Revenus des opérations universelles: deux conditions pour son fonctionnement ☏ Assurance Santé

A qui se fortune la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si plusieurs individus profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres peuvent choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ainsi qu’à familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus et pourquoi pas moins étendues en fonction de vos désirs votre budget : Avenir Mutuelle vous présente légitimement un choix de complémentaires destiné à répondre à l’ensembles des attentes, à celui des seniors à la retraite comme à celles des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une bonne mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la plus belle des mutuelles pour particulier, encore faudrait-il savoir ce qui caractérise une “bonne” sûreté santé. Son solde bien entendu rimer à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos objectifs en termes de santé : dans l’hypothèse ou vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il est primordial de régler pour une caractère capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, si vos débours de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une cran aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La véritable mutuelle pour particulier est ainsi celle qui vous couvre le mieux chez rapport à vos objectifs (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé au premier taux.

Boris Lapeyre de Cabanes.

Loin de l'agitation de la réforme des retraites, c'est une réforme gouvernementale qui mérite l'attention, tant en raison de son potentiel dans la lutte contre la pauvreté que du risque bien réel qu'elle devienne une usine à gaz encore pire que le système actuel: le revenu universel des entreprises .

RUA, dont les contours sont trop vagues aujourd'hui pour pouvoir le définir avec précision, est un dispositif qui consiste à regrouper un certain nombre d'aides existantes (notamment RSA, aides au logement, ainsi qu'une prime d'activité) en un seul. Recherché par le président de la République dans le cadre de son plan de lutte contre la pauvreté, il ne devrait pas voir le jour avant 2022. Examinons rapidement les lacunes du système actuel pour mieux comprendre les intérêts de cette mesure.

Les avantages de la simplicité

Parmi les quelque 200 aides sociales calculées par l'IFRAP, on trouve une collection de coupons sportifs de l'Agence nationale des coupons de vacances, un appareil gratuit "J'apprends à nager", des aides à la mobilité en Master 1, la distribution gratuite d'ampoules, une aide à la prise en charge des familles, la rénovation d'appareils électroménagers, etc.

Je voudrais rappeler un principe que je considère très pertinent dans ce sujet: le rasoir d'Occam ou le principe de simplicité, que j'ai défendu dans l'article précédent comme le principe qui devrait guider les activités publiques.

Sans entrer dans des informations trop détaillées sur les avantages de la simplicité dans le domaine des activités publiques, je voudrais cependant souligner la question clé du non-recours à l'aide sociale.

Deux chiffres pour étayer ma thèse: selon une étude publiée par l'Assemblée nationale en septembre 2016, 36% des ayants droit au RSA et plus de 20% des ayants droit à la CMU ne prennent pas de mesures pour les collecter.

Bien sûr, le manque d'informations et la complexité déterminent les facteurs expliquant ce phénomène. Sans risquer de dire de l'énormité, on peut dire qu'il est dommage d'avoir un système de protection qui prétend être universel pour parer ainsi les plus précaires.

Des systèmes sociaux coûteux qui provoquent des tensions

Outre cette complexité, que je ne peux qu'exposer, le système social français est un coût excessif pour la communauté: environ 32% du PIB, dont les deux tiers sont monopolisés par les dépenses de retraite et de maladie.

Cependant, je préfère que les lâches restent loin de la bataille sur l'essence du maintien de notre système de sécurité sociale et se contentent de surveiller ses coûts de fonctionnement, qui s'élevaient à 42 milliards d'euros par an en 2017 (représentant 4,3% des paiements, c'est-à-dire par 1, 3 points de pourcentage de plus que la moyenne européenne).

En résumé, le système de retraite, dont la réforme divise les avis depuis plusieurs mois, coûte 78 500 EUR par agent et par an, uniquement en frais de gestion. De ce point de vue, la transition vers un système universel, donc unique, permettrait de réaliser des économies de coûts de fonctionnement très importantes et il est regrettable que la réforme des retraites ait perdu cette ambition.

Enfin, les coûts et le manque de transparence de notre système de protection sociale sont source de tension: le mouvement des Gilets jaunes, très vite repris par presque tous les partis politiques, à l'exception du LREM, ce qui n'est pas surprenant, l'exaspération fiscale liée au manque de transparence entre l'euro payé en impôts et l'euro a disparu, influencé par les prestations sociales et les dépenses publiques en général, il a montré notamment qu'environ 75% des Français estiment qu'ils contribuent davantage au système qu'ils n'en bénéficient.

Dans un tel système, l'opacité pousse chacun à profiter de ses avantages, malgré le bien commun par crainte d'une absence du groupe des gagnants, ce qui crée une société de méfiance générale et favorise la croissance de l'incinisme,

Solution RUA

Le RUA semble remédier adéquatement à plusieurs de ces inconvénients: en rendant le système de sécurité sociale transparent et plus simple, il ne devrait pas seulement éviter une mauvaise gestion actuelle, qui conduit parfois à des erreurs grossières dans les institutions de sécurité sociale, réduire les coûts de fonctionnement, faciliter l'accès à l'assistance et à la localisation une fin au corporatisme qui sévit dans notre société.

En revanche, il convient de ne pas se laisser berner par les beaux discours sur la solidarité nationale qui accompagneront nécessairement la promotion de cette mesure: du revenu universel de revenu proposé par Benoît Hamon à l'allocation unique du programme François Fillon, là il a le même écart qu'entre Mitterrand et Thatcher, et rien ne garantit que le gouvernement ne sera pas inspiré par la première pour devenir une centrale électrique au gaz présentant des inconvénients similaires au système actuel.

Pour éviter ce piège, deux conditions sont nécessaires: une réelle volonté politique de simplifier l'action publique dans le domaine de la protection sociale et une communication – sans faille – centrée sur la capacité de la réforme à venir en aide aux plus démunis.

Sans la première, la réforme sera aussi réussie que les retraites, qui ont perdu leur sens le jour où elles ont adopté les premières concessions à certaines catégories professionnelles, exprimant rapidement leurs doléances.

Sans le second, il ne pourra pas obtenir le soutien qu'il mérite, et soit il sera emporté par des scandales qui ont interrompu la réforme du système des retraites (la Légion d'honneur Jean-François Cirelli, président de BlackRock France, pourrait attendre un an …) soit accusé d'avoir tenté d'équilibrer les finances publiques en économisant sur les plus fragiles.

Espérons que le gouvernement pourra se souvenir du principe de simplicité et nous sauver d'un autre "choc de simplification". Comme l'a bien dit Thierry Lhermitte: J'ai peur que ce ne soit pas une stratégie mais un stratège ».

Revenus des opérations universelles: deux conditions pour son fonctionnement ☏ Assurance Santé
4.9 (98%) 32 votes