Ouverture d'un centre de soins non planifiés à la polyclinique Saint-Odilon à Moulins (Allier) ◄ Assurance maladie : Comment ça marche ?

Le rôle d’une mutuelle de santé est de prendre en charge intégralement ou partiellement les dépenses de soin non couvertes parmi l’Assurance Maladie. En contrepartie d’une cotisation, les adhérents de la mutuelle santé se voient remboursés leur frais de santé à hauteur du pas de garanties souscrit.

Contrairement à l’Assurance Maladie, la mutuelle santé n’est pas obligatoire. Chacun est libre d’y adhérer ou bien non. Toutefois, avec la perte des remboursements de la Sécurité Sociale, la couverture d’une mutuelle santé est aujourd’hui indispensable. De plus, avec la mutuelle entreprise obligatoire au 1er janvier 2016, chacun salarié français bénéficiera d’une complémentaire santé.

Les mutuelles santé françaises sont régies pendant le Code de la Mutualité et sont des organismes à but non lucratif dans lesquels les adhérents sont intégrés en or processus décisionnel.

Dorian, 6 ans, regarde autour d'elle, se tenant la main. La veille, un camarade de classe s'est tordu le doigt, quittant la cantine. Il a enflé la nuit, donc ce matin sa mère Isabelle Devaux était un peu inquiète. Elle a appelé la clinique de Saint-Odilon pour convenir d'un rendez-vous radio. Le secrétariat a suggéré de se rendre au centre pour des soins non planifiés: "Je savais que le centre devait être ouvert, mais je ne savais pas quand. Mais c'est très bien. Nous n'avons pas attendu et c'est très important avec l'enfant. La patience n'est pas la même. "

Un centre de soins «non planifié» ouvrira ses portes à la clinique Saint-Odilon à Moulins (Allier)

Trois médecins urgentistes

Par conséquent, Dorian et sa mère ont d'abord vu l'infirmière d'accueil et d'orientation, puis le médecin a demandé une radio qu'ils pouvaient faire pendant le processus. Dorian a un doigt luxé. La mère de trois enfants d'Yzeure prévoit de retourner dans ce centre.

Mohammed Gaïd, ambulancier et Karine Saniard, directrice de la polyclinique de Saint-Odilon.

Lundi à l'ouverture du service, le médecin urgentiste Mohammed Gaid a soigné dix patients – pendant la croisière on estime que le passager a de 30 à 40 patients par jour – avec entorses, fractures … "Nous avons eu un patient qui avait subi une intervention chirurgicale à Clermont-Ferrand, avait une petite infection secondaire rien de mal. Mais son médecin généraliste ne pouvait pas le supporter, alors il est venu ici. «Le médecin a également pu planifier des opérations pour un patient avec un ongle incarné et un autre pour un corps étranger dans la plaie.

"Les trois médecins urgentistes ne sont pas destinés à remplacer les médecins généralistes. Nous sommes entre médecine urbaine et crises »

Karine Saniard (Directeur de la polyclinique de Saint-Odilon)

Les trois ambulanciers recrutés pour ce centre, Abdelhaki Kara-Terki, Abdelkader KaId Slimane et Mohammed Gaid, "ne sont pas destinés à remplacer les médecins généralistes". "Nous sommes entre médecine urbaine et crises absolues", souligne Karine Saniard, directrice de la polyclinique de Saint-Odillon.

Avec deux infirmières présentes tout au long de la journée, un médecin, trois champs d'examen et une salle choquante, le centre de soins non planifié "connaît les cas qui pourront guérir et les patients qu'il devra transférer, sachant qu'il peut bénéficier de l'ensemble des soins déjà disponibles en polyclinique ».
Ils pourront ainsi recevoir des patients qui viennent de leur propre initiative, mais aussi ceux référés par leur médecin et éventuellement par l'EMS ou les pompiers.

"Ce centre sera en mesure de réduire la congestion dans les urgences hospitalières qui sont submergées par des crises insignifiantes. Il s'agit de travailler ensemble ", a déclaré le Dr Mohammed Gaid.

"Offrir un service"

Pour la polyclinique, ce centre de soins non planifié est un véritable investissement. Situé au rez-de-chaussée, il aura bientôt sa propre entrée. Les travaux ont commencé fin novembre pour transformer le bureau des arrivées et la consultation en pneumologie coûte 300 000 euros. L'investissement comprend également cinq équivalents temps plein en soins infirmiers, il y en a donc toujours deux de 8 h à 20 h tous les jours.

Les trois médecins ne sont pas des employés de la clinique. Ils sont payés sur la base de frais de service au même tarif que le médecin généraliste, soit 25 EUR par consultation, plus en fonction du système d'assurance maladie pour une activité spécifique, comme le personnel. "Pour nous, l'intérêt principal est loin d'être financier", explique le directeur. Nous offrons des services au public, ce qui empêche l'interruption des consultations à la clinique en cas d'urgence. "

Marie Collinet

Pratique. Centre de traitement non planifié ouvert tous les jours de 8h00 à 20h00 04,70.44.32.42.

Ouverture d'un centre de soins non planifiés à la polyclinique Saint-Odilon à Moulins (Allier) ◄ Assurance maladie : Comment ça marche ?
4.9 (98%) 32 votes