Mutuelle: l'UFC-Que Choisir choisit les alertes de prix, mais ne donne pas de raison avec prudence ✎ Comment marche le remboursement d’assurance santé ?

En France, la certification maladie complémentaire (AMC), ainsi qu’à complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en intervenant d’un complément de remboursement des soins. Cette caractère complémentaire est admettons obligatoire, sous forme d’assurance-groupe dans toutes les entreprises, et pourquoi pas branches d’activité, mettons facultative et souscrite volontairement par l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance et pourquoi pas d’une mutuelle. Il a alors la sélection entre plusieurs formules de garanties complémentaires analogue à des prestations différentes pour des évaluation variables.

Dans le langage courant, les indubitables et pourquoi pas les média parlent de « mutuelle » pour désigner les prestataires offrant une complémentaire santé à leurs adhérents. Toutefois, c’est un exagération de langage, le terme « mutuelle » étant judiciairement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car c’est une société de personnes (versus société de capitaux), elle se trouve être à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

Pour l'UFC-Que Choisir, les tarifs complémentaires d'assurance maladie augmenteront en 2020 avec une augmentation moyenne de 5%. L'UFC-Que Choisir a fait une analyse sérieuse car elle a repris plus de 500 contrats proposés par 86 organismes de santé: sociétés privées et mutuelles.

Les augmentations sont complètement différentes. Dans la vie suisse, les prix augmenteraient de 12%, à Malakoff de 8%. En revanche, les mutuelles Macif, Le Mans ou Groupama sont en dessous de la moyenne.

Ainsi, dans l'atmosphère actuelle de chasse aux déchets qui a un impact sur le pouvoir d'achat, l'information est une pierre supplémentaire apportée au dossier, généralement entendue contre la politique gouvernementale.

Le problème est que ces augmentations de taux d'intérêt ne se produisent pas par accident. Ils sont entièrement explicables et justifiés compte tenu du système. Personne ne vole personne.

Les mutuelles complémentaires, désormais quasi obligatoires dans de nombreuses sociétés, fonctionnent selon la logique de l'assurance. Quel que soit le statut d'une entreprise gérant des soins complémentaires. Il peut s'agir d'une compagnie d'assurance privée comme Allianz, Axa ou Aviva; ou une structure commune comme Malakoff ou Mutuelles du Mans. Les premiers sont actionnaires, les seconds ont des membres, mais les deux ont l'obligation d'équilibrer leurs comptes. La masse des primes doit équilibrer la masse des risques assumés. Les relations mutuelles, telles que les compagnies d'assurance, doivent se conformer au Code de solvabilité, sont étroitement surveillées, mais contrairement aux caisses d'assurance maladie de la sécurité sociale, elles ne peuvent pas compter sur l'État pour joindre les deux bouts.

Ils doivent donc se contenter de ce qu'ils font, de ce qu'ils reçoivent sous forme de primes et de ce qu'ils dépensent pour couvrir le risque.

Il y a trois raisons pour les augmentations appliquées aux contrats.

Le premier vient de la mise en place de 100% de santé. La plupart des contrats proposés par les caisses maladie complémentaires incluront le remboursement des prestations incluses dans le panier des soins remboursés à 100%., Cela s'applique principalement aux lunettes, aux prothèses auditives ou aux prothèses dentaires. Tout cela a un coût évident pour les mutuelles. Ce que l'assurance sociale ne paie pas doit nécessairement être payé par les mutuelles.

secondla raison de cette augmentation est la demande de sécurité sociale, La plupart des contrats de santé complémentaires sont négociés dans les entreprises par les partenaires sociaux, les syndicats, les entreprises et les mutuelles. Le débat est très simple. Quelle est la nature du risque pour la santé pour quel montant? Et très généralement, les représentants syndicaux négocient une augmentation de la demande, ne réalisant pas que cette prolongation affectera la prime.

troisièmeLa raison de cette augmentation est le manque de concurrence et la difficulté des assureurs à négocier les prix des services de santé. Certaines mutuelles ont mis en place des réseaux à conditions spécifiques, des réseaux de cliniques, d'opticiens ou de dentistes. Ils pèsent sur la gestion et les procédures. Cette expédition de professionnels dans le monde des fournisseurs devrait introduire la concurrence dans le système. Mais pour le système de santé public, la concurrence est un mot indécent pour décrire un concept. Efforts mutuels pour transformer le concept en réalité. Compte tenu du conservatisme socio-économique, le conservatisme des spécialistes limite sévèrement la réforme qui favorise les hausses de prix.

Mutuelle: l'UFC-Que Choisir choisit les alertes de prix, mais ne donne pas de raison avec prudence ✎ Comment marche le remboursement d’assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes