La seule façon d'obtenir une couverture pour un régime de retraite non rémunéré est par le biais d'un mandat d'employeur ◄ garantie entreprise

De la couverture des risques de subis ou causés à des tiers, aux garanties pour couvrir les pertes d’exploitation et les risques informatiques, les contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll assez de temps en temps d’un incendie ou de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du mince point de vue juridique, seules quelques refuges sont obligatoires – la certification des véhicules, la responsabilité civile et sang-froid spécifiques de type garantie décennale pour divers secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du restreint minimum – la confirmation des biens, celle des pertes d’exploitation ou bien la responsabilité civile professionnelle -, divers contrats se révéler utiles à l’égard de l’activité de la société (informatique, chimie, transports, pratique cycliques…) ou alors faciliter son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats essentiel à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent locaux, le matos ou bien stocks. Contre ces dommages, une assurance spécifique être souscrite, non obligatoire mais néanmoins incontournable. “Attention, dans l’hypothèse ou la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- obligatoire souscrire une foi pour couvrir liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en conviction Verspieren.

En cas de sinistre, le chef d’affaire fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai légal rappelé chez le contrat (de deux à cinq jours, selon les risques), aussi immédiatement pour les mode capitaux (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de les chiffres des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier d’avertir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont réellement couverts. Les sociétés qui possèdent une activité cyclique se traduisant pendant une variation importante des circonspection de produits ont intérêt à mentionner cet spécificité à leur assureur pour s’accomplir en tant que mieux couvertes en de dommages. La valeur des tenue est alors établie sur la base de leur montant important et régularisée en fin d’année.

Dans exhaustifs les cas de figure, l’indemnisation sera versée le plus souvent après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires et pourquoi pas à l’achat de nouvelle matériels. En de lourd sinistre, l’assureur toutefois verser des acomptes à son client.

Une législature du Massachusetts envisage un projet de loi qui établirait un «programme de retraite sûr» à l'échelle de l'État pour les travailleurs dont les employeurs n'offrent pas de plan de retraite.

Des efforts similaires sont en cours en Californie, au Connecticut, en Illinois, au New Jersey et en Oregon. Ces initiatives incluent l'obligation pour les employeurs d'inscrire automatiquement leurs employés dans un Roth IRA avec une cotisation de 5% ou 6%.

Inévitablement, lors de l'examen de ces propositions Auto-IRA, les critiques disent qu'ils sont contre le mandat de l'employeur et sont en faveur du bénévolat. Le problème est que les initiatives précédentes n'ont pas contourné l'aiguille sans autorisation.

• 1996 L'introduction de SIMPLE (Plan de promotion de l'épargne pour les petits employeurs) en est un excellent exemple. Bien que SIMPLE ait considérablement réduit le coût et les tracas de la mise en place d'un plan de retraite, il n'est pas nécessaire de commencer.

• Trésorerie "myRA" (mon compte courant) – le compte initial entré en 2015. Pour ceux qui n'étaient pas couverts par leur employeur actuel – offraient de nombreux points d'accès, des frais gratuits et une rétention de capital, mais le compte du Trésor ne comptait que 30 000 comptes. Le ministère a mis fin au programme.

• Les observations préliminaires du marché de la retraite volontaire de l'État de Washington indiquent que la participation des employeurs était bien inférieure à ce que les partisans attendaient.

Maintenant, pour ajouter aux limites de l'approche volontaire, nous pouvons ajouter un autre exemple: le Massachusetts Organisation Retirement Plan (CORE) Plan. CORE est un régime multi-employeurs 401 (k) appartenant à l'État, souvent appelé MEP, créé pour les organisations à but non lucratif comptant 20 employés ou moins. Il est reconnu que l'État entreprend un certain nombre de tâches administratives pour réduire les coûts du programme. Lorsqu'un employeur s'inscrit, ses employés sont automatiquement inscrits à un plan avec un taux de cotisation par défaut de 6% et des augmentations annuelles de 1% ou 2%, mais pas plus de 12%. Les employés peuvent réduire ou refuser les cotisations à tout moment.

Les employés dont les employeurs s'inscrivent à CORE bénéficient d'avantages significatifs par rapport à ceux fournis par les programmes d'État Auto IRA. Premièrement, les limites de cotisation sont beaucoup plus élevées: 19 000 $ pour un plan de type 401 (k), contre 6 000 $ pour un IRA. Deuxièmement, l'employeur peut payer les cotisations pertinentes. Troisièmement, les impôts sont moins élevés, du moins à court terme.

Cependant, les employeurs ne signent pas d'accords volontaires. Après 2019 Novembre Après deux ans de fonctionnement, le programme compte 63 employeurs et 460 employés. Ces employés représentent moins de la moitié du 1% des employés du Massachusetts travaillant pour de petites organisations à but non lucratif. Ce résultat n'est pas un problème avec la conception CORE, mais reflète le désintérêt général des petits employeurs pour offrir un plan de retraite.

La législation actuelle du Massachusetts (Sénat Bill 602 / House Bill 1075) va de pair avec une proposition de créer un programme de retraite sûr du Massachusetts avec une proposition d'étendre le plan Massachusetts CORE à tous les employeurs. Ce lien entre les deux programmes peut refléter une réticence à utiliser CORE, qui a mis beaucoup de temps à se développer et pourrait avoir été l'une des options en réponse au mandat.

Malgré les limites de CORE, leur prise en charge globale améliorerait la sécurité financière de nombreux employés du Massachusetts. Cependant, toutes les actions seront menées dans le cadre du programme Choix sûr avec un mandat d'employeur.

La seule façon d'obtenir une couverture pour un régime de retraite non rémunéré est par le biais d'un mandat d'employeur ◄ garantie entreprise
4.9 (98%) 32 votes