Exploitation de travailleurs et de mafias, plaies de l'agriculture italienne ☏ Mutuelle santé pas cher pour qui et comment souscrire ?

A qui se étoile la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si plusieurs personnes profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ou familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ou moins étendues en fonction de vos désirs et de votre revenu : Avenir Mutuelle vous présente légitimement un choix de complémentaires destiné à apporter des solutions à toutes les attentes, à ceux des seniors à la retraite comme à ceux des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la plus belle des mutuelles pour particulier, encore faut-il savoir ce qui caractérise une “bonne” caractère santé. Son évaluation doit bien entendu répondre à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos attentes en termes de santé : si vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il est primordial de régler pour une persuasion capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, si vos dépense de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une sûreté aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La bonne mutuelle pour particulier est ainsi ce qui vous couvre le mieux en rapport à vos attentes (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé au premier taux.

Les employés étaient utilisés, ils payaient un centime et travaillaient dans des conditions déplorables: c'est le visage sombre de l'agriculture italienne, qui a également l'ombre de la mafia.

Chaque été, des milliers de travailleurs agricoles africains, mais aussi bulgares et roumains, viennent cueillir des tomates ou des pastèques au soleil brûlant.

Selon une étude de l'association Cgil-Flai, environ 400 000 travailleurs agricoles en Italie risquent le travail et l'exploitation clandestins, dont plus de 100 000 se trouvent dans une "grave vulnérabilité". S'ils sont majoritairement étrangers, les Italiens sont également concernés.

"Ces personnes sont asservies", dénonce le "caporalato" de l'AFP Jean-René Bilongo, chargé des questions de politique migratoire et de l'inégalité à Cgil-Flai.

"Caporal" est un intermédiaire entre l'agriculteur et les employés. "C'est lui qui négocie les récompenses en mettant une marge: par exemple, cinq euros négociés pour une énorme caisse de tomates ne rapporteront que trois euros aux travailleurs", a déclaré Bilongo.

Bien que la convention collective agricole prévoit un temps de travail quotidien de 6h40 avec un salaire de 50 euros par jour, ces employés travaillent plus de huit ou dix heures par jour, voire 14 heures. Tandis qu’ils paient pour ce montant (3 à 4 euros pour 350 kilogrammes), cela leur permet péniblement d’atteindre 20-30 euros par jour.

– "Inhumain" –

Mais ils doivent déduire les coûts de ce chiffre déjà faible: "les caporaux leur demandent cinq euros pour les transporter dans les champs et les rapporter, et payer de l'eau et des sandwichs 3,5 euros, extorsion de fonds", a rapporté l'AFP Angelo Cleopazzo. Vice-président de l'Association Diritti a Sud ("Droits du Sud"), basé à Nardo (Pouilles).

Beaucoup vivent dans des bidonvilles en pleine campagne, dans des "ghettos".

"C'est inhumain", a déclaré Bilongo, faisant également état de violences et même d'agressions sexuelles sur des femmes.

Leur extrême vulnérabilité les empêche souvent de condamner cet usage. Néanmoins, en août 2018, des centaines d'entre eux ont manifesté à Foggia (Pouilles), explosant de colère après le décès de 16 employés dans un accident de voiture. Les années précédentes ont également été marquées par la mort de plusieurs travailleurs dans les champs, au beau milieu d'une vague de chaleur.

Selon M. Bilongo, les interventions de la police, ainsi que les enquêtes judiciaires, sont nombreuses, alors que depuis 2016, la loi attaque de manière plutôt "offensive" le "caporal".

Il regrette toutefois qu'une partie de cette législation "n'ait pas été mise en œuvre, à savoir des mesures préventives pour lutter contre ce phénomène".

La loi prévoit un "réseau de travail agricole de haute qualité" avec des obligations et des contrôles de l'opérateur: s'il existe au niveau national, il est très peu mis en œuvre localement.

Par exemple, ces réseaux devraient organiser les transports de manière à ce que les employés ne soient plus dépendants des entreprises. "Mais il y a beaucoup de résistance", déclare Bilongo.

– "Agro-mafia" –

Cgil-Flai, en tant que Coldiretti, principale association agricole et militants sur le terrain, pointe également du doigt la distribution de masse.

"Il a la lourde responsabilité d'imposer des prix très bas", a déclaré Cléopazzo, condamnant l'infiltration de la mafia et le manque de justice dans cette affaire.

Selon Coldiretti, le chiffre d'affaires de l'agro-mafia – de la production à la distribution, en passant par les transports – a augmenté de 12,4% en 2018 pour atteindre 24,5 milliards d'EUR.

Développer localement des initiatives promouvant un modèle différent.

Goel, un groupe coopératif de Calabre, aide les agriculteurs à mieux vivre avec leurs produits depuis 2003 et résiste à la mafia.

SfruttaZero (Zero Exploitation), créée en 2015. Par les associations Diritti a Sud et Solidaria de Bari, elle produit de la sauce tomate sans produits chimiques et offre des contrats réguliers à environ 20 employés rémunérés à qui elle fournit transport, eau et sandwich gratuits.

SfruttaZero vend des pots de trois à quatre euros via ses propres circuits à un prix global de 90 centimes en supermarché. Et cela les vend facilement, et les consommateurs deviennent de plus en plus sensibles aux problèmes éthiques et environnementaux, explique Cléopazzo.

AFP

Laisser un commentaire