BPCE et Visa veulent supprimer un ticket de métro pour les Jeux olympiques de 2024 ☏ Assurance maladie : Comment ça marche ?

A qui se fortune la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun peut souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si plusieurs individus profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel et pourquoi pas familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ou bien moins étendues compte tenu de vos besoins votre finance : Avenir Mutuelle vous présente à juste titre un choix de complémentaires destiné à apporter des solutions à l’ensembles des attentes, à celle des seniors à la retraite tel que à celle des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la meilleure des mutuelles pour particulier, encore faut-il savoir ce qui caractérise une “bonne” certitude santé. Son prix doit bien entendu rimer à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos attentes en termes de santé : si vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il sera primordial de désigner une persuasion capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, si vos mise de fonds de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une fermeté aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La bonne mutuelle pour particulier est ainsi ceux qui vous couvre le mieux parmi rapport à vos attentes (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé or meilleur taux.

Les peintures se répandent dans le monde entier. En 2012, des millions de touristes arrivant aux Jeux olympiques de Londres ont sillonné la ville en utilisant une carte de crédit ou un smartphone comme ticket. Sept ans plus tard, ce système, alors considéré comme une révolution, a contaminé la planète. Nous ne pouvons pas compter les villes où le ticket de bus ou de métro est
disparu au profit de systèmes alternatifs.

Dijon est un exemple. Grâce à cela, le Dijonnais se déplace en tram depuis 2018
leur carte bancaire.

Ce système a été créé par BPCE et Visa en collaboration avec d’autres partenaires. Grâce à ce succès, les deux groupes souhaitent l'étendre à tous les transports français lors des Jeux olympiques de 2024 à Paris. "Les Jeux olympiques sont une excellente occasion de mettre en avant les nouvelles technologies et de faire un bond en avant en matière de mobilité et de paiement"explique Jean-Yves Forel, directeur général de BPCE. Grâce à 18 millions d’unités, l’organe mixte des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires est le premier émetteur de cartes de paiement Visa en Europe.

Les Jeux Olympiques comme une opportunité

Pour atteindre cet objectif, BPCE et Visa souhaitent établir un partenariat avec des opérateurs tels que la RATP à Paris et envisagent des entretiens avec Mobille-de-France Mobilités. Ils forment également un groupe de travail qui comprendra plus de vingt personnes.

Si BPCE et Visa pensent qu'il est trop tôt pour savoir quand et comment les systèmes seront mis en œuvre, l'ambition est grande. "Le paiement par carte dans les transports simplifie la vie des voyageurs"dit Charlotte Hogg, PDG de Visa en Europe.

La carte bancaire sera bien sûr au centre de l'appareil. "Dijon est une très bonne étude de cas. Quand une carte devient un ticket, il y a une réduction drastique de la fraude et une augmentation significative de la fréquentation et du chiffre d'affaires »Pierre-Antoine Vacheron, PDG de Natixis Payments, filiale de BPCE.

Mais les deux groupes veulent également profiter de la numérisation de la carte bancaire, déjà disponible sur les smartphones, pour permettre aux voyageurs de payer avec une montre, un bracelet ou même une bague. "Tout est possible"confirme Charlotte Hogg.

Des centaines de millions de transactions

Comme à Londres, où Visa a coopéré avec Barclays, Samsung, Lloyds TSB et le français Orange, BPCE et Visa veulent mettre le paquet sur le transport (bus, métro …). Mais pas seulement parce que le transport est la passerelle vers d’autres paiements. "Fait intéressant, en payant par carte pour le transport, vous payez pour tous les achats"dit Pierre-Antoine Vacheron à propos de la disparition d'espèces.

Avec ce système, BPCE et Visa espèrent enregistrer davantage de transactions. Les deux groupes estiment qu'un événement tel que les Jeux olympiques de Paris devrait générer plus d'un milliard de voyages dans la capitale et la province, où se trouvent d'autres installations olympiques.

Laisser un commentaire