Débat Midi Libre à Béziers: six candidats ont réussi l'épreuve orale ☎ Pourquoi prendre une assurance santé ?

MUTUELLE PAS CHÈRE ET EFFICACE
Avenir Mutuelle vous permet de souscrire une vrai complémentaire santé, efficace et complète, conçue pour les équilibre modestes ou pour ceux desquels les demandes en santé sont faibles. En effet, notre mutuelle pas chère s’adapte tant aux étudiants qui n’ont pas les moyens de cotiser beaucoup pour leur mutuelle, qu’aux individus dont les demandes en santé sont doigt importants. En fonction de votre profil vos besoins médicaux, nous vous proposerons le contrat de mutuelle pas cher répondant le mieux à vos attentes pour compléter les manques de l’assurance maladie obligatoire et obtenir un remboursement optimal.

Lundi 24 février au soir dans la salle animée de Zing Zang, Antoine About, Thierry Antoine, Nicolas Cossange, Claire Dotto, Robert Ménard et Pascal Resplandy ont répondu à l'invitation à discuter Midi Bleu et France de Bleu Hérault après trois semaines de commun.

Exercice démocratique. Près de 800 personnes sont venues à Zing Zang lundi soir pour entendre six candidats aux prochaines élections locales. Ils ont pu discuter de trois sujets: l'environnement, la sécurité et l'économie. Respect du temps de parole, mais aussi retransmis en direct sur France Bleu Hérault, la rencontre a eu lieu à la date prévue.

Animé par: Guillaume Roulland de France Bleu Hérault et Guilhem Richaud de Midi gratuitement Béziers, ça a duré une bonne heure et demie. Avant Yann Marec, rédacteur en chef À midi gratuitement, prendre le contrôle du public.

Combat de boxe

Les stratégies étaient différentes parmi les candidats. Il n'y avait aucun programme de maire sortant. Ménard 2020 n'est pas 2014. Il est logique qu'il soit en place à partir d'aujourd'hui. Il se limite depuis longtemps à mettre l'accent sur son bilan. Mais après les coups qu'il a reçus, il a finalement quitté la réserve et les a cédés, notamment à Pascal Resplanda.

Le conseiller municipal sortant a décidé d'une stratégie de départ plus offensive. Très préparé, il a attaqué, mais a finalement oublié de défendre son programme pendant longtemps. Et il ne peut révéler que quelques suggestions claires. Tout le contraire de Thierry Antoine. Le candidat EELV / LFI, nouveau dans l'exercice, était limpide. Comme sa campagne, il n'est pas tombé dans le piège des attaques et a réorienté à plusieurs reprises le débat vers son programme. En fin de compte, il a proposé le plus.

Cossange est bien parti

Claire Dotto n'était évidemment pas dans son élément. La discussion, plus publique, ne colle guère au fonctionnement collectif souhaité par la liste des citoyens de Béziers. Mais elle s'est battue sur scène. Au fur et à mesure que le débat avançait, elle a gagné en confiance. Et il a pu expliquer au mieux l'approche collective de sa liste. À la fin de la soirée, beaucoup plus confiante, elle semblait être entraînée dans le match.

Antoine About était en difficulté. Pas très à l'aise sur scène. Parfois, il s'est perdu pour des mesures qui n'étaient pas suffisamment préparées, comme la création d'une zone urbaine libre dans le centre-ville ou un démarrage lent sur les questions environnementales.

Nicolas Cossange était très à l'aise sur le ring. Détendu, bon orateur et bien préparé, il a marqué sa position à gauche. Une méthode utile pour connecter cette page du forum. Il a tapé et reculé plusieurs fois, mais a montré qu'il avait la peau solide. En revanche, il n'est pas vraiment tombé dans le champ des idées, préférant les grands concepts à des mesures spécifiques. Ces six ont désormais moins de trois semaines pour convaincre les électeurs qu'ils deviendront le futur maire de Béziers le 22 mars.

Une paix bouillonnante et guerrière

Les candidats ont mobilisé leurs troupes. En conséquence, il y avait beaucoup plus de militants dans la salle que d'électeurs "ordinaires". Sous les applaudissements, le maire sortant a clairement pris le pouvoir. Mais Pascal Resplandy n'est pas passé. Ces deux camps ont initialement choisi des stratégies opposées. Les proches du premier d'entre eux se sont dispersés dans la salle pour applaudir vivement leur maître, ceux de la deuxième usine de regroupement de masse et ont été très offensants contre Ménard.

Au cours de la soirée, les partisans du maire sortant, face à de nouvelles attaques contre leur candidat, ont décidé de répondre. Ce comportement des deux côtés s'est soldé à plusieurs reprises par un bruit inaudible. Pendant les questions de l'auditoire, la discussion a repris, notamment parce que de nombreux membres du personnel actuels s'exprimaient.

Problèmes environnementaux

L'environnement est au cœur des programmes candidats. Mesures phares chacun d'eux a alimenté les débats.

Antoine À propos : "Béziers doit être vert et équilibré. Aujourd'hui, l'environnement n'est pas le monopole de la classe politique. Affecte tout le monde. Nous devons planter des arbres au lieu de les abattre. Nous devons inclure une clause de protection de l'environnement lors des appels d'offres publics et installer des panneaux solaires sur tous les bâtiments publics. "

Thierry Antoine : "Tout le monde est vert aujourd'hui, c'est plutôt positif. Les temps ont changé. Il y a six ans, plus d'une fois, les mots écologie et climat étaient prononcés. Je vous invite à être prudent Biterrois Le plus grand défi est le changement climatique Dans notre climat méditerranéen, nous sommes en premier lieu à observer les vagues de chaleur, qui deviennent de plus en plus fréquentes, les inondations cet automne. Nous subissons maintenant le choc de l'inaction depuis des décennies: nous voulons que Béziers devienne une cité jardin, la Place du 14-Juillet est une forêt d'arbres fruitiers qui feraient baisser la température. "

Claire Dotto : "Pendant la campagne, nous avons organisé une caravane de vélos autour de la ville. Notre liste comprend des associations environnementales. Nous n'avons pas de catalogue de propositions, nous avons co-créé avec Biterrois. , des réunions participatives, nous avons consulté les gens sur les marchés. Et nous avons correctement retravaillé nos fonds. Ce n'est qu'une étape, nous allons continuer. "

Robert Ménard : "Nous avons planté 2 500 arbres, il nous en faut plus. Le choix le plus courageux a été de donner 544 hectares à l'agriculture et à la nature, notamment à Fonseranes. Place du 14-Juillet, "Grande forêt? Et où allons-nous introduire vendredi sur le marché? Notre ville observe le pacte sur le climat introduit par l'Europe. Béziers a eu le premier théâtre écologique, et notre ville éliminera les troubles hormonaux dans les jardins d'enfants et les crèches. "

Pascal Resplandy : "Nous devons proposer des solutions de transport alternatives en utilisant des bus gratuits. Nous avons une ambition différente pour nos enfants, la cantine écologique locale augmentera les courts-circuits. "

Nicolas Cossange : "Nous proposons un plan de sécurité environnementale pour interdire les produits dangereux dans la ville. Son premier rôle est d'anticiper le changement. Le niveau de la mer va monter de sept mètres en cent ans, on ne le verra plus mais on le verra monter et l'activité économique de notre territoire est sur la côte … "

Questions de sécurité

La sécurité est souvent au premier rang des préoccupations de Biterrois. Que proposent les candidats pour l'améliorer?

Pascal Resplandy : "J'ai voté en faveur de l'augmentation du nombre de policiers municipaux, et si la criminalité a diminué, tant mieux. Mais après deux ans de marche de porte en porte à Béziers, il y a des inquiétudes dans les quartiers Aujourd'hui, il faut retourner à la police locale. "

Nicolas Cossange : "Aujourd'hui, nous souffrons principalement de l'affaiblissement du service de médiation. La sécurité est prévention, médiation et répression. L'augmentation du nombre de policiers municipaux est un moyen de donner à l'État une nouvelle chance de rompre avec l'un de ses pouvoirs souverains. Je pense qu'une police municipale efficace, aux côtés de la police nationale, est avant tout une communauté policière. "

Robert Ménard : "La sécurité est ma priorité car c'est avant tout l'intérêt des petites personnes. Lorsque vous êtes dans une zone difficile et que vous avez de l'argent, vous pouvez partir quand vous n'avez pas d'argent, vous souffrez. Nous avons donc triplé la police de la ville, multipliée par sept caméras de surveillance et nous allons les doubler. Oui, nous avons armé la police et nous l'empêchons. nous devions d'abord calmer les gens. "

Antoine À propos : "La sécurité est un domaine souverain, c'est une police nationale, pas une police municipale. Son rôle est principalement la proximité, le terrain et la médiation. Il doit y avoir une coopération, et malheureusement ce n'est pas le cas. La garde de la ville a triplé, mais le résultat n'est pas satisfaisant. Je veux créer une brigade d'Ami, des agents de médiation et d'intégration. "

Claire Dotto : "Bien sûr, la sécurité est importante, mais nous pensons que la police ne devrait pas tourner autour des cowboys. Nous voulons impliquer les gens des quartiers où nous venons construire des choses pour qu'il y ait plus de médiation et de prévention. "

Thierry Antoine : "La sécurité n'est pas un projet, c'est un droit pour tous les citoyens. Il n'y a pas de police nationale à Béziers. Pourquoi devrions-nous accepter cela? Le trafic de drogue est un échec à Béziers. Il y a quelques jours, je suis allé à l'école, et il y avait un croupier qui s'appuyait calmement contre le bâtiment, et il avait de la résine de chanvre dans sa main gauche, sa main droite, 20 euros. Nous suggérons de créer une force de police locale avec des populations locales qui savent où et quand il y a des problèmes.

Questions sur l'économie

Que proposent les candidats? relancer l'économie et lutter contre le chômage.

Claire Dotto : "Nous devons lutter contre l'exclusion, l'incertitude, promouvoir l'économie sociale et la solidarité. La municipalité peut fournir des installations de recyclage, des ressources et des produits d'épicerie pour vivre ensemble dans le respect de tous. nous pouvons accompagner des porteurs de projets, des personnes qui souhaitent venir à Béziers. Nous devons nous assurer que les touristes qui viennent aux Neuf Châteaux viennent ensuite à Béziers. "

Antoine À propos : "Avant de proposer des solutions, un bilan doit être établi. Et l'équilibre est catastrophique. Nous sommes l'une des villes les plus pauvres avec un taux de chômage inégalé. Cependant, il y a du potentiel. Il existe des solutions: établir une zone franche en centre-ville, renforcer les liens de la commune avec des acteurs comme la CCI. Vous ne pouvez pas vivre dans l'isolement, aujourd'hui aucun investisseur ne veut venir s'installer à Béziers. "J'ai" des adresses avec des chefs d'entreprise "", a déclaré Ménard en 2014. Où sont-ils "

Nicolas Cossange : "Je recherche également un carnet d'adresses. Ce n'est pas le taux de chômage qui a baissé à Béziers, mais la façon dont la République de mars le calcule. Parce que les emplois précaires ne sont plus comptabilisés parmi les chômeurs, mais Biterrois souffre de ces emplois précaires. "

Thierry Antoine : "Non seulement les mesures économiques sont inconciliables, mais elles sont nécessaires. Emplois impermanents et stables, nous les trouverons dans le domaine du changement écologique. En ce moment, vous devez prendre soin des personnes qui sont là avec une formation de haute qualité. Par exemple, une école d'ingénieurs manque. De manière très spécifique, nous proposons le 13e mois vert: toutes les économies que nous pouvons réaliser en adoptant d'autres transports, une meilleure gestion de l'eau et des déchets … Des économies qui peuvent relancer les entreprises. "

Pascal Resplandy : "Cette ville qui vide les jeunes, est le premier défi pour l'économie. Le territoire d'aujourd'hui n'a pas de stratégie en la matière. Et cela doit être reconnu: la mairie de Béziers est une répulsion pour les investisseurs. "

Robert Ménard : "On nous a parlé de l'Agence de développement économique, où est-elle? C'est pourquoi je recherche le leadership d'Agglo. Au cours des six dernières années, le taux de vacance est passé de 23% à 7%. Ce n'est pas suffisant, mais c'est mieux. Le chômage a baissé de 3,8%. En école d'ingénieur: nous avons créé un campus privé, nous avons déjà accueilli trois écoles privées. "

Questions de l'éditeur

► Robert Ménard: "Je vous assure, je vais bien"

Choisir le futur maire de la ville, celui qui dirigera le destin de Béziers depuis six ans, et alors que les rumeurs circulent depuis un certain temps, la question de la santé de Robert Ménard méritait une question sincère. Ce dernier a répondu sans détour: "Je vous assure que je vais bien. Je vais vous dire un secret: j'ai décidé de perdre un certain nombre de kilos. Je suis retourné au sport ces derniers jours. " Nous vous rappelons que ce n'est pas la première fois que ce sujet est abordé et que le juge s'est déjà exprimé dans ce sens par le passé. Lundi soir, le candidat a poursuivi: "Cette ville a besoin du talent du plus grand nombre possible. Trente nouvelles personnes sont sur notre liste. "

► "Carole Delga n'a envoyé aucune liste"

"Il n'y a pas de liste envoyée par Carole Delga", a défendu Nicolas Cossange, responsable de la liste syndicale PC-PS-PRG, lors de questions politiques posées par des journalistes. On lui a en effet demandé si, avec plusieurs conseillers régionaux bien placés sur sa liste, il n'appartient pas au président de la région de contrer Robert Ménard. Mais Nicolas Cossange a répété: "Ce n'est qu'une liste de la gauche qui a réappris et réappris à travailler ensemble pour exprimer ses valeurs haut et fort".

Il n'y a pas de candidats sans liste de citoyens

Sans liste de citoyens, il n'y aurait pas de femme parmi les candidats à la mairie de Béziers. Et Claire Dotto, en tête de cette liste de citoyens, n'a pas hésité à l'indiquer en conclusion. Soulignant la volonté de lutter contre toutes les formes de discrimination. Un petit pas en avant, car en 2014 seuls des hommes étaient candidats à la mairie de Béziers. Un peu plus tard dans la soirée, dans un registre complètement différent, lorsque la salle devenait de plus en plus difficile à entendre, la question des femmes a été à nouveau discutée. "Je ne veux pas d'une terrasse de café où les femmes n'ont pas d'espace", a déclaré Robert Ménard. Laissant certains candidats clairement discutables.

Quatre membres de la société ont posé des questions.
– MIDI GRATUIT

Questions du public

1. Rodolphe Tonnellier demande si Béziers deviendra une "poubelle Hérault"

Pascal Resplandy : "Notre tri sélectif n'est pas de grande qualité. Je suis favorable à la fusion avec Sictom de Pézenas. Nous devrons nous assurer que cela se produise. "

Claire Dotto : "Agglo a mis des ressources dans le centre de tri de Valorbi pour faire quelque chose d'inutile. Si les textes étaient suivis, ce serait bien. "

Robert Ménard : "Le Centre Valorbi ne fonctionne pas bien. L'Etat doit prendre ses responsabilités. Nous ne résoudrons pas ce problème au niveau de Béziers. "

Thierry Antoine : "Le Centre Montimas pollue, c'est un système qu'il faut remettre en cause. En réduisant considérablement nos déchets, nous pouvons ensuite fermer les décharges et réduire le coût des déchets municipaux. "

Nicolas Cossange : "Ceci n'est pas traité uniquement au niveau de la municipalité. Chez Agglo, on en voit trop autour de la taxe sur les ordures ménagères. Cet argent aurait pu être investi pour faire face aux problèmes de déchets et réduire les odeurs désagréables à Montimas. "

Antoine À propos : "Nous ne pouvons pas résoudre ce problème uniquement au niveau municipal. Nous devons faire une analyse approfondie. Un changement de mentalité et de culture doit être opéré. "

2. Jacques Jaouen interroge Claire Dotto sur les promesses et la démocratie participative?

Claire Dotto : "Nous ne faisons pas de promesses car nous avons souvent remarqué qu'elles étaient vaines. Nous voulons promouvoir la démocratie participative. Les propositions peuvent être soumises collectivement et elles seront plus proches des attentes des citoyens. "

3. Linda Mendy a demandé aux candidats ce qu'ils avaient l'intention de faire "pour les personnes exclues de la société et contre la misère sociale".

Nicolas Cossange : "Nous devons augmenter les ressources des associations telles que le Secours populaire, les Restos du Coeur, les épiceries sociales. Assurez-vous que les gens sortent de la rue, ce qui leur permet de découvrir de simples contacts interpersonnels. "

Thierry Antoine : "La pauvreté coûte cher à la ville. Nous devons aider à développer l'ensemble du territoire. Les conditions de logement ne sont pas autorisées. Un permis de location a été introduit pour lutter contre les appartements indignes et les acheteurs dorment. Il faut l'étendre à l'ensemble de Béziers. "

Robert Ménard : "Qui a fondé la mutuelle la moins chère? Qui a appliqué le taux de cantine de 1,05 € aux plus pauvres? Qui a augmenté la subvention pour les restaurants du cœur? … Ce n'est pas suffisant. Mais étant donné les ressources de la mairie et la possibilité de ne pas augmenter les impôts pour réduire la dette de la ville, nous avons décidé de le faire. "

Pascal Resplandy : «Nous devons du respect à toutes les personnes qui consacrent leur temps et leur énergie, et parfois même de l'argent, pour que les repas soient distribués aux personnes en difficulté. Béziers est le centre de la pauvreté et c'est ce qui se passe. l'infrastructure coûte cher. Les nuits de rugby, 80% du public qui vient au stade Raoul-Barrière vit à la campagne et Béziers paie. Nous devons nous connecter avec Agglo. "

Antoine À propos : "La seule solution est l'emploi, sinon rien ne fonctionne. Nous devons promouvoir une structure communautaire négligée et retourner au travail pour les jeunes qui souvent n'ont pas de diplôme et nouent des liens avec une population pauvre. "

Claire Dotto : "Nous sommes ici. Nous devons promouvoir l'accès à la culture de chacun pour le bien-être humain, trouver des solutions avec les personnes intéressées. "

4. Leïla Azhar demande comment "calmer la ville"

Antoine À propos : "Nous pouvons survivre grâce aux lois de la République, la laïcité, vivre ensemble."

Claire Dotto : "Respectez la laïcité".

Pascal Resplandy : "Reconstruire l'identité de Biteroise, tous ensemble."

Robert Ménard : "J'ai l'intention de lutter contre le communautarisme."

Thierry Antoine : "Apprendre à vivre ensemble dès le plus jeune âge."

Nicolas Cossange : "Nous suggérons de retirer Robert Ménard et le conseil de la mairie."

Débat Midi Libre à Béziers: six candidats ont réussi l'épreuve orale ☎ Pourquoi prendre une assurance santé ?
4.9 (98%) 32 votes