Le NPD présente la facture ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?

En France, la garantie maladie complémentaire (AMC), ainsi qu’à complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en intervenant d’un complément de remboursement des soins. Cette assurance complémentaire est soit obligatoire, d’assurance-groupe dans l’ensembles des entreprises, et pourquoi pas d’activité, admettons facultative et souscrite volontairement pendant l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance ou d’une mutuelle. Il a alors la sélection entre plusieurs formules de garanties complémentaires analogue à des services différentes pour des total variables.

Dans le langage courant, les indubitables et pourquoi pas les médias parlent de « mutuelle » pour désigner les prestataires offrant une complémentaire santé à adhérents. Toutefois, c’est un exagération de langage, le terme « mutuelle » étant juridiquement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car c’est une société de personnes (versus société de capitaux), elle est à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

(Ottawa) Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a présenté lundi une loi établissant l'assurance-médicaments universelle au Canada.



Laura Osman
Presse canadienne

Le parti, qui promet de présenter ce projet de loi depuis un certain temps, affirme que sa proposition est fondée sur les principes de la Loi canadienne sur la santé.

Le projet de loi ne précise pas de contrat précis pour le financement des gouvernements provinciaux et territoriaux qui devraient gérer le régime d'assurance-médicaments, mais donne plutôt au gouvernement fédéral le pouvoir de négocier avec eux.

Précise les conditions que les provinces et les territoires devraient remplir pour obtenir un financement, y compris la grande disponibilité de l'assurance-médicaments.

Singh a soutenu que le projet de loi entraînerait des économies importantes sur les coûts des soins de santé, car les Canadiens auraient plus facilement accès aux médicaments dont ils ont besoin pour rester en bonne santé, et le programme aidera à contrer la hausse des coûts des médicaments.

Selon le chef du NPD, une agence nationale autorisée à négocier les prix aiderait à maintenir les prix bas.

Le gouvernement libéral a également promis un régime d'assurance-médicaments lors des dernières élections, et le premier ministre Justin Trudeau a inclus l'initiative dans une lettre de mandat adressée à la ministre de la Santé Patty Hajdu en décembre.

Singh a accusé les libéraux de mettre les pieds sur le régime de médicaments et les a encouragés à soutenir leur projet de loi pour y arriver d'ici 2022.

"Pour être honnête, il est difficile de comprendre pourquoi nous ne l'avons pas fait jusqu'à présent", a déclaré Singh.

Pendant la période des questions, le ministre de la Santé a été invité à indiquer si le gouvernement libéral avait l'intention d'appuyer le projet de loi sur le NPD.

"Je suis très heureux de faire partie d'un gouvernement qui s'est engagé à faire en sorte que les gens n'aient pas à choisir entre la drogue et la nourriture", a déclaré Mmoi Hajdu en réponse.

"Nous avons pris des mesures importantes pour atteindre cet objectif. Nous continuerons de travailler avec tous les Canadiens ainsi qu'avec les provinces et les territoires pour offrir aux gens l'accès aux médicaments dont ils ont besoin. "

Singh a déclaré que l'engagement spécifique envers la pharmacothérapie et un financement adéquat seront les priorités du NPD lorsque le parti décidera d'appuyer ou non le prochain budget libéral.

Le NPD présente la facture ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?
4.9 (98%) 32 votes