Réforme de l'assurance mutuelle optique et dentaire: attention aux cotisations supplémentaires ◄ Assurance Santé

En France, la confirmation maladie complémentaire (AMC), ainsi qu’à complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en conférencier d’un complément de remboursement des soins. Cette certitude complémentaire est admettons obligatoire, sous forme d’assurance-groupe dans l’ensembles des entreprises, ou bien d’activité, va pour ça facultative et souscrite volontairement par l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance ainsi qu’à d’une mutuelle. Il est alors le choix entre plusieurs formules de garanties complémentaires analogue à des services différentes pour des évaluation variables.

Dans le langage courant, les solides ou les médias parlent de « mutuelle » pour désigner l’ensemble des prestataires offrant une complémentaire santé à leurs adhérents. Toutefois, il est un disproportion de langage, le terme « mutuelle » étant juridiquement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car il est une société de individus (versus société de capitaux), elle est à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

Jusqu'ici tout va bien. A en croire au moins les premières annonces d'Harmonie Mutuelle, du Groupe Aésio, d'Allianz, d'Axa, de Maaf, du MMA ou du GMF, selon lesquelles une augmentation des primes santé peut être attendue en 2020. Elle ne devrait pas dépasser 2-3%. Inflation similaire aux années précédentes, principalement en raison de l'augmentation naturelle des dépenses de santé, ainsi qu'en raison de la surestimation du plafond de la sécurité sociale, qui sert de base au calcul de nombreux remboursements. De quoi plaire à la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui a ordonné aux mutuelles de ne pas utiliser l'excuse du reste à zéro pour augmenter les tarifs. "Nous nous engageons à ne pas transférer le coût de la santé à 100% sur les primes de nos clients en 2020", confirme le chef du département assurance d'une grande mutuelle.

Selon diverses évaluations, le règlement, à vitesse de croisière, pourrait générer 200 à 300 millions d'euros de dépenses supplémentaires par an. "La facture est difficile à accepter par les supplémentaires", note Fabien Soccio, directeur de la société de comparaison Meilleureassurance.com. Dans la mesure où l'augmentation des primes à partir de 2021, et encore plus en 2022, semble inévitable. Heureusement, la loi prévoit également de faciliter la procédure de perturbation de la société de l'assureur, devenue trop gourmande.

>> Lire aussi – Nouvelles mutuelles optiques et dentaires: améliorerez-vous votre assurance?

Notre comparaison de six contrats individuels impliquant un jeune artisan

Ce jeune salarié, s'il a peu de dépenses de santé, peut choisir des recettes responsables pour moins de 20 euros par mois chez Allianz et Harmonie Mutuelle, qui lui permettront à partir de 2020 d'accéder à 100% de santé en optique et en dentisterie. Et, inversement, un contrat avec renfort dans ces deux domaines lui permettra de réduire le solde de la redevance pour les équipements haut de gamme non compris dans le RAC 0, notamment dans le cas de verres à verres complexes équipés de traitements spéciaux (notamment la lumière bleue). Remarque: dans tous les cas, la chirurgie réfractive, notamment en cas de myopie, est très peu remboursée (Axa offre ici la meilleure protection).

Augmentation à 16% en trois ans dans le cas des conventions collectives

La santé complémentaire des entreprises a le trait commun d'être simplement équilibrée si elle n'est pas déficitaire. Un supplément de 100% pour le remboursement de la santé devrait logiquement les obliger à augmenter leurs tarifs d'environ 8% sur la période 2020-2022, selon Franck Cheron de Deloitte, ce qui entraînerait une augmentation globale pouvant aller jusqu'à 16%. Pire encore, cette moyenne présente de grandes différences. Les salariés des grandes entreprises, qui recourent souvent à des contrats haut de gamme qui limitent déjà le paiement du solde, ne devraient donc pas augmenter de plus de 8%, le surcoût de la réforme étant moins élevé pour ceux qui gèrent ces contrats.

>> Notre service – Economisez de l'argent en testant notre comparateur d'assurance maladie

Le contraire des salariés des petites et moyennes entreprises et des très petites entreprises, qui ne bénéficient généralement que des services de base, avec une charge maximale sur les dents et les dents. L'accès à des paniers de soins de santé entièrement pris en charge sera très inflationniste à partir du mois de janvier suivant. A moins que de futures augmentations de salaire ne soient l'occasion pour l'employeur d'augmenter sa participation financière qui, selon la loi, est d'au moins 50%.

Notre comparaison de six contrats individuels impliquant une paire avec deux enfants

Pour ce couple avec enfants, la meilleure protection est sans aucun doute la protection d'Eovi MCD, qui ne laisse pas, par exemple, de repos (à l'exception d'une déduction non remboursable de 1 euro) lors des consultations médicales. Mais son coût, s'élevant à 233 euros par mois, est 45% supérieur à notre moyenne de panel. Les offres les moins chères, proposées par Allianz, Axa et Maaf, pourraient à elles seules augmenter leurs prix après avoir mis en place 100% de santé, ce qui les obligera à supprimer les restes d'une lourde charge en soins dentaires ou optiques. Remarque: l'avantage de passer par le réseau de la santé. Par exemple, chez Groupama, la partie restante à payer pour la couronne dentaire émise pour 700 euros puis réduite de 120 euros.

Presque aucun contrat individuel ne devrait échapper à l'escalade

Les spécialistes des contrats individuels prévoyaient-ils une réforme à 100% de la santé? "Certains de ces suppléments ont déjà augmenté les prix de 4 à 5% en 2019", explique Fabien Soccio. Il faut dire que la nouvelle réglementation est susceptible d'augmenter considérablement l'utilisation des soins par les abonnés, ces contrats couvrant généralement des rubriques très faiblement importantes comme la dentisterie et l'audition. A moins que les mutuelles décident de réduire les frais de gestion. «Il s'agit d'une importante opportunité d'économies pour le secteur», confirme Noëlle Chevesson, consultante indépendante en santé.

>> Lire aussi – Optique, dentisterie: les réseaux de santé offriront des services améliorés

Selon Meilleureassurance.com, malgré le paiement du score le plus élevé, en moyenne 2 560 euros par an pour un couple de retraités, les seniors doivent se préparer à une contribution plus importante. Lorsque tous les contrats individuels sont combinés, l'inflation peut fluctuer entre 10 et 15% au cours des trois prochaines années. Le seul type de mutuelle qui devrait éviter cette épidémie: ceux connus sous le nom de co-paiements, 30% moins chers que la moyenne. "Ils s'adressent à un jeune public qui souhaite couvrir ses dépenses courantes", explique Ludovic Cohen, directeur de la clinique d'Allianz. Soit des visites de médecins généralistes ou spécialistes du secteur 1 et des frais d'hospitalisation (sans compensation pour une chambre individuelle). Il est peu probable que ces offres augmentent, car celles marquées comme «non responsables» ne mettront pas à disposition des paniers gratuitement.

Notre comparaison de six contrats individuels impliquant un retraité

La protection maximale exigée par une belle résidente de 68 ans à Nice dans le domaine des consultations médicales et des prothèses dentaires, optiques et même auditives lui coûte cher: en moyenne 121 euros par mois pour six membres supplémentaires de notre panel, soit un revenu annuel budgétaire de près de 1500 euros. Bien que certains frais soient élevés: à l'exception du très bien placé MCD Eovi, les mutuelles obligent le patient à débourser de sa poche 56 à 81% du prix de l'aide auditive pour les deux oreilles. Par conséquent, à moins qu'il ne soit urgent, ce profil a tous les intérêts en attendant la mise en place de 100% de santé dans cette dernière zone, en janvier 2021, avant d'équiper. Si Groupama montre pour sa part la contribution la plus modérée de notre comparaison, il impose un lourd fardeau à l'équipement dentaire en tant qu'opticien. Je ne sais pas si, grâce à la mise en place de 100% santé, qui ramènera à zéro les dépenses finales sur ce type de services à partir de 2020, la mutuelle pourra maintenir durablement de telles conditions tarifaires.

Les garanties seront plus faciles à comparer

Comme le montrent nos tableaux (fixés sur la base des tarifs avant de déterminer le montant zéro restant), les rendements varient considérablement en fonction du contrat … Le problème est que les garanties exprimées en pourcentage (100%, 150%, 300% …) la base du remboursement (BR) ou du taux convenu (TC) est très difficile à comparer. Cela devrait changer cette année car le secteur s'est engagé à rendre ses contrats plus lisibles, offrant, dans le cas des services les plus courants, les rendements attendus en euros. Cela vous permettra de calculer facilement les frais restants attendus. De plus, les assureurs devront désormais indiquer le pourcentage moyen des primes remboursées à tous les assurés lors de la souscription. Un bon indice des frais de gestion facturés et des marges réalisées.

>> Lire aussi – L'assurance mutuelle des retraités: les clés au choix

La résiliation du contrat est rapidement devenue plus facile

Étant donné que la transparence requise des mutuelles ne suffit pas à elle seule à accroître la concurrence, le gouvernement a également prévu de faciliter la résiliation conformément à la procédure d'assurance habitation et automobile applicable. A partir de décembre 2020, vous pourrez modifier le contrat à tout moment (y compris en cours) un an après votre engagement. La résiliation peut être déterminée par e-mail et l'assureur devra restituer l'excédent de prime payé dans les trente jours. Progression nette par rapport aux méthodes actuelles, qui nécessitent l'envoi d'une lettre recommandée au plus tard deux mois avant la date limite, tout en obligeant l'assureur à vous informer sur ce service, au plus tard quinze jours avant cette limite.

>> Lire aussi – Déplacer l'OPC: conditions et procédures

Réforme de l'assurance mutuelle optique et dentaire: attention aux cotisations supplémentaires ◄ Assurance Santé
4.9 (98%) 32 votes