.

DSH dessert un nombre disproportionné de patients vulnérables et à faible revenu. Parce que DSH a toujours servi de nombreux patients non assurés, ils fournissent souvent une part importante des soins de santé non remboursables. Pour couvrir ces soins et les paiements en trop Medicaid non remboursables, la loi fédérale oblige le programme Medicaid à verser des contributions de DSH à des hôpitaux dotés de filets de sécurité qualifiés.

L’un des objectifs de l’ACA était d’étendre la couverture d’assurance via Medicaid et les marchés à des millions d’Américains non assurés. Ce faisant, les décideurs ont estimé qu’augmenter l’assurance réduirait les coûts des soins non remboursables et réduirait la nécessité de bénéficier d’avantages sociaux au titre de la DSH. En prévision de l’ACA, on s’attendait à ce que tous les États étendent la couverture de Medicaid aux adultes à faible revenu, devenue facultative après NFIB contre Sebel.

Dans l'espoir que la perte des avantages du DSH au niveau fédéral sera compensée par les payeurs privés ou les programmes Medicaid de l'État, l'ACA a considérablement réduit les avantages du Medicaid DSH. La section 2551 de la ACA a réduit les allocations de Medicaid DSH, à partir de 500 millions de dollars. USD 2014 Et lever à 5,6 milliards de dollars. 2019 $ et ensuite tomber à 4 milliards de dollars. USD 2020 Le chapitre 2551 demandait également au secrétaire d’élaborer une méthode d’allocation des réductions de DSH en fonction de cinq facteurs, tels que les taux d’état non assurés.

CMS 2013 Un règlement a été publié pour approuver cette méthodologie. Mais cette règle n’est jamais entrée en jeu, car le Congrès avait différé à plusieurs reprises le calendrier de réduction d’ACA DSH, en modifiant d’abord la période de suppression progressive de quatre ans en 2018. Et prolonger l’exercice auquel la réduction s’applique. La dernière prolongation a été adoptée dans le projet de budget à partir de 2018. En février, ce qui a retardé les réductions de DSH de deux autres années – jusqu'en 2018 et 2019. exercice financier de 2021 à 2025.

En prévision de l'entrée en vigueur des réductions en 2018, le CMS sera en 2017. Juillet Proposition d'un règlement avec une méthodologie DSH mise à jour. Comme ces réductions ont été retardées, la règle n'a pas encore été élaborée. La CMS a reçu 140 commentaires publics sur la règle proposée. La préoccupation de nombreux commentateurs s'est concentrée sur les réductions de DSH elles-mêmes plutôt que sur la méthodologie spécifique. Des commentateurs se sont inquiétés, par exemple, du fait que la réduction de DSH entraînerait des difficultés financières pour les hôpitaux et que l’augmentation de la couverture n’a pas été pleinement exploitée, notamment dans les pays qui ont étendu Medicaid, comme la nécessité de payer DSH. D'autres commentateurs ont demandé à la CMS de retarder la réduction de la méthodologie et du DSH.

Ce poste n'inclut pas d'informations méthodologiques détaillées (hautement techniques). Cependant, la CMS note que la méthodologie finale chevauche sensiblement la méthodologie proposée à partir de 2017, à quelques exceptions près. CMS a indiqué qu'il ne lui était pas possible de différer les réductions de DSH, mais qu'il réévaluerait la méthodologie et apporterait les modifications nécessaires.

Si le Congrès ne retarde plus les réductions de DSH, celles-ci – conformément à la méthodologie décrite dans la règle finale – entreront en vigueur pour l'exercice 2020 (qui commence le 1er octobre 2019). Cependant, une récente résolution du Congrès a reporté les réductions au moins au 21 novembre.

ACA Update: Contentieux des risques, méthodologie DSH Cut ☏ mutuelle entreprise
4.9 (98%) 32 votes