Santé: choisissez le bon complément ☎ Pourquoi prendre une assurance santé ?

A qui se destinée la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si certaines personnes profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel et pourquoi pas familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ainsi qu’à moins étendues en fonction de vos désirs votre prévision : Avenir Mutuelle vous présente à juste titre un choix de complémentaires destiné à répondre à toutes les attentes, à celle des seniors à la retraite tel que à celle des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une bonne mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la plus belle des mutuelles pour particulier, encore faudrait-il savoir ce qui caractérise une “bonne” certitude santé. Son solde doit bien entendu coller à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos attentes en termes de santé : dans l’hypothèse ou vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il sera primordial de choisir une audace capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, dans l’hypothèse ou vos mise de fonds de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une foi aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La véritable mutuelle pour particulier est ainsi ceux qui vous couvre le mieux dans rapport à vos objectifs (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé or premier taux.

Plongée depuis 2006. Dans un vide juridique, la contribution financière des employeurs territoriaux à la protection sociale complémentaire de leur personnel est désormais solidement ancrée dans le décret n ° 2011-1474 du 8 novembre 2011. Les collectivités qui souhaitent payer pour participer doivent choisir entre deux formules: l'étiquetage ou accord de participation. La marge de manœuvre de l'agent n'est donc pas la même.

Lorsque les autorités locales décident d'étiqueter, l'agent doit se conformer à l'un des contrats ou règlements désignés pour obtenir un soutien financier (1)L'agent doit alors prendre des mesures pour trouver et respecter le contrat qui lui convient.

Si la sélection a été faite sur la base de la deuxième formule, la communauté signe, directement ou autorisant le centre de gestion, un accord de participation avec un prestataire retenu après l'appel à la concurrence. Ce contrat unique donnera droit à une contribution financière et le service des ressources humaines de la communauté assurera la médiation entre l'agent et le prestataire de services.

Dans les deux cas, l'adhésion d'agent reste facultative. Cependant, tout choix de soins complémentaires en dehors de ce cadre fermera la porte au financement de son employeur.

Obligation d'information – Le montant de la participation dépend de la communauté et peut constituer la totalité de la contribution. Incitations pour 5 à 10% des agents territoriaux non encore assurés.
Pour d'autres, changer la santé complémentaire est plus difficile. Certaines organisations offrent des primes réduites aux personnes dont les salaires sont les plus bas. Mais en se fondant uniquement sur le coût des primes à la baisse, elles doivent être comparées aux avantages.
"Le niveau de rendement que vous choisissez est de remettre en cause votre capacité à faire face à des dépenses soudaines et non remboursables", note Laurent Adouard, directeur général adjoint de la Mutuelle nationale territoriale (MNT).

Même dans les communautés qui ont opté pour un accord de participation pour se rapprocher au plus près des besoins de leurs agents, rien n'indique que chacune d'entre elles correspond au profil qui les couvre le mieux. "L'accord choisi par le centre de gestion (CDG) dans le cadre de l'accord de participation est donc très attractif pour les jeunes et les personnes isolées, mais dans une moindre mesure pour les familles", reconnaît Alexa Chevallet, responsable du département "ressources et ressources" de CDG en Isère.

Le décret prévoit l'obligation d'informer la communauté, les mutuelles, les compagnies d'assurance ou les institutions prestataires.
L'essentiel est de se protéger des frais d'hospitalisation. Selon que vous souhaitiez une chambre spécifique, en tenant compte du séjour d'accompagnement de l'enfant ou en utilisant uniquement le secteur agréé, les besoins des services ne seront pas identiques.
Il en va de même pour les frais optiques et dentaires, dont les taux de remboursement peuvent varier du simple au triple, voire plus. Pour ces trois principaux postes de dépenses, l'agent peut préférer un contrat qui répond à des besoins spécifiques spécifiques, comme l'orthodontie pour les enfants.

Les trois postes de dépenses les plus chers pour les soins de santé complémentaires sont les frais hospitaliers, optiques et dentaires.

Attention au reste! – "Il ne suffit pas d'examiner les taux de remboursement. La vraie question concerne le reste: il faut faire attention aux limites de remboursement parfois imposées », explique Laurent Adouard. Certains contrats offrent également une gamme complète de services pour aider leurs membres à réduire leurs dépenses restantes.
Plusieurs mutuelles sont donc soutenues par des réseaux de professionnels de santé qui acceptent des tarifs préférentiels. "C'est ce que nous avons fait avec un accent particulier sur la qualité des soins. Nous pouvons également fournir une comparaison des prix dans une zone géographique donnée pour aider les membres, par exemple, à négocier une intervention coûteuse, comme une prothèse dentaire, avec un dentiste, ou pour obtenir un autre spécialiste », explique Pascal Beaubat, président de la Mutuelle Intériale.

Lorsque la communauté choisit l'une ou l'autre formule de participation, l'agent devra prendre une décision rapide. "L'arrêté du 8 novembre 2011 précise que la prime est majorée si l'adhésion de l'agent intervient après un certain temps", souligne Sabine Taler-Léonard, directrice du département "santé" au CDG du Rhône. Deux ans après l'admission du fonctionnaire dans la fonction publique ou, dans le cas des fonctionnaires, deux ans à compter de la date du décret.

Résiliation le 1er janvier – "Pour l'étiquetage, l'adhésion doit être dans un délai d'un an à compter de la date de publication de la première liste des contrats désignés, soit jusqu'au 31 août 2013." – dit Isabelle Hadoux-Vallier, avocate au département "droit social". »De Fidal.
Il convient également de rappeler que la cessation de l'assurance maladie complémentaire par l'OPC intervient systématiquement le 1er janvier, avec un préavis de deux mois. Pour entrer dans le système en 2014, un avis de résiliation du contrat précédent doit être envoyé avant le 31 octobre 2013.

"Préférez un contrat adapté à vos besoins"

Isabelle Hadoux-Vallier, avocate au département "droit social" de Fidal

Pour les agents, comparer différents contrats est compliqué car il n'y a pas de bon outil. C'est aussi une affaire personnelle qui dépend de la consommation médicale de chacun d'eux. Il vaut mieux privilégier une commande sur mesure. Ainsi, dans le cas de primes élevées, les contrats peuvent offrir aux agents de très fortes garanties pour des dépenses qui seront accidentelles à d'autres.
D'abord, accordez une attention particulière aux frais d'hospitalisation, puis aux frais d'optique et de soins dentaires – trois articles coûteux. Cependant, ils n'atteignent pas tous les destinataires et cela ne s'applique pas à tous à la même fréquence: certains changent de lunettes tous les ans, d'autres tous les trois ans.
Pour être le plus précis possible, on peut également demander une simulation de remboursement en fonction de sa consommation antérieure, comme le font les employeurs lorsqu'ils souhaitent modifier un contrat collectif et le comparer avec les cotisations versées. Le niveau de contribution acceptable pour l'agent dépendra alors de sa capacité à contribuer et du niveau de participation de sa communauté, qui peut être ou non une incitation.

Cet article fait partie de la documentation

Niveau de vie des fonctionnaires: trouver une marge de manœuvre

Santé: choisissez le bon complément ☎ Pourquoi prendre une assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes