La première évaluation mixte de la téléconsultation d'urgence au CHI de Créteil ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?

La mutuelle santé pas chère d´Avenir Mutuelle répond aussi aux besoins de complémentaire santé des étudiants
Quand est jeune, les interrogation de santé, d´hospitalisation et pourquoi pas de remboursement, n´y pense pas vraiment, et c´est mieux ! Toutefois, cela ne pas vous empêcher de profiter d´une protection santé bien ajusté pour que, en cas de souci, vos soient pris en charge. Et étant donné que, lorsqu´on est étudiant, le budget est quelquefois serré, Avenir Mutuelle vous conseille une mutuelle jeune à évaluation réduit, par contre avec de vraies garanties. Nous composer confiance quant à choix de votre complémentaire santé étudiante, c´est perpétrer confiance à une expérience sérieuse de plusieurs années a l’intérieur du mitan de la complémentaire santé. C´est choisir une solution de mutuelle jeune super accessible dépourvu pour autant limiter vos remboursements. Avec Avenir Mutuelle comme prestataire de votre mutuelle jeune, vous avez également la garantie d´un accompagnement sur-mesure assuré en l´un de nos conseillers. Pour découvrir les tarifs de notre mutuelle jeune, n´hésitez pas à demander un tarif gratuit et dépourvu engagement : en quelques clics, vous définirez vos objectifs et comparerez nos tarifs pour trouver l´offre qui vous convient le mieux.
Comment souscrire à une de nos offres ?
Nos conseillers sont à votre disposition pour vous expliquer l’étendue de nos formules, services, et garanties. Ils vous offriront également les informations et conseils duquel vous avez besoin afin de vous guider vers la mutuelle parfaite offrant le remboursement adapté à tout besoin de santé (dentaire, optique…). N’hésitez pas également à demander un devis de mutuelle santé pas chère sur le web : c’est gratuit, et vous apportons une solution claire et rapide !

Depuis le début de la semaine, Stéphanie, l'infirmière présente, n'avait vu personne. "En moyenne, environ 4 personnes viennent chaque jour" Maxime Cauterman, directeur médical de France Livi, exerçant également au CHIC.

Société suédoise fondée en 2015 et installée en France depuis 2017. Livi offre des consultations téléphoniques aux médecins de premier recours inscrits à l'Ordre des médecins. A l'instar de Qare ou de Doctolib, ce nouvel opérateur s'est positionné sur le marché français et les téléconsultations sont remboursées par l'assurance maladie à partir du 15 septembre 2018 – sous certaines conditions.

Au cœur du partenariat entre CHIC et Livi: espoir du premier pour l’aide en cas de crise, opportunité du second pour le développement en complétant tout dans la file par une présence physique, visible. " Le nombre d'ambulanciers ne cesse de croître, nous avons actuellement 230 000 personnes réparties sur deux sites: Créteil et Villeneuve-Saint-Georges (CHIV). Heureusement, nous nous attendions à un recrutement. CHIC devrait compléter tous les éléments d’alerte d’ici novembre. Nous avons également ouvert 11 lits supplémentaires à l'hôpital pour suivre les patients arrivant aux urgences. "Jean-Bernard Castet, directeur général par intérim du groupe hospitalier Confluence Val de Marne Essonne, qui associe CHIC et CHIV.

Pour comprendre le fonctionnement de la téléconsultation, lisez Le Val-de-Marne, pionnier de la téléconsultation d'urgence au CHI de Créteil.

Sur papier, l’offre de téléconsultation de Livi installée à CHIC dans une salle dédiée avec une infirmière a du sens d’éviter des heures d’attente pour les patients qui sont parvenus à l’une des pathologies supportées par la téléconsultation. D'autant plus que l'infirmière peut mesurer le pouls, la tension artérielle, la température et dispose de bandelettes urinaires pour détecter les infections des voies urinaires et de streptotests pour identifier l'origine bactérienne ou virale de l'angine et prescrire ou non des antibiotiques. Sans vider la salle d'attente, cette offre rencontrera probablement environ 10% de ces patients estimés à Livi, soit 25 à 30 patients par jour.

Lire aussi: Téléconsultation Nous avons survécu d'urgence Interco à Créteil: taux de greffes

Conflit avec l'Etat concernant les remboursements

En fait, les choses sont plus complexes et cette première expérience est riche en enseignements sur tous les détails qui ont capturé le système.

Première complication: les conditions de remboursement. En janvier, lorsque l'initiative commence, le directeur général de l'assurance maladie décide de suspendre le remboursement de ce centre de téléconsultation, étant donné que les termes de cette expérience ne correspondent pas à l'approbation. N ° 6 du contrat médical signé en juin 2018 par la Health Insurance Association et les associations de médecins définissant cette pratique. Cette annexe insiste sur la nécessité d’enregistrer la téléconsultation dans le cadre d’une organisation de santé territoriale dans le cadre du traitement impliquant le médecin traitant, sauf si le patient n’a pas de médecin ou si l’autre n’est pas disponible. Dans le cas de la Caisse nationale d’assurance maladie, le centre de téléconsultation CHIC ne satisfait à ces critères. Du côté de Livi, l'inverse est vrai, alors que les patients en urgence se trouvent déjà dans une situation en dehors de la trajectoire de soins locale. L'association Digisanté, créée pour gérer ces centres de téléconsultation, attaque brièvement cette décision devant le Conseil d'État. Ce conflit ne soulève pas de doute lors de l'inauguration du centre en février, mais il concerne tous les professionnels, y compris les médecins généralistes, qui souhaitent concilier téléconsultation et prise en charge des organisations par ancrage territorial.

Lire: Le Collège des médecins du Val-de-Marne mettra en place des plateformes de téléconsultation locales

En mai 2019, le Conseil d'État a rejeté l'ordonnance provisoire (voir décision). Il faudra donc attendre quelques mois pour connaître la décision de fond. Pendant ce temps, Livi a installé un médecin dans un centre de téléconsultation, grâce auquel le centre peut être considéré comme un véritable centre médical. Sinon, seuls les patients résidant dans le Val-de-Marne peuvent être remboursés. La présence d'un médecin contribue également à inspirer la confiance sur place.

Outre le différend sur le remboursement, le simple fait de retirer une carte de crédit pour payer 25 euros de téléconsultation est pertinent dans les cas où les patients n’ont rien à payer.

Qui est responsable où

Il y a d'autres questions sur la responsabilité. Par exemple: entre une ambulance et un centre de téléconsultation, qui est responsable en cas de gêne d'un patient qui a décidé de passer de l'un à l'autre? "Cette expérience nous a permis de réaliser tous les points qui restaient à préciser. C'est excitant commente Maxime Cauterman, montrant une motivation ininterrompue pour continuer, avec des corrections.

Problème de visibilité

Le médecin estime que pour fonctionner correctement, le centre devrait être immédiatement disponible en cas d'urgence, et non à deux cents mètres. D'autant que les hôtes et hôtesses en cas d'urgence ne peuvent pas annoncer ce service en privé, et que seul l'affiche installée à côté de la réception indique son existence.

" Les patients qui se rendent à l'urgence sont prêts à attendre"

La prochaine leçon de Maxime Cauterman est que " les patients se rendant au service des urgences sont prêts à attendre un rendez-vous chez le médecin. " A partir du moment où ils y vont, ils connaissent les règles du jeu et veulent aller chez le médecin "Dans la vraie vie".

Plus de patients dans le Val-de-Marne

Bien que la présence physique du centre ne soit pas unique, le directeur médical français Livi indique que le nombre de patients dans le Val-de-Marne est plus important que dans les autres services, proportionnellement à la population, et estime qu'une partie de cette différence a été indirectement induite par la présence de Livi. Centre au CHIC. Les patients qui découvrent l'existence de ce service peuvent le nommer sans se déplacer la prochaine fois. Pour le moment, il n'y a aucun moyen d'arrêter l'expérience, même si les heures ont été réduites.

Développer des implantations physiques et des points d'ancrage dans les territoires

Le directeur médical dit même qu'il est convaincu de l'intérêt de mener à bien le développement de la téléconsultation par point de présence. Les projets sont en cours de réflexion. Dans le même temps, l'opérateur suédois souhaite s'ancrer dans des projets de santé territoriaux. "Nous essayons de développer des partenariats sous CPTS (communautés territoriales de santé au travail) même s'il y a une réticence parmi les médecins "dit Maxime Cauterman.

De septembre 2018 à septembre 2019, 33 418 patients français ont consulté un médecin via la plateforme Livi. 30% iraient dans une ambulance s'ils ne consultaient pas et 59% vivaient dans des déserts médicaux, motive l'opérateur Livi dans son rapport d'activité.

Autres moyens de limiter l'afflux dans les situations de crise

De son côté, le groupe hospitalier Confluence Val de Marne Essonne prend des initiatives pour empêcher un atterrissage d'urgence. À Villeneuve-Saint-Georges, l'hôpital a entamé des consultations non programmées depuis janvier, et d'autres projets se reflètent en dehors de l'hôpital, notamment dans l'Essonne.

Laisser un commentaire