Un favori des centres Biden se bat dans un débat démocratique animé ◄ Assurance maladie : Comment ça marche ?

Le rôle d’une mutuelle de santé est de prendre en charge intégralement ou bien partiellement les dépenses de soin non couvertes parmi l’Assurance Maladie. En contrepartie d’une cotisation, les adhérents de la mutuelle santé se voient remboursés leur frais de santé à hauteur du rang de garanties souscrit.

Contrairement à l’Assurance Maladie, la mutuelle santé n’est pas obligatoire. Chacun est libre d’y adhérer ainsi qu’à non. Toutefois, avec la perte des remboursements de la Sécurité Sociale, la couverture d’une mutuelle santé est aujourd’hui indispensable. De plus, avec la mutuelle entreprise obligatoire en or 1er janvier 2016, chacun salarié français bénéficiera d’une complémentaire santé.

Les mutuelles santé françaises sont régies par le Code de la Mutualité et sont des organismes à but non lucratif dans lesquels les adhérents sont intégrés d’or décisionnel.


L'ancien vice-président américain Joe Biden lors d'un débat jeudi à Houston, au Texas, contre d'autres candidats à l'investiture démocratique à l'élection présidentielle de 2020 (AFP / Robyn BECK)

Alors qu’il attendait son favori, le favori du premier démocrate Joe Biden s’est offensé jeudi lors d’un débat télévisé, attaquant ses principaux rivaux, les sénateurs Elizabeth Warren et Bernie Sanders, sans être déstabilisés par les attaques de plus petits candidats

Après un été marqué par des erreurs et des propos trompeurs qui ont suscité des doutes sur sa forme, Joe Biden, âgé de 76 ans, a défendu la position des centres pendant près de trois heures.

Dès le début avec deux rivaux progressistes, il a présenté son projet de soins médicaux universels comme irréaliste et a défendu son propre projet d'amélioration du système d'assurance maladie: "Je peux expliquer comment le financer, comment le mettre en œuvre et pourquoi il est meilleur."

Lors de la descente du plateau, un ancien combattant politique s'est vanté dans un tweet qu'il "a montré pourquoi je suis le seul candidat qui (…) peut apporter des résultats tangibles aux familles de salariés".


La sénatrice américaine Elizabeth Warren (D) et l'ancien vice-président Joe Biden lors d'un débat démocratique le 12 septembre 2019. À Houston, au Texas (AFP / Robyn BECK)

L'ancien vice-président Barack Obama a également affirmé à plusieurs reprises être associé au premier président noir des États-Unis, toujours très populaire dans l'électorat démocratique.

Malgré ses erreurs, Joe Biden reste définitivement en tête du scrutin (26,8% selon le site Internet moyen de RealClearPolitics). Populaire chez les travailleurs noirs et les piscines noires, il a une image modérée qui a vaincu Donald Trump en 2020.

À un moment remarquable, le petit candidat, limitant 1% des sondages, semblait remettre en question les compétences de Joe Biden: "Avez-vous déjà oublié ce que vous avez dit il y a deux minutes?", Taquiné Julian Castro, ancien ministre de Barack Obama, a attiré les spectateurs.

– "AK-47" –

Bernie Sanders (17,3%) et Elizabeth Warren (16,8%), conservant Biden dans leurs sondages, ont maintenu un front uni lors de ces échanges à Houston (Texas).

Le sénateur indépendant, âgé de 78 ans, a cassé la voix du favori, y compris son soutien à l'intervention américaine en Irak.


Participants au débat démocratique du 12 septembre 2019 à Houston, au Texas (AFP / Frederic J. BROWN)

L'étoile montante de la primaire, Elizabeth Warren, 70 ans, a évité les attaques sur ses rivales, conformément à la stratégie actuelle.

Sans flash, elle a développé son programme, déjà très complet, très à gauche, des références personnelles pour le support. "Je sais ce qui est brisé, je sais comment le réparer et je vais me battre pour le faire."

Après plusieurs fusillades meurtrières cet été, dont deux au Texas, des problèmes d’armes ont provoqué des moments forts. L'ancien Chambre des représentants Beto O'Rourke, originaire de cet État, a demandé la confiscation de fusils d'assaut dans un pays où le port des armes est profondément divisé.


Participants au débat démocratique du 12 septembre 2019 à Houston, au Texas (AFP / Robyn BECK)

"Bien sûr, nous prendrons votre AR-15, votre AK-47", dit-il fort en applaudissant.

Cinq mois avant les premiers votes de l'école primaire dans l'Iowa, ce programme signifie une accélération de la campagne. Le record est toujours de 20 candidats.

– "Petit gars" –

Pour les petits candidats, ce débat était une occasion importante de briller … et d'attirer les fonds nécessaires pour poursuivre la campagne.

Après avoir rebondi à Biden en juin, la sénatrice Kamala Harris est revenue aux urnes (6,5%).


Le président américain Donald Trump se moque du candidat démocrate Joe Biden lors d'un rassemblement électoral le 15 août 2019. Au New Hampshire (AFP / Nicholas Kamm)

Complétez la liste: le jeune maire de South Bend, Pete Buttigieg (4,8%), homme d’affaires et seul homme politique peu professionnel sur la scène, Andrew Yang (3%), Beto O & Rourke (2,8%), le sénateur Cory Booker (2, 3%), la sénatrice Amy Klobuchar (1,2%) et l’ancien ministre Obama, Julian Castro (1%).

Derrière l'échange souvent animé de dix candidats, il n'y avait qu'un seul sujet: l'impératif de vaincre Donald Trump.

"Le président le plus dangereux de l'histoire", "extrémiste blanc", mais aussi "petit bonhomme" pour "l'ego fragile": les attaques ont secoué le milliardaire républicain.

Au contraire, Donald Trump se bat pour sa réélection, présentant ses adversaires comme des "socialistes" menaçant le "rêve américain".

Alors que les démocrates discutaient, il a plaisanté lors d'un dîner avec les républicains dans "Joe the Asleep", "Bernie the Fool" et "Pocahontas", au sujet de la controverse entourant l'origine des Indiens américains évoquée depuis longtemps par Elizabeth Warren.

ELC / ChP

Laisser un commentaire