Les pays les moins avancés pour tous, un grand changement pour le bien ou une grande menace pour nous? ® Pourquoi prendre une assurance santé ?

Le rôle d’une mutuelle de santé est de prendre en charge intégralement et pourquoi pas partiellement les mise de fonds de soin non couvertes par l’Assurance Maladie. En contrepartie d’une cotisation, les adhérents de la mutuelle santé se voient remboursés leur frais de santé à hauteur du étape de garanties souscrit.

Contrairement à l’Assurance Maladie, la mutuelle santé n’est pas obligatoire. Chacun est libre d’y adhérer ainsi qu’à non. Toutefois, avec la baisse des remboursements de la Sécurité Sociale, la couverture d’une mutuelle santé est aujourd’hui indispensable. De plus, avec la mutuelle entreprise obligatoire d’or premier janvier 2016, chacun salarié de france bénéficiera d’une complémentaire santé.

Les mutuelles santé françaises sont régies selon le Code de la Mutualité et sont des organismes à but non lucratif dans quoi les adhérents sont intégrés or processus décisionnel.

Pilule, avortement, naissance sous X, mariage pour tous … La légalisation de la PMA fait partie de la séquence logique.

Jusqu'à présent, il n'était disponible que pour les couples hétérosexuels stériles ou ceux susceptibles de transmettre une maladie génétique à un enfant; obliger les femmes et les femmes célibataires à pratiquer à l'étranger.

En mettant fin à une telle hypocrisie, le projet de loi gouvernemental a déchaîné l'enthousiasme.

Si le PMA s'inscrit dans l'air du temps, dans un état de texte, il rime également avec le risque de marchandiser le corps humain, portant directement atteinte à notre dignité humaine.

Le risque d'eugénisme: la sélection et l'organisation des gamètes

Les partisans de la loi vous le garantiront: la PMA actuelle est basée sur un don et la PMA pour tous ne peut faire exception à la règle.

Cependant, il ressort clairement de la lecture du dessin qu'il n'y a qu'une étape entre "don" et "vente".

Expliquons: l'extension de la PMA à toutes les femmes provoquera une explosion des besoins en sperme, une carence qui sera inévitable. C'est mathématique: la demande exponentielle épuise l'offre. Il est donc évident que pour encourager le soi-disant don désintéressé et rendre la loi effective, il sera nécessaire de payer.

Comme il existe une institutionnalisation du marketing des produits corporels, il n’est pas exagéré d’imaginer l’organisation de l’eugénisme. En fait, tous les candidats au ghetto pourront faire un choix plus précis, en fonction du montant investi dans le projet des enfants, par exemple, choisissez la couleur de vos yeux ou de vos cheveux, et même le potentiel intellectuel souhaité.

Risque lié à la parentalité, à la manipulation génétique et à la collecte de données biologiques

Ce projet de loi entre également sérieusement en concurrence avec l'ancien principe de "l'origine" fondé sur le lien biologique entre parents et enfants.

Dans l'état de ce texte, un enfant né avec un PMA serait associé à ses deux mères non par cette relation – parce que c'est biologiquement impossible – mais par leur propre volonté. Nous arriverions donc à un point de non retour dans l'histoire pour considérer la généalogie des enfants nés dans les PMA sur la base du droit, pas de la génétique!

"Les mots clignotent:

une généalogie qui n'est plus basée sur la nature,

mais juste "

Ce serait donc un système qui sanctifie la volonté de l'individu au détriment de la vérité naturelle, dans lequel l'homme, pour la première fois de l'humanité, s'adapterait à la loi et non l'inverse.

"Pour la première fois l'humanité

l'homme s'adapte à la loi et non l'inverse

En l'absence de généalogie, un enfant dans une recherche justifiée de son origine devrait se contenter d'un dispositif légal ou de tests ADN de poubelles connus, contribuant à plusieurs dizaines d'euros d'euros de bénéfices de Google ou Amazon!

Mais pourquoi ce choc est-il possible? Comment une telle aberration peut-elle réussir?

L’hypothèse la plus crédible est le lobby de GAFA et des autres sociétés responsables de la collecte de nos données biologiques, qu’elles vendront volontiers au soumissionnaire qui offre le prix le plus élevé (assurance, mutuelle, employeur, banque).

Étendre le PMA à tous les montants pour permettre l'instrumentalisation des désirs de la femme d'un enfant à des fins commerciales, dans une stratégie à peine masquée de manipulation du cas homosexuel.

La coparentalité comme réponse: une solution déjà souhaitée par la plupart des français

Pour atténuer tous ces eugénismes et autres échecs sans précédent de notre modèle de procréation et d’origine, le projet de loi pourrait, par le biais d’amendements, créer le statut de tiers donateur lié en copropriété.

Cette pratique impliquerait la sélection d'ovules et de spermatozoïdes, non plus anonymement dans un centre spécialisé, mais avec des personnes souhaitant être des parents avec celles qui ne peuvent pas naturellement.

La coparentalité respecte le modèle d'origine actuel, car il donne à l'enfant l'occasion de rencontrer un deuxième parent biologique. Cela lui permettrait également d'être élevé par un couple de personnes du même sexe ou d'un sexe différent ou par une femme, comme le propose la liberté prévue par la loi.

De plus, le choix resterait de rester dans un univers convivial et humain sans passer par le marché des gamètes. Cela éliminerait non seulement en grande partie les risques associés à l'eugénisme, mais fournirait également une solution alternative à tous ceux qui ne connaissent pas les coûteux PMA et ne souhaitent pas contribuer à la commercialisation. données génétiques.

Cette extension choisie de la procréation entre hommes et femmes par une parentalité conjointe permettrait donc de contrôler les changements à venir sans risque pour les générations futures.

Pierre Farge

Avocat au tribunal

The Club est un espace de libre expression pour les abonnés de Mediapart. Son contenu ne comporte pas d'écriture.

Laisser un commentaire