Réforme 100% santé: l'UFC-Que Choisir critique les "prix rapides" des complémentaires de santé ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?

En France, l’assurance maladie complémentaire (AMC), et pourquoi pas complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en intervenant d’un complément de remboursement des soins. Cette fermeté complémentaire est soit obligatoire, sous forme d’assurance-groupe dans toutes les entreprises, ainsi qu’à d’activité, soit facultative et souscrite volontairement chez l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance ou d’une mutuelle. Il est alors la sélection entre plusieurs formules de garanties complémentaires analogue à des prestations différentes pour des coût variables.

Dans le langage courant, les assurés ainsi qu’à les médias parlent de « mutuelle » pour désigner les prestataires offrant une complémentaire santé à leurs adhérents. Toutefois, c’est un excès de langage, le terme « mutuelle » étant judiciairement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car il est une société de personnes (versus société de capitaux), elle se trouve être à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

Mon argent

VOL – Après avoir analysé près de 500 contrats, l'UFC-Que Choisir annonce ce mercredi 12 février une "inflation galopante" de l'assurance maladie complémentaire depuis le début de l'année et l'entrée en vigueur du "100% santé" pour les opticiens et les soins dentaires. La médiane des frais supplémentaires pour l'assuré est supérieure à 80 euros par an.

La promesse d'Agnès Buzyn n'a pas été tenue. En novembre de l'année dernière, le ministre de la Santé a appelé à une "modification modérée" des tarifs des suppléments, en attendant l'inclusion progressive de "100% de santé" dans les soins de santé. "Si (complémentaire santé) a accepté de ne pas augmenter les prix au-dessus de l'augmentation annuelle liée aux coûts de santé, c'est parce que les complémentaires ont évalué, et nous avons jugé que ces coûts peuvent être couverts en réduisant les coûts de gestion. Ils sont obligés de le faire en raison de la marge dont ils disposent dans ce cas – a-t-elle expliqué.

Augmente à 150 euros

A la lecture des derniers travaux de l'UFC-Que Choisir, il semblerait que les assureurs n'écoutent pas. La mise en œuvre de cette réforme de l'optique et de certains soins dentaires, désormais mieux remboursés, a un impact sur les tarifs assurés. Dans une étude publiée le mercredi 12 février et couvrant 498 contrats de 86 organisations complémentaires différentes, l'UFC-Que Choisir a connu une énorme augmentation de prix en 2020, avec une 'inflation médiane de 5%', plus qu'en 2019 (+ 4 %). Pour les contrats analysés (qui peuvent concerner plusieurs personnes), la médiane des surcoûts constatés est supérieure à 80 euros par an. "L'inflation annuelle dépasse 150 euros pour 20% des contrats examinés!", Note l'association de consommateurs.

Lisez aussi

  • Réforme 100% santé: nous avons testé les futures lunettes "à zéro"
  • Tarifs de l'assurance maladie complémentaire: l'Elysée met à zéro le solde des frais

Outre ces «hausses de prix», l'UFC-Que Choisir met l'accent sur des pratiques «divergentes» divergentes entre professionnels, bien qu'ils «connaissent le même environnement». Ainsi, si la moitié des contrats affiche une augmentation de plus de 5%, la tendance est nettement plus élevée pour les assurés de Swiss Life (+ 12%) ou Apicil (+ 10,7%) et plus modérée pour les personnes avec Macif (+ 2,7 %) ou Mutuelle Générale (+ 3,2%). "Ou une différence d'un à quatre", regrette l'association des consommateurs.

En vidéo

Des verres gratuits grâce au panier "100% santé"

Résiliation à tout moment "plus urgente que jamais"

Quelle que soit la raison, cette «inflation galopante» justifie l'attente de l'UFC-Que Choisir que les contrats soient résiliés à «tout moment», «sans attendre le 1er décembre 2020». "Reçue l'an dernier au Parlement, cette mesure, qui doit conduire à" des prix plus bas "grâce à une" concurrence vive ", permettra aux assurés de" choisir le contrat le mieux adapté à leurs besoins et à leur budget ". Par conséquent, l'association estime que ce droit de modifier le supplément doit être utilisé "sans attendre" et "appelle" le ministre de la Santé à publier le "décret" approprié dans les meilleurs délais ".

Sur le même sujet

Et aussi

Réforme 100% santé: l'UFC-Que Choisir critique les "prix rapides" des complémentaires de santé ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?
4.9 (98%) 32 votes