Modifier la taxe sur la distribution de dividendes contribuera à attirer les investissements étrangers ® garantie santé entreprise

Qu’est-ce que l’assurance professionnel ?
L’assurance responsabilité civile prostituée (RC Pro) est un type d’assurance qui couvre préjudices matériels ou corporels provoqués par un fait professionnel, que ce admettons sur votre lieu de travail ou d’une mission.

Elle prend en charge dommages causés à des tiers, qu’ils soient liés chez une relation contractuelle (clients, partenaires, fournisseurs) ainsi qu’à non et garantit :

corporels ;
matériels ;
immatériels.
Cette formule pas mal complète donne l’opportunité aux conquérant de regrouper différentes persuasion en une seule. Elle offre des garanties cependant aussi des assortiment complémentaires que chacun souscrire selon caractères de sa profession. En effet, chauffeur de taxi, boulanger et pourquoi pas pharmacien ne sont pas soumis aux mêmes risques et n’ont donc pas mêmes besoins.

Qui est concernée parmi l’assurance pro ?
L’assurance pro n’est pas obligatoire sauf pour les savoir-faire réglementées et pourquoi pas libérales telles que :
les avocats ;
les huissiers ;
agents immobiliers ;
les constructeur ;
expérience médicales ;
comptables ;
agents généraux d’assurance ;
les salarié du bâtiment.
Que couvre l’assurance professionnel ?
L’assurance responsabilité civile prostituée prend en charge l’indemnisation des troisième en cas d’accident causé pendant :

une erreur ;
une faute ;
une intrépidité ;
une négligence ;
l’un de vos employés ainsi qu’à sous-traitants ;
vos locaux ;
un animal vous ;
votre matériel professionnel.
Notez que l’assurance prostituée couvre aussi votre activité et vos biens professionnels en d’incendie, de dégât des eaux, de catastrophe naturelle, de vol mais aussi de vandalisme.

Afin de relancer l'économie indienne et de lancer le cycle d'investissement en Inde, le ministre des Finances Nirmala Sitharaman a abaissé les taux d'imposition des sociétés à 15% pour les nouvelles entreprises manufacturières et à 22% pour les autres sociétés. Dans ce sens, 2020 Le budget de l'Union donne encore plus d'élan à la suppression de la taxe sur la distribution de dividendes (DDT). Cette décision audacieuse devrait faire de l'Inde l'une des destinations les plus attrayantes pour les investissements étrangers, bien que le box-office devrait coûter Rs 25 000 crore.

Jusqu'en 1997 Juin Les dividendes, comme tout autre revenu, étaient imposés entre les mains des actionnaires. Cependant, afin de faciliter l'administration et la perception des impôts en un seul endroit, l'imposition des dividendes a été transférée des actionnaires aux sociétés qui distribuent les dividendes, et ces dividendes étaient exonérés d'impôt entre les mains des actionnaires.

Cela dit, la fraternité des investisseurs était préoccupée par la taxation à plusieurs niveaux. Au premier niveau, les dividendes sont distribués sur les bénéfices après impôt de la société. Au deuxième niveau, les entreprises paient du DDT pour la distribution de ces bénéfices. Un impôt particulièrement généreux sur les actionnaires percevant des dividendes supérieurs à 10 lakh ₹ est triplé.

En outre, les actionnaires étrangers étaient soumis à un DDT de 20%, généralement supérieur au taux d'imposition sur les dividendes prévu par les conventions fiscales, et ne pouvaient pas demander de crédit d'impôt dans leur pays d'origine pour le DDT payé par des sociétés indiennes.

Le soulagement est indispensable

L'abolition du DDT procure un allègement indispensable aux actionnaires étrangers, ce qui entraînera l'imposition des dividendes à des taux inférieurs, comme le prévoient les conventions fiscales, et leur donnera la possibilité de demander un crédit d'impôt dans leur pays d'origine. Dans le cas d'un actionnaire résident, un impôt particulièrement riche est supprimé en supprimant un niveau supplémentaire d'imposition des bénéfices d'une société indienne.

L'imposition des dividendes au niveau des actionnaires a rendu les investissements dans des juridictions comme Maurice et Hong Kong attractifs, et les conventions fiscales prévoient un taux d'imposition avantageux de 5% sur les dividendes. Cependant, la possession dans ces juridictions continue de régir la disponibilité des avantages du contrat.

Dans le régime DDT, l'effet en cascade de la taxe a été atténué sur les dividendes nationaux et étrangers, dans une limite d'actionnariat définie. Afin de remédier à l'effet en cascade de l'imposition des dividendes dans le cadre du régime proposé, une société indienne est autorisée à déduire l'impôt sur les dividendes payés sur les dividendes reçus d'une autre société indienne, sans aucune limitation de la participation. Dans ce contexte, l'effet en cascade de l'imposition des dividendes étrangers n'est pas traité. Cela devrait décourager les multinationales indiennes de rapatrier les bénéfices de leurs filiales à l'étranger en Inde.

Le schéma DDT combine des véhicules d'investissement tels que les fonds communs de placement soumis à une double imposition: le DDT payé par une société distribuant des dividendes aux fonds communs de placement; et DDT payable par les fonds communs de placement pour distribution aux porteurs de parts. Dans le cadre du régime proposé, les propriétaires d'unités seront soumis à une imposition en une seule étape. Il n'y a pas de sortie d'impôt de la distribution des dividendes des sociétés aux fonds communs de placement.

FPI et invitations

Les instruments de placement tels que REIT et InvIT continueront d'être imposés à un taux à un niveau, mais le régime proposé affecterait les flux de trésorerie. Dans ce cas, la société indienne sera tenue de retenir les impôts sur les dividendes sur les distributions aux FPI et à l'invité. Cependant, dans le cadre du régime fiscal actuel des REIT et INVIT, les revenus de dividendes ne sont pas imposables dans les sociétés indiennes. Les taxes retenues par les sociétés indiennes devront donc être remboursées.

L'un des principes directeurs du régime du DDT était l'augmentation de la charge pesant sur les entreprises. À mesure que la technologie progresse, même si certains problèmes de conformité peuvent être résolus, des problèmes administratifs peuvent persister. Lorsque l'imposition des dividendes est modifiée pour un actionnaire, les entreprises devront déduire l'impôt sur le dividende payable aux actionnaires.

Pour les actionnaires résidents, la déduction fiscale sera de 10%, sous réserve de certaines circonstances de minimis. Dans le cas des actionnaires non résidents, les dividendes sont imposés à 20% sur la base du taux d'imposition avantageux prévu par la convention fiscale. Cependant, pour appliquer un taux d'imposition avantageux en vertu d'une convention fiscale, une entreprise indienne devra obtenir la documentation statutaire des actionnaires étrangers, ce qui peut être une tâche ardue.

Dans le cadre du régime proposé, bien que les dividendes soient imposables entre les mains des actionnaires, les seules déductions autorisées seraient les frais d'intérêts encourus pour gagner ces dividendes, jusqu'à un maximum de 20% du plafond de revenu de dividendes.

En bref, il s'agit d'une étape audacieuse et positive vers la satisfaction des demandes tant attendues des investisseurs. L'effet fiscal progressif sur les dividendes étrangers reçus par les multinationales indiennes devrait être levé avant l'adoption des propositions budgétaires. En tout état de cause, cette étape de rationalisation de la fiscalité des dividendes devrait contribuer à restaurer la confiance des investisseurs étrangers et à remettre l'économie indienne sur les rails.

L'auteur est un partenaire fiscal des sociétés et international et responsable de PwC India. Les images sont personnelles

Modifier la taxe sur la distribution de dividendes contribuera à attirer les investissements étrangers ® garantie santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes