Refus de fourniture Commission fédérale du commerce ☎ mutuelle entreprise

AFFILIATION D’UN SALARIÉ : COMMENT PROCÉDER ?
C’est à l’employeur de centraliser tous les documents nécessaires à l’affiliation de ses employés pour transmettre ensuite à l’organisme complémentaire.

Pour être affilié, un salarié remplir une déclaration d’affiliation à laquelle doit être jointe différents documents :

la photocopie de l’attestation de sa carte vitale et celle de chaque membre de la famille bénéficiant du contrat (selon dispositions préparés d’or contrat santé) ;
un relevé d’identité financier ou de caisse d’épargne.

Il peut avec de la chance lui être demandé, selon la nature du contrat, de joindre :
photocopies des certificats de scolarité pour les adolescents de plus de 16 et pourquoi pas tout chemise justifiant de situation ;
son attestation de PACS ;
son certificat de concubinage ;
le certificat de radiation de son ancienne mutuelle daté de moins de 3 mois si le contrat santé prévoit un délai de carence.
LES MODALITÉS DE CHANGEMENT DE STATUT D’UN SALARIÉ
En de changement de protocole socio-professionnel d’un salarié or sein de l’entreprise, son régime de protection sociale peut aussi être modifié. C’est alors à l’employeur de se charger de l’ensemble des allées et venues près d’assurance complémentaire.

RADIATION D’UN SALARIÉ : COMMENT DÉCLARER CETTE MODIFICATION ?
Lorsqu’un salarié quitte son entreprise, l’adhésion en or contrat collectif santé et/ou prévoyance de laquelle il bénéficiait est résiliée de plein droit. L’ancien employeur doit alors informer l’organisme complémentaire de ce départ par écrit, dans plus brefs délais.

Pour clôturer le dossier santé du salarié et cesser les remboursements, le salarié remettre sa carte de tiers payant.

Selon le origine de départ de l’entreprise du salarié, l’ancien employeur peut être tenu, a l’intérieur du cadre de la portabilité des droits santé et prévoyance, de lui maintenir les garanties de laquelle il bénéficiait pour la rupture du contrat de travail à titre gratuit.

Habituellement, le vendeur a le droit de choisir ses partenaires commerciaux. Le refus d'une entreprise de communiquer avec toute autre personne ou entreprise est licite tant que ce refus n'est pas le résultat d'un accord anticoncurrentiel avec d'autres entreprises ou fait partie d'une stratégie d'éviction ou de forclusion pour obtenir ou maintenir un monopole. Ce principe a été posé par la Cour suprême il y a plus de 85 ans:

Le but de la loi Sherman est … de préserver le droit au libre-échange. En l'absence d'objectif d'établir ou de maintenir un monopole, la présente loi ne restreint pas la liberté d'un commerçant ou d'un fabricant de longue date, qui est entièrement privé, d'exercer son pouvoir discrétionnaire quant aux parties avec lesquelles il cherchera.

Il reste la règle fondamentale de la loi fédérale antitrust et établit la distinction entre la prise de décision légale et autonome d'une part et l'activité illégale conjointe ou monopolistique d'autre part.

Q: J'ai un petit magasin de vêtements et le créateur d'une ligne de vêtements populaire m'a récemment libéré du marché. Je suis sûr que mes concurrents se sont plaints de vendre en dessous du prix de détail suggéré. L'explication était la politique du fabricant: ses produits ne devraient pas être vendus au-dessous des prix de détail, ou des revendeurs non conformes pourraient être résiliés. Le fabricant peut-il m'interrompre?

R: Oui. Les lois permettent généralement à un fabricant d'avoir une politique qui oblige ses revendeurs à vendre un produit au-dessus d'un certain prix minimum et à résilier le vendeur qui ne respecte pas cette politique. Les fabricants peuvent choisir d'appliquer une telle politique, car elle encourage les concessionnaires à fournir un service client complet et empêche les autres concessionnaires qui ne fournissent pas tous les services, privant ainsi les clients et «libre accès» aux autres concessionnaires. Cependant, il peut être illégal pour un fabricant de vous jeter s'il accepte avec des concurrents de vous arrêter pour aider à maintenir le prix convenu.

Refus de fourniture Commission fédérale du commerce ☎ mutuelle entreprise
4.9 (98%) 32 votes