Flodén: Politique monétaire et formation des salaires – interdépendances ® assurance santé entreprise

De la couverture des risques de dommages subis ou causés à des tiers, aux garanties pour couvrir pertes d’exploitation et les risques informatiques, les contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll suffit peu de fois d’un incendie ainsi qu’à de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du étréci point de vue juridique, seules plusieurs couvertures sont obligatoires – la garantie des véhicules, la responsabilité civile et sûreté particuliers de type garantie décennale pour certains secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du confiné minimum – l’assurance des biens, celle des pertes d’exploitation ou la responsabilité civile prostituée -, différents contrats se révéler utiles à l’égard de l’activité de la société (informatique, chimie, transports, exercice cycliques…) et aussi faciliter son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats indispensable à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour les entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent locaux, le matos ou bien les stocks. Contre ces dommages, une conviction spécifique doit être souscrite, non obligatoire mais néanmoins incontournable. “Attention, si la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- elle obligatoire souscrire une persuasion pour couvrir dommages liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en certitude Verspieren.

En de sinistre, le chef d’aventure fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai légal rappelé parmi le contrat (de deux à cinq jours, selon les risques), voire immédiatement pour mode décisifs (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de la valeur des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier d’avertir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont dommages réellement couverts. Les sociétés qui ont une activité périodique se traduisant dans une variation importante des fourniture d’articles ont intérêt à faire part cette spécificité à leur assureur pour évoluer en tant que mieux couvertes en de dommages. La valeur des approvisionnement est alors établie sur la base de montant annuel le plus important et régularisée en fin d’année.

Dans finis de figure, l’indemnisation sera versée d’ordinaire après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires ou à l’achat de nouvelle matériels. En cas de lourd sinistre, l’assureur toutefois verser des acomptes à son client.

"Pendant longtemps, l'inflation inférieure à l'objectif est préoccupante pour plusieurs raisons. Beaucoup d'entre elles peuvent être liées d'une manière ou d'une autre à la formation des salaires." Ces propos ont été prononcés par le sous-gouverneur Martin Flodén lors d'un discours jeudi à la TCO (Confédération suédoise des travailleurs professionnels). Il note qu'il devient de plus en plus important de ramener l'inflation à un niveau plus élevé et que la récente baisse des taux repo à zéro indique clairement que la politique monétaire vise à augmenter l'inflation.

Le sujet du discours est l'interdépendance entre la politique monétaire et la formation des salaires. Flodén souligne que la formation des salaires est cruciale pour la politique monétaire. Une confiance élevée dans l'objectif d'inflation pour maintenir fermement les anticipations d'inflation des partenaires sociaux à environ 2%, rend la politique monétaire plus facile à atteindre et permet également à la Riksbank de mieux tenir compte de l'expansion de la zone euro. l'économie réelle. Cela crée de meilleures conditions pour stabiliser l'inflation près de l'objectif et l'emploi à un niveau stable.

Il note également que la politique monétaire joue en même temps un rôle important dans la formation des salaires. L'objectif d'inflation est l'ancrage nominal des salaires et des prix dans l'économie. Cela se reflète, par exemple, dans le débat normatif, qui marque les principales négociations salariales en Suède et vise à assurer des augmentations salariales durables. Un point de départ commun pour l'objectif d'inflation facilite également le processus de négociation, car il permet de s'entendre plus facilement sur l'évolution de l'inflation.

Dans ce contexte, une inflation à long terme inférieure à l'objectif est préoccupante, estime Flodén. Cela augmente le risque d'une perte de confiance dans l'objectif d'inflation et a d'autres conséquences qui peuvent aggraver les conditions de formation des salaires. Il est donc essentiel de ramener rapidement l'inflation à un niveau plus élevé.

"La politique monétaire très expansionniste menée par la Riksbank augmente désormais la demande pour l'économie dans son ensemble, contribuant à une inflation plus élevée et peut également contribuer directement à ancrer les anticipations d'inflation d'environ 2%", conclut-il. Floden.

Lire le discours complet: Politique monétaire et formation des salaires – interdépendances

Flodén: Politique monétaire et formation des salaires – interdépendances ® assurance santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes