Les co-assureurs demanderont à la Cour suprême une assurance automobile obligatoire ◄ assurance santé entreprise

AFFILIATION D’UN SALARIÉ : COMMENT PROCÉDER ?
C’est à l’employeur de centraliser l’ensemble des documents nécessaires à l’affiliation de ses employés pour les transmettre ensuite à l’organisme complémentaire.

Pour être affilié, un salarié remplir une déclaration d’affiliation à laquelle être jointe différents documents :

la photocopie de l’attestation de sa carte vitale et celle de chaque membre de la famille bénéficiant du contrat (selon les dispositions prévues au contrat santé) ;
un relevé d’identité financier ou bien de caisse d’épargne.

Il peut quand besoin sera lui être demandé, selon la nature du contrat, de joindre :
photocopies des certificats de scolarité pour les mouflets de plus de 16 ans ainsi qu’à tout carton justifiant de leur situation ;
son attestation de PACS ;
son certificat de concubinage ;
le certificat de radiation de son ancienne mutuelle daté de moins de 3 mois si le contrat santé prévoit un délai de carence.
LES MODALITÉS DE CHANGEMENT DE STATUT D’UN SALARIÉ
En cas de changement de loi socio-professionnel d’un salarié d’or sein de l’entreprise, son régime de protection sociale peut aussi être modifié. C’est alors à l’employeur de se charger de l’ensemble des démarches à l’organisme d’assurance complémentaire.

RADIATION D’UN SALARIÉ : COMMENT DÉCLARER CETTE MODIFICATION ?
Lorsqu’un salarié quitte son entreprise, l’adhésion or contrat collectif santé et/ou prévoyance à qui il bénéficiait est résiliée de plein droit. L’ancien employeur doit alors informer l’organisme complémentaire de ce départ parmi écrit, dans plus brefs délais.

Pour clôturer le dossier santé du salarié et cesser les remboursements, le salarié remettre sa carte de troisième payant.

Selon le pourquoi de départ de l’entreprise du salarié, l’ancien employeur être tenu, a l’intérieur du cadre de la portabilité des droits santé et prévoyance, de lui maintenir garanties de laquelle il bénéficiait alors que la rupture du contrat de travail à titre gratuit.

Les co-assureurs ont l'intention de faire appel à la Cour suprême, faisant valoir que le respect des normes relatives aux certificats de pollution n'est pas du ressort de l'industrie.

"Nous travaillons sur un appel avec nos avocats, qui sera déposé auprès de la Cour suprême prochainement", a déclaré R Chandrasekhar, secrétaire général du General Insurance Council.

Jusque-là, l'industrie essaie de se conformer à la nouvelle directive pour obliger les PUC à s'assurer en assurance automobile Ligne d'affaires.

Cette décision fait suite à une décision de la Cour suprême de l'année dernière qui a ordonné aux compagnies d'assurance de ne pas assurer le véhicule à moins qu'il ne détienne un certificat SPK valide le jour du renouvellement de la police.

Cliquez ici pour en savoir plus

Le ministère des transports routiers et des autoroutes et l'IRDAI (Indian Insurance Regulatory and Development Authority) ont récemment demandé aux coassureurs de suivre cette procédure.

Le gouvernement espère qu'une telle décision garantira que les véhicules polluants ne recevront pas d'assurance automobile et, à leur tour, ne seront pas conduits. Les propriétaires de véhicules doivent souscrire une assurance véhicule. Cependant, les coassureurs craignaient que ce changement n'affecte la croissance de l'assurance dans le pays.

Bhargav Dasgupta, PDG et chef de la direction d'ICICI Lombard General Insurance, a déclaré lors d'un appel au premier trimestre que le changement affecterait la pénétration de l'assurance. "L'industrie travaille sur les règlements et le conseil examine également cela", a-t-il déclaré.

Avec un autre assureur général, le directeur exécutif a déclaré que le respect du PUC devrait être de la responsabilité des ministères des transports routiers et des autoroutes et de la police de la circulation. «La plupart des propriétaires de véhicules connaissent les exigences du PUC. Il devrait y avoir des sanctions plus strictes et une application plus stricte. Ce n'est pas quelque chose que les co-assureurs peuvent faire », a-t-il déclaré.

Les co-assureurs demanderont à la Cour suprême une assurance automobile obligatoire ◄ assurance santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes