Mark Tluszcz de Mangrove Capital sur la grande opportunité de MHealth et pourquoi se concentrer sur l'expérience utilisateur – Newsdio ☎ assurance entreprise

La mutuelle collectif a les mêmes buts que la complémentaire santé individuelle : elle vise à compléter, en partie et pourquoi pas en totalité, les mise de fonds de santé qui ne sont pas remboursées chez la Sécurité sociale. Les salariés du clientèle privée et employeurs sont concernés pendant la mutuelle collective, autrement appelée mutuelle d’entreprise et pourquoi pas mutuelle de groupe.

Rendues obligatoires depuis le premier janvier 2016, mutuelles européen offrent de nombreux avantages pour les salariés. Elles sont tout moins onéreuses que complémentaires de santé individuelle. De plus, une fraction des cotisations est prise en charge pendant l’entreprise.

Les employeurs ont pour mission veiller à fournir à salariés une mutuelle qui répond à un cahier des charges précis, prévu dans le législateur.

Qui est concerné chez la mutuelle d’entreprise ?
Tous les employeurs du clientèle privée devront avoir souscrit or premier janvier 2016, une mutuelle collective pour leurs salariés. Sont ainsi concernées :
les TPE et PME
grandes entreprises ou multinationales
les confrérie
les fédérations
Les ayants droit du salarié, et pourquoi pas enfants, peuvent aussi bénéficier de la mutuelle collective. Si le contrat le prévoit, ils peuvent y être affiliés.

A l’inverse, la mutuelle collective ne concerne pas le secteur public. Les fonctionnaires ne donc pas y prétendre. Les prolétariat non employés ne sont pas plus concernés. Pour couvrir leurs mise de fonds de santé, ils s’orienter vers un contrat de prévoyance.

En principe, la mutuelle fédératif est obligatoire pour achevés salariés. Sous plusieurs conditions, le salarié refuser de s’y soumettre.

Quelles dépenses de santé la mutuelle européen doit rembourser ?
L’Accord national interprofessionnel (ANI) du 14 juin 2013, qui donne la mutuelle européen obligatoire, émane de la loi sur la sécurisation de l’emploi. L’objectif important est de permettre aux salariés du secteur privé d’accéder à une mutuelle de qualité. Ainsi, la mutuelle communautaire d’une société d’une société d’une structure d’un établissement assure un socle de garanties minimales, prévues pendant le législateur. Il s’agit :

de la prise en charge de l’intégralité du traite modérateur pour les consultations, les offres et les actes de qui sont remboursés chez la Sécurité sociale
du remboursement de la totalité du forfait journalier hospitalier
de la prise en charge des frais dentaires à hauteur de 125% du tarif conventionnel
de l’utilisation en charge des frais d’optique en tout parmi période de 2 ans. Pour une correction simple, le minimum de prise en charge est fixé à 100 €
Ces garanties ont pour mission obligatoirement figurer dans le contrat de mutuelle collective. Il s’agit du panier de minimum. Légalement, l’employeur n’a pas le droit de proposer une mutuelle desquelles les garanties seraient inférieures à ce seuil de couverture. Il peut, en revanche, souscrire des garanties supplémentaires : une garantie d’assistance, une meilleure prise en charge pour l’optique et pourquoi pas le dentaire, le troisième payant… Le contrat de la mutuelle européen est aussi l’obligation d’être responsable.

Qui finance les cotisations de la mutuelle collectif ?
Une partie des cotisations de la mutuelle communautaire est prise en charge parmi l’employeur (la patronale). En cela, salariés sont avantagés. L’employeur prend en charge en or moins 50% des cotisations de la mutuelle collective, pour la partie qui correspond en or panier de minimum. Le reste des cotisations est à la charge de l’employé (la part salariale).

Comment mettre in situ la mutuelle fédératif obligatoire d’or sein de l’entreprise ?
Avant de souscrire une mutuelle d’entreprise, employeurs ont la possibilité de soumettre leur choix aux représentants du personnel. Ils peuvent aussi organiser un référendum auprès de salariés. En d’échec des négociations, l’employeur souscrit une mutuelle fédératif sur décision unilatérale.

Employeurs, renseignez-vous en votre branche pro ! Ces dernières peuvent vous recommander des mutuelles communautaire intéressantes, parfaitement adaptées à votre secteur d’activité (construction, hôtellerie, restauration, agriculture…) Négociés pendant la branche professionnelle, contrats de mutuelle sont souvent très avantageux.

Depuis le 1er janvier 2016, offres de mutuelle collectif sont multiples sur le marché. Petites, moyennes ainsi qu’à grandes entreprises : les médian en maîtrise vous aider à trouver le contrat qui s’adapte le mieux à vos besoins. Contactez-nous !

Mangrove Capital Partners & # 39; Le co-fondateur et PDG Mark Tluszcz est plein d'enthousiasme pour les sociétés émergentes de technologies de la santé.

Les citoyens armés d'appareils mobiles et recevant des informations prouvées et à jour, ainsi que les promesses du Big Data et de l'IA, se rapprochent, comme l'énorme opportunité pour les entreprises d'examiner comment les soins médicaux sont fournis, ainsi qu'une plateforme importante pour les lacunes dans les systèmes de santé et les multiples espaces intermédiaires, fournissant quelque chose de plus concret et intime.

Pensez aux communautés numériques axées sur la santé, peut-être axées sur le sexe ou la durée de vie, comme nous le voyons de plus en plus dans l'espace femtech, ou sur des programmes et services axés sur la santé qui peuvent servir de dorsales et de panneaux de résonance qui visitent des produits biologiques spéciaux. besoins de différents groupes de personnes.

Tluszcz a fait des paris intelligents en son temps. Il a été l'un des premiers investisseurs de Skype à transformer un investissement de 2 millions de dollars en un investissement de 200 millions de dollars, ainsi qu'à acquérir une plate-forme Internet soignée pour soutenir les revenus de Wix, dont il reste président. Mais un investisseur technologique à ses débuts a une nouvelle approche, à la suite de l'équipe d'investissement, pour la surveillance périodique (Flo), le diagnostic de l'IA (K Health) et la thérapie numérique (Happify), qui ont pris suffisamment d'élan pour dominer la santé. l’objet du dernier Mangrove Capital Fund.

«Je ne pense vraiment pas qu'il existe aujourd'hui un domaine plus grand et moins efficace que les soins médicaux», dit-il. «L'une des choses qui manque dans tout l'espace est la convivialité. Il fait ce que les entrepreneurs Internet font très bien. "

Extra Crunch s'est assis pour une conversation approfondie avec Tluszcz afin d'explorer les raisons pour lesquelles il est si inquiet pour mHealth (comme l'appelle Mangrove) et d'analyser certains des défis de la création d'une entreprise d'intelligence artificielle basée sur des données qui peuvent comprendre en profondeur . affecter la vie des gens.

La Fondation a également produit un rapport sur les soins de santé qui expose certaines de ses idées.

Cette interview a été légèrement modifiée pour sa longueur et sa clarté.

Newsdio: Y a-t-il beaucoup de ce qui peut entrer dans la catégorie santé numérique ou mHealth, pourquoi êtes-vous si enthousiasmé par les opportunités ici?

Mark Tluszcz: Je pense que si vous vous éloignez de la définition pendant un moment et pensez à la façon dont un investisseur, et nous en tant qu'entreprise, il s'avère que nous sommes motivés par des problèmes, mais peu importe qui vous êtes et vous dites où il y a de grandes poches potentielles? C'est généralement là qu'il y a beaucoup d'inefficacité. Et quiconque a essayé de consulter un médecin n'importe où en Europe ou dans le monde, ou a essayé de prendre des dispositions avec un thérapeute ou autre, comprend à quel point ce processus est fondamentalement inefficace et archéologique. De déterminer quelle personne est la plus appropriée, de la rencontrer et de la payer. C'est pourquoi les soins médicaux nous semblent être l'une de ces industries les plus cool: l'expérience utilisateur, pour ainsi dire, peut être bien meilleure. Et combinez cela avec le fait que la plupart du temps, nous ne savons rien sur la santé à moins d'avoir lu quelques livres et des choses. Cependant, c'est généralement le seul endroit où vous êtes moins informé dans la vie. Rendez-vous ensuite chez votre médecin traitant et il vous dira quelque chose et prendra aveuglément les comprimés qui vous sont donnés car vous n'êtes pas bien informé. Tu ne comprends pas.

Donc je pense que c'est la partie excitante. Si je regarde autour de moi maintenant et que je dis, si je regarde toutes les industries du monde en ce moment, et bien sûr, les services financiers traversent des choses passionnantes, et cela se passe dans le commerce et dans de très nombreux endroits, mais je ne pense pas vraiment qu'aujourd'hui soit un domaine plus grand et moins efficace que la médecine. soins.

Combinez cela avec la puissance que nous commençons à voir sur tous ces appareils mobiles, c'est-à-dire que je l'ai toujours dans ma poche. C'est donc le deuxième facteur. L'une est que l'industrie peut être grande et inefficace; Deux outils sont facilement disponibles. Et je pense qu'il y a une frustration générale avec les soins médicaux en ligne, je dirais que lorsque vous tapez dans un moteur de recherche ou tapez Web MD ou Google ou autre, la rétroaction générale qu'il vous donne est que vous êtes sur le point d'avoir une crise cardiaque. ou mourir parce que ces produits ne sont pas spécifiquement conçus à cet effet. Par conséquent, en tant que consommateur, vous êtes confus parce que vous ne vous sentez pas bien, alors contactez-nous. Le lendemain, vous allez chez le médecin et il / elle dit que vous n'êtes pas allé à Google, non? Je sais que tu as probablement peur à ce stade. Donc, la deuxième chose est que les outils sont là.

Troisièmement, je dirais que l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique, qui prend actuellement de l'ampleur, signifiait que nous pouvions commencer à rêver qu'un jour nous pourrions avoir suffisamment de données pour trouver de nouvelles idées. Je pense donc que vous mettez ces trois facteurs ensemble et dites qu'il semble que cela peut être assez grand dans l'espace.

L'une des choses qui manque à tout l'espace est la convivialité. Il fait ce que les entrepreneurs Internet font très bien. Il découvre ce côté de l'utilisation. Comment pouvez-vous rendre cette expérience plus agréable, meilleure ou autre? En fait, vous le voyez comme une fintech. L'une des raisons pour lesquelles ces néo-banques gagnent est que leurs candidatures sont bien meilleures que celles des titulaires. Il n'y a pas d'autre raison. Donc, je pense qu'il y a une grande opportunité, et il dit que tous ces facteurs l'ont amené à cette grande, grande industrie. Et puis oui, l'industrie elle-même est écrasante: on peut penser à adapter les régimes alimentaires à une alimentation saine, à l'espérance de vie, aux informations de base sur les maladies et aux informations des médecins généralistes. Ensuite, vous pouvez le diviser en produits spécifiques pour femmes, produits spécifiques pour hommes, de sorte que la largeur est très, très grande.

Mais je pense que l'essentiel est que nous, en tant que personnes, obtenons plus d'informations et de connaissances sur ce que nous sommes, et cela, je pense, encouragera l'adoption massive de ces produits. Ses connaissances, sa facilité d'utilisation et son accessibilité font de ce rêve une réalité si nous pouvons nous connecter à toutes ces pièces. Et cela ne parle qu'au monde développé. Cela peut être exacerbé si je voyage dans des pays du tiers monde où ils n'ont même pas accès aux informations de santé de base ou aux informations nutritionnelles de base. Ensuite, je dirais que le marché adressable dans le jargon des investisseurs est tout simplement énorme. Bien plus que toute autre industrie que je connais aujourd'hui.

La fondation essaie-t-elle de diviser cela en domaines spécifiques, ou est-elle potentiellement intéressée par tout ce qui est inclus dans ce parapluie numérique santé / m-santé?

Nous sommes une entreprise d'investissement commune. En tant que société d'investissement commune, nous découvrons ces tendances, puis quelqu'un dans ces tendances suscite notre intérêt. Jusqu'à présent, nous avons investi dans trois domaines, en fait, nous avons été dans trois domaines et continuerons d'élargir cette base.

Nous avons investi dans une entreprise appelée Flo. Il s'agit de la cible numéro un au monde pour les femmes afin de les aider à suivre leurs cycles menstruels. Alors regardez-le et le tour est joué, peut-il être grand et pas grand? Je ne sais pas. Je peux dire qu'ils ont 35 millions d'utilisateurs actifs par mois, c'est donc un volume énorme.

Maintenant, je pourrais dire: "Pourquoi les femmes en ont-elles besoin pour suivre leur cycle parce qu'elles observent ces cycles menstruels d'une autre manière depuis des milliers d'années?" Ici, en tant qu'investisseur, vous devez combiner quelque chose de similaire avec de nouveaux modèles de comportement humain. Et si vous regardez la jeune génération de gens aujourd'hui, c'est la génération qui reçoit de plus en plus de messages: l'idée que j'ai besoin qu'on me dise que je ferai quelque chose. Ou n'oubliez pas de faire quelque chose. Je pense que ces programmes aident aussi beaucoup.

Ma femme, qui a eu deux enfants, pourrait me dire ce qu'elle a fait avant d'investir dans l'entreprise, pourquoi ai-je besoin d'une telle demande? J'ai dit: "Malheureusement, vous n'êtes pas du bon groupe démographique … parce que quand je parle à un jeune de 18 ans, elle dit:" Oh, comme c'est cool! Et au fait, avez-vous un programme qui me rappelle de me brosser les dents? «Je pense donc que les messages font quelque chose d'intéressant pour ce jeune groupe démographique.

Et ce qui est intéressant, c'est encore une fois la magie que la technologie peut apporter et de grands produits peuvent ajouter: Flo est une entreprise créée par deux frères. Ils n'avaient aucune expérience directe particulière dans la présentation de la demande. Ils savaient que le marché était grand. De toute évidence, ils ont embauché des femmes qui en savaient plus sur le problème dans leur contexte mais qui ont pu créer ce produit fantastique. À l'intérieur du produit, il a fait bon nombre des choses qu'il a retirées de sa vie précédente et a fait de l'utilisateur une bien meilleure expérience que de regarder un calendrier sur le téléphone. Aujourd'hui, donc, les 35 millions de femmes qui utilisent ce produit chaque mois leur disent qu'il y a quelque chose: la technologie arrive et les gens veulent l'utiliser. C'est un problème particulier, et vous pouvez penser à d'autres qui auront à la fois des hommes et des femmes qui pourraient être intéressés à améliorer l'expérience utilisateur unique. Cela peut aller de dix choses qui pourraient être intéressantes pour les femmes et dix choses qui pourraient être intéressantes pour les hommes en particulier; Vous pouvez imaginer comment cela se décomposerait. C’est pourquoi, encore une fois, l’espace est si grand. Il y a tellement de choses que nous traitons comme des hommes et des femmes (liées à la santé et à la biologie).

Maintenant, en tant qu'investisseur en capital-risque, je me demande si cet ensemble sera assez grand?

Et cela, encore une fois, n'est pas différent si je regarde une autre industrie. Serais-je dans l'industrie des télécommunications ou la voix était-elle grande? Les messages sont-ils assez gros? La conférence téléphonique est-elle suffisamment importante? Il s'agit d'appeler, mais vous commencez à le décomposer, et dans certains cas, nous constaterons qu'il est assez grand ou pas assez grand. Mais nous devrons passer par le processus de les examiner. Et nous voyons ces choses thématiques surgir partout maintenant. À travers l'Europe et les États-Unis. UU.

Il a fallu un certain temps pour dire qu'il était assez grand (dans le cas de Flo), mais évidemment assez pour tomber enceinte. Et en tant qu'entreprise, pensez-y: une fois que vous connaissez le cycle menstruel d'une femme et que vous commencez à nourrir le système, je suis enceinte; Je vais avoir un enfant, "vous commencez à avoir beaucoup d'informations sur sa vie, et vous pouvez lui donner beaucoup d'autres choses. Comme vous le savez quand il est sur le point d'avoir un bébé, vous pouvez également lui donner des conseils sur la façon dont les premiers mois se passent parce que vous avez votre premier enfant, vous êtes surtout un débutant. Vous découvrez ce que tout cela signifie. Et encore une fois, vous avez une autre occasion d'interagir à nouveau avec cet utilisateur. Je pense que c'est quelque chose d'aussi intéressant que l'espace. "

Par conséquent, l'espace thématique sera grand: technologie féminine et technologie masculine. Tout cela va jouer un rôle. On pourrait dire qu'il y a toujours des programmes spécifiques qui seront gagnants; Nous pouvons en discuter. Mais maintenant, je pense que Flo fonctionne très bien parce que ces personnes n'ont pas trouvé cette expérience utilisateur spécifique à l'endroit le plus courant. Elles ont l'impression de faire partie d'une communauté de femmes aux vues similaires. Ils ont des forums, ils peuvent parler, ils ont des articles qu'ils peuvent lire, et ils sont juste un endroit pratique pour passer du temps.

Flo est donc le premier exemple d'un travail très spécifique que nous avons accompli en soins médicaux il y a environ un an et demi. En fait, le premier investissement en santé.

Le deuxième exemple contredit cela: il s'agit d'un jeu beaucoup plus général en matière de soins médicaux. Ceci est une société appelée K Health . Maintenant, K Health a parcouru le monde … et dit ce qui se passe quand je me réveille la nuit, quand je me blesse et que je vais sur Google et je pense que je vais avoir une crise cardiaque … Alors, je peux créer un produit qui imite si vous voulez un docteur? Pour créer une expérience où j'ai des informations et des diagnostics en direct sur mon téléphone. Ensuite, je pourrais savoir quoi en faire.

C'est une entreprise israélienne et compte maintenant 5 millions d'utilisateurs aux États-Unis. UU. Utilisation d'une application disponible uniquement en téléchargement depuis l'historique des applications américaines UU. Ils ont consacré un an et demi à la technologie de la construction, à l'intelligence artificielle et à l'apprentissage automatique, car ils l'ont fait en achetant un très grand ensemble de données à une compagnie d'assurance. L'entreprise les a vendus de manière anonyme. Il s'agissait de données personnelles de 2,5 millions de personnes en 20 ans, nous avions donc beaucoup d'informations. Beaucoup de ces choses ont été manuscrites. Ce n'était pas bien structuré. En conséquence, il leur a fallu un temps considérable pour développer un logiciel permettant de comprendre toutes ces informations et de les décomposer en milliards de données qu'ils pouvaient désormais manipuler. Et l'expérience utilisateur est comme un chat WhatsApp avec un robot.

Votre désir n'est pas de faire ce que font les autres entreprises, c'est-à-dire & # 39; répondre à dix questions et peut-être parler à un médecin via Skype. Parce que son opinion était qu'à la fin de la journée, il y avait une pénurie de médecins dans tous les pays développés. C'est le cas du Royaume-Uni; C'est le cas aux États-Unis. UU. Si vous prévoyez d'ici 2030, le nombre de médecins généralistes est élevé. Une partie de cela est également parfaitement compréhensible; Qui voudrait être médecin de famille aujourd'hui? Je veux dire, votre travail aux États-Unis et au Royaume-Uni est que vous êtes essentiellement une usine de saucisses. Entrez et vous avez 3 minutes avec votre client. Ce n'est pas une grande expérience pour le médecin ou la personne qui va chez le médecin.

K Health a donc créé ce programme fantastique et ce qu'ils font est de vous diagnostiquer et de dire qu'en fonction des symptômes, c'est exactement ce que K pense que vous avez, et en passant, voici le médicament qui a été utilisé pour traiter ces personnes comme toi. Il y a donc une quantité incroyable d'informations que vous obtenez en tant qu'utilisateur et c'est totalement gratuit en tant qu'expérience utilisateur. Sa vision est que la partie diagnostic sera toujours gratuite.

Il y a 5 millions de personnes aux États-Unis. UU. Quiconque utilise l'application, ils diagnostiquent. Il y a 25 questions que vous devriez poser à Robot K et il vous diagnostiquera. Nous appelons cela une visite virtuelle chez le médecin. Nous en faisons 15 000 par jour. Pensez à l'échelle que nous avons atteinte en très peu de temps. Et tout est gratuit.

Dans une certaine mesure, c'est formidable pour les personnes qui ne sont pas nécessairement en mesure de payer les médecins, encore une fois, ce n'est généralement pas un problème européen. Parce que la médecine socialisée en Europe a facilité les choses. Mais c'est un problème pour les États-Unis. UU.; C'est un problème en Afrique, en Asie, en Inde et en Amérique du Sud. Il y a environ 4 milliards de personnes dans le monde qui ont du mal à parler à un médecin.

K Health estime qu'ils fournissent des soins médicaux gratuits au monde. Et enfin, la façon dont ils gagneront de l'argent sera comme parler à un médecin parce que vous avez besoin d'une prescription de médicaments. Le médecin a accès au diagnostic de K et est d'accord ou en désaccord avec lui et émet une instruction pour le faire. Et ce que nous voyons est une relation intéressante, où nous voulions qu'elle aille. Sur ces 15 000 visites gratuites chez le médecin, moins d'un pour cent de celles que je veux parler à une personne, donc ils paient 15 $ (le prix qu'ils paient aux États-Unis pour parler à une personne). Soit dit en passant, aux États-Unis, environ un quart de la population, soit 75 millions de personnes, n'a pas d'assurance complémentaire. C’est alors qu’ils vont chez le médecin pour 150 $. N'est-ce pas un engouement? Vous ne pouvez pas payer d'assurance supplémentaire, mais vous pouvez payer le prix le plus élevé pour aller chez le médecin. Quel fou!

Et puis il y a tout l'élément, qui est simple et confortable. Asseyez-vous à la maison en pensant: «D'accord, je ne me sens pas si bien» et vous devez appeler le médecin, prendre un rendez-vous, prendre le temps dont vous avez besoin et attendre en ligne avec les autres personnes malades. Donc, ce que nous découvrons, c'est que les gens découvrent de nouvelles façons d'accéder à l'information … Les médecins n'ont pas non plus le temps de montrer de l'empathie dans le pays de la médecine socialisée (comme l'Espagne). Nous constatons donc également un changement très rapide du comportement des utilisateurs. Il y a deux ans et demi (quand K Health a commencé), beaucoup de gens ont dit que je ne le savais pas. Maintenant, ils disent que la commodité, au moins en Europe, est tellement excitante. Il y a un prix aux États-Unis.

Voici donc le deuxième exemple; L'entreprise est beaucoup plus générique, mais elle a la capacité de venir répondre à un besoin très important: "Je ne me sens pas bien".

Nous avons 5 millions d'utilisateurs, ce qui signifie que nous avons des données pour 5 millions de personnes. En moyenne, un médecin généraliste verra environ 50 000 patients dans votre vie. Si vous pensez à la différence: si vous êtes venu à K, K a vu 5 millions de personnes, votre GP Max en a vu 50 000. Donc statistiquement, le programme est probablement meilleur. Aujourd'hui, avec des repères et tout ça, on sait que le programme est plus précis que les gens.

Donc, si vous regardez le cours de médecine générale, nous faisons depuis longtemps ce mythe selon lequel les médecins ont passé huit ans à apprendre beaucoup d'informations et qu'ils sont vraiment des gens intelligents. Ce sont des gens intelligents, mais je pense que le processus d'apprentissage se fera plus rapidement et mieux avec la machine. C'est notre pari.

Le troisième exemple de notre investissement dans la santé est une entreprise appelée Happify . C'est l'entreprise qui a créé le jouet pour le traitement en ligne si vous avez certaines maladies. Ainsi, par exemple, si vous êtes un peu déprimé, vous pouvez utiliser leur processus de personnalisation et de lecture et ils vous feront sentir en meilleure santé. À ce jour, vous redressez probablement la tête en disant: "Je ne sais pas à ce sujet …" Mais c'est comme ça qu'ils ont commencé et ont ensuite réalisé que vous pouviez attendre ou prendre des médicaments; Vous pouvez prendre un comprimé. En fait, c'est ce que de nombreux médecins proposent aux personnes souffrant d'anxiété ou de dépression.

Ensuite, ils ont commencé à interagir avec des sociétés pharmaceutiques et ont réalisé que ces sociétés pharmaceutiques avaient un problème, qui est la date d'expiration de leur brevet pharmaceutique. Lorsque les brevets sont épuisés, vous perdez beaucoup d'argent. Ainsi, très typique dans l'industrie pharmaceutique, si vous pouvez modifier un médicament, vous pouvez le prolonger ou acheter un nouveau brevet. Donc, selon Happify, qu'est-ce qu'ils ont fait avec les sociétés pharmaceutiques au lieu de modifier le médicament et d'ajouter quelque chose d'autre, comme une autre molécule, pourrions-nous relier le traitement, qui est un médicament et un logiciel en ligne? En tant qu'expérience numérique. Maintenant, cela s'appelait la thérapie numérique – DTx. Et cette entreprise Happify a été l'une des premières au monde à le faire. Ils ont signé un contrat majeur avec une société appelée Sanofi, l'une des plus grandes sociétés pharmaceutiques. Et c'est ce qu'ils vont faire. Quand les médecins le disent à mes patients, je diagnostique de l'anxiété ou de la dépression. Sanofi a des médicaments et maintenant ils vont combiner cela avec leur expérience en ligne, et dans tous les tests qu'ils ont effectués, en fait, une fois combinés, le patient est mieux à la fin de ce traitement. Donc, ce n'est qu'un autre exemple de la raison pour laquelle tout cet espace est si grand. Nous n'avons jamais pensé que nous serions dans le secteur pharmaceutique parce que nous sommes des investisseurs technologiques. Mais ici, tout à coup, la possibilité de lier la technologie aux médicaments crée une meilleure expérience pour l'utilisateur final pour le patient. Et cela en soi est très puissant.

Par conséquent, ce ne sont que trois domaines dans lesquels nous avons vraiment investi de l'argent dans le domaine de la santé, mais il y a certains domaines que nous analyserons – généraux ou plus spécifiques.

Oui, c'est grand Et je pense qu'au moins plus nous regardons et regardons, plus nous serons ouverts. D'une part, en tant qu'investisseur, du moins à un stade précoce comme le nôtre, il faut être complètement ouvert. Et vous ne pouvez pas fausser le processus dans votre expérience. Elle doit être très large.

Par conséquent, je pense également que les entreprises et les investisseurs appartenant à des médecins ne sont pas bons lorsqu'ils viennent avec leur valise. Je pense que dans ce cas, comme dans toute industrie, vous devez dire que je ne serai pas jonché du passé et que je changerai l'expérience de n'importe quel domaine, en substance, je dois être prêt à l'inventer. .

Vous pouvez suggérer l'exemple de Theranos comme le contraire, mais pensez-vous que les investisseurs dans le domaine de la santé ont surmonté les effets de cet échec très médiatisé à l'heure actuelle?

On pourrait discuter avec cette entreprise de qui est à blâmer. Bien sûr, le fondateur a menti et a fait toutes sortes de choses, mais ses investisseurs l'ont laissé faire. Ainsi, les freins et contrepoids n'ont tout simplement pas été constitués jusqu'à un certain montant. Je dis cela simplement parce que je ne pense pas que ce soit un exemple par lequel nous valorisons tout le reste. Ce ne sont que des arnaques et des investisseurs stupides. Cela restera pour toujours dans l'avenir et qui sait que nous pouvons en rencontrer certains, mais je ne pense pas que ce soit une référence pour juger si les soins médicaux sont un bon ou un investissement viable. Encore une fois, je regarde Flo, 35 millions d'utilisateurs actifs. Je regarde K Health, 5 millions de consommateurs américains. UU. Ils commencent maintenant à prendre des médecins et à commander des médicaments via la plateforme. Je pense que pour des raisons de simplicité et de facilité d'utilisation, il ne fait aucun doute que cette technologie va complètement choquer cette industrie. Et nous en avons besoin parce que, au moins dans le monde occidental, les systèmes de santé sont tellement tendus qu'ils vont s'effondrer.

Europe vs États-Unis UU. C'est intéressant parce qu'en l'absence de soins de santé publics, il y a des soins de santé publics. Quelle différence les soins de santé primaires font-ils en Europe par rapport aux États-Unis? Peut-être que tout en Europe doit compléter davantage les systèmes de santé publique, mais il n'y a peut-être pas autant de différence si les possibilités de soins de santé sont de plus en plus utilisées et si les gens sont encouragés à être plus proactifs pour répondre à leurs besoins de santé?

Oui Prenez K Health: Si vous le regardez et dites à partir d'un exemple d'utilisation, il est clair que dans le monde entier, y compris aux États-Unis. UU. Et en Europe, les gens comprendront la facilité d'utilisation et la facilité d'utilisation. Si je devais dépenser de l'argent pour gagner de l'argent plus tard, je dirais peut-être que les États-Unis sont un peu mieux parce que 75 millions de personnes n'ont pas les moyens de se payer un médecin et pourraient leur vendre autre chose et ils ne peuvent pas en Europe. Je pense que cela devient un problème commercial plus que toute autre chose. Certes, au Royaume-Uni, le NHS (National Health Service) essaie de faire beaucoup de choses. Ce n'est pas une excellente expérience utilisateur lorsque vous allez chez le médecin. Mais au bout du compte, je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de différence entre l'Europe et les États-Unis. Je pense que cette idée tend à ces programmes, c'est-à-dire des soins médicaux pour tout le monde à un coût particulièrement bon marché ou gratuit. Je pense qu'en Europe, nous avons l'avantage de penser de cette façon parce que c'est ainsi que nous avons vécu toute notre vie. dans un sens, ce que je veux créer en ligne, c'est la médecine socialisée pour le monde à travers K Health. Et je l'ai appris parce que j'habite ici (en Europe).

Quelqu'un aux États-Unis. Pas ces 75 millions parce qu'ils n'ont rien mais tout le monde, peut-être qu'ils ne pensent pas qu'il y a un problème parce qu'ils ne le reconnaissent pas. Notre vision de K Health est une opportunité de transformer la médecine socialisée en un phénomène mondial et nous nous attendons à ce que 95% du temps prenne tout ce dont le programme a besoin. Et dans 5% des cas, vous allez chez les professionnels que vous devez voir, alors peut-être que tout le monde aura assez d'argent.

Et, bien sûr, en tant qu'investisseur, nous nous intéressons aux entreprises mondiales. Rendez-vous à nouveau: Flo, K Health, Happify, tous ont des empreintes mondiales potentielles dès le début.

Je pense qu'il y aura un jeu dans les soins de santé qui pourrait être spécifique au niveau national, et peut-être que ce sera toujours un bon investissement. Vous voyez cela dans les services financiers. Les néo-banques sont très spécifiques à chaque pays: à chaque fois qu'elles essaient de quitter leur pays, comme la N26, elles se rendent compte que la vie n'est pas si facile quand on va ailleurs. Mais les soins médicaux, je pense que nous avons un moyen plus facile de mondialiser parce qu'il y a un grand besoin et un besoin de se sentir bien dans notre peau … La plupart des gens qui passent par le processus (diagnostic de la santé K) veulent juste la tranquillité d'esprit. l'esprit. Si 95% de 15 mille. Les gens qui passent par ce processus disent simplement: «Ugh, je me sens bien», puis nous avons réalisé quelque chose de très important. Et imaginez s’ils ne sont pas 15 000, c’est environ 150 000 par jour, ce qui semble être une cible assez facile. Par conséquent, les soins médicaux nous permettent de rêver que les OMD pour les investisseurs, le marché cible objectif, sont importants. Je peux vraiment penser à l'une des trois sociétés que vous mentionnez afin que nous puissions avoir des centaines de millions d'utilisateurs dans le monde. Parce qu'il y a un besoin.

Tous les marchés ont des régimes réglementaires différents et il existe différents contextes culturels à travers le monde. Le voyez-vous comme un gagnant qui prend en compte tous les scénarios sur les plateformes de santé?

Pas du tout. Je pense qu'en fin de compte, l'utilisateur sera le plus important, compte tenu de son expérience avec l'application. Flo n'est pas la seule application du cycle menstruel dans le monde; C'est tout simplement le meilleur. Mais il y en a d'autres. C'est donc un excellent exemple. Je ne pense pas qu'il y ait un gagnant qui accepte tout cela.

Il y a aussi Babylon Health (basé au Royaume-Uni), qui ressemble à K Health …

Babylone fait autre chose. Fondamentalement, ce sont des vérificateurs de symptômes conçus pour vous encourager à appeler Skype pour un médecin humain … Répondez à beaucoup de questions et dites: "Eh bien, nous pensons que vous l'avez, nous vous lierons à un vrai médecin." Nous ne voulions pas investir dans une entreprise qui a fait cela parce que le vrai problème est qu'il n'y a tout simplement pas assez de médecins et franchement vous et moi n'allons pas parler à un médecin en Angola. Parce qu'il arrive qu'il n'y ait pas assez de médecins dans les pays occidentaux et une solution pour des entreprises comme celle-ci: Babylon en est un, il y en a d'autres qui font des choses similaires, mais si vous devenez un soi-disant médecin de génération uniquement, vous obtenez des commissions pour amener les gens à parler problème de quartier, en général, où sont les gens? Je pense que comme je l'ai mentionné, les gens ont leurs erreurs. Si vous voulez vraiment étendre les choses dans le monde, vous devez laisser le logiciel le faire.

Non, ce n'est pas un gagnant. Acceptez tout cela à coup sûr.

Donc, la vision est que ce truc commence comme un complément aux systèmes de santé existants et se développe lentement?

C'est vrai. Je vais vous donner un exemple aux États-Unis. UU. Avec K santé. Ils ont un accord avec la deuxième plus grande compagnie d'assurance appelée Anthem. Sa marque s'appelle Blue Cross, Blue Shield. C'est la deuxième plus grande aux États-Unis … alors pourquoi cette compagnie d'assurance est-elle intéressée? Parce qu'ils le savent

  1. Il n'y a pas assez de médecins.
  2. Que le système de santé américain est stressé
  3. S'ils pouvaient réduire le nombre de visites chez le médecin en faisant la promotion d'un programme comme K, ce serait rentable pour eux.

Ensuite, de plusieurs façons, ils proposeront à tous leurs clients: «Pourquoi ne pas essayer K?» Avant d'aller chez le médecin?

Dans ce cas particulier de K, il existe des opportunités de revenus provenant des compagnies d'assurance ainsi que directement du consommateur, ce qui le rend également intéressant.

Vous avez dit que différentes régions, différents pays ont des systèmes différents, oui, absolument, et il ne fait aucun doute que l'internationalisation doit fonctionner. Mais cela dit, je dirais que les Européens, les Indonésiens et les Brésiliens sont très similaires. Parfois, c'est une telle idée fausse que les Asiatiques, par exemple, sont différents de nous en tant qu'Européens de l'Ouest. Et la vérité n'est pas quand vous regardez l'ADN et les fonctions corporelles et des choses comme ça. Ce que vous devez faire cependant. Par exemple, si nous emmenions K en Indonésie, vous devriez vous assurer que votre moteur d'IA dispose de suffisamment de données pour diagnostiquer certaines choses locales.

Voilà et ejemplo. Cuando Lanzamos K en los EE. UU. Y comenzamos con Nueva York, le seul diagnostic de nuage et feuille de Lyme enfermedado, ramez pour ne pas garrapata que te muerde. Muy, muy frecuente en el arrea metropolitana de Nueva York. Personne ou l'autre Lugar de los Estados Unidos. Pero en Nueva York, bien qu'incertain, peut être très difficile. Eso es algo file d'attente régionale pour cloud tener. Y así, si furaramos un indonésien, tendríamos que tener algo como la malalia y el dengue. Pero todo eso no es tan difícil. Pero ski, hay algo de personnalisation.

También hay ciertas condition que pueden ser más comunes para ciertas ethnicias. Différenciation du foin También en cómo las mujeres expérimentales afecciones médicas en comparaison avec les hombres Sinon, vous cherchez un tas de problèmes locaux que vous pouvez trouver …

Diría que es un problem muy pequeño que escesario abordar, pero es un problemo many pequeño de lo que milk. Mucho est une autre pequeña. Por ejemplo, en masculino a lo femenino, the suupesto, la medicine and the juega de manra diferente, pero cuando tienes in a base de dat of 5 milones de los cuales 3 mil son son mujeres and 2 mil son son hombres, ya tienes esinformión incrianti. . Es cierto que los medicament también funcionan mejor con ciertas razas. Pero, de nuevo, muy pequeños, muy pequeños ejemplos de esos. La meroria de los médicos lo saben.

Didžiulė eskizė, be jokių problemų pacientui ir sistemai, be jokios priežasties, kad būtų galima įsitikinti, ar būtina išrašyti medicinos pataisų procedūrą, bet ir katastrofišką, bet ne visą …

Por supuesto.

Es por esamos eilės, en elpacio de la atención médica, cuando usa IA y herramientas basadas en datos paracer hacer diagnoostes, existe un gran riesgo, y es es esé de la de disperencia des para des los los que juegan en espacio. Įvažiavimai, jei jūs neturite jokių problemų, ar ne, ar gydytojas yra absoliučiai nepatenkintas, ar ne?

Aprecio que, como periodista, ketina decir que es un riesgo enorme. Puedo decirle que, como alguien involucrado en estos negocios, es un riesgo comercial que debemos tener en cuenta, pero, de lejos, no es insperable. Aišku, kaip verslas, turime pasakyti: jei ketinu vykti į Pietryčių Aziją, turiu būti tikras, kad įtrauksiu visus „keistus“ dalykus, kurių mūsų duomenų bazėje kažkur kitur nebūtų. Taigi man reikia tai padaryti. Akivaizdu, kad aš tai darau, yra slaptas kiekvienos įmonės padažas. But you simply cannot launch your product in that region if you don’t solve — in this case Malaria and Dengue disease. It doesn’t make sense (for a general health app). You’d have too many flaws and people will stop using you.

I don’t think that’s so much the case with Flo, for instance… But all these entrepreneurs who are designing these companies are fully aware that it isn’t a cookie-cutter, one-size fits all — but it is close to that. When you look at the exceptions. We’re not talking about I have to redo my database because 30% or 20% — it’s much, much smaller than that.

And, by the way, at the end of the day, the market will be the judge. In our case, when you go from an Israeli company into the U.S. and you have partners like Blue Cross, Blue Shield, they’ve tested the crap out of your product. And then you’re going to say well I’m going to do this now in Indonesia — well you get partners locally who’re going to help you do that.

One of the drawbacks about healthcare is, I would say, making sure that your product works in all these countries. And doesn’t have holes in the diagnostic side of it.

Which seems in many cases to boil down to getting the data. And that can be a big challenge. As you mentioned with K Health, there was also the need to structure the data as well — but fundamentally it’s taken Israeli population data and is using it in the U.S. You would say that model is going to scale? There are some counter examples, such as Google-owned DeepMind, which has big designs on using AI for healthcare diagnostics and has put a lot of effort into getting access to population-level health data from the NHS in the U.K., when — at the same time — Google has acquired a database of health records from the U.S. Department of Veterans Affairs. So there does seem to be a lot of effort going into trying to get very localized data but it’s challenging. Google perhaps has a head start because it’s Google. So the question then is how do startups get the data they need to address these kinds of opportunities?

If we’re just looking at K Health then obviously it’s a big challenge because you do have to get data in a way. But I would say again your example as well you have a U.S. database and does it match with a UK database. Again it largely does.

In that case the example is quite specific because the dataset Google has from the department of Veterans Affairs skews heavily male (93.6%). So they really do have almost no female data.

But that’s a bad dataset. That’s not anything else but a bad dataset.

It’s instructive that they’re still using it, though. Maybe that illustrates the challenge of getting access to population-level healthcare data for AI model making.

Maybe it does. But I don’t think this is one of those insurmountable things. Again, what we’ve done is we’ve bought a database that had data on 2.5 million patients, data over 20 years. I think that dataset equates extremely well. We’ve now seen it in U.S. markets for over a year. We’ve had nothing but positive feedback. We beat human doctors every time in tests. And so you look at it and you say they’re just business problems that we have to solve. But what we’re seeing is the consumer market is saying holy shit this is just such a better experience than I’ve ever had before.

So the human body — again — is not that complex. Most of the things that we catch are not that complex. And by the way we’ve grown our database — from the 2.5M that we bought we now have 5M. So we now have 2.5M Americans mixing into that database. And the way they diagnose you is they say based on your age, your size, you don’t smoke and so on — perhaps they say they have 300,000 people in their database like you and they’re benchmarking my symptoms against those people. So I think the smart companies are going to do these things very smartly. But you have to know what you’re using as a user as well… If you’re using that vs just a basic symptom checker — that I don’t think is a particularly great new user experience. But some companies are going to be successful doing that. At the end the great dream is how do you bring all this together and how do you give the consumer a fundamentally better choice and better information. That’s K Health.

Why couldn’t Google do the same thing? I do not know. They just don’t think about it.

That’s a really interesting question — because Google is making big moves in health. They’re consolidating all their projects under one Google Health unit. Amazon is also increasingly interested in the space. What do you make of this big tech interest? Is that a threat or an opportunity for health startups?

Well if you think of it as an investor they’re all obviously buyers of the companies you’re going to build. So that’s a long term opportunity to sell your business. On the shorter term, does it make sense to invest in companies if all of a sudden the mammoth big players are there? By the way, that has been true for many, many other sectors as well. When I first invested in Skype in the early days people would say the telecom guys are going to crush you. Well they didn’t. But all of a sudden telecom, communication became the current that the Internet guys wanted — that’s why eBay ultimately bought us and why they all had their own messenger.

What the future’s made of we don’t know, but what we do know is that consumers want just the best experience and sometimes the best experience comes from people who are very innovative and very hungry as opposed to people who are working in very large companies. Venture capitalists are always investing in companies that somehow are competing one way or another with Amazon, Facebook, Google and all the big guys. It’s just that when you focus your energy on one thing you tend to do it better than if you don’t. And I’m not suggesting that those companies are not investing a lot of money. They are. And that’s because they realize that one of the currencies of the future is the ability to provide healthcare information, treatment and things like that.

You look at a large retail store like Wal-mart in America. Wal-mart serves largely a population that makes $50k or less. The lower income category in North America. But what are they doing to make you more loyal to them? They’re now starting to build into every Wal-mart doctor’s offices. ¿Por qué harían eso? Is it because they actually know that if you make $50k or less there’s a high chance you don’t have an insurance and there’s a high chance that you can’t afford to go see a doctor. So they’re going to use that to say, “Hey, if you shop with us, instead of paying $150 for a doctor, it’ll be cheaper.” And we’re beginning to see so many examples like this — where all these companies are saying actually healthcare is the biggest and most important thing that somebody thinks about every day. And if we want to make them loyal to our brand we need to offer something that’s in the healthcare space. So the conclusion of why we’re so excited it we’re seeing it happen in real life.

Wal-mart does that — so when Amazon starts buying an online pharmacy I get why they’re doing that. They want to connect with you on an emotional level which is when you’re not feeling well.

So no, I don’t think we’re particularly worried about them. You have to respect they’re large companies, they have a lot of money and things like that. But that’s always been the case. We think that some of these will likely be bought by those players, some of those will likely build their own businesses. At the end of the day it’s who’s going to get that user experience right.

Google of course would like us all to believe that because they’re the search engine of the world they have the first rights to become the health search engine of the world. I tend to think that’s not true. Actually if you look at the history of Google they were the search engine of the world until they forgot about Amazon. And nowadays if you want to buy anything physical where do you search first? You don’t search on Google anymore — you search on Amazon.

But the space is big and there’s a lot of great entrepreneurs and Europe has a lot to offer I think in terms of taking our history of socialized medicine and saying how can tech power that to make it a better experience?

So what should entrepreneurs that are just thinking about this space — what should they be focusing on in terms of things to fix?

Right now the hottest are the three that I mentioned — because those are the ones that we’ve put money into and we’ve put money in because we think those are the hottest areas. I just think that anything where you feel deep conviction about or you’ve had some basic experience with the issue and the problem.

I simply do not think that clinicians can make this change — in any sector. If you look at those companies I mentioned none of the founders are clinicians in any way shape or form. And that’s why they’re successful. Now I’m not suggesting that you don’t have to have doctors on your staff. For sure. At K Health, we have 30 doctors…. What we’re trying to do is change the experience. So the founder, for instance. was a founder of a company called Vroom that buys and sells cars online in the States. When he started he didn’t know a whole lot about healthcare but he said to himself what I know is I don’t like the user experience. It’s a horrible user experience. I don’t like going to the doctor. I can change that.

So I would say if you’re heading into that space your first pre-occupation is how am I going to change the current user experience in a way that’s meaningful. Because that’s the only thing that people care about.

How is possible that two guys could come up with Flo? They were just good product people.

For me, that’s the driving factor — if you’re going to go into this, go into it saying you’re there to break an experience and make it just a way better place to be.

On the size of the opportunity I have seen some suggestions that health is overheated in investment terms. But perhaps that’s more true in the U.S. than Europe?

Any time an investor community gets hold of a theme and makes it the theme of the month or the year — like fintech was for ten years — I think it becomes overfunded because everybody ploughs into that. I could say yes to that statement sure. Lot of players, lot of actors. Money’s pouring in because people believe that the outcome could be big. So I don’t think it’s overheated. I think that we’ve only scratched the surface by doing certain things.

Some of the companies in the healthcare space that are either thinking of going public or are going public are companies that are pretty basic companies around connecting you with doctors online, etc. So I think that the innovation is really, really coming. As AI becomes real and we’re able to manage the data in an effective way… But again you’ve got to get the user experience right.

Flo in my experience — why it’s better than anything else — one is it’s just a great user experience. And then they have a forum on their app, and the forum is anonymized. And this is curious right. I think they anonymized it without knowing what it would do. And what it did was it allowed women to talk about stuff that perhaps they were not comfortable talking about stuff if people knew who they were. Number one issue? Abortion.

There’s a stigma out there around abortion and so by anonymizing the chat forum all of a sudden it created this opportunity for people to just exchange an experience. So that’s why I say the user experience for me is just at the core of that revolution that’s coming.

Why should it be such a horrific experience to be able to talk about that subject? Why should women be put in that position? So that’s why I think user experience is going to be so key to that.

So that’s why we’re excited. And of course the gambit is large. You think about the examples I gave — you can think of dietary examples, men’s health examples. When men turn 50 things start happening. Little things. But there’s at least 15 of those things that are 100% predictable… I just turned 50 and given there’s so much disinformation online I don’t know what’s true. So I think again there’s a fantastic opportunity for somebody to build companies around that theme — again, probably male and female separate.

Menopause would be another obvious one.

Exactly… You don’t know who you can talk to in many cases. So that’s another opportunity. And wow there are so many things out there. And when I go online today I‘m generally not sure if I can believe what I read unless it’s from a source that I can trust.

For 50 year old men erectile dysfunction is another taboo — a bit like the abortion taboo is for women. Men don’t even talk to their male friends about it… So if there was a place where you could go and learn about it I think there’s a big opportunity. I don’t think erectile dysfunction is a business, but I think how men age is one.

So it’s opportunities for communities around particular health/well-being issues.

Exactamente. Because we’re looking for truths when we’re going through that experience ourselves.

The addressable market is massive. There’s men turning 50 every year and they’re probably all pretty interested to find out what are the ten or 15 things that could go wrong for them. There’s a lot of opportunities. It’s so broad. The challenge is you have to think about building it for people who are 50. You’re not building it for an 18-year-old. So the user experience again has to be somewhat different probably. And the healthcare goes all the way to the seniors. What are you looking for when you’re 75? So you see it treats anywhere from certainly from 18 all the way up across a broad-based spectrum of things. So it’s one of our major themes for the next five to ten years.

And so the idea of it being overheated in investment terms is a bit too abstract because there are specific areas that are very underinvested — like femtech. So it’s a case of spotting the particular bits of the healthcare opportunity that need more attention.

Si. You’ve described it perfectly. In our more simpleton terms, we look at it and say if I look at the previous hot industry — fintech — you would end up with companies doing credit cards, companies doing bank accounts, companies doing lending, companies doing recovery — so many pieces of the value chain. In this case the value chain is humans.

We are even more complex than financial services have ever been, so I think the opportunities are even broader to break it down and build businesses that are going to satisfy certain sexes, maybe certain demographics, certain ages and all these kind of things that are out there. We are just so different.

Mark Tluszcz de Mangrove Capital sur la grande opportunité de MHealth et pourquoi se concentrer sur l'expérience utilisateur – Newsdio ☎ assurance entreprise
4.9 (98%) 32 votes