Comment optimiser la gestion de votre assurance santé? ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?

Le rôle d’une mutuelle de santé est de prendre en charge intégralement et pourquoi pas partiellement les dépense de soin non couvertes en l’Assurance Maladie. En contrepartie d’une cotisation, les adhérents de la mutuelle santé se voient remboursés leur frais de santé à hauteur du amplitude de garanties souscrit.

Contrairement à l’Assurance Maladie, la mutuelle santé n’est pas obligatoire. Chacun est libre d’y adhérer ainsi qu’à non. Toutefois, avec la perte des remboursements de la Sécurité Sociale, la couverture d’une mutuelle santé est aujourd’hui indispensable. De plus, avec la mutuelle entreprise obligatoire au premier janvier 2016, tout salarié de france bénéficiera d’une complémentaire santé.

Les mutuelles santé françaises sont régies en le Code de la Mutualité et sont des organismes à but non lucratif dans lesquels les adhérents sont intégrés au décisionnel.

Le développement social et réglementaire aura des conséquences sur le système de santé en France. La santé complémentaire doit s'adapter pour rester dans la course, en se concentrant sur la combinaison des coûts informatiques

Plus de 200 milliards d'euros consacrés à la consommation de biens et aux soins médicaux, la part de la richesse nationale allouée à la santé par la France (plus de 11% du PIB) appartient à un groupe leader, avec "l'Allemagne, les pays de l'Union européenne.

Changements importants

De la santé à 100% à la résiliation annuelle des contrats, en passant par le soutien à la télémédecine, les récentes réformes menées par l'État ont les mêmes ambitions pour limiter au maximum le développement des dépenses de santé.

L'exercice est énorme car l'augmentation des frais médicaux est un phénomène structurel lié à plusieurs facteurs, dont le coût de la chirurgie lourde, le vieillissement de la population et le développement de pathologies liées au mode de vie comme l'obésité. ou perte d'audition et de vision.

En payant un peu plus de 13% des dépenses de santé, les caisses maladie complémentaires (OCAM), mutualistes, assureurs et institutions prestataires, contribuent plus ou moins au financement du système selon le type de poste, complétant les prestataires de soins couvrant 74% des coûts l'optique, par exemple, ne représente que 5% des coûts des soins hospitaliers. Le défi pour ces acteurs est d'évoluer pour s'adapter aux évolutions du système dans le secteur.

Les assureurs doivent s'adapter à l'environnement futur

Pour rester compétitifs et rentables, les assureurs complémentaires doivent utiliser deux approches: la proposition de valeur pour les assurés d'une part, et l'inévitable réduction des coûts d'autre part.

La proposition de valeur pour l'assuré est réalisée principalement en réduisant le temps de prise en charge et en étant en mesure d'obtenir les informations nécessaires sur la proposition de remboursement et de suivre le fichier via les canaux numériques presque immédiatement. Cependant, elle doit nécessairement inclure des services, à commencer par la prévention des risques, en aidant à changer les comportements et en améliorant le mode de vie, par exemple dans les domaines de l'alimentation ou de l'activité physique.Toutes ces actions préventives peuvent s'appuyer sur des équipements connectés. Aller au-delà des frontières traditionnelles de l'assurance pour répondre à l'univers des besoins des clients, par exemple en proposant des solutions de télémédecine, est également une extension possible de l'étendue des services d'OCAM.

En matière de réduction des coûts, elle est prise en charge par deux contrôleurs principaux. Le premier est la concentration des acteurs, étant donné que le nombre de mutuelles et de sociétés providentielles a diminué de moitié en dix ans en France sous l'influence des régulateurs. Le second est l'optimisation par l'automatisation du traitement des flux de retour papier (hors système d'échange Noémie avec assurance maladie). Cette optimisation affecte le coût des sinistres en améliorant, contrôlant et gérant, grâce à la robotisation de certaines tâches.

Levier pour connecter les systèmes informatiques

Bien qu'il soit commun à toutes les parties prenantes, le système de santé est bien adapté pour connecter des solutions informatiques entre OCAM et l'éditeur pour réaliser des économies d'échelle significatives. «En effet, l'éditeur mettra à jour les règles et bénéficiera à tous les utilisateurs des dernières innovations en matière d'optimisation du contrôle et de l'automatisation des tâches», a déclaré Gilles Guedj, directeur général du secteur des assurances en Europe du Sud chez DXC.

Dans le cadre de cette approche orientée vers les coûts de la plateforme, des outils de gestion des contrats peuvent être installés sur les serveurs de l'entreprise ou mis à disposition en ligne. C'est notamment le cas de l'outil GraphTalk développé par DXC Technology, qui remplit l'objectif de combiner des solutions informatiques, auquel Gilles Guedj invite les assureurs à initier la réflexion.

Contenu proposé par DXC TECHNOLOGY

Comment optimiser la gestion de votre assurance santé? ✎ Assurance maladie : Comment ça marche ?
4.9 (98%) 32 votes