Economie, santé et politique sociale dans le menu du quotidien marocain ☎ Mutuelle Santé

A qui se destine la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si plusieurs personnes profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres peuvent choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ainsi qu’à familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus et pourquoi pas moins étendues relativement à vos désirs votre compte : Avenir Mutuelle vous présente justement un choix de complémentaires destiné à apporter des réponses à l’ensembles des attentes, à celle des seniors à la retraite comme à ceux des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une bonne mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la plus belle des mutuelles pour particulier, encore faut-il savoir ce qui caractérise une “bonne” sûreté santé. Son valeur bien entendu synchroniser à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos objectifs en termes de santé : si vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il sera primordial de choisir une sûreté capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, dans l’hypothèse ou vos dépenses de santé sont faibles (ce qui est souvent le cas chez les plus jeunes), une confiance aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La bonne mutuelle pour particulier est ainsi ceux qui vous couvre le mieux chez rapport à vos objectifs (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé d’or meilleur taux.

Publié le
24/02/2020 à 12:23
par
APA

Les quotidiens marocains publiés lundi se concentrent sur l'entrepreneuriat des jeunes, le coronavirus et la protection sociale. + Aujourd'hui, le Maroc + salue l'approche de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) en encourageant ses membres à passer des commandes pour les jeunes entreprises et les petites entreprises, indiquant qu'il complète le système lancé il y a quelques jours pour faciliter l'accès au financement.

Sous le titre “ Off-contract '', la publication explique que faciliter les prêts aux PME sans les fournir à un niveau inférieur par le biais de marchés publics qui garantiraient le développement durable de l'entreprise est simplement une difficulté d'endettement à moyen ou long terme.

Pour lui, outre l'aspect financier, certes important, l'approche CGEM peut avoir de nombreux autres effets positifs sur les MPME. C'est un formidable levier d'apprentissage et de diffusion des bonnes pratiques, mais aussi un facteur qui les obligera à s'adapter aux normes de qualité et de performance.

De son côté, + The Economist + note que "les dernières données HCP montrent une fois de plus que le modèle marocain est au mieux une machine pour les salariés, et au pire une usine pour les chômeurs".

"Encore une fois, la question des dispositifs soutenant l'entrepreneuriat se pose à nouveau", ajoute le journal, se demandant "comment briser ce plafond de verre, qui empêche l'apparition d'un grand nombre de planificateurs de projets?" ».

Dans le registre de la santé + Le Matin + souligne que bien que les craintes de propagation du nouveau coronavirus augmentent dans plusieurs pays du monde, l'Italie, qui compte actuellement 165 personnes infectées, vient d'enregistrer son quatrième décès dû à la dernière nuit des virus.


Bien qu'aucun cas n'ait encore été signalé parmi les citoyens marocains en Italie, la possibilité de pollution ne peut être exclue. Face à cette situation, le consulat marocain à Vérone a décidé de créer une cellule de crise pour suivre l'évolution de la situation sanitaire des marocains résidant en Italie.

Il convient de noter que l'augmentation soudaine de la pollution a conduit le gouvernement italien à isoler onze villes, dont dix à la périphérie de Codogno, la principale cible de l'épidémie.

+ Aujourd'hui, le Maroc + rapporte que l'Agence nationale d'assurance maladie (ANAM) a signalé un volume de population d'environ 10,1 millions de bénéficiaires.

Fin 2018, les ressources de l'assurance maladie obligatoire (AMO) étaient estimées à 12,37 milliards de DH (1 euro = 10,7 DH) de primes et cotisations. En termes de dépenses, ils s'élèvent à 8,9 milliards de DH, dont 31,5% concernent des médicaments.

Il convient de noter que 3,2% de la population affectée souffre de maladies à long terme. Cela représente à lui seul 51,5% des dépenses. La variation annuelle moyenne de la population des OMA est de 4,6% sur la période 2013-2018. Au cours de la même période, les revenus d'AMO ont augmenté en moyenne de 7,5% par an contre 10,5% pour les dépenses d'AMO.

Economie, santé et politique sociale dans le menu du quotidien marocain ☎ Mutuelle Santé
4.9 (98%) 32 votes