City Hall, Employer, Health … 6 étapes de santé à prendre après la naissance: femme actuelle ☏ mutuelle entreprise

De la couverture des risques de subis ainsi qu’à causés à des tiers, aux garanties pour couvrir pertes d’exploitation et les risques informatiques, les contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll assez de temps à autre d’un incendie et pourquoi pas de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du étranglé point de vue juridique, seules plusieurs couvertures sont obligatoires – la confirmation des véhicules, la responsabilité civile et les conviction spécifiques de type garantie décennale pour divers secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du étriqué minimum – l’assurance des biens, celle des pertes d’exploitation et pourquoi pas la responsabilité civile professionnelle -, divers contrats se révéler utiles à l’égard de l’activité de l’entreprise (informatique, chimie, transports, exercice cycliques…) ou pour son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats essentiel à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour les entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent locaux, le matériel ou les stocks. Contre ces dommages, une persuasion spécifique être souscrite, non obligatoire cependant néanmoins incontournable. “Attention, si la societé est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- elle obligatoire souscrire une aplomb pour couvrir les dommages liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en sûreté Verspieren.

En de sinistre, le chef de plan fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai licite rappelé parmi le contrat (de deux à de cinq ans jours, selon les risques), aussi immédiatement pour actualité vitaux (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de la valeur des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier d’avertir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont les réellement couverts. Les sociétés qui possèdent une activité périodique se traduisant par une variation importante des modération d’articles ont intérêt à mentionner ces spécificité à assureur pour devenir mieux couvertes en de dommages. La valeur des accumulation est alors établie sur la base de leur montant annuel important et régularisée en fin d’année.

Dans parfaits les cas de figure, l’indemnisation sera versée le plus souvent après présentation des factures analogue aux réparations nécessaires et pourquoi pas à l’achat de nouveau matériels. En de lourd sinistre, l’assureur toutefois verser des acomptes à son client.

Déclaration de naissance

Indispensable pour tous les enfants, il doit être écrit dans les 5 jours suivant la livraison à la personne qui a assisté (en pratique, il s’agit souvent de vous ou du parent). Cela se passe sur le lieu de naissance (à moins que la réceptionniste ne se déplace à l'hôpital). C'est à ce moment que les parents choisissent le nom de famille de l'enfant: le nom du père ou de la mère, ou le nom du père suivi du nom de la mère, ou la mère suivie du père.

Voici les documents à soumettre lors de la déclaration de votre naissance:

  • Certificat délivré par un médecin ou une sage-femme
  • Un acte de reconnaissance s'il a été fait avant la naissance
  • Preuve de résidence (ou de résidence) de moins de 3 mois si l'enfant n'a pas encore été reconnu
  • Carte d'identité des parents
  • Livret de famille pour l'inscription d'un enfant (si vous en avez déjà un)

Rapport à la CPAM, à la CAF et à ses interrelations

La deuxième étape est obligatoire, pour empêcher les agences sociales. Et ça, un mois après la naissance du bébé.

Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer votre certificat de naissance à la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) afin d'ajouter votre enfant à votre sécurité sociale. L’acte de naissance doit être accompagné de ce que l’on appelle un "Formulaire d'arrestation". Il peut être téléchargé sur www.ameli.fr.

Secondo, pour empêcher son contact réciproque. Une copie de l'acte de naissance (complet) avec son numéro de membre suffira également ici. Rappelez-vous qu'un enfant ne peut être attaché qu'à un seul. Si chaque parent a le sien, nous aurons le choix. Petit conseil: bougez assez vite pour récupérer votre argent.

De plus, signalez rapidement la naissance de votre enfant à la CAF (Caisse d'allocation familiale) pour obtenir un soutien financier (Paje, allocation familiale ou allocation familiale si vous êtes parent).

Envoyez-le à votre employeur

Ce n'est pas un engagement mais de la courtoisie. Vous négociez également un congé de maternité ou de paternité avec l'entreprise. À long terme, profitez-en pour alerter votre comité d'entreprise. Certaines boîtes contiennent des cadeaux pour les nouveau-nés.

Informer le bureau des impôts

Courage, bientôt à court, vous pouvez respirer. En ce qui concerne les impôts, vous allez inclure la naissance de votre enfant dans votre prochaine déclaration.

Notifier l'assurance

En outre, envoyez le certificat de naissance à votre assurance habitation dès que possible afin que l'enfant soit couvert par votre contrat.

Informer l'école maternelle

Si la plupart des parents se portent bien avant la naissance de leur enfant – les places en crèche sont rares – si ce n’est pas le cas, le moment est venu. Surtout si la date de la séance est proche.

Voir aussi:

⋙ Nos cartes Idées et joyeux anniversaire

⋙ Combien de sommeil les parents perdent-ils à la naissance?

Bonus Bonus de naissance CAF: tous les futurs parents doivent savoir

Laisser un commentaire