Assurance vie: combien vos fonds vous rendront en euros ® Assurance Santé

A qui se étoile la mutuelle santé pour particulier ?
Chacun souscrire à une complémentaire santé, quels que soient son âge et sa situation. Si certaines personnes profitent d’une mutuelle d’entreprise, d’autres choisir de souscrire à une couverture santé à titre individuel ainsi qu’à familial. Il existe aujourd’hui une pléthore d’offres qui proposent des garanties plus ou moins étendues compte tenu de vos désirs votre finance : Avenir Mutuelle vous présente justement un choix de complémentaires destiné à apporter des solutions à toutes les attentes, à celles des seniors à la retraite tel que à celui des jeunes débutant leur carrière.

Qu’est-ce qu’une mutuelle pour particulier ?
Si vous recherchez la plus belle des mutuelles pour particulier, encore faut-il savoir ce qui caractérise une “bonne” cran santé. Son cotation bien entendu concorder à votre budget, afin que votre mutuelle ne pèse pas trop lourd dans votre balance financière. Et, surtout, la complémentaire pour particulier être ajustée à vos besoins en termes de santé : si vous devez régulièrement recevoir des soins, et s’ils sont coûteux, il sera primordial de régler pour une espoir capable de vous rembourser suffisamment. A l’inverse, si vos dépenses de santé sont faibles (ce qui est couramment le cas chez les plus jeunes), une caractère aux garanties plus basiques pourra suffire, pour des cotisations plus faibles.

La véritable mutuelle pour particulier est ainsi ce que vous couvre le mieux en rapport à vos besoins (frais dentaires, optiques, d’hospitalisation), de sorte que, en cas de dépense, vous puissiez être remboursé or premier taux.

Publié le 14 février 2020 à 07h01

À l'automne dernier, certains assureurs, tels que Generali ou Swiss Life, ont annoncé le goût pâle des fonds vintage en euros en 2019, décidant de réduire leur salaire à 1%. Depuis lors, les prochaines publications de taux en janvier n'ont confirmé qu'une baisse générale des rendements. Le niveau moyen attendu d'environ 1,4% (contre 1,8% en 2018), soit 1,16% après 17,2% de cotisations sociales, ne protège plus le capital investi contre l'inflation (1,4 % en décembre et 1,1% de la moyenne annuelle en 2019).

Faut-il cependant appliquer cette forme particulière d'épargne au pilori qui a permis pendant plusieurs décennies à ses abonnés d'utiliser le triptyque sécurité-liquidité-rentabilité dans la mesure où il est devenu l'investissement privilégié de la France? Les fonds en euros pèsent environ 1,4 billion d'euros d'arriérés et accumulent toujours plus de 70% des recouvrements d'assurance vie!

"Dire que le fonds en euros est mort signifie un jeu dangereux, car aujourd'hui il n'y a pas d'alternative à cette poche d'épargne garantie et disponible, qui apporte plus que Livret A et restera une pierre pour une assurance vie longue, explique Antoine Delon, président de Linxea. Comme les autres, ce professionnel ne le nie pas "La baisse du rendement des fonds en euros se poursuivra comme elle l'a été depuis plus de quinze ans". Mais il ajoute "Ce placement se poursuivra agir comme un amortisseur pour permettre aux épargnants de diversifier le capital sur d'autres unités de compte. "

Le maintien d'une part de fonds plus ou moins importante en euros sous de multiples supports, selon son aversion au risque, semble en effet toujours approprié en période d'incertitude financière. Cependant, la grande divergence des tarifs donnés, selon les contrats, conduit à la vigilance et à la sélectivité.

Pourquoi les taux baissent

Faut-il s'en souvenir? Investis principalement en obligations d'État et d'entreprises (respectivement 30,7% et 37% des investissements des assureurs fin 2018), les fonds en euros durablement touchés par la baisse historique des taux longs enregistrés par la France (et la zone euro), complètent une décennie de baisse continue . Temporairement en territoire négatif cet été, l'OAT à 10 ans, qui est l'indicateur de référence sectoriel, flirte avec 0,12% fin décembre (contre 0,71% un an plus tôt). Il est revenu en rouge fin janvier (-0,12% le 29 janvier).

Comme l’a résumé Olivier Sentis, directeur général de l’IFI, "L'effet d'un paquebot qui a longtemps bénéficié des fonds en euros joue désormais contre eux. Leur rentabilité est en effet en baisse car les portefeuilles des assureurs se renouvellent sous le double effet des nouvelles collectes (plus de 100 milliards d'euros d'argent frais en 2019) et des sorties, les Obligations, qui rapportent parfois plus de 3%, sont remplacées par des émissions deux à trois fois moins rentable.

Bien sûr, les entreprises ont encore une marge de manœuvre. Ainsi, selon l'expert indépendant Cyrille Chartier Kastler, fondateur du site d'information Goodvalueformoney.eu (GVfM) "Le rendement financier moyen des actifs des assureurs universels, qui était de l'ordre de 2,85% en 2018, devrait tomber à 2,60% en 2019, puis baisser en moyenne de 0,30% par an." Mais selon la capillarité, le taux moyen des fonds en euros continuera de baisser entre 20 et 30 cents par an "Ils tombent à 1,10% en 2020 et à 0,80% en 2021, puis se stabilisent à 0,50% au-dessus." Cependant, cette perspective honteuse mérite d'être raffinée

.

Du pire au meilleur

Comme chaque année
classement des fonds en euros

présente des résultats très différents, qui peuvent varier selon le réseau et le type de contrat (standard ou patrimonial) sur une échelle de 1 à 4. Fin décembre, le troisième observatoire annuel de l'association Consommation, logement et conditions de vie (CLCV) concernant la rentabilité en 2018. 224 contrats ouverts et fermés pour la commercialisation, ont indiqué des bénéfices de 0% à 3,5%.

L'année 2019 s'annonce comme toujours, avec une nette différence entre, d'une part, les contrats promus par certaines mutuelles, associations assurées ou vendues sur Internet (certains taux dépassent toujours la barre des 2%), et d'autre part une offre de bancassurance standardisée et les grandes entreprises qui dépassent désormais souvent le seuil de 1,5% voire 1%.

Cette différence est due à plusieurs facteurs. Le montant des arriérés assurés par l'entreprise est bien entendu décisif car nous ne gérons pas plusieurs milliards d'euros ou des centaines avec la même dextérité. Mais le volume n'explique pas tout. Dans le même réseau, les contrats haut de gamme sont souvent mieux traités que les offres publiques, même si dans les deux cas la rémunération dépend de la part d'UC, que l'abonné accepte d'introduire MPT.

De plus, les choix d'investissement et le degré de diversification des actifs sont pris en compte. "Les résultats de notre fonds multisupport RES en euros, qui atteint 2,31% en un an sur deux ans, s'expliquent par notre stock d'obligations anciennes, mais aussi par le fait que nous investissons depuis longtemps dans des obligations d'entreprises en actions et des sociétés non cotées, tels que l'immobilier et les infrastructures, " explique Eric Dubos, directeur financier du groupe MACSF. Cependant, le taux donné pour ce soutien garanti est tombé à 1,7% en 2019 (2,17% un an plus tôt).

Même constat pour les fonds emblématiques en euros de l'association Afer gérés en coopération avec Aviva France (1,85% en 2019 contre 2,25% en 2018). Grevé de 43,2 milliards d'euros d'arriérés (dont plus de la moitié sont investis en obligations privées, secteur financier, titres, actions, immobilier, etc.), affiche un rendement moyen de 2,44% sur cinq ans. et "En treize ans 3,23%", détermine son président Gérard Bekerman.

Différentes stratégies

Ces deux acteurs ne sont pas les seuls à bénéficier de la dynamique des marchés financiers (fin 2018, les Actions représentaient 17,8% de l'ensemble des investissements des assureurs), ce qui s'est avéré particulièrement prometteur une croissance du CAC 40 de plus de 26% l'an dernier! La différence de chiffre d'affaires observée d'année en année, d'un acteur à l'autre, et même, pour un même assureur, d'un canal de distribution à l'autre, reflète également la volonté des entreprises – ou non – de le faire. tirer le meilleur parti de leurs clients des fruits de la gestion d'actifs dans lesquels les primes d'assurance vie sont investies.

"Depuis 2010, notre groupe a diversifié ses investissements, et les bons résultats des marchés boursiers et immobiliers en 2019 nous ont permis de servir notre fonds Dynavie à un niveau de 2,20% supérieur à celui de 2018, alors qu'il était de 1,5%, certifie Gilles Dupin, PDG de Monceau Assurances. De plus, nos membres bénéficient d'une gestion financière strictement limitée, qui permet à chacun de bénéficier des bénéfices générés par le fonds souscrit. " Chez Garance, un fonds commun de placement qui a connu un rendement de 3% en euros l'an dernier, nous nous réjouissons également du manque d'actionnaires à payer. "Chaque année, nous distribuons au moins 90% des produits générés par les actifs généraux, dont la bonne durée permet un faible impact sur la baisse des tarifs", note Xavier Couratier, directeur adjoint de la stratégie et des opérations.

Assurance vie: combien vos fonds vous rendront en euros ® Assurance Santé
4.9 (98%) 32 votes