Comment gérer la concession d'hébergement officielle si l'agent occupant ce logement est malade? ® Devis Santé

MUTUELLE PAS CHÈRE ET EFFICACE
Avenir Mutuelle vous permet de souscrire une réel complémentaire santé, efficace et complète, conçue pour les solde modestes ou alors ceux duquel les demandes en santé sont faibles. En effet, mutuelle pas chère s’adapte aussi bien aux étudiants qui n’ont pas les moyens de cotiser beaucoup pour leur mutuelle, qu’aux individus duquel les nécessités en santé sont brin importants. En fonction de votre profil et de vos objectifs médicaux, nous vous proposerons le contrat de mutuelle pas cher répondant le mieux à vos attentes pour enrichir les manques de l’assurance maladie obligatoire et obtenir un remboursement optimal.

Publié le:
24/02/2020
24
février
février
2020

Le décret n ° 2012-752 du 9 mai 2012, réformant le système des concessions de logement, stipule dans sa phrase que:

"- dorénavant, seuls les salariés tenus de bénéficier d'un accès complet pour des raisons de sécurité, de protection ou de responsabilité bénéficieront désormais d'un logement avec la nécessité absolue de fournir des services. Les fonctions pertinentes seront déterminées par des ordonnances interministérielles;
– les concessions de services publics sont supprimées. Ils sont remplacés par un système de conventions sur l'occupation de nature incertaine en faveur de la catégorie du personnel qui, sans remplir les fonctions lui donnant droit à un permis de logement en raison de l'absolue nécessité du service, est obligé d'exercer des fonctions, les bénéficiaires devront payer des frais d'utilisation, qui constitueront 50% la valeur réelle du loyer des locaux, calculée sur la base des loyers du marché immobilier local. Les fonctions pertinentes seront déterminées sur la base d'ordonnances interministérielles. "

Cependant, en cours d'utilisation principe de parité entre les agents de la fonction publique territoriale et la fonction publiqueprévue à l'article 88 de la loi n ° 84-53 du 26 janvier 1984 relative aux dispositions statutaires de la fonction publique territoriale, les dispositions susvisées du décret n ° 2012-752 s'appliquent aux représentants de la fonction publique territoriale,

En ce sens, le Conseil d'État a reconnu dans l'arrêt n ° 147962 du 2 décembre 1994 que:

"Étant donné que les dispositions qui accordent aux collectivités locales et à leurs organismes publics le pouvoir de déterminer, conformément aux critères fixés par la loi, les emplois auxquels l'attribution de logements officiels peut être attribuée et l'étendue de l'avantage ainsi accordé s'appliquent sans qu'il soit nécessaire d'émettre par les organes de l'Etat d'un texte réglementaire qui n'est pas prévu autrement car il est nécessaire;

Toutefois, compte tenu du fait qu'en exerçant les compétences ainsi définies dans les dispositions précitées de l'art. 21 de la loi du 28 novembre 1990, les collectivités territoriales et leurs institutions publiques doivent respecter le principe de la parité entre agents se référant aux différentes charges publiques sur lesquelles l'art. 88 de la loi du 26 janvier 1984; qu'en conséquence, ils ne peuvent légalement attribuer à leurs agents des avantages, même en nature, qui complètent leur rémunération qui serait supérieure à celle pour laquelle les agents de l'État effectuant des travaux soumis aux mêmes restrictions; d'une part, en ce qui concerne la reconnaissance des restrictions justifiant l'octroi d'un logement officiel, il convient de distinguer ceux qui, parce qu'ils appellent l'agent, une présence qui peut être considérée comme permanente, justifient que ce logement soit attribué gratuitement, de ceux qui font qu'il est utile, compte tenu des nécessités du service, de fournir ledit logement, qui doit alors être accompagné d'un paiement par l'intéressé, et d 'autre part, en termes de prestations de logement supplémentaires, de les énumérer sans fournir d'agent en tant que tel un service plus favorable que celui d'un fonctionnaire dans la même situation "

De même, le dispositif du décret précité, utilisant le terme «personnel», ne fait aucune distinction entre agents permanents et agents contractuels. de cette façon la communauté peut parfaitement, sous réserve de délibérations, attribuer ces logements à un employé contractuel.

Système juridique résultant du décret susmentionné, abolit le permis de logement pour les services municipauxIl est désormais nécessaire de distinguer le régime juridique des concessions d'hébergement en raison de l'absolue nécessité de fournir des services du régime d'un contrat incertain assorti de pénalités périodiques.

L'article R. 2124-73 du code général de la propriété des personnalités publiques, applicable aux concessions de logement accordées aux représentants des collectivités locales, prévoit:

"Les concessions de logement sont dans tous les cas incertaines et révocables. Leur durée est strictement limitée au temps pendant lequel les parties concernées prennent effectivement des positions qui les justifient. Ils prennent fin en tout cas en cas d'aliénation ou de liquidation du bâtiment.
Ils ne peuvent être renouvelés que sous les mêmes formes et conditions.
Après l'expiration de la concession, pour quelque raison que ce soit, l'agent est obligé de quitter immédiatement les lieux, sous peine de se soumettre aux sanctions prévues à l'article R. 2124-72. "

concessions de logement ils sont donc incertain et révocableDe plus, l'agent doit être efficace selonpour justifier l'utilisation de l'hébergement.

La question est donc de savoir si agent en congé de maladie on pense qu'il prend effectivement un travail justifiant l'attribution de ce logement.

Article 27 du décret n ° 87-602 du 30 juillet 1987, pris pour l'application de la loi n ° 84-53 du 26 janvier 1984. Concernant les dispositions légales relatives à la fonction publique territoriale et à l'organisation des commissions, les conditions médicales, les conditions de forme physique et Le régime de congé de maladie pour les fonctionnaires territoriaux stipule que:
« (…). Lorsqu'un agent territorial mis en congé de longue ou de longue durée utilise un logement dans un bâtiment administratif, il doit quitter les lieux si sa présence menace des agents publics ou d'autres agents ou est incompatible avec le bon fonctionnement du site. "

Lorsque l'agent d'hébergement est en vacances à long terme ou à long terme, l'autorité territoriale peut lui ordonner de quitter les lieux si sa présence est incompatible avec le bon fonctionnement du site.

À l'inverse, les membres du personnel en congé de maladie ordinaire sont considérés comme actifs et n'ont pas à quitter l'appartementDans de telles circonstances, tant que l'employé est en congé de maladie ordinaire, l'autorité territoriale ne peut pas légalement lui ordonner de quitter l'appartement.

Cependant, vous devez être pragmatique et efficace et tenir compte de l'intérêt supérieur bon fonctionnement de la fonction publique.

La communauté peut donc s'adresser au président du tribunal administratif compétent, demandant à l'agent de quitter l'appartement, conformément à l'art. L. 521-3 du Code de justice administrative, qui dispose que:

"En cas d'urgence et sur simple demande qui sera recevable même en l'absence de décision administrative préalable, un juge de référé pourra ordonner toute autre mesure utile sans entraver l'exécution d'une décision administrative."

En ce sens, la cour administrative d'appel de Nancy a jugé dans l'arrêt n ° 98NC00492 du 15 octobre 1998 que:

"Considérant, d'une part, que le maire de la municipalité de Dunkerque a annoncé le transfert le 20 mars 1995. Dans l'intérêt de MY, l'agent précédemment chargé de l'entretien et de la protection du cimetière municipal de Petite Synthe; que l'intéressé a ainsi été privé de tout droit d'occuper un logement adjacent audit cimetière, qui lui a été attribué en raison de la nécessité du service; que, par conséquent, la décision de mutation susmentionnée et le décret du 24 mars 1995, en vertu duquel elle a pris fin le 1er juillet 1995, la licence de logement officiel accordée à MY … n'a donné lieu à aucune action en justice, la demande de l'expulsion par la municipalité de Dunkerque n'a pas rencontré de problème majeur; les mesures prises par MY illégalité qui détruiraient la décision de transfert susmentionnée et le manque de diligence dont la ville de Dunkerque aurait fait preuve pour l'éloignement n'affecterait en rien le bien-fondé de cette demande;
D'un autre côté, étant donné que le licenciement de MY logement officiel sans titre était urgent, car une grande partie de l'impératif qui impliquait l'attribution d'un logement pour le nouveau gardien, vivant dans un endroit loin du cimetière et inapproprié pour sa fonction, seulement les perturbations préjudiciables au bon fonctionnement du service public que MY a provoquées en raison de son mauvais entretien par endroits. "

De toute façon la décision de résilier la concession de logement doit être justifiée par l'intérêt supérieur du service, le besoin urgent et la nécessité pour l'agent de remplacement de disposer d'un tel logement pour assurer le bon fonctionnement de la fonction publique.

Il convient de noter que le manque de logements pour un nouvel agent entraîne des problèmes préjudiciables au bon fonctionnement de la fonction publique.

Dans ces conditions, en raison d'un congé de maladie lié aux circonstances particulières de la prestation de service public, l'agent peut être privé de tout droit d'occuper les locaux qui lui sont attribués en raison de la nécessité de servir le service.

Cet article n'approuve que son auteur.

Comment gérer la concession d'hébergement officielle si l'agent occupant ce logement est malade? ® Devis Santé
4.9 (98%) 32 votes