le gouvernement annonce de nouveaux tranquillisants ☎ Assurance Santé

A qui se chance la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si plusieurs individus profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ou familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ou moins étendues en fonction de vos besoins votre budget : Avenir Mutuelle vous présente légitimement un choix de complémentaires destiné à répondre à toutes les attentes, à celle des seniors à la retraite comme à ceux des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une bonne mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la plus belle des mutuelles pour particulier, encore faudrait-il savoir ce qui caractérise une “bonne” sang-froid santé. Son taxation bien entendu satisfaire à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier doit être ajustée à vos objectifs en termes de santé : si vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il est primordial d’élire une maîtrise capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, si vos dépenses de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une assurance aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La bonne mutuelle pour particulier est donc celles qui vous couvre le mieux selon rapport à vos attentes (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé or premier taux.






© Getty Images / Catherine Delahaye
Réforme de la retraite: le gouvernement annonce de nouveaux tranquillisants

Bien que le débat sur la réforme des retraites ne soit pas terminé, le gouvernement a donné de nouvelles garanties aux femmes divorcées, élevant seules des enfants ou obtenant de faibles revenus.

Les femmes sont la priorité du gouvernement, et peut-être le désir de simplifier peut-être un peu moins … Lors d'une conférence de presse le vendredi 14 février, de nouvelles mesures ont été annoncées pour améliorer les pensions des femmes. Afin de les inclure dans le projet, ils feront l'objet d'amendements déposés par les députés et le gouvernement, et présentés à l'Assemblée nationale lors d'une séance publique à partir du lundi 17 février. Les principales innovations concernent l'augmentation de la pension de retraite accordée pour l'accouchement et la pension de survie.

En cas de retrait de cette partie de la pension de conjoint décédé octroyée au conjoint survivant, la modification s'applique aux couples divorcés. Une nuance de grandeur vient d'être introduite pour les ex-conjoints. Pour comprendre de quoi il s'agit, revenons d'abord à la situation initialement proposée dans la loi: accorder un retour aux conjoints, sans test de moyens, et permettre de maintenir un niveau de vie de 70% du revenu du ménage. En cas de divorce le 1er janvier 2025, le jour de l'entrée en vigueur de la réforme, le projet de loi prévoit qu'un ancien mari ou ex-femme ne pourra pas recevoir de retour. Mais estimant que cette situation pouvait être sanctionnée principalement pour les femmes divorcées, le gouvernement a confié le rapport à Bertrand Fragonard, président du Conseil supérieur de la famille, de l'enfance et de l'âge, et Anne-Marie Leroyer, professeur de droit à la Sorbonne.

Lire aussi – Retraite et divorce: différents scénarios proposés dans le rapport

Après avoir lu ce rapport, le gouvernement a décidé de se retirer et de proposer un dispositif spécial pour les ex-conjoints qui sont principalement des femmes. Je propose de leur accorder 55% de la pension de vieillesse de l'assuré décédé au prorata du temps passé ensemble. Ces frais seront soumis à un test de fonds, mais ils n'ont pas encore été déterminés. Pour bien comprendre ce mécanisme, prenons l'exemple d'un couple marié depuis 20 ans. Après sa mort, le mari a perçu une pension de 1 500 euros. Après son décès, son ex-épouse percevra 383 euros de pensions de survivants (1500 x 55% x durée du mariage / période cotisable, soit 43 ans). Si, après le divorce, notre exemple s'est remarié, sa veuve va toucher, comme prévu dès le début du projet de loi, un changement qui lui permettra d'économiser 70% des ressources vapeur, ce qui ne l'empêchera pas de toucher l'inverse. Pour l'instant, le gouvernement n'a pas calculé le coût du divorce de ce programme de retour.

>> Notre service – Economisez de l'argent en testant notre comparateur d'assurance maladie

Toujours en ce qui concerne les droits de la famille, le mécanisme a été quelque peu plus complexe. Nous vous rappelons que la proposition initiale était d'augmenter les pensions de 5% à partir de la naissance du premier enfant. Avant 4 ans, l'enfant était en mesure de déposer une demande d'inclusion de 5% à l'un des deux membres du couple ou de partager la taille. En l'absence d'instructions, 5% ont été automatiquement alloués à la mère. Mais pendant les débats, la peur a grandi. Le couple peut très bien, au nom de la stratégie financière, accorder 5% à celui qui gagne le plus, et encore dans bien des cas à l'homme. Pour éviter ce préjudice, le gouvernement a décidé d'allouer automatiquement une augmentation de 2,5% aux femmes pour l'accouchement. Soulignant que cela s'applique à la naissance, le gouvernement se protège contre toute censure de la part de l'Union européenne qui pourrait considérer cette mesure comme discriminatoire. Les 2,5% restants seront ensuite alloués à «l'éducation» et pourront être partagés entre les parents avant que l'enfant n'ait quatre ans et demi. Sinon, ils seront attribués à la mère.

Plusieurs filets de sécurité ont également été ajoutés pour les familles monoparentales et les familles les plus précaires. Ainsi, en cas de faible revenu, un package de points minimum sera attribué. Mais jusqu'à présent, aucun détail n'a été donné sur ce qui est considéré comme un «faible revenu» ni sur le nombre de points accordés. Une autre nouvelle mesure consiste à accroître les droits des familles pour les parents isolés qui ne sont pas partagés par les parents. Encore une fois, aucun détail n'a été fourni concernant cette augmentation. Enfin, si un parent est reconnu coupable de violence domestique, les droits ne seront plus partagés et ils seront entièrement attribués à la victime de cette violence.

>> Notre pension pour les particuliers – Confiez à l'expert la tâche de vérifier, de calculer, d'optimiser vos droits à pension et / ou d'aider au règlement de votre pension. Vous bénéficierez d'un tarif préférentiel (20% de réduction pour les surfeurs capitaux)

le gouvernement annonce de nouveaux tranquillisants ☎ Assurance Santé
4.9 (98%) 32 votes