Trump note le pacte de sécurité américano-japonais avec un appel à une alliance plus forte et plus profonde ☏ garantie entreprise

La mutuelle communautaire est mêmes objectifs que la complémentaire santé individuelle : elle vise à compléter, en partie ainsi qu’à en totalité, débours de santé qui ne sont pas remboursées dans la Sécurité sociale. Les employés du clientèle privée ainsi que employeurs sont concernés par la mutuelle collective, autrement appelée mutuelle d’entreprise et pourquoi pas mutuelle de groupe.

Rendues obligatoires à partir du premier janvier 2016, mutuelles collectif offrent beaucoup de avantages pour les salariés. Elles sont tout moins onéreuses que les complémentaires de santé individuelle. De plus, une fraction des cotisations est prise en charge parmi l’entreprise.

Les employeurs ont pour objectif veiller à présenter à leurs salariés une mutuelle correspondant à répondant à compatibles avec un cahier des charges précis, prévu pendant le législateur.

Qui est à rêve desquels on parle en la mutuelle d’entreprise ?
Tous les employeurs du clientèle privée devront avoir souscrit en or premier janvier 2016, une mutuelle communautaire pour leurs salariés. Sont ainsi concernées :
TPE et les PME
les grandes entreprises et pourquoi pas multinationales
les alliance
fédérations
Les ayants droit du salarié, ou bien enfants, également bénéficier de la mutuelle collective. Si le contrat le prévoit, ils peuvent y être affiliés.

A l’inverse, la mutuelle européen ne concerne pas le secteur public. Les fonctionnaires ne peuvent donc pas y prétendre. Les prolétariat non employés ne sont pas plus concernés. Pour couvrir leurs mise de fonds de santé, elles peuvent s’orienter vers un contrat de prévoyance.

En principe, la mutuelle européen est obligatoire pour intégraux les salariés. Sous plusieurs conditions, le salarié peut refuser de s’y soumettre.

Quelles dépenses de santé la mutuelle communautaire doit rembourser ?
L’Accord national interprofessionnel (ANI) du 14 juin 2013, qui fourni la mutuelle collective obligatoire, émane de la loi sur la sécurisation de l’emploi. L’objectif capital est de permettre aux employés du clientèle privée d’accéder à une mutuelle de qualité. Ainsi, la mutuelle européen d’une société d’une société d’une structure d’un établissement assure un socle de garanties minimales, prévues en le législateur. Il s’agit :

de l’usage en charge de l’intégralité du entrée modérateur pour les consultations, les offres et actes de qui sont remboursés parmi la Sécurité sociale
du remboursement de la intégralité du forfait journalier hospitalier
de la prise en charge des frais dentaires à hauteur de 125% du tarif conventionnel
de la prise en charge des frais d’optique en bloc chez période de 2 ans. Pour une correction simple, le minimum de prise en charge est fixé à 100 €
Ces garanties doivent obligatoirement figurer a l’intérieur du contrat de mutuelle collective. Il s’agit du panier de soins minimum. Légalement, l’employeur n’a pas le droit de tendre une mutuelle dont les garanties seraient inférieures à ce seuil de couverture. Il peut, en revanche, souscrire des garanties supplémentaires : une garantie d’assistance, une plus belle prise en charge pour l’optique ainsi qu’à le dentaire, le troisième payant… Le contrat de la mutuelle collectif est aussi l’obligation d’être responsable.

Qui finance les cotisations de la mutuelle fédératif ?
Une partie des cotisations de la mutuelle communautaire est prise en charge parmi l’employeur (la part patronale). En cela, employés sont avantagés. L’employeur prend en charge au moins 50% des cotisations de la mutuelle collective, pour la partie qui correspond au panier de soins minimum. Le reste des cotisations est à la charge de l’employé (la part salariale).

Comment mettre en place la mutuelle communautaire obligatoire d’or sein de l’entreprise ?
Avant de souscrire une mutuelle d’entreprise, les employeurs ont la possibilité de soumettre leur choix aux représentants du personnel. Ils peuvent également organiser un référendum à leurs salariés. En cas d’échec des négociations, l’employeur souscrit une mutuelle collectif sur décision unilatérale.

Employeurs, renseignez-vous près votre branche professionnel ! Ces dernières vous recommander des mutuelles collectif intéressantes, parfaitement adaptées à votre secteur d’activité (construction, hôtellerie, restauration, agriculture…) Négociés dans la branche professionnelle, les contrats de mutuelle sont couramment pas mal avantageux.

Depuis le premier janvier 2016, offres de mutuelle européen sont nombreuses sur le marché. Petites, moyennes ou bien grandes entreprises : médian en fermeté vous aider à trouver le contrat qui s’adapte le mieux à vos besoins. Contactez-nous !

TOKYO (Reuters). Le président Donald Trump a célébré le 60e anniversaire de la signature d'un accord de sécurité entre les États-Unis et le Japon, appelant à une alliance plus forte et plus profonde entre les deux pays malgré les critiques du pacte il y a six mois.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (4L), la petite-fille Mary Jean Eisenhower (4R) et le petit-fils de l'ancien président américain Dwight Eisenhower Merrill Eisenhower Atwater (3R) assistent à la cérémonie du 60e anniversaire pour briser les barils. L'accord de sécurité nippo-américain signé à Tokyo, au Japon, a circulé sur cette photo en 2020. 19 janvier Kyodo. Crédit obligatoire pour Kyodo / via REUTERS

"Alors que l'environnement de sécurité continue d'évoluer et que de nouveaux défis émergent, il est important que notre alliance continue de croître et de s'approfondir", a déclaré Trump dans un communiqué du 18 janvier. Dans le message.

"Je suis convaincu que la contribution du Japon à notre sécurité mutuelle continuera de croître dans les mois et les années à venir et que l'Alliance continuera de prospérer."

En juin de l'année dernière, Trump a déclaré lors d'une conférence de presse japonaise que le traité signé il y a six décennies dimanche et au cœur de la politique de défense du Japon était "injuste" et devrait être remplacé, réitérant sa vision de longue date du Japon en tant que passager clandestin. sur la défense.

À l'époque, Trump a ajouté qu'il ne pensait pas qu'il se retirerait du pacte.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé dimanche à un traité plus fort.

"Nous avons approfondi la relation dans laquelle chacun de nous, les États-Unis et le Japon, protège l'autre, ajoutant une force supplémentaire à l'alliance", a déclaré Abe lors de la réception de Tokyo à l'anniversaire de la signature.

"À mesure que nous progressons, nous devons le rendre encore plus robuste afin qu'il devienne une paix et une sécurité, à la fois dans l'espace et dans le cyberespace."

Le traité oblige les États-Unis à défendre le Japon qui, selon une constitution rédigée par les États-Unis, a renoncé à son droit de déclencher une guerre après la Seconde Guerre mondiale. En retour, le Japon fournit des bases militaires que les États-Unis utilisaient pour alimenter l'Asie.

Le contrat a été signé pour la première fois en 1951. Et révisé en 1960 sous la direction du grand-père d'Abe, alors Premier ministre Nobusuke Kishi. Kishi a été contraint de battre en retraite après l'indignation massive des critiques japonais qui craignaient que le pacte ne force leur pays à entrer en conflit.

Abe depuis 2012 Augmentation de 10% des dépenses de défense du Japon au pouvoir. Un an après la récession et 2014 Son gouvernement a réinterprété la constitution pour permettre à l'armée japonaise de combattre à l'étranger pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Bien que les électeurs japonais soutiennent largement l'alliance, ils restent préoccupés par l'implication de leur pays dans les conflits dirigés par les États-Unis. Un récent sondage de l'agence de presse Kyodo a montré que 58,4% des répondants s'opposaient à la décision de Tokyo d'envoyer des avions militaires et de patrouille au Moyen-Orient pour aider à protéger les navires entrant au Japon.

L'administration Trump a également demandé au Japon de payer davantage pour les forces américaines stationnées dans le pays. Selon 2015 Dans le cadre de cet accord, le Japon s'est engagé à augmenter le coût de ses forces américaines déployées de 1,4% au cours des cinq prochaines années pour atteindre en moyenne 189,3 milliards de dollars. Yen (1,72 milliard de dollars) par an.

Reportage par Daniel Leussink et Linda Sieg; rapports supplémentaires de Hidet Sakai; Sous la direction de Raju Gopalakrishnan

Nos standards:Principes de confiance de Thomson Reuters.
Trump note le pacte de sécurité américano-japonais avec un appel à une alliance plus forte et plus profonde ☏ garantie entreprise
4.9 (98%) 32 votes