Y a-t-il une exception à l'exception du mariage? ☎ garantie santé entreprise

De la couverture des risques de dommages subis ou causés à des tiers, aux garanties pour couvrir les pertes d’exploitation et risques informatiques, les contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll suffit de temps en temps d’un incendie ou de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du strict point de vue juridique, seules quelques couvertures sont obligatoires – la garantie des véhicules, la responsabilité civile et les certitude uniques de type garantie décennale pour différents secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du petit minimum – la garantie des biens, celle des pertes d’exploitation ainsi qu’à la responsabilité civile pro -, certains contrats se révéler utiles à l’égard de l’activité de la société (informatique, chimie, transports, activités cycliques…) ou alors son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats exigé à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour les entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent les locaux, le matériel et pourquoi pas les stocks. Contre ces dommages, une certitude spécifique être souscrite, non obligatoire mais néanmoins incontournable. “Attention, dans l’hypothèse ou la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- elle doit obligatoire souscrire une assurance pour couvrir les dommages liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en toupet Verspieren.

En cas de sinistre, le chef de plan fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai judiciaire rappelé pendant le contrat (de de deux ans à de cinq ans jours, selon les risques), voire immédiatement pour nouveauté intéressants (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de la valeur des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier d’avertir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont dommages réellement couverts. Les sociétés qui ont une activité périodique se traduisant dans une variation importante des réservoir d’articles ont intérêt à faire part cette spécificité à leur assureur pour s’accomplir en tant que mieux couvertes en cas de dommages. La valeur des circonspection est alors établie sur la base de leur montant le plus important et régularisée en fin d’année.

Dans accomplis cas de figure, l’indemnisation sera versée ordinairement après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires et pourquoi pas à l’achat de nouveaux matériels. En de lourd sinistre, l’assureur peut toutefois verser des acomptes à son client.

Aux États-Unis, les personnes mariées héritent de leur conjoint sans payer d'impôt foncier. La plupart du temps.

La malheureuse exception est la loi peu connue concernant les mariages entre un citoyen américain et un ressortissant étranger. Si ce couple est votre client, c'est un gros obstacle à la planification successorale.

En vertu de la loi américaine, si le premier citoyen américain décède, le conjoint survivant ne peut pas utiliser la déduction forfaitaire pour hériter entièrement de la propriété. Cette règle s'applique à tous les actifs.

11,4 millions de dollars courants L'allégement fiscal foncier en $ ne fait que poser un problème aux couples relativement riches. Cependant, en 2026. Un rendement de 5,49 millions de dollars est attendu. Allègement de la taxe foncière en USD en 2017, ce qui rendra la planification successorale plus difficile pour les couples nationaux plus mixtes.

En dehors du mariage, ces couples ont bien sûr des options moins attrayantes.

Un conjoint étranger peut, si le conjoint décédé réside habituellement aux États-Unis, devenir citoyen américain. Si la double nationalité est une option – certains l'autorisent, d'autres non, et les conséquences fiscales varient également – un tel arrangement pourrait permettre à un conjoint étranger de maintenir une relation sentimentale et de conserver la possibilité de retourner dans son pays d'origine après le décès du conjoint américain.

Si un conjoint étranger décide d'acquérir la citoyenneté américaine, il est important de terminer le processus avant le décès du conjoint américain. Lorsqu'un conjoint américain décède, il faut 15 mois au survivant pour devenir citoyen, transférer de l'argent dans une fiducie ou payer des impôts fonciers. Habituellement, il n'y a pas assez de temps pour terminer le processus de citoyenneté.

La nationalité est généralement choisie pour les clients de Hui-chin Chen, un planificateur financier Pavlov basé à Arlington, en Virginie. "Le titulaire de la carte verte devient citoyen ou le couple envisage de partir à l'étranger", dit-il. "Les cartes vertes devraient être temporaires".

Si la citoyenneté n'est pas attrayante, une alternative est le Trust interne qualifié ou QDOT. La succession devient le fiduciaire du conjoint survivant qui reçoit un revenu de la fiducie mais ne peut pas dépenser le principal sans difficulté ou payer de l'impôt foncier sur le principal de la fiducie quittant la fiducie. QDOT requiert un citoyen américain ou une banque comme fiduciaire.

Un QDOT peut être mis en place avant ou après le décès d'un citoyen américain, et peut acheter le temps restant au conjoint pour obtenir la citoyenneté. L'Américain nouvellement frappé peut alors perdre sa confiance et déduire les droits de succession sans payer le mariage. Peu importe quand une fiducie est financée, ses créateurs peuvent décider quels actifs inclure dans la fiducie en payant les droits de succession au conjoint hérité sur tous les éléments supprimés déplaçant les actifs au-delà du seuil d'imposition.

Cela pourrait résoudre le problème du conjoint héritant, mais cela crée un nouveau problème pour les enfants du couple. Dans QDOT, les biens sont essentiellement imposés deux fois lorsque le deuxième conjoint décède: une fois dans le premier bien considéré comme différé et une fois dans la succession du deuxième conjoint. Les régimes de retraite inclus dans QDOT souffrent également des conséquences fiscales négatives, car les avantages comprennent à la fois la croissance et le capital.

Si ni la citoyenneté ni le QDOT ne conviennent à un couple de clients, il existe plusieurs autres options. Un accord sur l'impôt foncier entre les États-Unis et les citoyens étrangers peut stipuler que le conjoint étranger peut hériter au moins en partie.

Par exemple, les accords permettent aux citoyens allemands et français (mais pas britanniques) d'être exemptés de l'héritage de la moitié de leurs biens américains mariés. Actifs de plus de 22,8 millions de dollars USD, cela peut être important. Les survivants doivent choisir entre les termes du contrat ou QDOT – pas les deux, dit Bruce Stone, partenaire chez Holland & Knight LLP à Miami.

Il conseille de nommer plus de biens, y compris des cadeaux annuels d'un conjoint américain, au nom du conjoint étranger. Plus le conjoint étranger en a, moins il devra payer d'impôt foncier. Stone conseille également de garder des dossiers étroits sur où, quand et dans quelle mesure le conjoint marié a contribué à la richesse du couple.

"Le conjoint décédé le premier aurait contribué à tout, donc le survivant doit prouver qu'il a contribué", dit-il.

Si un citoyen américain présente des cadeaux à un conjoint étranger d'une manière qui serait autrement déductible pour le mariage, les impôts devront être payés pour tout ce qui dépasse 155000 $ par an, un montant qui augmente chaque année, explique Carlyn McCaffrey, associée chez McDermott Will & Emery. . À New York. Selon ces règles, un compte conjoint est un cadeau. "Les taxes sur les cadeaux s'appliquent dès le premier jour", explique McCaffrey.

L'immobilier commun est également un cadeau, mais les taxes ne sont pas payées immédiatement. "Il existe une disposition spéciale stipulant que la propriété commune ne comprend pas de taxe sur les dons instantanés", dit-elle. "Mais si vous le vendez, vous devez payer une taxe sur les cadeaux."

N'oubliez pas que les dons aux enfants et aux organismes de bienfaisance faits avant le décès peuvent également aider à réduire les actifs jusqu'à la tranche d'imposition. Cependant, gardez à l'esprit qu'un transfert d'actifs peut ramener un client qui a ensuite divorcé.

L'assurance-vie, dont le montant pourrait couvrir une facture fiscale, est une autre option, bien qu'elle puisse être prohibitive si les actifs du couple sont considérablement plus importants que l'exonération de l'impôt foncier. Un survivant pourrait également payer une assurance exonérée d'impôt et financer QDOT sur les actifs excédentaires, reportant ainsi les impôts.

Si la plupart des actifs du couple se trouvent à l'étranger, ils pourraient déménager dans un autre pays et le conjoint américain pourrait renoncer à la citoyenneté américaine tandis que le conjoint américain reste en bonne santé et sincère.

Mourez dans les 10 ans suivant cette manœuvre, et l'oncle Sam percevra toujours son montant.

Y a-t-il une exception à l'exception du mariage? ☎ garantie santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes