La durée de la renonciation à la période d'alimentation écrite dépend de vos besoins. ✎ mutuelle entreprise

De la couverture des risques de subis ainsi qu’à causés à des tiers, aux garanties pour couvrir pertes d’exploitation et risques informatiques, contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll assez des fois d’un incendie ou de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du étranglé point de vue juridique, seules plusieurs couvertures sont obligatoires – la confirmation des véhicules, la responsabilité civile et assurances uniques de type garantie décennale pour différents secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du strict minimum – la garantie des biens, celle des pertes d’exploitation et pourquoi pas la responsabilité civile prostituée -, certains contrats se révéler utiles à l’égard de l’activité de la société (informatique, chimie, transports, activités cycliques…) mais encore son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats obligatoire à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour les entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent les locaux, le matos et pourquoi pas stocks. Contre ces dommages, une sûreté spécifique être souscrite, non obligatoire mais néanmoins incontournable. “Attention, dans l’hypothèse ou la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- obligatoire souscrire une audace pour couvrir dommages liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en aisance Verspieren.

En cas de sinistre, le chef d’ouvrage fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai licite rappelé chez le contrat (de deux à cinq jours, selon risques), aussi immédiatement pour actualité importants (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de la valeur des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier d’avertir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont les dommages réellement couverts. Les sociétés qui possèdent une activité périodique se traduisant parmi une variation importante des modération de produits ont intérêt à citer cet spécificité à leur assureur pour s’accomplir en tant que mieux couvertes en de dommages. La valeur des magasin est alors établie sur la base de montant le plus important et régularisée en fin d’année.

Dans entiers cas de figure, l’indemnisation existera versée d’ordinaire après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires ainsi qu’à à l’achat de nouveaux matériels. En cas de lourd sinistre, l’assureur toutefois verser des acomptes à son client.

Nous avons des employés qui travaillent par équipes de 6 heures et qui souhaitent abandonner leur période de repas et des employés qui souhaitent abandonner leur deuxième période de repas après 10 heures. À quelle fréquence devons-nous renouveler notre avis de non-responsabilité écrit?

Selon le California Labour Code, les renonciations de 6 heures et de 10 heures permettent à l'employeur et à l'employé de renoncer mutuellement à la période d'alimentation requise. Bien que d'autres types de refus d'aliments doivent être fournis par écrit, un refus écrit n'est pas requis dans ces cas.

Les règles et réglementations relatives à la période d'alimentation figurent dans les ordonnances de la Commission du bien-être industriel (IWC) et dans l'article 512 du Code du travail de la Californie (libellé comme suit):

512.

a) Un employeur ne peut employer un travailleur plus de cinq heures par jour sans lui accorder une période de repas d'au moins 30 minutes. Sauf si la durée totale du travail du travailleur est supérieure à six heures, la période de repas peut être annulée par consentement mutuel de l'employeur et de l'employé. Un employeur ne peut employer un employé plus de 10 heures par jour sans lui fournir un deuxième repas de 30 minutes au moins, sauf si, au total, les heures travaillées ne dépassent pas 12 heures, la période de repas peut être annulée par consentement mutuel de l'employeur et de l'employé uniquement. sauf si la première période d'alimentation a été refusée.

Meilleures pratiques

Néanmoins, afin de prouver que les employés vont effectivement renoncer à leur période de repas, il est préférable de renoncer à la notification écrite. Pendant combien de temps vous faites confiance à cette renonciation écrite, il appartient à chaque employeur de décider.

Lorsque vous décidez, pensez à la fréquence à laquelle vous devez vous retirer. L'employé travaille-t-il selon un horaire quotidien de 6 à 10 heures ou rarement? Prenez cette décision avec votre avocat.

Il est recommandé de consulter à la fois les ordonnances IWC et le code du travail de la Californie pour déterminer si l’exception relative à la période des repas s’applique à votre industrie.

En plus, HRCalifornia.com Les formulaires de renonciation sont fournis et peuvent être modifiés pour refléter la période couverte par la renonciation.


Une colonne basée sur les questions posées par les appelants à propos de la ligne d’assistance téléphonique sur le droit du travail de la Chambre de commerce de Californie et des membres responsables. Pour obtenir des éclaircissements concernant le droit du travail et les réglementations Cal / OSHA, plutôt que des conseillers juridiques dans des situations spécifiques, appelez le (800) 348-2262 ou soumettez votre question à l'adresse www.hrcalifornia.com.

Contact personnel: Barbara Wilber

La durée de la renonciation à la période d'alimentation écrite dépend de vos besoins. ✎ mutuelle entreprise
4.9 (98%) 32 votes