Le National Cancer Institute publie un appel à propositions dans le cadre du projet DEPIPREV 2020 ☏ Mutuelle Santé

En France, la garantie maladie complémentaire (AMC), et pourquoi pas complémentaire santé, est un système d’assurance maladie qui complète celui de la Sécurité sociale en intervenant sous forme d’un complément de remboursement des soins. Cette maîtrise complémentaire est va pour ça obligatoire, sous forme d’assurance-groupe dans toutes les entreprises, ou bien d’activité, soit facultative et souscrite volontairement dans l’assuré auprès d’une compagnie d’assurance ainsi qu’à d’une mutuelle. Il a alors l’élection entre plusieurs formules de garanties complémentaires analogue à des prestations différentes pour des remise variables.

Dans le langage courant, les indubitables ou bien les médias parlent de « mutuelle » pour désigner l’ensemble des prestataires offrant une complémentaire santé à leurs adhérents. Toutefois, il est un abus de langage, le terme « mutuelle » étant juridiquement protégé. Une “mutuelle” se distingue des compagnies d’assurances classiques car c’est une société de personnes (versus société de capitaux), elle se trouve être à but non lucratif (contrairement aux compagnies d’assurances) et son conseil d’administration est composé de représentants des adhérents (et non d’actionnaires). Les mutuelles font partie de l’économie sociale et solidaire.

L'Institut national du cancer (INCa) a publié un appel à propositions en 2020 pour des projets soutenant la recherche, les expériences et les activités visant à améliorer la prévention, la détection et la détection précoce du cancer (DEPIPREV). La date limite de soumission des dossiers de candidature est le 7 avril 2020 à 16h00.

Cet appel à projets INCa vise à promouvoir la recherche, les expériences ou les activités dans le domaine de la prévention et du dépistage du cancer primaire. Les projets proposés doivent être basés sur des approches innovantes, reproductibles et connectables, intégrant systématiquement une évaluation fiable. Elles peuvent être réalisées au niveau national ou sur des territoires spécifiques, auprès de la population générale ou auprès de publics cibles.

Cette année, l'appel à propositions comporte quatre axes, décrits en détail dans le texte de l'appel à propositions:

  • Axe 1: Systèmes innovants impliquant des prestataires de soins dans le domaine de la prévention du cancer dans la région
  • Axe 2: Mise en œuvre d'expériences ou d'activités de santé publique pour personnaliser le dépistage du cancer en fonction du niveau de risque
  • Axe 3: Dépistage et innovation du cancer (tomosynthèse, télédermatologie, auto-test HPV, dépistage du cancer broncho-pulmonaire, utilisation de l'intelligence artificielle)
  • Axe 4: Mise en œuvre d'expériences ou d'activités prenant en compte les spécificités du dépistage étranger du cancer

Plus d'informations sur e-cancer.fr

Focus sur l'axe 3 de l'appel à projets INCa – Dépistage du cancer et innovation

Les innovations techniques récentes permettent une approche différente du dépistage du cancer à court ou moyen terme. Cependant, ces innovations, si prometteuses soient-elles, nécessitent une évaluation. Les projets présentés dans cet axe doivent porter sur l'un des aspects suivants:

  • Taux de performance tomosynthèse dans le contexte français, documenter son impact sur le dépistage du cancer du sein (en pratique, recherche organisée); sur la survenue de cancers compartimentaux et de diagnostics excessifs, évaluer son impact et son intérêt à maintenir une deuxième lecture après la tomosynthèse, évaluer la faisabilité de son inclusion dans un programme de dépistage organisé, avec & # 39; & # 39; assurer une qualité au moins équivalente à la qualité existante, en modélisant son impact sur la mortalité et la morbidité. Les projets doivent prendre en compte le premier publié par l'Autorité Nationale de la Santé (HAS) sur les modalités de réalisation de la mammographie par tomosynthèse. Le projet pourrait faire l'objet d'un amendement pour l'aligner sur les recommandations développées par la HAS fin 2020. Sur la mammographie par tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein.
  • Expérience et taux télédermatologie pour augmenter la détection précoce du cancer de la peau. L'utilisation des technologies de l'information et de la communication est une alternative viable à l'augmentation de la disponibilité du dépistage du cancer de la peau, permettant une transmission sécurisée des photos aux dermatologues, facilitant ainsi l'accès à leurs connaissances spécialisées. sur tout le territoire. L'utilisation de cette pratique télédermatologique nécessite de l'expérience et une évaluation, qu'elle soit effectuée par des médecins généralistes (médecins, pharmaciens ou autre personnel paramédical) ou basée sur des photos de changements suspects prises par les patients à partir de l'application.
  • examen Auto-test HPV dans le dépistage du cancer du col utérin, Les projets devraient expérimenter, d'une part, d'autres méthodes de fourniture de kits d'échantillonnage vaginal (couverture / campagne, visite à domicile des travailleurs sociaux) dans les territoires et / ou les situations où l'envoi de lettres personnalisées est difficile à appliquer (femmes sans logement permanent ou dans un appartement mobile / précaire, femmes vivant dans certains territoires de Guyane ou de Mayotte, etc.). En revanche, les expériences doivent documenter l'efficacité et les performances, dans un contexte français, de l'auto-traitement vaginal comme alternative à l'échantillonnage par un clinicien dans la population générale. Enfin, dans le cas de l'échantillonnage d'urine, les projets doivent documenter l'impact de la méthode de collecte d'urine, le traitement des échantillons, la sélection du test HPV-HR sur les performances diagnostiques et en évaluant les performances analytiques et diagnostiques du test HPV effectué sur les échantillons d'urine.
  • Stratégies de modélisation dépistage du cancer bronchique : deux essais sur de grands échantillons (National Trial Screening Trial et Nederlands-Leuvens Longkanker Screenings Onderzoek) ont montré l'avantage significatif d'utiliser un scanner thoracique à faible dose pour le dépistage du cancer bronchopulmonaire, réduisant la mortalité globale et la mortalité par cancer du poumon et augmentant le nombre de cancers diagnostiqués à un stade précoce. Cependant, les taux de participation au dépistage étaient faibles parmi la population éligible à ce dépistage. Étant l'un des cancers les plus fréquents en France et l'un des plus meurtriers, les résultats de ces deux études sont suffisamment convaincants pour modéliser l'équilibre bénéfice / risque d'un programme généralisé. Par conséquent, des projets testant des stratégies de dépistage (y compris un soutien à l'arrêt du tabac) sont attendus dans ce domaine: identification de la population cible (population la plus à risque de cancer bronchopulmonaire), méthodes d'identification des personnes à risque et proposition / invitation à encourager le dépistage, fréquence des tests dépistage, protocole de dépistage, algorithme de surveillance et de prise de décision, entrée d'intelligence artificielle / apprentissage automatique, etc. En plus des estimations attendues (taux de participation, indice de positivité, pourcentage de résultats faussement positifs, niveau de surdiagnostic et de sur-traitement – mortalité et morbidité causées par les radiations) et traitement – etc.), Les changements dans le comportement de la population bénéficiaire doivent être documentés, ainsi que l'acceptabilité de ce test de dépistage pour la population cible ainsi que pour les professionnels de la santé. Les procédures d'assurance qualité doivent également être décrites
  • Évaluer l'impact de l'intelligence artificielle sur la santé publique pour améliorer l'efficacité et l'efficience du dépistage du cancer. La dématérialisation progressive des stéréotypes de dépistage ou du diagnostic précoce du cancer permet de prédire le développement important de l'intelligence artificielle à la fois pour mener des recherches sur ce matériel et pour accompagner les professionnels de santé dans l'interprétation des tests, Différentes solutions sont déjà à la disposition des médecins, et la recherche est particulièrement dynamique par rapport à aux défis possibles. Dans ce domaine, des projets sont attendus pour évaluer l'impact de l'intégration de l'intelligence artificielle dans la détection et la détection précoce du cancer en France: impact sur la santé publique (stade au diagnostic, évaluation de la qualité du dépistage, évaluation du surdiagnostic, etc.), impact organisationnel, notamment sur le périmètre mammographie de deuxième lecture pour le dépistage organisé du cancer du sein ou de la télédermatologie (voir également partie de l'axe 2 sur les projets attendus en télédermatologie), estimation des workflows nécessaires à sa mise en œuvre, etc. Cet appel à projets n'est pas destiné à financer des recherches sur l'intelligence artificielle, mais expérimenter et évaluer des solutions de santé publique qui existent déjà ou peuvent se développer.

Le National Cancer Institute publie un appel à propositions dans le cadre du projet DEPIPREV 2020 ☏ Mutuelle Santé
4.9 (98%) 32 votes