La période de six mois ne peut être levée d'un commun accord; Voici ce que dit la loi sur le mariage hindou sur le divorce ® assurance santé entreprise

Qu’est-ce que l’assurance professionnelle ?
L’assurance responsabilité civile prostituée (RC Pro) est un type d’assurance qui couvre les préjudices matériels ainsi qu’à corporels provoqués pendant un manigance professionnel, que ce admettons sur votre lieu de travail ou d’une mission.

Elle prend en charge les dommages causés à des tiers, qu’ils soient liés par une relation contractuelle (clients, partenaires, fournisseurs) et pourquoi pas non et garantit les dommages :

corporels ;
matériels ;
immatériels.
Cette formule super complète donne l’occasion aux entrepreneur de regrouper différentes espoir en une seule. Elle offre des garanties essentielles mais aussi des choix complémentaires que chacun souscrire selon les spécificités de sa profession. En effet, chauffeur de taxi, boulanger ainsi qu’à pharmacien ne sont pas soumis aux mêmes risques et n’ont ainsi pas les mêmes besoins.

Qui est concernée par l’assurance pro ?
L’assurance professionnel n’est pas obligatoire sauf pour habileté réglementées ou libérales telles que :
avocats ;
huissiers ;
les agents immobiliers ;
les fondateur ;
professions médicales ;
du place de la comptabilité ;
agents généraux d’assurance ;
salarié du bâtiment.
Que couvre l’assurance prostituée ?
L’assurance responsabilité civile professionnel prend en charge l’indemnisation des tiers en d’accident causé parmi :

une erreur ;
une faute ;
une cœur ;
une négligence ;
l’un de vos employés ou sous-traitants ;
vos locaux ;
un animal vous appartenant ;
votre matériel professionnel.
Notez que l’assurance prostituée couvre aussi votre activité et vos biens spécialistes en cas d’incendie, de dégât des eaux, de catastrophe naturelle, de vol mais également de vandalisme.

New Delhi, 13 septembre: La Cour suprême peut renoncer à un délai de grâce obligatoire de six mois par consentement mutuel lors de la décision de divorce mardi. La Cour suprême a déclaré en 1995 La période de collage de six mois visée à l'article 13B (2) de la loi sur le mariage hindou n'est pas obligatoire mais constitue un ouvrage de référence. En termes simples, un couple indien n'a pas à attendre six mois pour une ordonnance de divorce en cas de consentement mutuel, et le mariage peut être légalement dissous en aussi peu qu'une semaine.

Pour explorer la possibilité d'un accord, la loi sur le mariage hindou prévoit une période de réflexion légale de six mois entre le premier et le dernier divorce proposé par consentement mutuel. Les couples mariés qui demandent un divorce consensuel peuvent déposer un divorce après une semaine et la période minimale de six mois peut être assouplie.

1995 Le chapitre 13 de la loi sur le mariage hindou traite du divorce. L'article 13B, paragraphe 2, de la loi sur le mariage hindou stipule: «Si les deux parties présentent une requête au plus tôt six mois après la date de dépôt de la requête visée au paragraphe 1 et au plus tard dix-huit mois après la date spécifiée, à moins que la requête ne soit retirée, le tribunal, après avoir entendu le parti, et après avoir mené l'enquête qu'il estime que le mariage a été célébré et que les fins énoncées dans la pétition sont correctes, adopte un jugement de divorce mettant fin au mariage à compter de la date du décret. »

Un Indien peut demander le divorce au motif que l'autre partie –

  • s'est porté volontaire pour avoir des relations sexuelles avec quelqu'un d'autre que son conjoint
  • traité brutalement son partenaire
  • abandonné son partenaire pendant au moins deux ans
  • de l'hindouisme à une autre religion
  • souffre d'une forme de lèpre fulgurante et incurable; ou
  • maladie vénérienne infectieuse; ou
  • renoncé au monde en imposant tout ordre religieux; ou
  • des individus qui en auraient naturellement entendu parler si le parti était en vie depuis sept ans ou plus
  • esprit incurable ou souffrant d'un trouble mental de nature permanente ou intermittente que le requérant ne peut raisonnablement s'attendre à vivre avec l'intimé

De plus, plusieurs raisons sont mentionnées dans l'édition de 1955. Dans la loi sur le mariage hindou, une femme célibataire peut demander le divorce. Ce sont les conditions suivantes:

  • Si un homme aimait le viol, la gentillesse et la sodomie
  • Si un homme se remarie avec une autre femme malgré la première femme
  • Si elle était mariée avant l'âge de quinze ans et divorce avant l'âge de dix-huit ans.
  • Si un an ne cohabite pas et que le mari ne tient pas compte de la décision du tribunal d'octroyer une pension alimentaire à sa femme

Le divorce par consentement mutuel est prévu par la loi de 1955. Article 13B de la loi sur le mariage indien. Pour divorcer en vertu de cet article de la Loi sur le mariage indien, le couple doit satisfaire aux exigences suivantes:

  • Les parties vivent séparément depuis au moins un an
  • Ils ont échoué à vivre ensemble, et
  • Ils ont convenu que le mariage devait être résolu

(Avec les données indiankanoon.org et lawfarm.in)

La période de six mois ne peut être levée d'un commun accord; Voici ce que dit la loi sur le mariage hindou sur le divorce ® assurance santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes