Risque de crédit maximal sur le marché obligataire de Muni: le changement climatique ☏ mutuelle santé entreprise

De la couverture des risques de dommages subis ou causés à des tiers, aux garanties pour couvrir les pertes d’exploitation et risques informatiques, contrats d’assurance, même facultatifs, s’avérer indispensables.
ll assez quelques fois d’un incendie ainsi qu’à de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du effilé point de vue juridique, seules plusieurs bâches sont obligatoires – la certification des véhicules, la responsabilité civile et persuasion uniques de type garantie décennale pour quelques-uns secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du strict minimum – la garantie des biens, celle des pertes d’exploitation ou bien la responsabilité civile pro -, quelques-uns contrats se révéler utiles au regard de l’activité de l’entreprise (informatique, chimie, transports, exercice cycliques…) ou pour son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats essentiel à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent locaux, le matériel et pourquoi pas les stocks. Contre ces dommages, une fermeté spécifique doit être souscrite, non obligatoire mais néanmoins incontournable. “Attention, dans l’hypothèse ou la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- elle doit obligatoire souscrire une conviction pour couvrir les liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en confiance Verspieren.

En de sinistre, le chef d’Å“uvre fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai légal rappelé selon le contrat (de de de deux ans ans à de cinq ans jours, selon les risques), aussi immédiatement pour les actualité décisifs (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de les chiffres des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier de prévenir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont réellement couverts. Les sociétés qui ont une activité cyclique se traduisant parmi une variation importante des modération d’articles ont intérêt à mentionner ce spécificité à assureur pour être mieux couvertes en de dommages. La valeur des magasin est alors établie sur la base de leur montant annuel le plus important et régularisée en fin d’année.

Dans achevés les de figure, l’indemnisation existera versée d’ordinaire après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires ou bien à l’achat de nouvel matériels. En cas de lourd sinistre, l’assureur peut toutefois verser des acomptes à son client.

Les incendies en Californie ont mis en évidence les risques climatiques sur le marché de la ville, explique le gestionnaire de portefeuille David Ader. (Photo: Philip Pacheco / Bloomberg)

Marché obligataire municipal 2019 A connu une forte reprise quelque peu inattendue, mais avec le nombre croissant d'entreprises d'investissement confrontées à des risques croissants de changement climatique.

"Les conditions météorologiques extrêmes présentent un risque croissant pour la solvabilité des émetteurs nationaux et locaux en raison de l'impact de ces événements sur le PIB local, ce qui pourrait réduire la croissance du PIB dans les métropoles touchées de 5% à 1%", a averti BlackRock.

Moody's cL'unité de renseignement limitée Four Twenty Seven Inc., qui détient une participation majoritaire, rapporte que la hausse des températures, "si elle est suffisamment importante maintenant et pour les décennies à venir … peut réduire les revenus, augmenter les coûts, affaiblir les actifs et augmenter les passifs. et la dette. "

L'impact dépendra bien sûr de la solidité de l'économie touchée et du coût des interventions d'urgence et des efforts d'atténuation, mais l'augmentation du risque est une chose à laquelle tous les investisseurs, analystes et gestionnaires de portefeuilles d'obligations municipales doivent réfléchir plus qu'auparavant, explique David Alter, Goldman Gestionnaire de portefeuille et responsable de la recherche sur les obligations municipales chez Sachs Asset Management.

"Les incendies de forêt ont accordé beaucoup d'attention à l'impact du changement climatique sur les obligations de munitions", explique Alter. "L'industrie énergétique californienne est maintenant sous pression car sa survie est menacée."

PG&E, la plus grande entreprise de Californie, a déposé son bilan et, en raison d'un nombre croissant d'incendies, a subi les coupures de courant nécessaires. Selon un récent article du Wall Street Journal citant des professionnels de la sécurité, des chercheurs, d'anciens régulateurs et d'autres experts, il fait face à une "crise de sécurité" et pourrait ne pas survivre dans sa forme actuelle.

Malgré ce risque en Californie et dans d'autres États et municipalités touchés par des incendies, des inondations ou des chaleurs extrêmes, les prix des obligations de services publics n'ont pas été significativement affectés. "Le marché n'a pas exclu ce risque" dans des endroits qu'il devrait probablement, dit Alter, ajoutant que les agences de notation n'analysent pas suffisamment le risque climatique pour les municipalités.

"Les agences de notation parlent du risque climatique, mais je ne le vois pas reflété dans leurs notations ou leurs opinions sur les portefeuilles", dit-il.

Cependant, en 2020, Cela pourrait être un tournant. Ça pourrait être "pour la première fois (que) le risque de changement climatique sera intégré dans certaines obligations … des obligations directement affectées », explique Matt Fabian, partenaire d'analyse de marché municipal. "Dans la gestion d'actifs, le risque de changement climatique suscite beaucoup d'intérêt, que seule la question des prix soit révélée."

Les zones qui sont déjà confrontées à des défis économiques majeurs, à de faibles taux d'imposition et à des événements météorologiques extrêmes sont les plus menacées. Au contraire, "les liens des grandes puissances seront protégés par les grandes puissances", explique Fabian. "Littéralement, l'État de New York ne paiera aucun frais pour protéger New York … ce qui est probablement plus sûr que les petites villes au large des côtes du New Jersey ou du Connecticut."

Il recommande aux investisseurs d'échanger des obligations d'État dans les régions les plus touchées par le changement climatique, comme les côtes de la Floride ou de la Caroline, et dans les régions moins risquées, géographiquement ou économiquement.

Selon Fabian, l'écart particulièrement faible sur les marchés urbains – 35 points de base entre les obligations à 10 ans et les obligations ordinaires à taux d'intérêt AAA – est un bon moment pour passer à autre chose. Les investisseurs ne succomberont pas à des rendements élevés pour effectuer des changements, et des écarts de prix importants suggèrent que le risque de changement climatique sur le marché évoluera rapidement plutôt que progressivement après un événement dramatique.

Fabian recommande aux investisseurs de savoir également si leurs gestionnaires de fonds prêtent vraiment attention au changement climatique dans leurs portefeuilles, ou tout simplement de payer pour l'analyser.

Alter affirme que les investisseurs doivent également se concentrer sur la capacité des équipes de dirigeants d'émetteurs municipaux à réagir rapidement aux événements climatiques (ce qui démontre également l'importance des gouvernements des États) et sur la capacité des gouvernements locaux et des États à protéger les économies locales et les marchés obligataires.

Il cite la réponse législative de la Floride à l'ouragan Andrew, qui a tiré en 1992. Détruit la ville de Homestead. L'État a créé deux fonds pour répondre à l'impact sur le marché de l'assurance: un fonds pour les catastrophes liées aux ouragans pour indemniser les assureurs pour certaines de leurs pertes catastrophiques causées par les ouragans et les maisons d'habitation en Floride. Association mixte d'assurance des biens et des dommages, qui fournit une assurance habitation et dommages qualifiée aux résidents qualifiés de l'État.

Cela a eu «un impact énorme sur le marché de la ville», dit Alter, ajoutant que la Californie est désormais responsable de la création de ses propres «grandes décisions». La Californie "a accepté de nombreuses factures utiles mais n'a pas résolu ses problèmes énergétiques".

State Impa aboli l'interdiction d'un an aux assureurs de jeter des clients dans des codes postaux ou des codes postaux à proximité d'incendies récents, et a demandé aux assureurs de cesser volontairement de jeter des clients dans n'importe quelle partie de la Californie en raison du risque d'incendie pendant un an.

«Le changement climatique est probablement le plus grand risque de crédit dans notre secteur, mais nous venons d'un lieu de sécurité particulier», explique Fabian. Le taux de défaut municipal actuel est de 0,3%.

– Lié à ThinkAdvisor:

Risque de crédit maximal sur le marché obligataire de Muni: le changement climatique ☏ mutuelle santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes