La Bourse offre des exigences pour l'utilisation de produits dérivés et d'autres transactions – 2019 Décembre | Morgan Lewis ☎ assurance santé entreprise

L’assurance des risques informatiques

Cette aisance indispensable aux sociétés qui manient de nombreuses données informatiques (SSII, cabinets de conseil, commodités de voyage, les sociétés de vente en ligne) couvre ordinateurs cependant aussi fondement de données et frais de reconstitution si elles sont perdues ou endommagées. “Même un industriel confronté à une grosse panne informatique risque d’être punis pour tenir ses caution vis-à-vis de sa clientèle ne pas se permettre de réaliser ses livraisons en temps et en heure. Quelle que admettons son activité, le dirigeant d’aventure a intérêt à évaluer l’impact que avoir l’informatique sur son métier”, recommande Damien Palandjian.

Le montant de l’indemnisation dépend de les chiffres du matos déclaré et des frais occasionnés en son rachat et la reconstitution des données (ressaisies, reconstitution de logiciels, suppression des virus…) estimés en un expert.

Publicité
La publicité se termine dans 15s
Fermer la publicité dans 5 s
>> Lire aussi: Trois contrats pour assurer son informatique

5. L’assurance du risque environnemental

“Une entreprise n’ayant pas de rang industriel ou d’entreposage et non nympho à une autorisation préfectorale pour les risques de pollution, peut couvrir son risque écologique dans le biais de son contrat de responsabilité civile général. En revanche, si elle se trouve être soumise à autorisation préfectorale pour exercer son activité, elle doit souscrire un contrat spécifique pour couvrir les atteintes à l’environnement”, précise Damien Palandjian

Les garanties des atteintes à l’environnement (extensions de responsabilité civile pro ainsi qu’à contrats rares tel que la garantie responsabilité environnementale) sont obligé aux entreprises à qui l’activité choquer à l’environnement (pollution de l’air, de l’eau, des étudier et nappes phréatiques, atteintes à des websites protégés…). Ces cran s’appuient sur le principe du “pollueur-payeur” : le chef d’action réparer le préjudice constaté, causé dans sa société. Suivant contrats, la confirmation couvre la dépollution, coûts d’évaluation des dommages, la création d’études pour déterminer les actions de réparation et les frais administratifs ou judiciaires.

Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, 25 novembre. Nouvelles règles et modifications proposées qui imposent des exigences sur les produits dérivés et autres opérations financières utilisés par les sociétés d'investissement enregistrées, à savoir les fonds communs de placement, les fonds négociés en bourse (ETF) et les sociétés fermées. Fonds de fin d'année et sociétés de développement commercial (fonds collectivement). L'édition proposée comprend trois parties: (1) une nouvelle partie 18f-4 en vertu de l'article 1940; La Loi sur les sociétés d'investissement, telle que modifiée (la Loi de 1940), qui vise à fournir une approche globale pour réglementer l'utilisation des fonds dérivés et autres opérations financières; (2) des règles proposées sur les pratiques de vente pour répondre aux préoccupations de protection des investisseurs liées aux fonds à effet de levier ou inversés; et 3) les modifications proposées aux formulaires N-PORT, N-liquide et N-CEN.

Des modifications à l'autorisation proposée modifieraient considérablement la capacité des fonds à conclure des opérations sur dérivés et autres opérations financières, créeraient de nouveaux défis opérationnels, élargiraient les exigences en matière de déclaration et instaureraient de nouvelles responsabilités de surveillance améliorées pour les conseils d'administration des fonds.

Article 18f-4 proposé

La règle 18f-4 proposée est une nouvelle proposition pour le même nom en 2015. Règles proposées (règle de 2015 proposée) en vertu desquelles le fonds pourrait, sous certaines conditions, conclure des dérivés et des «opérations de responsabilité financière». 1) La règle 18f-4 proposée serait l'exception et permettrait aux fonds de conclure des "transactions sur produits dérivés" (2) et certaines autres transactions, nonobstant les années 40. Les restrictions énoncées à l'article 18 de la Loi. Afin d'invoquer la règle 18f-4 proposée, le Fonds devra remplir les conditions suivantes lors de l'exécution des opérations sur dérivés d'un Fonds: (3)

  1. Programme de gestion des risques dérivés. La règle proposée obligerait le fonds à adopter et à mettre en œuvre un programme écrit de gestion des risques liés aux dérivés qui intègre des stratégies et des procédures raisonnablement conçues pour gérer le risque lié aux dérivés du fonds. Le programme du Fonds nécessitera une approche fondée sur des principes pour adapter le fonds à ses risques spécifiques et devrait inclure des éléments tels que l'identification et l'évaluation des risques, des lignes directrices sur les risques, des tests de résistance hebdomadaires ou plus fréquents, des réinspections quotidiennes, des rapports internes et des escalades, des examens de programme annuels ou plus fréquents.
  2. Surveillance et responsabilisation du conseil d'administration. La règle proposée exigerait des obligations spécifiques de surveillance et de responsabilité, notamment: a) approuver la nomination du gestionnaire des dérivés d'un fonds par le conseil d'administration du fonds; et b) fournir au conseil des rapports écrits réguliers décrivant les dérivés. la mise en œuvre et l'efficacité du programme de gestion des risques, tous les cas où le fonds a dépassé ses lignes directrices, ainsi que les résultats des tests de résistance et des réinspections du fonds. Le gestionnaire des risques dérivés du Fonds peut être une personne (mais pas seulement un gestionnaire de portefeuille) ou un comité ou un groupe (bien que la majorité de ces comités ou groupes ne soient pas des gestionnaires de portefeuille) et le gestionnaire des risques dérivés doit avoir une expérience pertinente en gestion des risques dérivés. .
  3. Limite de risque de levier financier. Le fonds s'appuyant sur la règle proposée doit respecter le plafond appliqué à la valeur ajustée au risque (VaR) du fonds. Plus précisément, la VaR d'un fonds n'est pas autorisée à dépasser 150% de la VaR du fonds («test de VaR relative») ou, si le gestionnaire des risques dérivés du fonds ne peut pas déterminer l'indice de référence approprié, la VaR du fonds ne peut pas dépasser 15% de sa valeur liquidative («test de VaR absolue» "). (4) Selon la règle proposée, la fondation devrait déterminer qu'elle satisfait au test de VaR applicable au moins une fois par an. jour ouvrable. Si le fonds détermine qu'il ne satisfait pas au test de VaR applicable, il doit se conformer dans les trois jours ouvrables suivant cette détermination, ou il peut être soumis à des exigences supplémentaires (5).
  4. Exception pour les utilisateurs limités de produits dérivés. La règle proposée prévoit une exception à l'exigence du programme de gestion des risques dérivés et à la VaR Fund-Based Fund Risk Limit pour un fonds qui: (a) limite la position dérivée (6) à 10% de son actif net, ou (b) utilise uniquement des transactions sur dérivés pour couvrir certains risques de change. Un fonds qui s'appuie sur l'exemption proposée devrait tout de même adopter des politiques et des procédures raisonnablement fondées pour gérer le risque global des dérivés.

Aucune séparation des actifs ou limite conditionnelle n'est requise

Contrairement à ce qui est proposé en 2015, Règle, la règle proposée 18f-4 ne contient pas d'exigence spécifique pour les dérivés de ségrégation d'actifs ou autres transactions financières auxquels la règle proposée s'appliquerait. L'avis proposé précise que la Commission des valeurs mobilières ne considère pas que la séparation des actifs est nécessaire compte tenu des exigences de la règle proposée, y compris l'obligation pour les fonds d'établir des programmes de gestion des risques dérivés et de se conformer à la limite proposée pour la levée de fonds basée sur la VaR. En outre, la règle 18f-4 proposée ne fixe pas de limites sur la taille présumée, qui ont été critiquées par plusieurs observateurs du marché et associations commerciales comme étant trop restrictives, en particulier pour les fonds qui utilisent des dérivés pour couvrir les risques (tels que les swaps de taux d'intérêt, pour aider à compenser le risque de duration).

Règles spéciales pour les instruments de levier (investissement inversé)

Exigences alternatives en vertu de la règle 18f-4 proposée

En vertu de la règle 18f-4 proposée, les fonds pondérés / inversés (7) ne seraient pas tenus de se conformer à la limite de risque de levier proposée en fonction de la VaR, à condition que le fonds n'excède pas le retour sur investissement prévu jusqu'à 300% de son rendement (ou retour inversé). l'indice principal et indique dans son prospectus qu'il n'est pas soumis aux limites de risque de levier proposées par l'article 18 septies-4.

Règles de pratique de vente

La SEC propose également l'article 15l-2 en 1934. La loi sur les bourses telle que modifiée et la loi de 1940. L'article 211 h) -1) de la loi sur les conseillers en investissement, telle que modifiée (la loi sur les conseillers), était en même temps considéré comme les "règles de vente". Ces règles de vente obligeraient les courtiers, les conseillers en investissement et leurs sociétés affiliées à exercer une diligence raisonnable au nom de l'investisseur de détail avant d'accepter ou de passer des commandes de levier financier ou d'instrument d'investissement inversé (8), ce que la SEC considère comme naturel. personnes, y compris les personnes fortunées, et les représentants légaux non professionnels des personnes physiques. (9) En vertu des règles de pratique en matière de vente proposées, un courtier ou un conseiller en investissement pourrait autoriser des investisseurs de détail à conclure des instruments de placement à effet de levier / inversé. La société a fait preuve de diligence raisonnable pour établir certains faits concernant l'investisseur de détail et a donc des motifs raisonnables de croire que l'investisseur de détail a les connaissances et l'expérience financières nécessaires pour évaluer les risques associés à ces véhicules. La SEC note que cette exigence est tirée presque mot pour mot du critère "connaissances et expérience" de la règle d'option FINRA. (10) L'obligation de vigilance s'applique indépendamment du fait que l'investisseur négocie de sa propre initiative (investissement inversé). recommandation d'un courtier ou d'un conseiller. La SEC a également précisé que les règles proposées exigent uniquement que le courtier ou le conseiller approuve le compte de l'investisseur avant que l'investisseur investisse dans de tels instruments et que les sociétés n'aient pas à réévaluer l'investisseur de détail avant chaque transaction individuelle impliquant un effet de levier / vice versa. véhicules d'investissement. Les règles de vente exigeront toujours une diligence raisonnable pour les clients ayant des comptes existants, mais pas pour les positions existantes dans les leviers financiers ou les instruments d'investissement inversé.

Les règles de pratique des ventes exigent également que les courtiers et les conseillers en placement adoptent et mettent en œuvre des politiques et des procédures raisonnablement conçues pour se conformer aux règles. Les entreprises doivent également conserver des registres de l'approbation écrite de l'entreprise des comptes des investisseurs et des politiques et procédures de l'entreprise pendant six ans.

La SEC a ajouté que le respect des règles proposées en matière de pratiques de vente ne remplacera pas ni ne remplira automatiquement les obligations existantes de l'intermédiaire ou du conseiller en investissement, telles que les obligations d'intermédiaire intermédiaire en vertu du «règlement sur l'intérêt supérieur» ou les obligations fiduciaires du conseiller en vertu de la loi sur les conseillers.

Modifications de l'article 6 quater-11

Plus tôt cette année, le Securities Committee des années 40. Loi no. 6c-11 (11) (la "règle ETF"), qui excluait les ETF pondérés (inversés) de la règle 6F-11 (la "règle ETF"), permettait à un ETF de fonctionner sans bénéficier au préalable d'une exemption si l'ETF remplissait certaines conditions. À la lumière des exigences de la règle 18f-4 proposée et des règles sur les pratiques de vente, la SEC propose de modifier la règle ETF pour supprimer l'exemption de l'effet de levier (inverse) sur les ETF. À la lumière de la modification proposée, la SEC propose également de supprimer les ordres exceptionnels précédemment émis à des ETF existants pondérés / inversés afin de créer des conditions de concurrence équitables et davantage de concurrence où tous les sponsors sont soumis aux mêmes conditions ETF. La règle. (12)

Modifications proposées aux exigences de déclaration des fonds

En outre, la SEC propose des modifications aux formulaires N-PORT, N-Liquide et N-CEN afin d'inclure des informations sur les positions dérivées des fonds sur la base de la règle 18f-4 proposée. (13)

Les fonds couverts par le projet d'article N-PORT lié à la VaR devront fournir leur VAR quotidien moyen pendant la période de reporting mensuelle, ainsi que le RPV quotidien le plus élevé et la date de reporting correspondante. En outre, les fonds soumis au test de VaR relative devront déclarer leur indice de référence, y compris l'identifiant de l'indice; la VaR moyenne du fonds (VaR du fonds par rapport à la VaR de référence) sur la période considérée; et son ratio VaR le plus élevé de la période, ainsi que la date correspondante. En outre, le fonds devrait rendre compte du nombre d'exceptions qu'il a identifiées lors de la reconsidération de son modèle de calcul de la VaR.

Le liquide N-liquide sera transféré sous la «forme N-RN» et modifié pour inclure les événements liés aux violations du test VaR. Si le fonds n'est plus éligible dans les trois jours ouvrables suivant le test de VaR, il devra déclarer le formulaire N-RN dans un délai d'un jour ouvrable à compter du troisième jour ouvrable. Le fonds soumis au test de VaR relative doit être informé de la date de l'infraction, de la VaR de chaque date qu'il ne respecte pas, de son indice de VaR ainsi que du nom et de l'identifiant de l'indice qu'il a fixé. Le fonds soumis à une vérification de la VaR absolue devra déclarer quotidiennement les dates de non-conformité, la VaR de son portefeuille et la valeur liquidative de ces jours. La fondation devra alors soumettre un autre rapport sur le formulaire N-RN au retour des matchs. La SEC propose également de modifier les années 40. Règle 30b1-10 de la Loi pour indiquer que tous les fonds soumis à des tests de VaR, et pas seulement les fonds à capital variable enregistrés, sont tenus de signaler les violations actuelles du test de VaR sur un formulaire N-RN. Le dépôt des violations du test VaR sur le formulaire N-RN ne sera pas public.

Les modifications proposées au formulaire N-CEN exigeraient des fonds qu'ils déterminent s'ils se sont appuyés sur la règle 18f-4 proposée au cours de la période considérée ou sur des exceptions. Les fonds doivent également déterminer s'ils ont pris des engagements non financés, des accords de prise en pension ou des accords similaires au cours de la période considérée.

La SEC propose également de modifier le formulaire N-2 afin que les fonds à capital fixe qui s'appuient sur la règle 18f-4 proposée n'aient pas à déclarer les transactions sur instruments dérivés et les accords d'obligation non capitalisés dans le tableau des titres de premier rang du formulaire N-2.

Contrats de mise en pension, opérations de financement similaires et accords d'obligation non financés

Les prises en pension et les opérations de financement similaires ne sont pas traitées comme des produits dérivés en vertu de la règle 18f-4 proposée car, comme l'explique la SEC dans l'avis d'offre, ces accords et transactions "ont l'effet économique d'un emprunt garanti et sont donc plus comme une banque. emprunter avec une obligation de remboursement connue plutôt qu'avec des obligations de paiement plus obscures pour de nombreux produits dérivés. Ainsi, la règle 18f-4 proposée les traiterait différemment des dérivés et permettrait au fonds de conclure un accord de mise en pension ou une autre opération de financement similaire, à condition que le fonds réponde aux exigences pertinentes de sauvetage des actifs de 1940. L'article 18 de la loi. 14)

La règle 18f-4 proposée permettrait également au fonds de conclure des «accords de responsabilité non financés» (15) s'il estime raisonnablement qu'il disposera de suffisamment de trésorerie et d'équivalents de trésorerie pour régler ses obligations. les engagements relatifs à tout accord d'engagement non financé qu'il résilie au cas par cas. L'avis d'offre indique que la fondation devrait tenir compte de ses propres faits et circonstances uniques pour déterminer s'il existe une telle croyance raisonnable, et la règle proposée comprend des facteurs spécifiques que la fondation doit prendre en considération lorsqu'elle prend une telle décision.

Exigences pour la tenue de registres

La règle 18f-4 proposée exige également que la fondation conserve certains documents pendant cinq ans pour permettre au personnel de la SEC et au personnel chargé de la conformité des fonds d'évaluer la conformité du fonds avec la règle proposée. La règle proposée exige que le fonds dispose de certains documents concernant notamment: (i) le programme de gestion des risques du fonds; (ii) la nomination d'un gestionnaire des risques pour les dérivés du fonds; (iii) la propre VaR du Fonds et tout modèle de calcul de la VaR; (iv) les politiques et procédures écrites du fonds pour la gestion du risque lié aux dérivés si le fonds est un utilisateur limité de dérivés; et (v) le fondement de la croyance du Fonds en sa capacité de s'acquitter de ses obligations en vertu d'accords d'engagement non financés.

Commentaires sur la proposition, impact sur les lignes directrices existantes et périodes de transition

Les commentaires sur la proposition doivent être soumis 60 jours après la publication du permis de proposition Registre fédéral. Ce processus de publication prend généralement moins de deux semaines, nous nous attendons donc à ce que les commentaires soient soumis au cours de la première année civile 2020. Un quart.

En faisant cette offre, la SEC propose également de refuser l'autorisation pour les pratiques de négociation de titres des sociétés d'investissement enregistrées depuis 1979. Avril (Numéro 1066). (16) En outre, le personnel de la division de la gestion des investissements de la SEC examine actuellement le no. – Lettres d'action et autres lignes directrices relatives aux produits dérivés et autres opérations pour lesquelles l'article 18 septies-4 est proposé afin de déterminer quelles lettres et autres instructions du personnel ou parties de celles-ci devraient être supprimées si l'article 18 septies-4 est adopté.

Si les modifications proposées sont adoptées, la proposition d'avis indique qu'après la publication des règles finales Registre fédéral, les fonds, les sociétés de courtage et les conseillers en investissement disposeront d'une période de transition d'un an pour se préparer aux nouvelles règles et modifications. La SEC a noté que jusqu'à la fin de la période de transition d'un an qui sera adoptée après les modifications proposées, les lignes directrices actuelles, y compris le numéro 10666 et toutes les lettres d'inaction connexes, resteront en vigueur.

(1) A voir Utilisation de produits dérivés dans les sociétés d'investissement enregistrées et les sociétés de développement commercial, Loi sur les sociétés d'investissement Rel. 31 933 (11 décembre 2015). Pour plus d'informations sur le projet de 2015 Pour la réglementation, voir Morgan Lewis LawFlash: SEC offre 2015 14 janvier Exigences pour l'utilisation d'instruments dérivés et autres opérations financières.

(2) L'avis proposé définit une «opération dérivée» comme: (1) tout swap, swap sur titres, futures, forward, options, toute combinaison de ce qui précède ou tout instrument similaire (dérivé) instruments financiers) en vertu desquels le fonds est ou peut être appelé à payer ou à livrer des espèces ou d'autres actifs tout au long de la durée de vie de l'instrument ou à l'échéance ou à la résiliation anticipée, à titre de paiement ou de règlement, ou autrement; et (2) tout emprunt à court terme.

(3) Le permis proposé ne traite pas de la conformité aux autres questions soulevées par la loi de 1940. La loi relative à l'utilisation de produits dérivés, par exemple, en tant que traitement approprié des produits dérivés en vertu de la loi de 1940. Les dispositions de la loi régissant la diversification des émetteurs, la concentration de l'industrie et l'investissement en titres d'émetteurs.

(4) La règle 18f-4 définirait le terme "indice de référence désigné" comme "un indice non indexé" qui: "a été sélectionné par le gestionnaire des risques des dérivés et reflète les marchés ou les classes d'actifs dans lesquels le fonds investit"; n'est pas administré par les sociétés affiliées du Fonds ou toute autre personne, ou n'est pas créé à la demande du Fonds ou de son conseiller en placement, sauf si l'indice est largement reconnu et utilisé; et est un «indice boursier large approprié» ou un «indice supplémentaire» tel que défini dans l'instruction du paragraphe 27 du formulaire N-1A. Si le fonds réussit le test relatif de VaR, le fonds à durée indéterminée inclura dans son rapport annuel l'indice de fonds spécifié en tant qu '"indice de marché large éligible" ou "indice supplémentaire" du fonds et un indice de clôture fermé enregistré. le fonds définitif ou l'entreprise de développement commercial doit divulguer dans son rapport annuel son indice de référence désigné, ainsi qu'une description de la performance du fonds par rapport à l'indice de référence désigné.

(5) Aux fins de la règle 18f-4, le terme "valeur de risque" signifierait "une estimation de la perte potentielle sur un instrument ou un portefeuille exprimée en pourcentage de la valeur liquidative du portefeuille sur une période et à des niveaux de confiance spécifiés, à condition que tout modèle de VaR utilisé par le fonds afin de déterminer la VaR ou le test de VaR absolue du fonds, il doit: (1) prendre en compte et inclure tous les facteurs de risque de marché significatifs et identifiables associés à l'investissement du fonds, y compris, le cas échéant: (A) les capitaux propres

le risque de prix, le risque de taux d'intérêt, le risque de spread de crédit, le risque de change et le risque de prix des matières premières; (B) Risques importants découlant des caractéristiques non linéaires des placements du fonds, y compris les options et les positions avec option intégrée; et (C) la sensibilité de la valeur de marché des investissements du fonds aux variations de la volatilité; (2) Utiliser un niveau de confiance de 99% et une période de 20 jours de bourse; et (3) reposer sur au moins trois ans de données historiques sur le marché. "

(6) L'avis proposé définit la «position dérivée» comme la valeur des montants notionnels et des créances clients à court terme d'un fonds, la valeur de toute vente à court terme. En conséquence, "le fonds peut convertir le montant notionnel du taux d'intérêt dérivé en équivalents obligataires à 10 ans et peut ajuster en delta le montant notionnel des contrats d'options".

(7) L'autorisation proposée définit les “ fonds pondérés / inversés '' comme des fonds qui “ cherchent directement ou indirectement à fournir un retour sur investissement correspondant à un indice de marché ou un rendement corrélé à la performance d'un indice de marché sur une période prédéterminée. "

(8) L'autorisation proposée utilise la "facilité de levier (investissement inversé)" pour élargir la définition de "fonds de levier / inversés" aux matières premières cotées ou aux fonds en devises ou aux fonds (ou "matières premières") couverts par le règle proposée.

(9) L'interprétation de «représentant légal» dans la version de la proposition est cohérente avec l'interprétation de la forme du SIR et du règlement.

(10) Règle 2360 (b) (19) (B) ("les connaissances et l'expérience dans le domaine financier dont on peut raisonnablement s'attendre à pouvoir disposer pour évaluer le risque de l'opération recommandée").

(11) A voir Fonds négociés en bourse, Rel. Non. 33 646 (26 septembre 2019).

(12) L'avis d'offre indique que la SEC n'a autorisé que trois promoteurs de FNB à gérer ces FNB et, depuis 2009, le FNB est autorisé à exploiter ces FNB. N'a pas accordé une telle exemption.

(13) L'avis proposé note que la SEC prévoit que la plupart des sociétés de développement commercial seront exemptées de l'utilisation de dérivés financiers dérivés et que, par conséquent, les formulaires N-PORT et N-CEN n'ont pas été étendus pour couvrir les sociétés de développement commercial.

(14) Le communiqué proposé prend note de l'avis de la SEC sur deux opérations spécifiques relevant de cette exigence. Premièrement, l'obligation d'un fonds de restituer une garantie de prêt de titres ne serait pas considérée comme une "opération de financement similaire" aux fins de la règle 18f-4 si le fonds: (1) ne vend pas ou n'utilise pas d'une autre manière des garanties autres qu'en espèces reçues pour augmenter le portefeuille du fonds; et (2) investir la garantie en espèces uniquement dans de la trésorerie ou des équivalents de trésorerie. Deuxièmement, les obligations du fonds au titre de l'option de financement obligataire peuvent être une "opération de financement similaire", selon les faits et les circonstances.

(15) L'avis proposé définit un "accord d'obligation non capitalisée" comme un contrat, autre qu'une opération dérivée, en vertu duquel le fonds s'engage, sous condition ou sans condition, à prêter à une société ou à investir dans son capital. à l'avenir, notamment en prenant un engagement de capital dans un fonds privé qui peut être pris en charge par le partenaire principal du fonds.

(16) A voir Pratiques de négociation des valeurs mobilières des sociétés d'investissement enregistrées, Loi sur les sociétés d'investissement 10666 (18 avril 1979).

La Bourse offre des exigences pour l'utilisation de produits dérivés et d'autres transactions – 2019 Décembre | Morgan Lewis ☎ assurance santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes