Se retirer de l'assurance maladie complémentaire: un frein solidaire ☎ Comment marche le remboursement d’assurance santé ?

Le rôle d’une mutuelle de santé est de prendre en charge intégralement et pourquoi pas partiellement les mise de fonds de soin non couvertes en l’Assurance Maladie. En contrepartie d’une cotisation, les adhérents de la mutuelle santé se voient remboursés leur frais de santé à hauteur du cran de garanties souscrit.

Contrairement à l’Assurance Maladie, la mutuelle santé n’est pas obligatoire. Chacun est libre d’y adhérer ou bien non. Toutefois, avec la baisse des remboursements de la Sécurité Sociale, la couverture d’une mutuelle santé est aujourd’hui indispensable. De plus, avec la mutuelle entreprise obligatoire or premier janvier 2016, tout salarié à la française bénéficiera d’une complémentaire santé.

Les mutuelles santé françaises sont régies selon le Code de la Mutualité et sont des organismes à but non lucratif dans lesquels les adhérents sont intégrés d’or processus décisionnel.

Publié le 25 février 2019 à 8h30

Le groupe LREM à l'Assemblée nationale a présenté un projet de loi qui devrait être présenté
fin de l'assurance maladie complémentaire à tout moment

après un an de contrat. Les institutions temporaires et les mutuelles condamnent cette mesure idéologique, proposée sans concertation et sans étude d'impact sérieuse. Il nous semble que cette mesure va à l'encontre de l'esprit de la réforme zéro, qui vise à réduire les inégalités et à améliorer l'accès aux soins pour tous.

Quel est donc l'objectif des pouvoirs publics? Lorsqu'il s'agit de réduire les primes de l'assurance maladie complémentaire, ce projet n'a aucun sens. Les contributions sont directement liées aux impôts qu'elles prélèvent et aux dépenses de santé qu'elles remboursent, en constante augmentation.

La résiliation du contrat à tout moment augmentera d'abord les frais de gestion.

Si l'objectif est de réduire les frais de gestion, c'est une fausse bonne idée. Au contraire, la résiliation du contrat à tout moment augmentera d'abord les coûts mentionnés. Les utilisateurs complémentaires seront encouragés à mobiliser des ressources supplémentaires pour traiter les flux, retenir les assurés qui sont tentés de partir ou en attirer de nouveaux.

Et quel intérêt pour les personnes qui peuvent changer chaque année en fin d'année? La résiliation à tout moment, par la démutalisation qu'elle entraîne, nuira aux assurés les plus vulnérables, qui sont aussi les moins mobiles. Ce sera l'assuré le plus «informé» qui prendra une telle mesure, selon une logique strictement consommateur: si un accident de voiture ne peut être prévu, certains traitements peuvent être planifiés à l'avance.

Menace pour la prévention et les activités sociales

Cette mesure irait à l'encontre de tous les efforts déployés ces dernières années pour améliorer la prévention et les soins, développer la médecine routière et maîtriser les dépenses de santé. Des objectifs auxquels nos réseaux de santé contribuent de manière significative, en collaboration avec des opticiens, des audioprothésistes et des dentistes.

La résiliation affectera inévitablement le tiers payeur. D'une manière générale, nous étions prêts à fournir aux professionnels de santé une garantie de paiement sur présentation d'une carte complémentaire annuelle, car nous avons accepté de reconnaître la validité des droits. Avec la résiliation à tout moment, le risque de paiement indu deviendrait important et empêcherait l'application d'obligations à l'assurance maladie complémentaire.

Enfin, ce système constituerait une nouvelle attaque contre les mécanismes qui organisent l'intervention mutuelle et nuirait aux mécanismes de solidarité à long terme tels que la prévention et l'action sociale.

Biens de consommation

En cette période de crise économique et sociale où les aspirations légitimes à une plus grande égalité des chances et à la justice sociale s'expriment au plus près des besoins et des territoires d'une vie digne et saine, nous nous opposons à cette mesure qui vise à réduire la santé à la marchandise, où la seule question ce serait un calcul direct des coûts et des avantages pour eux-mêmes et uniquement pour eux-mêmes.

C'est un coup dur pour la solidarité et la cohésion sociale qui ne contribuera en rien à la maîtrise des dépenses de santé! Le Centre Technique des Institutions de Prévoyance (CTIP) et la Mutualité Française réaffirment leur engagement à garantir l'accès aux soins au plus grand nombre, à des soins de qualité à tous les âges, tout en réduisant
le reste à payer.

Ils réaffirment leur engagement à coopérer avec toutes les parties prenantes dans une relation constructive et confiante qui respecte tout le monde afin que la santé reste au cœur du Pacte républicain notre bien commun.

Thierry Beaudet est président de la Mutualité française, Djamel Souami est le président du Provident Institution Technical Center (CTIP).

Se retirer de l'assurance maladie complémentaire: un frein solidaire ☎ Comment marche le remboursement d’assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes