Lettre ouverte aux syndicats – AgoraVox civil media ☎ Assurance Santé

MUTUELLE PAS CHÈRE ET EFFICACE
Avenir Mutuelle vous donne l’occasion de souscrire une vraie complémentaire santé, performante et complète, conçue pour les solde modestes ou alors ceux de laquelle les demandes en santé sont faibles. En effet, notre mutuelle pas chère s’adapte tant aux étudiants qui n’ont pas les moyens de cotiser beaucoup pour leur mutuelle, qu’aux individus dont les nécessités en santé sont pointe importants. En fonction de votre profil vos désirs médicaux, vous proposerons le contrat de mutuelle pas cher répondant le mieux à vos attentes pour compléter les manques de l’assurance maladie obligatoire et obtenir un remboursement optimal.

Macron et Philippe servent le capitalisme radicalisé, qui ne prétend plus négocier avec les "partenaires sociaux". Méprisés, humiliés par le gouvernement, les syndicats auront-ils le courage de se radicaliser à leur tour?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais éviter deux malentendus. Tout d'abord, cette lettre s'adresse principalement aux personnes qui forment les fondements des relations. En effet, il y a peu de chances que les secrétaires le lisent. De plus, je crains qu'ils ne changent de stratégie que s'ils sont fortement pressés par leur base.

Deuxièmement, ce texte n'est pas une brochure antisyndicale. Je suis moi-même membre du syndicat (SNES-FSU, sans parler de cela) et je conseille aux gens qui me lisent de faire comme moi s'ils ne l'ont pas déjà fait. Malgré leurs imperfections, les syndicats sont utiles et même nécessaires pour défendre les employés sur le lieu de travail – en particulier dans cette période où la direction devient plus impitoyable et les droits des travailleurs diminuent comme une peau de tristesse. Et puis, le meilleur moyen de combler les lacunes des syndicats est d'y entrer pour renforcer leur pouvoir (leur faiblesse est largement associée à un taux syndical très bas) et les conduire à l'auto-réforme. à l'intérieur.

Cette remarque m'amène au sujet de cette lettre ouverte.

Chères relations

Je fais partie de ces militants qui pensent que vous êtes trop timide. Les choses commencent à changer. Les mots «grèves renouvelables» et «fonds de grève» sont plus présents que dans les discours précédents. Mais les vieilles habitudes ont la vie dure. National interndyndykal, à l'issue de la journée de grèves et de manifestations du jeudi 20 février, a appelé … à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 31 mars.

Ces jours isolés ne dérangent évidemment pas le gouvernement. Ils deviennent de plus en plus comme un rituel dont l'efficacité n'est que symbolique. Au mieux, ils maintiennent la chaleur de la colère sociale, et c'est l'une des raisons pour lesquelles je continue de participer. Mais souffler sur le charbon ne suffit pas à rallumer un feu. C'est pourquoi la coordination nationale interprofessionnelle a récemment appelé à une semaine noire à partir du 16 mars. https://paris-luttes.info/appel-de-la-coordination-nationale-13487

D'autres personnes – parfois les mêmes – pensent qu'il est nécessaire d'organiser une manifestation permanente et de masse à Paris, comme cela a été le cas dans d'autres pays. Ces deux types d'action (grève permanente et manifestation en cours) ne sont pas non plus incompatibles. Le plus important, c'est que beaucoup de gens ont été mobilisés. Les manifestations de décembre, voire de janvier et février, étaient loin d'être absurdes. Mais apparemment, ils n'étaient pas suffisants pour obtenir le gouvernement. Il en va de même pour les grèves. Même s'ils seraient suivis en masse dans certains secteurs (notamment la SNCF et la RATP), il faudrait sans aucun doute que de nombreux autres secteurs de l'entreprise suivent ce mouvement pour bloquer le pays. Les troubles sociaux n'ont pas disparu, comme en témoignent notamment de nombreux lycées dans lesquels les examens de fin d'études ont été gravement perturbés voire annulés, malgré une répression policière très inhabituelle. Mais tous ces mouvements dispersés, bien qu'impressionnants, ne sont pas encore une mobilisation globale de la société.

Pouvez-vous organiser une telle mobilisation? Personne ne peut le savoir. Il n'est pas possible de déclarer à l'avance une grève générale ou une occupation permanente des lieux. Avec plusieurs membres, vous ne pouvez pas créer un mouvement social de masse par vous-même, c'est évident. Mais tu peux aider. Une chose est sûre: le maintien d'une stratégie de «jours d'action» est le meilleur moyen de terminer votre déménagement actuel.

Que faire alors Personne n'a une merveilleuse recette. Pourtant, je pense que vous pourriez au moins essayer de parler aux employés de la vérité.

Ce discours peut ressembler à ceci: "L'oligarchie politique et financière s'est radicalisée. Elle entend appliquer son programme néolibéral dans son intégralité, sans aucune concession. Destruction totale du droit du travail, des services publics, de la sécurité sociale (retraites, assurance maladie, famille), de l'environnement … rien ne sera épargné si nous ne réagissons pas avec vigueur et constance. Face au capitalisme fanatique, le syndicalisme doit se radicaliser, c'est-à-dire trouver des racines révolutionnaires. Trente Glorieux sont en effet morts. Nous ne pourrons plus déraciner les conquêtes sociales dans le jeu de négociation ordinaire: ni les employeurs ni le gouvernement ne veulent négocier. Même les syndicats «réformistes» qui, en l'absence de véritables réformes, espèrent atténuer la régression sociale, sont traités avec mépris par ceux qu'ils soutiennent. Le chef de la CFDT prétend avoir aboli l'âge clé, mais il sait très bien que ce dernier est apparu immédiatement sous le nom "âge d'équilibre". Bref, nous n'avons rien à gagner à être gentils, prêts à discuter comme des gens civilisés. Le gouvernement civilisé se rétrécit. Sa seule réponse à nos demandes est le mépris et la brutalité de la police. C'est pourquoi nous proposons aux travailleurs de ce pays une grève de masse pendant la semaine … .. et / ou prenons place ….

Ce discours sera-t-il entendu? Serait-ce assez efficace? Vous ne pouvez probablement pas le savoir. Mais le pire n'est pas toujours certain. Lorsque Churchill, dans une période encore plus sombre que la nôtre, a promis du sang et des larmes britanniques, il les a séduits avec sa sincérité. Je crois que même si je ne peux pas le prouver, les travailleurs de ce pays voudraient que nous leur parlions avec la même honnêteté, la même sévérité, avec le même courage. Rien n'est plus démotivant que l'inertie, l'indécision ou la routine, les trois maux qui dévorent les relations aujourd'hui. Chères relations, vous devez définitivement abandonner votre belle habitude de "partenaires sociaux" et redevenir ce que vous étiez: adversaires social, combattants pour la justice et la liberté, défenseurs des classes populaires contre les prédateurs de la bourgeoisie capitaliste.

Permettez-moi d'ajouter un mot en conclusion: vous serez plus fort moins vous chercherez de pouvoir. L'obsession du contrôle est ce qui tue une relation. Elle pousse souvent les dirigeants syndicaux à rassurer les citoyens et à mettre fin à toute initiative innovante dans l'œuf. Il crée des divisions stériles entre les syndicats, mais aussi entre les syndicats et d'autres organisations telles que les Gilets jaunes. Votre rôle, chers syndicats, est d'aider les gens à se battre, pas de les limiter. C'est créer des liens entre les forces sociales, pas les diviser. Bref, le plus grand succès du syndicat est d'être dépassé pour participer à un mouvement qui le dépasse.

Lettre ouverte aux syndicats – AgoraVox civil media ☎ Assurance Santé
4.9 (98%) 32 votes