Invité: Interdire la mendicité: Bonne nouvelle? – Légendes des actualités: réflexions ☎ Devis Santé

La mutuelle santé pas chère d´Avenir Mutuelle répond aussi aux besoins de complémentaire santé des étudiants
Quand on est jeune, les énigme de santé, d´hospitalisation ou de remboursement, n´y pense pas vraiment, et c´est mieux ! Toutefois, cela ne pas vous empêcher de profiter d´une protection santé confortable pour que, en cas de souci, vos soins soient pris en charge. Et étant donné que, lorsqu´on est étudiant, le plan de finance est de temps à autre serré, Avenir Mutuelle vous conseille une mutuelle jeune à remise réduit, par contre avec de vraies garanties. Nous effectuer confiance pour le choix de votre complémentaire santé étudiante, c´est élever confiance à une expérience sérieuse de plusieurs années a l’intérieur du centre de la complémentaire santé. C´est choisir une solution de mutuelle jeune super accessible sans pour autant limiter vos remboursements. Avec Avenir Mutuelle comme prestataire de votre mutuelle jeune, vous avez également la garantie d´un accompagnement sur-mesure assuré par l´un de à nous conseillers. Pour découvrir les tarifs de notre mutuelle jeune, n´hésitez pas à nous demander un tarif gratuit et sans engagement : en quelques clics, vous définirez vos attentes et comparerez à nous tarifs pour trouver l´offre qui vous convient le mieux.
Comment souscrire à une de à nous offres ?
Nos conseillers sont à votre service pour vous expliquer l’étendue de à nous formules, services, et garanties. Ils vous offriront aussi les indications et conseils duquel vous avez besoin afin de vous conduire vers la mutuelle idéale offrant le remboursement approprié à chacun besoin de santé (dentaire, optique…). N’hésitez pas également à demander un devis de mutuelle santé pas chère sur internet : c’est gratuit, et nous vous apportons une solution claire et rapide !

L'interdiction de la mendicité a été votée par le Grand Conseil de Vaud en 2016. Elle est entrée en vigueur le 1er novembre 2018. En conséquence, cette loi visait à dégager les rues des Roms qui y vivaient. Maintenant, Vaud ne fait pas exception, car il le suit à Genève, Zurich, etc. Comme le reste de l'Europe, la Suisse renoue avec la vieille tradition de combattre les pauvres, pas la pauvreté.

La Suisse a été fondée sur un christianisme qui respecte la mendicité depuis que le Christ a vécu et l'a recommandé à travers la parabole du Ciel. Depuis le Moyen Âge, la Suisse a commencé à interdire les mendiants étrangers sur son territoire, et les mendiants internes ont disparu des rues grâce à l'aide ou à la répression.

Ce changement d'attitude va de pair avec l'émergence du capitalisme. Ainsi, lorsque la redistribution des richesses favorise le capital, les pouvoirs publics ont tendance à réprimer les pauvres et à fermer les frontières. Sinon, la politique sociale favorise l'aide et l'accueil.

"Le gouvernement refuse obstinément de remettre en question la répartition inégale des richesses et attaque plutôt les pauvres"

La mondialisation du capitalisme s'accompagne de la destruction des écosystèmes et des sociétés, ainsi que de l'accumulation de richesses entre plusieurs mains. À mesure que la production mondiale augmente, la part des plus riches augmente plus que proportionnellement. La pauvreté fabriquée n'a donc pas d'autre choix que de retourner dans des zones d'abondance.

Dans le même temps, le capitalisme appauvrit les travailleurs des pays riches, les forçant à bénéficier de plus en plus de l'aide. Cependant, les autorités publiques refusent obstinément de remettre en cause la répartition inégale des richesses et s'attaquent plutôt aux pauvres, comme l'a démontré un récent vote pour renforcer le contrôle des assurés.

La Suisse s'imagine comme une enclave protégée des pulsations du monde par des montagnes fières et indépendantes. Et pourtant, elle a toujours été une actrice du capitalisme. Elle était impliquée dans l'esclavage et la colonisation. Actuellement, ses banques et ses places financières sont propices au flux d'investissement mondial. Des entreprises fondées sur terre pour optimiser leurs impôts. La Suisse ne peut donc pas être débarrassée de la pauvreté qui frappe à sa porte et qui gronde du sous-sol: elle participe au système qui la génère.

Les gouvernements évitent de regarder directement le problème, attaquant les pauvres plutôt que les pauvres. Le fonctionnement de l'économie doit être repensé et la répartition des richesses corrigée. Il s'agit d'un besoin politique urgent car la survie de la démocratie en dépend. En recourant simplement au protectionnisme et à la répression, nous préparons le terrain à un raz de marée fasciste.

Créé: 08/01/2019, 18:43

Invité: Interdire la mendicité: Bonne nouvelle? – Légendes des actualités: réflexions ☎ Devis Santé
4.9 (98%) 32 votes