La «frustration» du ministre et les bandes dessinées conflictuelles montrent une relation désordonnée avec les intervenants ✎ assurance santé entreprise

La mutuelle communautaire a mêmes objectifs que la complémentaire santé individuelle : vise à compléter, en partie ainsi qu’à en totalité, dépenses de santé qui ne sont pas remboursées chez la Sécurité sociale. Les salariés du secteur privé et employeurs sont concernés chez la mutuelle collective, autrement appelée mutuelle d’entreprise ou bien mutuelle de groupe.

Rendues obligatoires depuis le 1er janvier 2016, les mutuelles collectif offrent de nombreux avantages pour salariés. Elles sont avant tout moins onéreuses que les complémentaires de santé individuelle. De plus, une partie des cotisations est prise en charge parmi l’entreprise.

Les employeurs ont pour objectif veiller à procurer à leurs salariés une mutuelle correspondant à répondant à compatibles avec un cahier des charges précis, prévu par le législateur.

Qui est à rêve desquelles on parle dans la mutuelle d’entreprise ?
Tous les employeurs du clientèle privée devront avoir souscrit d’or premier janvier 2016, une mutuelle collective pour leurs salariés. Sont ainsi concernées :
TPE et les PME
grandes entreprises ou multinationales
convention
les fédérations
Les ayants droit du salarié, ainsi qu’à enfants, aussi bénéficier de la mutuelle collective. Si le contrat le prévoit, elles y être affiliés.

A l’inverse, la mutuelle communautaire ne concerne pas le secteur public. Les fonctionnaires ne peuvent donc pas y prétendre. Les main-d’oeuvre non salariés ne sont pas plus concernés. Pour couvrir leurs débours de santé, ils peuvent s’orienter vers un contrat de prévoyance.

En principe, la mutuelle communautaire est obligatoire pour parfaits salariés. Sous certaines conditions, le salarié peut refuser de s’y soumettre.

Quelles dépenses de santé la mutuelle collective doit rembourser ?
L’Accord national interprofessionnel (ANI) du 14 juin 2013, qui rend la mutuelle européen obligatoire, émane de la loi sur la sécurisation de l’emploi. L’objectif nécessaire est de permettre aux employés du secteur privé d’accéder à une mutuelle de qualité. Ainsi, la mutuelle collective d’une société d’une société d’une structure d’un établissement assure un socle de garanties minimales, imaginés dans le législateur. Il s’agit :

de l’utilisation en charge de l’intégralité du certificat modérateur pour consultations, les prestations et les actes de soins qui sont remboursés en la Sécurité sociale
du remboursement de la totalité du forfait journalier hospitalier
de l’utilisation en charge des frais dentaires à hauteur de 125% du tarif conventionnel
de la prise en charge des frais d’optique en tout parmi période de 2 ans. Pour une correction simple, le minimum de prise en charge est fixé à 100 €
Ces garanties doivent obligatoirement figurer a l’intérieur du contrat de mutuelle collective. Il s’agit du panier de minimum. Légalement, l’employeur n’a pas le droit de offrir une mutuelle de laquelle garanties seraient inférieures à ce seuil de couverture. Il peut, en revanche, souscrire des garanties supplémentaires : une garantie d’assistance, une meilleure prise en charge pour l’optique et pourquoi pas le dentaire, le tiers payant… Le contrat de la mutuelle européen a aussi l’obligation d’être responsable.

Qui finance cotisations de la mutuelle fédératif ?
Une partie des cotisations de la mutuelle européen est prise en charge en l’employeur (la part patronale). En cela, employés sont avantagés. L’employeur prend en charge en or moins 50% des cotisations de la mutuelle collective, pour la partie qui correspond en or panier de minimum. Le reste des cotisations est à la charge de l’employé (la salariale).

Comment mettre in situ la mutuelle collectif obligatoire d’or sein de l’entreprise ?
Avant de souscrire une mutuelle d’entreprise, employeurs ont la possibilité de soumettre leur choix aux représentants du personnel. Ils peuvent également organiser un référendum à salariés. En cas d’échec des négociations, l’employeur souscrit une mutuelle européen sur décision unilatérale.

Employeurs, renseignez-vous en votre branche professionnelle ! Ces dernières peuvent vous recommander des mutuelles collectif intéressantes, parfaitement adaptées à votre secteur d’activité (construction, hôtellerie, restauration, agriculture…) Négociés pendant la branche professionnelle, contrats de mutuelle sont couramment pas mal avantageux.

Depuis le 1er janvier 2016, les offres de mutuelle européen sont nombreuses sur le marché. Petites, moyennes et pourquoi pas grandes entreprises : les intermédiaire en cran vous aider à trouver le contrat qui s’adapte le mieux à vos besoins. Contactez-nous !

<! –

->

Le ministre de la Défense a répondu aux commentaires de l'exécutif chargé de concevoir les futurs sous-marins australiens dans le cadre du plus grand marché de défense de l'histoire australienne.

Linda Reynolds a répondu aux commentaires de John Davis, directeur général de Naval Group Australia, qui a remis en question le potentiel des fournisseurs locaux et suggéré que le contenu de l'industrie australienne du navire pourrait ne pas atteindre 50% comme prévu initialement.

Pendant ce temps, la firme et le département Reynolds ont publié leur déclaration sur la participation de l'industrie australienne au programme.

Entretien avec Australien, Davis a déclaré que la société française était confrontée à des "défis spécifiques" avec l'industrie australienne, tels que l'incompatibilité avec son marché et de nombreuses petites et moyennes entreprises du secteur de la défense qui ne seront pas en mesure de faire les investissements nécessaires.

"La question est donc pour nous: comment amener l'industrie australienne à ce niveau?", A-t-il déclaré jeudi.

Davis espérait que la société anticipait des "conversations difficiles et difficiles" avec la défense et y a fait face Australien décrit comme des «problèmes culturels» avec la cathédrale.

Selon l'article, Davis "ne pouvait pas dire" si les entreprises australiennes recevraient 50% de la valeur des contrats dans le cadre du programme de 80 milliards de dollars.

Dans un rapport boursouflé publié quelques heures seulement après l'interview, Reynolds a dénoncé les commentaires, décrivant sa "déception".

"Notre gouvernement accueillera un groupe naval pour honorer les engagements qu'il a signés avec le leader mondial de l'industrie australienne de la défense et de la construction navale", a-t-elle déclaré.

<< Dans leur engagement envers le futur programme de sous-marins, l'équipe de défense et de marine a une attente et un engagement mutuels. La plus grande implication de l'industrie australienne à toutes les étapes du programme sous-marin est décrite dans l'accord de partenariat stratégique du gouvernement avec le Naval Group.

"Mais l'importance de cet engagement pour la sécurité nationale n'est pas seulement entre les groupes de défense et navals, mais entre l'Australie et la France."

La ministre a déclaré qu'elle rencontrerait son homologue française Florence Parly lors d'une conférence sur la sécurité à Munich vendredi "pour poursuivre les discussions sur cet engagement en cours".

"Il s'agit d'un projet très complexe qui est soigneusement géré pour exploiter correctement ces compétences importantes", a-t-elle ajouté.

Jeudi également, le ministère et la Marine ont publié une déclaration conjointe sur la participation de l'industrie australienne au programme après qu'il a été révélé que des tentatives étaient faites pour nettoyer l'encombrement des communications mal géré.

"Le contrôle d'une flotte de sous-marins de classe Attack indépendante et une implication maximale de l'industrie australienne à toutes les étapes du programme de sous-marins de classe Attack sont des objectifs contractuels au sein des groupes de la Défense et de la Marine", ont-ils déclaré.

"La défense reste concentrée sur ces objectifs, et la Marine s'est engagée à les atteindre."

Ils ont noté que la conception de la classe Attack durerait jusqu'en 2020.

"Au fur et à mesure de l'évolution de ces activités, nous approcherons également systématiquement l'industrie australienne pour identifier les fournisseurs appropriés pour la vaste gamme d'équipements à installer sur le sous-marin, des systèmes hydrauliques aux équipements de cuisine embarqués", ont-ils déclaré.

"En permettant à l'industrie australienne de s'impliquer dans le programme de conception de sous-marins, nous avons la meilleure opportunité de développer les capacités et de construire la base industrielle à long terme dont nous avons besoin pour soutenir indépendamment la flotte de la classe Attack."

Le mois dernier, le vérificateur général a rendu public un rapport sur le futur programme de sous-marins, qui soulignait que le succès du programme dépendrait de l'établissement d'un "partenariat efficace à long terme avec le groupe naval".

Le rapport indique que la décision d'utiliser un "partenaire stratégique" dans la conception et la livraison de sous-marins, plutôt qu'une plate-forme militaire de sous-marins offshore, a accru le risque du programme.

La «frustration» du ministre et les bandes dessinées conflictuelles montrent une relation désordonnée avec les intervenants ✎ assurance santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes