Builders Firstsource Inc (BLDR) Copie d'appel du chiffre d'affaires du quatrième trimestre 2019 ® garantie santé entreprise

La responsabilité civile professionnel

Cette foi facultative, sauf pour certaines professions, se révèle dans les faits, indispensable à quasiment toutes les entreprises. Elle couvre accomplis corporels, matériels ou immatériels occasionnés à des tiers (clients et fournisseurs) chez le chef d’entreprise, ses salariés, ses locaux ainsi qu’à ses dispositif par l’exercice de l’activité ou bien après la livraison de produits se révélant défaillants. Sont exclus les créés par des articles ou une activité ne répondant pas aux normes ou aux impératifs de sécurité en vigueur.

Le montant de la prime dépend du chiffre d’affaires, du secteur et de la nature de l’activité de la société, selon les risques encourus. En de dommage, l’entreprise doit transmettre à son assureur la réclamation reçue de son client et pourquoi pas fournisseur, auquel il incombe d’apporter la attestation du préjudice subi. La compagnie négocie d’or nom de l’entreprise avec le plaignant pour trouver un terrain d’entente en cas de dommages légers. Dans le de sinistres lourds, des techniciens compétent évalueront le montant des dommages.

A noter. Pour TPE, assureurs proposent des montants de cadeau forfaitaires.

7. La responsabilité civile obligatoire à différents secteurs d’activité

Les sociétés du BTP ont l’obligation de souscrire une cran responsabilité décennale qui couvre les constatés à l’interieur des dix ans suivant la livraison des travaux. Cette toupet s’applique lorsque dommages compromettent la solidité de l’ouvrage (infiltration d’eau dans la toiture, effondrement d’un balcon…) ainsi qu’à entraînent de graves préjudice (mauvaise étanchéité…).

La participation d’une sûreté responsabilité civile prostituée est, parmi ailleurs, obligatoire pour plusieurs professions réglementées dans le domaine de la santé (médecins, infirmiers…), du droit (avocats, notaires…) ou alors les agents immobiliers, studio de voyages, experts-comptables… Elle couvre dommages causés à des troisième a l’intérieur du cadre de l’activité (erreurs de prescription, risques opératoires), risques liés à la disparition de fonds transmis en des particuliers et qui transitent par elles (agents immobiliers, notaires…) ou bien des risques spécifiques à plusieurs métier (détérioration de meubles pour sociétés de déménagement et pourquoi pas malheur pour exploitants de remontées mécaniques).

Ces diverses achèvement d’assurance sont certes pas mal utiles. “Mais il faut remettre la garantie à la bonne place a l’intérieur du de maîtrise des risques de l’entreprise” estime Louis-Remy Pinault, apporter opération d’assurances, chez Générali. Une témoignage que la relation entre l’assureur, l’intermédiaire et l’assuré est plus globale.

Source de l'image: Motley Fool.

Constructeurs Firstsource Inc (NASDAQ: BLDR)
Appelez l'appel de revenus trimestriels 2019
2020 21 février, 10h ET

Contenu:

  • Notes préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants

Notes préparées:

opérateur

Bonjour et bienvenue à l'invitation à la conférence FirstSource sur le quatrième trimestre et toute l'année. (Instructions de l'opérateur) Sur la base des commentaires de l'entreprise, nous organiserons une session de questions et réponses. L'appel d'aujourd'hui est enregistré et sera disponible sur www.bldr.com.

Maintenant, je suis heureux de vous présenter M. Binit Sanghvi, vice-président, relations avec les investisseurs. Allez-y, monsieur.

Binit SanghviVice-président, relations avec les investisseurs

Merci, Kerry. Bonjour et bienvenue à l'invitation à la conférence Builders FirstSource Q4 and All 2019 Revenue. Chad Crow, PDG, m'appelle aujourd'hui; et Peter Jackson, directeur financier. Une copie du diaporama présenté dans le cadre de cet appel est disponible sur le site Web Builders FirstSource à bldr.com Investor Relations.

Avant de commencer, permettez-moi de noter que lors de cette conférence téléphonique, nous pouvons faire des déclarations sur les perspectives d'avenir de l'entreprise, sa performance financière, ses stratégies commerciales et les tendances de l'industrie. Ces déclarations sont réputées être des déclarations prospectives au sens de la loi de 1995. Private Securities Litigation Reform Law et sont soumis à certains risques et incertitudes qui peuvent faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des attentes. Pour plus d'informations sur ces risques, voir le plus récent formulaire 10-K déposé auprès de la Securities and Exchange Commission et d'autres rapports déposés auprès de la SEC. La Société n'a aucune obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement les déclarations prospectives.

La société discutera des résultats ajustés de cet appel. Dans le rapport sur les résultats d'hier, nous avons fourni un rapprochement des instruments financiers non-GAAP avec leurs équivalents GAAP et des explications détaillées des instruments financiers non-GAAP dans notre formulaire 8-K déposé hier, tous deux sur notre site Web.

Je me tourne maintenant vers Chad Crow.

Chad CrowPDG et administrateur

Merci, Binit. Bonjour et merci de vous joindre à nous. En janvier, nous avons annoncé notre retraite prévue. Ce fut une décision personnelle très difficile après 20 ans de service chez Builders FirstSource avec une équipe extrêmement talentueuse.

Avec des résultats record pour 2019, je m'attends à ce que cette équipe continue de fournir des résultats exceptionnels pendant de nombreuses années à venir et je suis convaincu que notre combinaison d'employés talentueux et d'initiatives de création de valeur portera l'entreprise à des sommets encore plus élevés. Je veux aussi que vous sachiez que j'aide le Conseil à trouver mon remplaçant. Et bien que le conseil d'administration progresse bien, il n'y a encore rien de significatif à signaler. Mais nous vous tiendrons au courant.

Passons aux faits saillants de l'année. Nous avons obtenu un autre excellent résultat financier et avons continué de bâtir sur nos succès. Nos 16 000 collaborateurs ont réimplémenté notre stratégie et ajouté de la valeur à nos clients tout en créant de la valeur pour nos actionnaires. Notre marge brute s'est améliorée de 230 points de base, ce qui nous a permis d'atteindre un sommet annuel record de 516 millions de dollars. EBITDA USD, en hausse de 3% sur un an. Notre plateforme inégalée a démontré sa force tout au long de l'année, les ventes à valeur ajoutée ayant augmenté de 9%.

Nous continuons à faire des investissements stratégiques dans nos capacités de croissance et à aligner nos services avec nos clients pour rationaliser leurs processus de construction. Notre équipe exceptionnelle a atteint ces résultats grâce à ses initiatives de fonds de roulement, qui ont permis d'amasser un record de 391 millions de dollars. USD de flux de trésorerie disponibles tout au long de l'année. Nous avons été particulièrement heureux de financer des acquisitions tout en réduisant l'endettement net de plus de 0,5, jusqu'à 2,5 fois en glissement annuel. Nous avons réalisé cinq acquisitions dans des marchés en croissance clés, dont Las Vegas, Phoenix, la Floride et la Caroline, ce qui a ajouté environ 240 millions de dollars de revenus annuels à valeur ajoutée à notre entreprise.

Passant à la diapositive 3, je voudrais prendre quelques minutes pour souligner certaines de nos réalisations stratégiques en 2019. Nous continuons de profiter de 2015. La force de la plateforme créée. Notre envergure nationale et nos solides relations avec la clientèle nous ont permis d'augmenter les ventes. dans les trois segments de clientèle et dans chaque région, la croissance du logement commence.

Les ventes totales ont augmenté de 7%, soit plus du double de la taille des logements aux États-Unis, car nous travaillons de plus en plus avec nos clients pour offrir de la valeur. Nous continuons de comprendre les avantages de nos investissements stratégiques et de la croissance de la capacité des produits à valeur ajoutée et des services et de la croissance des bénéfices, aidant nos clients à relever des défis tels que l'augmentation des coûts, les contraintes de main-d'œuvre et la gestion des déchets. Nous nous engageons à étendre notre réseau de fabrication de composants stratégiquement situé à l'échelle nationale.

En plus des investissements entièrement nouveaux, à partir de 2019, Ces cinq acquisitions ont apporté à la famille Builders FirstSource six unités supplémentaires de fabrication et de fraisage de fermes, pour un total de 64 unités. L'expansion continue de ces installations nous permettra de conquérir une plus grande part du marché en expansion des produits finis pour la production externe.

Nos initiatives d'amélioration de la performance ont continué de prendre de l'ampleur, avec 2019 seulement. Avec 25 millions de dollars EBITDA ajusté en USD, bien supérieur à notre objectif de 14-16 millions de dollars. Objectif USD. Ces meilleures pratiques sont mises en œuvre dans toute l'organisation pour rendre notre entreprise plus agile et plus facile à gérer tout en générant des avantages financiers importants. Les principales initiatives de processus comprennent l'investissement dans des logiciels de distribution et de logistique, des outils de gestion des prix et des marges, des processus de back-office, l'efficacité des processus et des améliorations du système d'information. Notre implémentation d'optimisation des prix a été extrêmement réussie et montre des résultats tangibles. Avec l'introduction de nos partenaires, nous avons fourni des informations de tarification plus rapides et plus précises ainsi que des outils de marché et des analyses personnalisés pour nous permettre de mettre en œuvre notre stratégie localement.

Nos 16 000 partenaires sont la clé de notre succès. Notre principale priorité reste d'embaucher, de former et d'embaucher les meilleures personnes. 2019 Nous avons recruté ou promu 250 nouveaux membres de l'équipe de vente et investi dans des programmes de planification de leadership et de prise de contrôle afin de recruter de futurs dirigeants. De plus, nous avons mis en place des outils de formation à la vente dans chaque région afin d'augmenter systématiquement la productivité de notre culture commerciale hautement qualifiée. Nous nous engageons à développer et développer les talents dans toute notre organisation.

Je vais maintenant me tourner vers Peter pour un aperçu plus détaillé de nos résultats financiers du quatrième trimestre.

Peter JacksonVice-président principal et chef des finances

Merci, Chad. Bonjour à tous. Je suis fier du travail de notre équipe pour livrer un autre trimestre de bons résultats et en nous concentrant sur les aspects contrôlés de notre entreprise, nous ne visons pas des résultats stellaires au quatrième trimestre sur la base de notre travail d'une année sur l'autre pour dépasser le marché, augmenter les marges et générer des flux de trésorerie exceptionnels. , tous répondent ou dépassent nos attentes.

Les ventes nettes pour le quatrième trimestre se sont élevées à 1,8 milliard de dollars, en baisse de 2,9% en raison de la déflation attendue des biens et de la baisse des ventes, entraînant une baisse de 10,6% des ventes. Le commerce éolien a compensé l'augmentation prévue de 7,7% des ventes. Nos catégories de produits à valeur ajoutée donnent une fois de plus l'exemple, en hausse de 9% au quatrième trimestre 2019. Trimestriel, reflétant l'exécution de notre plan stratégique et notre concentration sur ces produits clés.

Total 476,6 millions de dollars Les marges en USD ont diminué de 16,2 millions de dollars USD ou 3,3% en raison d'une baisse des ventes nettes par rapport à l'année dernière. Notre marge brute est restée solide à 27%, directement en raison de l'amélioration de la gamme de produits tirée par la concentration continue de notre équipe sur la fourniture de solutions de marge et de valeur ajoutée plus élevées aux clients. Les prix annuels et la dynamique des prix des matières premières affectant le quatrième trimestre étaient conformes à ce que nous avions discuté lors des appels précédents.

La déflation des prix des produits de base entraîne une augmentation à court terme de la marge brute, car les prix baissent rapidement par rapport à nos engagements de prix à court terme que nous offrons à nos clients. Nous avons connu ces avantages en 2018. Au quatrième trimestre. 2019 Ces avantages ne se sont pas reproduits au second semestre. Les prix des produits de base sont restés globalement stables par rapport à nos contrats à prix fixe en 2019. Quatrième trimestre, rapprochant le pourcentage de marge brute de notre niveau normalisé à long terme.

Notre pourcentage de frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux a augmenté de 60 points de base d'une année sur l'autre, principalement en raison de l'incidence de la déflation susmentionnée sur les ventes. De plus, une forte augmentation du volume et des marges brutes plus élevées entraînent une rémunération trimestrielle plus élevée. Comme nous l'avons dit au cours des trimestres précédents, nos incitations augmentent à mesure que l'équipe commerciale atteint des marges plus élevées. Cela a créé un alignement favorable entre notre équipe commerciale et nos objectifs opérationnels globaux. En conséquence, notre marge brute élevée augmente davantage que le financement de charges de commissions plus élevées pour le trimestre.

Les intérêts débiteurs pour le trimestre se sont élevés à 27,5 millions de dollars. USD contre 23,4 millions de dollars. 4,1 millions de dollars l'année précédente, 4,1 millions de dollars. USD de plus. Abstraction faite de l'incidence des éléments exceptionnels nets liés à l'annulation de la dette, les intérêts débiteurs ont diminué de 2,6 millions de dollars. USD en raison de la baisse du solde de la dette en cours d'année. Le BAIIA du quatrième trimestre a diminué de 15,7 millions de dollars pour s'établir à 109,3 millions de dollars, ce qui correspond à l'extrémité supérieure de nos prévisions. La croissance rapide de notre volume de ventes, en particulier dans les catégories de produits à valeur ajoutée, l'emporte en partie sur les facteurs négatifs mentionnés ci-dessus.

Passons à la diapositive 4. La force de notre entreprise, tirée par l'échelle nationale et de solides relations avec la clientèle, est de nouveau apparue dans les résultats du quatrième trimestre, alors que le logement aux États-Unis a commencé à s'améliorer. Les produits à valeur ajoutée à marge plus élevée se sont améliorés pour atteindre 42% des ventes totales du trimestre. Cela a entraîné une augmentation estimée à 11% du volume des produits manufacturés, suivie d'une augmentation prévue de 7% du volume des fenêtres, des portes et des produits fabriqués en usine. Hors déflation, notre catégorie de produits de bois et de tôles a également enregistré une solide augmentation de 11% de ses ventes attendues.

Dans la diapositive 6, nos ventes trimestrielles sur le marché final des nouvelles constructions unifamiliales ont augmenté d'environ 7,5%. L'idée commune dans toutes les régions du pays est que nous développons des produits à valeur ajoutée sur un marché familial. Notre volume de ventes en R&R et autres marchés finaux a augmenté de 6,8% par rapport à une forte croissance. Les ventes multifamiliales ont augmenté de 13,3%, principalement en raison des ventes antérieures de 2019. Le temps des projets a commencé.

Pour toute l'année 2019, nous avons reçu 391 millions de dollars. USD Free Cash Flow, représentant plus de 100% du résultat net ajusté. Cash-flow exceptionnellement bon en 2019 Il a été attribué à l'avantage supplémentaire des stocks déflationnistes de matières premières et à l'impact de nos initiatives d'amélioration de la performance qui augmentent le fonds de roulement. Nous continuons de concentrer notre capital sur les priorités stratégiques, qui comprennent le renforcement organique de notre capacité à valeur ajoutée, le financement d'acquisitions stratégiques et le maintien de la solidité du bilan pour créer de la valeur pour les actionnaires.

Au cours de l'année, nous avons investi environ 25% de nos dépenses en capital dans des initiatives de croissance à valeur ajoutée. Nous avons également acquis 93 millions de dollars. USD d'espèces. Nous avons été particulièrement heureux de réaliser cet investissement tout en maintenant une liquidité élevée et en améliorant le levier net. À la fin du trimestre, notre ratio de la dette nette au BAIIA ajusté sur 12 mois était le plus bas que nous étions 2,5 fois. C'est 0,6 fois moins que le trimestre de l'année précédente. L'année s'est terminée avec une capacité et une flexibilité exceptionnelles en vue du développement futur des affaires et des fusions et acquisitions.

2020 Nous prévoyons d'étendre notre capacité de fabrication et de valeur ajoutée. Nous ajoutons deux nouvelles usines de fermes et d'usines, quelques nouvelles lignes de fermes dans les usines existantes et une nouvelle machine et de nouveaux systèmes dans une douzaine d'autres emplacements. Au total, nous prévoyons d'investir environ un tiers des investissements de 2020. Dépenses en immobilisations pour nos initiatives de croissance à valeur ajoutée et l'expansion de la capacité de production.

2019 Nous avons inclus avec succès des acquisitions par le biais d'acquisitions comme autre moyen d'élargir notre stratégie de croissance. Notre environnement d'acquisition d'entreprises est actuellement très attractif et nous avons les bases pour accélérer la croissance de notre prochaine génération. Pour ceux d'entre vous qui ont écouté nos appels précédents, vous nous avez entendu parler de la façon dont nos produits à valeur ajoutée aident les constructeurs à gérer les contraintes de main-d'œuvre, les coûts de construction, les déchets et la qualité.

Alors que nos clients accélèrent l'adoption de ces produits rentables et hautement efficaces, nous avons l'intention d'accélérer nos plans de croissance, en complétant une croissance organique modeste par une stratégie d'acquisition ciblée. Nous élargissons notre portée géographique principalement en tirant parti des capacités des produits à valeur ajoutée tout en tirant parti des progrès technologiques pour mieux servir les clients de plus en plus sophistiqués.

Toutes nos acquisitions s'inscrivent directement dans cette stratégie. Un bon exemple est l'acquisition de Raney Components en décembre. Depuis plus de 20 ans, Raney développe un modèle innovant de fabrication et d'assemblage intégrés verticalement qui augmente considérablement la productivité et la vitesse des clients. Raney fournit des produits à valeur ajoutée et travaille ensuite avec des sous-traitants pour installer ces produits par le biais de ses clients constructeurs de fabrication professionnels dans toute la Floride. L'approche holistique de Raney pour le processus de construction, de la conception, la fabrication, la logistique à la gestion de l'artisanat et la gestion des matériaux, a mis à profit la technologie pour améliorer les temps de cycle de près d'un tiers, combinant efficacement le travail en interne plutôt qu'en interne.

Nous espérons faire passer ce modèle au niveau supérieur. Heureusement, nous avons un bilan très solide et un plan d’opportunité d’acquisition actif pour accroître encore notre succès sur de nombreux marchés sans perdre de vue nos objectifs de levier à long terme.

Pour ce qui est du long terme, passez à la diapositive 9 et regardez votre feuille de route à long terme. En 2019 Nous avons mis en œuvre nos priorités par le biais d'initiatives en cours et surmonté les facteurs négatifs du marché afin d'augmenter encore notre record de croissance du BAIIA. Dans le contexte de la croissance des activités clés, les fondamentaux de la demande des propriétaires restent inchangés et nous continuons de constater une amélioration constante de l'activité des acheteurs. Une grande partie de l'exécution de notre équipe a eu lieu en 2019. Gagner environ 35 millions de dollars EBITDA USD de ce que nous appelons notre cœur de métier, et commence une croissance relativement modeste dans le logement unifamilial. Cette amélioration a été plus que compensée par des vents d'environ 100 millions de dollars en déflation et des coûts fixes.

Compte tenu des aspects les plus contrôlés de l'entreprise, l'orientation stratégique de notre équipe a clairement été couronnée de succès. Notre valeur de vente estimée dans les catégories de produits à valeur ajoutée a augmenté de 9%, beaucoup plus rapidement que le marché, pour atteindre environ 55 millions de dollars. Le BAIIA a augmenté en USD par rapport à 2019 Croissance du marché clé. Ce montant est bien supérieur à l'objectif à long terme et nous continuons de voir d'importantes opportunités en cours pour accroître la pénétration du marché de nos produits à marge plus élevée.

À la suite de la mise en œuvre réussie de notre initiative de tarification et d'optimisation de la livraison en 2019, Le BAIIA a dépassé 25 millions de dollars Activités opérationnelles USD. Nos progrès mesurables prouvent qu'en augmentant l'efficacité et en améliorant le service client, nous pouvons créer une grande valeur stratégique et économique pour l'organisation. Dans l'ensemble, nous avons été ravis d'enregistrer une nouvelle année de progrès dans notre plan à long terme et d'avoir un impact sur nos résultats étant donné les vents importants liés aux matières premières.

Pour l'avenir, nous sommes convaincus que nous pouvons continuer à apporter une valeur ajoutée à nos initiatives, en particulier en renforçant le contrôle de nos activités. Même si nous continuons de croire que les entreprises en démarrage atteignent des moyennes historiques, nous avons complètement ajusté notre dépendance à l'égard de la croissance du marché principal pour mettre pleinement en œuvre nos plans à long terme. En nous concentrant sur le contrôle de notre trajectoire de croissance de l'EBITDA, nous avons l'intention de continuer à compléter la croissance organique par une acquisition ciblée, la stratégie d'acquisition cible dont nous avons discuté précédemment. Nous nous concentrons sur les produits à valeur ajoutée, qui sont un moteur clé de la croissance de l'activité principale et de meilleures performances par rapport au marché, et sur notre stratégie d'acquisition.

Dans cet esprit, nous avons combiné la contribution attendue de la croissance des activités de base et de l'efficacité des produits à valeur ajoutée au BAIIA pour mieux s'aligner sur notre approche commerciale et le rôle clé des produits à valeur ajoutée dans la création de valeur de base. Par conséquent, notre système cible nécessite maintenant 190 millions de dollars de ces deux catégories. USD à 210 millions de dollars EBITDA USD. De plus, nos initiatives d'amélioration de la performance sont également en cours. Lorsqu'elles seront entièrement livrées dans 400 sites, nous nous attendons à ce que ces initiatives génèrent des coûts supplémentaires de 30 à 40 millions de dollars tout en différenciant nos niveaux de service et en améliorant la proposition de valeur pour nos clients.

L'amélioration de notre plan de création de valeur à long terme, combinée à un contexte macroéconomique favorable, nous donne non seulement la certitude que nous atteindrons nos objectifs, mais nous aidera également à atteindre nos objectifs pour 2022. Le BAIIA serait de 750 millions de dollars. USD. Cela signifie EPS entre 3 $ et 3,50 $. La trésorerie reste une priorité. Et nous allons réaliser une conversion de plus de 85% du bénéfice net ajusté en flux de trésorerie disponibles au fil du temps. Nous prévoyons dépenser beaucoup d'argent que nous générons pour financer un retour sur investissement élevé et maintenir un ratio d'endettement net cible à long terme de 2,5 à 3,5 fois.

Nous passons à la diapositive 11 et attendons avec impatience notre premier trimestre et toutes les attentes pour 2020. Nous sommes convaincus que notre équipe peut profiter des opportunités du marché, atténuer la dynamique des prix des matières premières et mettre en œuvre des initiatives que nous contrôlons. La première année de 2020 Nous aurons un autre jour de vente au cours du trimestre par rapport à l'année précédente, donc nos recommandations seront basées sur les jours de vente.

Nous prévoyons que le chiffre d'affaires quotidien du premier trimestre passera de 6% à 10% sur un an, tiré par les produits à valeur ajoutée. Cela comprend l'effet de l'inflation des produits de base d'environ 2%. La marge brute devrait chuter de 80 points de base à 100 points de base séquentiellement à partir de 2019. Tous les trimestres alors que nous revenons à la fourchette de marge normalisée de 26% à 26,5%. Le BAIIA ajusté pour le premier trimestre devrait se situer entre 90 et 100 millions de dollars, l'accent étant mis sur la discipline des coûts et l'amélioration de l'efficacité. Nous prévoyons que le taux d'imposition effectif sera légèrement inférieur au premier trimestre au taux à long terme de 23%.

Nous espérons que dans tout 2020 La gamme moyenne à un chiffre pour les clients unifamiliaux augmentera; Croissance de la R&D dans la fourchette à faible chiffre; et le marché final multifamilial resterait en effervescence. Nous prévoyons un BAIIA ajusté de l'ordre de 550 millions de dollars. USD à 580 millions de dollars USD. Comme pour les années précédentes, nous nous attendons à ce que le premier trimestre soit le trimestre le plus bas de notre BAIIA, suivi par un deuxième et un troisième trimestres plus forts au cours de la saison qui approfondiront la saison de construction de maisons. Les dépenses en immobilisations devraient représenter environ 1,5% des ventes totales de l'année.

En ce qui concerne les impôts en espèces, nous nous attendons à des impôts en espèces de 50 à 55 millions de dollars, proportionnels à notre gestionnaire efficace à long terme de 23%. L'intérêt en espèces devrait être d'environ 90 à 95 millions de dollars. Les intérêts débiteurs devraient également être de l'ordre de 90 millions de dollars. Jusqu'à 95 millions de dollars Dollars, plus environ 25 millions de dollars.

Continuer à exécuter notre plan stratégique dans un environnement macroéconomique robuste nous permet de nous ancrer fermement dans la réalisation de nos objectifs globaux pour 2020. Objectifs et nous rapprochent des objectifs des années à venir. Grâce à notre situation géographique améliorée, à nos offres de produits diverses, à nos capacités de fabrication nationales et à nos partenariats solides avec nos clients, notre entreprise est bien positionnée pour être un fournisseur de matériaux de construction.

Nos investissements sur le marché dans des produits à valeur ajoutée et nos initiatives de croissance continue nous permettent de fournir des solutions de productivité qui aident nos clients à répondre aux besoins changeants des acheteurs de maisons. Nous sommes ravis que nous prévoyions d'ajouter de la valeur grâce à nos initiatives d'amélioration de la performance, ainsi que d'utiliser le pipeline pour une économie plus forte et nos acquisitions. Nous nous développons sur les bons marchés, en mettant en évidence les bons produits dans notre portefeuille et en améliorant nos capacités pour accélérer notre stratégie de croissance de nouvelle génération.

Je tiens particulièrement à remercier nos 16 000 membres de l'équipe à travers le pays pour leur travail acharné et le rôle qu'ils jouent dans l'atteinte de notre record. Toute notre équipe est ravie de continuer à créer une valeur constante pour nos clients et à fournir de bons résultats à nos actionnaires en 2020 et au-delà. Opérateur, nous pouvons maintenant annoncer une invitation aux questions et réponses.

Q&R:

opérateur

Je vous remercie. (Instructions de l'opérateur). Notre première question sera de Matthew Bouley avec Barclays.

Christina ChiuBarclays – analyste

Salut! Ce matin, c'est en fait Christina Chiu. Ma première question concerne les perspectives de croissance des ventes de produits à valeur ajoutée au premier trimestre. Je sais que vous avez mentionné une augmentation de 6 à 10% des ventes nettes par jour. Mais quelle part proviendra du segment à valeur ajoutée?

Peter JacksonVice-président principal et chef des finances

Oui Donc, nous ne faisons généralement pas cela dans le manuel. Cependant, nous prévoyons que les résultats continueront d'être dépassés. C'est le domaine dans lequel nous nous sommes engagés. Nous le voyons sans aucun doute croître plus rapidement que le marché. C'est un domaine dans lequel nous continuerons de bénéficier à la fois de la croissance du marché et de capacités supplémentaires.

Christina ChiuBarclays – analyste

D'accord, c'est logique. Et seulement lorsque le prochain 2020 Avec plus d'achats d'actions, je sais que vous avez mentionné le système. Pouvez-vous fournir plus d'informations sur la manière dont ces acquisitions devraient être suivies tout au long de l'année, puis géographiquement s'il existe des marchés que vous ciblez spécifiquement?

Peter JacksonVice-président principal et chef des finances

Oui Donc, je ne serai pas trop précis, pour être honnête. Je veux dire, je veux pouvoir garder un peu de surprise à l'avenir et pour des raisons évidentes de compétition. Mais nous avons vraiment beaucoup parlé des endroits où les introductions nous seront bénéfiques pour ajouter de la valeur, en particulier sur les marchés où nous n'avons peut-être pas joué ou joué beaucoup dans le passé. Nous sommes 77 des 100 meilleurs MSA du pays, mais évidemment certains MSA où nous ne jouerons pas. Il y a certainement des marchés où nous sommes, mais nous pensons que nous pouvons être de meilleurs concurrents, de meilleurs fournisseurs pour nos clients de la construction résidentielle. Souvent, les acquisitions sont le bon moyen de croître sur ces marchés, en particulier lorsque vous équilibrez votre désir de croître avec les capacités disponibles sur le marché.

Nous ne voulons pas entrer et ajouter un tas de capacités inutiles. Nous ne pensons pas que ce soit sain pour nous ou pour le marché. Donc, comme nous en avons parlé dans le passé, nous aimons évidemment les marchés où il y a beaucoup de choses pour commencer. Nous nous sommes fiancés en Floride, Phoenix, Las Vegas. Je pense que ces marchés sont sains, mais nous ne nous arrêtons certainement pas là. Malheureusement, le temps est assez difficile. Nous – ils viennent comme une opportunité. Et le désir d'être diligent et diligent, avec un jugement prudent, propage ces degrés. Mais nous avons certainement pas mal de pipelines. Nous sommes très satisfaits des opportunités qui se présentent en ce moment. Nous continuons de les traquer.

Christina ChiuBarclays – analyste

Je vous remercie.

Peter JacksonVice-président principal et chef des finances

Je vous remercie.

opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question sera posée par Mike Dahl de RBC Capital Markets.

Michael DahlRBC Marchés des Capitaux – Analyste

Bonjour. Merci d'avoir répondu à mes questions. Ma première question concerne la PBA. Ainsi, selon le Guide 1Q, il semble toujours que vous ne profiterez pas de vos coûts SBA au fil des ans. Et nous voulions juste comprendre comment nous devrions penser à déplacer des pièces. Il semble y avoir beaucoup de choses avec les nouvelles acquisitions, peut-être que l'incitatif basé sur les produits de base est légèrement inférieur cette année, certaines de vos initiatives semblent s'être mélangées. Comment devrions-nous penser à tirer parti du SBA cette année-là?

Peter JacksonVice-président principal et chef des finances

Oui Non, la bonne question. Je pense que la chose la plus importante à noter est que ce chiffre du quatrième trimestre, je le sais – en pourcentage indique une réduction de la dette. Mais si nous regardons le coût par rapport à l'année dernière, nous avons plutôt bien réussi. C’est un chiffre assez important et aller au premier trimestre est certainement un autre bon spectacle. Bien sûr, cela évoluera au fil des ans. Nous verrons l'augmentation des salaires et de l'inflation que vous attendez. Cependant, notre performance est beaucoup plus constante et attribuable au volume en termes de coûts nets. Ce sur quoi nous travaillons toujours et ce que je pense que tout le monde voit, c'est le fluage du vent déflationniste que nous avons connu au T4 / 18 puis au T1 / 19. Je dirais la plus grande partie de l'histoire.

Le cœur de métier, qui fonctionne très bien, connaît une croissance. Je pense que nous pouvons continuer nos résultats. Cependant, cet avantage sera réduit compte tenu de l'avantage déflationniste du 19e trimestre. Il n'y a aucun moyen. C'était une bonne nouvelle, bien sûr, nous l'avons eue, mais elle n'existe plus. La bonne nouvelle, je dirais, c'est que ce sera presque la dernière. Nous estimons qu'il sera dans le rétroviseur après le premier trimestre. Donc, au début du deuxième trimestre, nous examinons comment travailler plus efficacement.

Michael DahlRBC Marchés des Capitaux – Analyste

D'accord. Je pense que le dernier commentaire concernait la marge brute. Mais je pense que pendant un moment je suis retourné aux frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux. Alors faut-il y penser quand les choses reviennent à la normale, que vous êtes toujours autour de 70% variable, 30% fixe?

Chad CrowPDG et administrateur

Oui C'est une juste estimation.

Peter JacksonVice-président principal et chef des finances

Oui C’est une bonne perspective.

Michael DahlRBC Marchés des Capitaux – Analyste

D'accord. Ma question suivante, vous avez dit de faire passer Raney au niveau supérieur. Je voulais donc obtenir un peu plus de couleurs sur l'ampleur de l'expansion de Raney en Floride par rapport à l'adaptation d'un système d'intégration verticale à certains de vos autres marchés et entreprises existants, et voir ce que nous devrions attendre d'un point de vue temporel.

Chad CrowPDG et administrateur

Je dirais que nous sommes toujours en train d'apprendre l'acquisition de Raney. Comme vous le savez, nous étions déjà en assez bonne santé dans la région d'Orlando. Donc, à ce stade, nous sommes toujours dans la phase d'intégration, en discutant avec les clients que nous avons servis et en nous assurant que tout se passe bien. Cependant, comme vous l'avez mentionné, le plan à long terme doit vraiment continuer à évaluer s'il élargira le modèle Raney ou par le biais d'autres acquisitions qu'il ajoutera à notre offre de produits et services à valeur ajoutée, qui comprendra probablement une sorte d'intégration verticale, le genre que nous avons vu avec Raney.

Je dirais que la prochaine étape avec Raney serait de l'étendre à une zone géographique plus large en Floride. Par exemple, il n'atteint pas Jacksonville. Et nous avons clairement une bonne empreinte là-bas. Je pense donc qu'il y aura des opportunités dans un proche avenir d'étendre ce modèle à Jacksonville. Mais ce n'est pas quelque chose qui se produira du jour au lendemain et nous voulons nous assurer d'y penser.

Michael DahlRBC Marchés des Capitaux – Analyste

D'accord, merci. Et Chad, profitez de votre retraite.

Chad CrowPDG et administrateur

Oui merci

opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question sera de James Morrish avec Evercore.

James MorrishEvercore – analyste

Merci beaucoup les gars. Je pense d'abord que je veux commencer par votre guide de volume organique 1Q. On dirait un chiffre autour de 2,5% au milieu de votre fourchette, ce qui semble un peu faible compte tenu de tous les vents du logement que nous voyons du front macro, de la construction à l'ordre. Je me demande donc s'il se passe quelque chose au 1T qui fait que ce nombre a l'air un peu ou peu? Ou que diriez-vous de penser de manière générale à la forte demande que nous voyons ailleurs et de publier un chiffre qui semble un peu facile.

Peter JacksonVyresnysis viceprezidentas ir vyriausiasis finansininkas

Oui Manau, truputį atitrūkau. Aš turiu galvoje mūsų vidurio pavienių skaitmenų vadovą, kuris, manau, yra tinkamas pagrindinis skaičius. Tam tikras poveikis kompensuotas. Mes atsižvelgiame į mažėjantį namų dydį, keletą punktų dėl prekių defliacijos – arba atsiprašome, prekių infliacija. Taigi aš manau, kad yra daug įdėjimų ir pasiėmimo vietų. Ką aš jums pasakysiu, šiame etape mes be galo džiaugiamės, ką rodo rinka. Esame įsitikinę, kad sugebėsime užimti savo teisingą dalį, o vėliau ir dalį, palyginti su mūsų rezultatais, palyginti su rinka.

Taigi aš manau, kad mano pasirodymas, kad ir ką rinka atneš, mes būsime – dalyvausime visa apimtimi, o paskui ir kai kuriais. Mūsų, sakyčiau, pirmojo ketvirčio gairių įgyvendinimas yra tikrai orientuotas į tam tikrus preliminarius skaičius, kuriuos matėme ateinančiais metais, kurie, manau, yra gana kuklūs – tai vienas iš mažesnių akivaizdžiai metų ketvirčių. Taigi mes pradėsime nuo pagrįstų punktų ir tada augsime iš ten, kaip rinka rodo save.

Čado varnaGeneralinis direktorius ir direktorius

And then clearly, it was a pretty easy comp year-over-year on the housing starts number, Q4 '19 versus Q4 '18, and a bit of a head scratcher. To me, there seems to be a little bit of noise in those numbers. And as Peter indicated, as these starts, assuming they are real rollover into units under construction, I fully expect we're going to get our fair share of that. There's no reason we wouldn't. But I think this time of year, especially as the slower time as far as the pace of construction, given the typical weather delays. So I would expect that, as Peter said, that's a great indicator of things to come. And we'll get our fair share when those do become units in construction.

James MorrishEvercore — Analyst

Okay. Well, I'll try and follow up more on that on a later call. On the gross margin front, clearly a big — another big benefit this quarter from lumber. You ended up 40 bps above the high end of your previous guide. So I'm just wondering, what kind of drove that improved delta in 4Q? And is the entire step-down from 4Q to 1Q entirely due to lumber — the lumber deflation falling away?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Yeah. So I want to be careful about sort of breaking this into two pieces. On a year-over-year basis, the EBITDA dollars and the margin change is certainly because of that deflation tailwind we had last year and not seeing this year. In terms of the level of margins where we are today, I think that that has a lot more to do with the mix that we've seen and sort of the pricing disciplines that we've experienced. But I think we've been pretty open about our expectation that there's a certain amount of normalization that's still happening in the marketplace as it comes to — when it comes to certain categories of product and prices. And we do see it returning to a more normalized level.

That's why we keep talking about this sort of 26% to 26.5% being a more normalized level, assuming commodities don't move in a material way. Now we've seen some indications that there could be some pretty interesting moves in terms of commodities going up, saw that over the past few weeks. Just to reiterate, we like higher prices in commodities. We think that's a benefit to us. We will pass those along as appropriate. So while there might be a near-term pinch on some of our gross margin percentages, we certainly are pleased with the general trajectory in what commodities have been doing lately. Assuming they sort of keep on a reasonable pace, we think we'll do well with it.

James MorrishEvercore — Analyst

Okay, thank you very much.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Thank you.

Operator

Thank you. Our next question will be from Trey Grooms from Stephens Inc.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Thank you. And good morning. And first off, Chad, I want to congratulate you on your retirement as well.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Appreciate it, Trey. I'm not out of here yet, you may not be done with me just yet.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Well we've been doing, working with you over the years. So the longer the better you stick around.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

It's mutual.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Okay. Well, so first off, I want to touch first on that comment, Peter, that you just made. So you've been saying over the last several quarters, you've seen some pricing disciplines. And I guess the question I have is you just mentioned something about things kind of returning to more normal, not sure if you were kind of pointing to those — the market maybe not being as disciplined on some of these things as it had been before. I guess is the — has that pricing discipline continued? Or has it kind of gotten to reverting back to a little bit more competitive market out there?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

I would say it's uneven, depending on where you are in the country. But there have been certain markets that have gotten more aggressive again and more competitive again. I would say it's — the question has never been what is the market likely to do, it's when is the market likely to do it. And so in our mind, in the fourth quarter, it hung on a little longer than we thought. So we felt good about it, I think our guidance in the first quarter indicates what we've seen.

As we've moved into the 2020 bids, people have tried to make sure they got their fair share. I know it's not a shock to anybody on this call that when you take as much share as we did in 2019, people fight back. And we're in the trenches every day bidding it out. And it's a competitive market out there. And I'm proud of our team. I think we're doing a great job. And I also think that our guide for Q1 in terms of margins is a fair one.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Not lose sight of the fact that 26% to 26.5% is well above our long-term average margin. And as you know, Trey, that has a lot to do with our investment and value-add products and services. So I think we guided pretty well along the way. But this is where we were going to bottom out. And I think it took a little longer than we thought to bottom out, which was nice, but still a very healthy spot to be right now.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Absolutely. And I guess that kind of leads to the next question. And I don't know if you may have kind of answered this earlier. But the new kind of normal of 26% to 26.5%, as you mentioned, still well above what we've seen historically as a normal. But the 1Q guide kind of puts you toward the lower end of that range of 26% to 26.5%, not by much. But just as we look through the rest of the year with the guidance that you've given, the EBITDA guidance you've given us, should we see opportunity to see that kind of creep up a little bit toward maybe the mid- or higher end of that range? Or is the kind of lower end of the range the place we should be thinking about for the full year?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Yeah. So I think it's fair to say that, as we get into the busier months, our leverage and our capacity utilization increases, which is a good result for us on that gross profit margin line. So I think it's fair to say there is some seasonality to that number with the winter months being the lowest capacity and the lowest margins as a result.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Yeah, OK understood. Okay and then —

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

And I think the other question is just working through the commodities, we'll have to wait and see what that does.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Right, absolutely. Okay. And then last one for me. I know there's been some — outside of lumber, there's been increases announced with other products that you guys sell. I know gypsum is not a big piece for you guys. But wallboard had an announcement out there. The door industry and players there, looks like they're pushing for increases as well. Can you give us an idea of kind of what you're seeing out there for kind of other products outside of lumber and what your kind of expectation is for inflation there and how you expect to kind of push that through or how that's going to work out?

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Well, certainly on the high end of the spectrum would be the price increases on doors. I do think all or substantially all of that is going to stick. You mentioned wallboard, who knows, that's always a bit of a wildcard, and as you said, not a big part of our business. In between there, it's really just been kind of normal price increases that we've come to expect and our customers have come to expect. And you get a bit of an advanced notice when those are coming and you communicate them and pass them on to your customers, and they're typically a nonevent.

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

Got it. All right. Thanks a lot guys. Great work in the quarter, and best of luck as we through 2Q.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Thank you.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Thanks Trey.

Operator

Thank you. Our next question will be from John Baugh with Stifel.

John BaughStifel — Analyst

Thank you, good morning. And my congrats as well, Chad, well deserved.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Thank you, sir. Thank you, sir.

John BaughStifel — Analyst

I think you mentioned, Chad, I don't know whether there's more attractive acquisition opportunity or I know you, as a company, are in a better position with your balance sheet. I was curious, are you seeing something from the potential targets that's making you more excited? Or is it more just your internal capacity?

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Well, certainly we're in a better place now than we have been in recent years just from a balance sheet flexibility standpoint. So that's encouraging. We've always been an acquirer. And so I'd lie if I'd say we weren't getting a little antsy over the years to — we've seen a lot of stuff in the pipeline that we really just couldn't even take the time to evaluate because we were busy finalizing the ProBuild integration and getting our balance sheet back in order. So that part is exciting.

Just as far as the pipeline though, there's a lot of companies out there, but I will say most of them are very small. You're talking $50 million in revenue and less, typically. But nonetheless, there's some good value-add opportunities out there. And so we've always got a handful of them we're looking at. Some are going to work out, some won't. But I think just in general, we're really pleased with the deleveraging we've accomplished in the past few years. And it's fun just to be able to look at the pipeline again and take some of these seriously.

John BaughStifel — Analyst

Yes, for sure. I guess what I was trying to get at a little bit is, are you seeing, in some cases, targets you're approaching recently or you maybe approached them a long time ago, where they're may be a little more willing to acquiesce because of what you've been able to do with the ones you buy? Or do they view you as an increasing threat if they don't partner up with you? Is there any kind of — any examples of that?

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Well, there's a handful of those. A decent chunk of the ones we did in '19, we had been kind of cultivating those relationships for a while. And clearly, we had to wait until our balance sheet was in order. And those worked out. And so we have a few of those. But no, beyond that, I wouldn't say the landscape has changed all that much.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

The one thing we've noticed is that it appears that there was some pretty frothy valuations out there for a period of time. And I think people were quite excited about what they might potentially get for their business, even small tuck-ins. And that seems to have settled down a little bit. I think there seems to be a little bit more rationality in terms of valuation. So that part is exciting for me, at least.

John BaughStifel — Analyst

Thanks. And you mentioned some noise in the latest housing numbers. And of course, we're in a seasonally low period and we're going up against some year-over-year easy compares, as you mentioned. I wonder if you could — I'm a little worried that some investors just look at these percentages — and of course, some of the units are smaller, as you've talked about. I just wondered if you could put into a real context of what — you mentioned single, I think, mid-single-digit increase for single family. So I guess we're going to see completions up pretty nice year-over-year in the first half of the year, then I guess the back half is a little bit unknown. But wonder if you could put any little more color around the housing data and the macro backdrop for '20. Thank you.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

For me, it's a bit of a head scratcher because at the end of '18, we saw some year-over-year decreases. And to be honest, we really didn't feel it in our business. Our volumes held up and we just kind of powered right through it. And now you're coming off that and you've got an easy comp this year and, as we said earlier, business feels good. I don't — right now, I don't see a 15% surge in volume coming because of the starts numbers we saw in Q4. So this — to me, it just feels like there is a little noise in there. And of course, you've always got the lag you have to deal with. We don't sell to a start. We sell to a unit under construction. And so there's just different ebbs and flows throughout the year. We try not to get too hung up on it. I mean to me, the bigger picture is we beat considerably for the full year of '19. And I think looking over a broader period tells a better story. When you try to isolate it down to a couple of months or a quarter, you'll just drive yourself crazy.

John BaughStifel — Analyst

Amen! Thanks and good luck.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Thank you.

Operator

Thank you. Our next question will be from Keith Hughes with SunTrust Robinson Humphrey.

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Thank you. I've got a couple of questions. Just a clarification, there was some discussion of gross margin beyond the first quarter, which you've given us discrete guidance on. What rough range are we looking for in this guidance for 2020, I think, are 26% to 26.5%?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Oui I mean I would say for the broad guidance for us is, yes, that's the best range at this point.

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Somewhere in that range would be the number for the year?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Oui

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Okay. And if we look specifically in the first quarter, with — we've seen frame and lumber move up here in the last really couple of months, although at a fairly orderly pace. Is there any kind of pass-through lag that you've assumed in the first quarter guidance?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Oui Well, I mean I'd say always, the nature of the business is we don't — the prices don't move the day that the random blank quote changes. So I think what we said in the past is it takes about a quarter or two for those prices to work through, depending on the market. Some markets, it's within 30 days. Other markets, it might take to the end of the second quarter out, depending on the price locks. So it will take time to work through. Like you said, it's been fairly orderly, which we like. But any time you have a run-up in commodities, we'll perform like we have, right? We'll continue to increase prices. We'll get that gross margin dollars. And during that intervening exposure period, we'll have a little bit of pinch on a gross margin percentage line.

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Okay. And then switching a little bit longer term on the guidance or the numbers you talked about on slide 10, we've seen those for a while now. If you look at 2020, you've done some acquisitions. Do you — I assume you expect value-added to grow faster than the rest of the business as was the case in '19. Do you think that's going to accelerate in '20 to an even faster number? Or will it be more orderly in '20 and beyond?

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Is the question, will the rate of acceleration or the rate at which value-added is outperforming?

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Oui It's really like a tipping point, where you hit where you can all of a sudden grow that even faster as you — particularly given all the capacity you're adding and things of that nature, is that just a little too much to expect?

Chad CrowChief Executive Officer and Director

My gut would say it's going to grow as fast or slightly faster. It should grow a little faster, given the investments we're making in both our internal capacity and the acquisitions that we've made. So that's where I'd put my bet as faster or slightly faster. I don't see it shrinking at this point.

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Okay. Thank you.

Operator

Thank you. Our next question will be from Seldon Clarke with Deutsche Bank.

Seldon ClarkeDeutsche Bank — Analyst

Hey, thanks for the question. So you guys saw some pretty impressive market share wins in 2019. I understand some of that government data may have been unreliable from earlier in the year. But how are you thinking about market share wins relative to starts on a go-forward basis? And if starts wind up exceeding your mid-single-digit outlook, how comfortable are you from a capacity and labor standpoint that you could efficiently scale alongside this type of growth?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Yeah, I think we feel really good about it. Looking at the capacity numbers internally, aligning that with the investments we're making and the capex investments in the year as well as the new facilities and the acquisitions, I think we're lined up very well to take advantage of the market growth. I think our teams have been doing a good job competitively. I think there's every reason to believe that the product offering, the product portfolio, combined with the quality of our team, means that we're going to keep gaining share.

I'm not going to go out of limb and give you a point prediction on it. But we feel good about it. I think there's every reason to believe we're going to be able to grow with the market in 2020. And so like I said, we've got a mid-single-digits number there in starts and happy to have the market prove us wrong. I think we've been pretty well served at taking a rational and reasonable forecasting approach on starts. It's been a slow grind to get back. So we think we can do quite well in that market and even better if it accelerates more quickly.

Seldon ClarkeDeutsche Bank — Analyst

Okay. That's helpful. Thanks. And then you talked a lot about just the shrinking footprint of homes and how that impacts. I guess could you talk about how that impacts your volume growth across the various product groups? So I would imagine the relationship for things like doors and windows isn't as linear as something like lumber. So could you just give a little bit of color on the relationship there?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Sure. Yeah. I mean the way we've talked about it in the past is really around the sort of the obvious variables. I think you hit the nail on the head. If the Census department says we're down 1% in the average square footage of the home, you'll have a mix of impacts, depending on what it is that you're selling. Generally speaking, there is a fairly linear number and when it comes to linear board feet of lumber. However, there is — there are oftentimes offsets in terms of the amount of value add used, the amount of prefabricated or offsite components used. There are some step function changes. I mean I think you hit the nail on the head again. It's that windows and doors, depending on — it's more dependent on rooms rather than necessarily the square footage.

So it's a little inconsistent in that regard. And in many cases, a movement to a starter home, they make a few things, a few components in the home simpler or indicate that the economics are changing. So you may have a bit less millwork, obviously some of the finishings may be a bit less high end. But generally, for us, we feel pretty good about it. I mean we want more starts. We are firm believers that, that's the leg of this recovery that is still lagged. We certainly don't see the expansion or the increase in single family starter homes as being somehow detrimental to the rest of the market. We think it's certainly an addition, so feeling good about it overall.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Oui That's just a natural progression to get back to the historical building averages, in my opinion. You're going to have smaller homes in order to get back over that 1 million single family start number.

Seldon ClarkeDeutsche Bank — Analyst

Yeah, OK. That makes a lot of sense. I appreciate the questions. Thanks guys.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Thank you.

Operator

Thank you. Our next question will come from Steven Ramsey with Thompson Research Group.

Steven RamseyThompson Research Group — Analyst

Good morning. I wanted to think about the long-term plan, just about how much of the plan depends on overall sales growth? How much of it depends on stronger value-added growth? And does it contemplate acquisitions?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

So yes, there you go, question answered. The reality is as we look at the business, it's become so integrated in terms of the impact of value add and the opportunity is sort of represented by the acquisitions. And any time you do these acquisitions, clearly there's a focus on the value add. But almost inevitably, you end up with a stand-alone business. So you may have some lumber in there. You may have some ancillary parts of the product portfolio that you've added when you've done this addition. And you think about the growth of the overall market and the relative expansion of value add, just in general, faster than starts, it becomes really, really difficult to carve it out and to give you discrete categories.

And so the logic of putting those together is not to be somehow opaque or to hide from you. I just don't think I'd serve you well by trying to give you those buckets independently. I think that what we've done here by calling out 2022 is that we've given you some confidence that this $750 million number is real. We have a line of sight to it. And candidly, there are a couple of different pathways we can take to get there. And we feel good about whichever way we get to that, that's a number that we feel good about putting out there for you to anchor us on.

Steven RamseyThompson Research Group — Analyst

Great. And then thinking about a goal to penetrate deeper into existing markets and expand the product portfolio, maybe thinking about the product portfolio, does that mean you would contemplate making acquisitions of distributors that focus on more specific product categories outside of your more broad product category focus? Maybe just go into a little deeper color on that initiative.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

I would say we're — that's not an assumption we have baked into our long-range model. Could it happen? Sure. But that's not kind of the underpinnings of our longer-range model. It's more, hey, where there are markets where we may have already have a presence, but we don't offer our full offering of products and services, it's enhancing that. It's picking up additional truss capacity or additional millwork capacity. So again, not to say it couldn't happen, but that's not part of that growth strategy that we've outlined.

Steven RamseyThompson Research Group — Analyst

Great, thank you guys.

Operator

Thank you. Our next question will be from Ryan Gilbert with BTIG.

Ryan GilbertBTIG — Analyst

Thanks guys. Good morning. First question, just a point of clarification on the first quarter '20 guidance. I understand that the 6% to 10% sales growth is a sales per day number, so excluding the impact of the extra sales day that you're getting. Is that $90 million to $100 million of adjusted EBITDA inclusive of the extra sales per day? Or is that also excluding the extra day you're getting?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Oui That is all-in.

Ryan GilbertBTIG — Analyst

That's all-in. Okay, great. And then I hear what you're saying about the housing starts grow through in the fourth quarter. But we did see new home sales accelerate in the fourth quarter and public builder orders were good as well. And I think in particular, December, January, the strength of demand for housing caught a lot of people by surprise. And maybe the production capacity hadn't ramped up to meet that demand yet. Are you — as you look at the quarter, so January, February, we're two-thirds of the way done with the quarter here, are you seeing builder production ramp in the field? Or is that something you think it's still to come in the months ahead?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Well, I mean this time of year, you're always starting to see the ramp in the markets where you can. The problem is you're not building houses where there's snow on the ground. And the reality is while there's been healthy performance, and I would say all the markets have been very positive, I think the mood is good, it's just too soon to say.

Ryan GilbertBTIG — Analyst

Okay. I understand. And then last one for me. We saw a large public homebuilder vertically integrate into offsite manufacturing earlier this year. Can you talk about just what that means for your business in Florida? And are other builders considering vertical integration versus buying offsite components directly from you?

Chad CrowChief Executive Officer and Director

I'll answer that a couple of ways. One, I think it validates our thesis that investing in offsite manufacturing is something that should pay off and something our customers are looking for. We've seen this before. As a matter of fact, 21 years ago or so, the first acquisition BFS ever made was a spinoff of a similar situation with Pulte Homes back in 1998 or so. The challenge you see there, when it's one homebuilder getting into, say truss manufacturing, for example, at some point, it's hard to sustain that long term because at some point, if that plan is dependent on only one builder's production needs, at some point, the market gets saturated or built out and all of a sudden, you're delivering these trusses a really long way and it makes it become less economical.

So we'll see how it plays out. It doesn't surprise me. And again, it's — I think that's where the industry is heading, to more vertical integration, offsite manufacturing. And if it doesn't work out for them, then maybe we buy that business in a couple of years from them. I guess we'll see.

Ryan GilbertBTIG — Analyst

Great. Thanks guys.

Operator

Thank you. Our next question will be from Reuben Garner with The Benchmark Company.

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

Thanks, good morning everybody. And congrats, Chad. Good luck in retirement if we don't hear from you again.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Appreciate it.

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

So most of my questions have been answered, just a quick clarification for me and then a question. So clarification on Q1, going back to that question about your volume embedded in that guidance is — the way I'm reading it is more of a — it looks like 2% at the midpoint for inflation and then it would be 6% volume growth embedded in the first quarter. Is that — am I seeing that correctly? Or did I miss another piece?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

No. I think you've got the gist of it. Yeah.

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

Okay. And so your outlook for the full year, I know you didn't guide specifically, but it looks like somewhere in the low to mid-single digits is kind of what you're expecting from a volume standpoint just given your end markets, maybe a little bit better than that with your outperformance. But is the way to think about that seasonally that you guys may do a little better than that in the first half if your comparisons are a little easier, but as we move into the back half, barring some sort of acceleration in the end markets that it might slow a little bit just because you're up against such difficult comps, you guys had a great second half of this year?

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

That's a good question. I think that the performance throughout all of 2019 was pretty solid. I think that once we lap past the last of the deflation, things are going to stabilize obviously depending — assuming commodities doesn't do anything kooky. But the overall performance and the results of the starts coming through this year, I think there's reason to believe we see pretty stable performance as we get through the back half of the year as well. I don't think we anticipate a significant tail-off because our — I think our performance in '19 was pretty solid throughout the year as well.

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

Okay, great. And then I'll sneak one more in. That Slide 9, where you guys break down the 2019 EBITDA kind of contributors, I know you're combining two of them. But can you give us any color on what's kind of embedded in your full year guidance from an opex perspective — operational excellence or savings perspective versus what you're including from just core growth and value-added business growth…

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

For '20?

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

Yeah for '20.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Oui We're in that 14% to 16% band again. That's what, I think, is the right number for '20, had a great year in '19.

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

Yes, yes. Thanks guys. Congratulations and good luck this year.

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Thank you.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Thank you.

Operator

Thank you. At this time, Mr. Crow, I'll turn it back to you for closing remarks.

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Thank you. Really appreciate everyone joining our call today, and we look forward to updating you on our first quarter results. And if you have any follow-up questions, please don't hesitate to reach out to Binit or Peter. Thank you.

Operator

(Operator Closing Remarks)

Duration: 64 minutes

Call participants:

Binit SanghviVice President, Investor Relations

Chad CrowChief Executive Officer and Director

Peter JacksonSenior Vice President and Chief Financial Officer

Christina ChiuBarclays — Analyst

Michael DahlRBC Capital Markets — Analyst

James MorrishEvercore — Analyst

Trey GroomsStephens Inc. — Analyst

John BaughStifel — Analyst

Keith HughesSunTrust Robinson Humphrey — Analyst

Seldon ClarkeDeutsche Bank — Analyst

Steven RamseyThompson Research Group — Analyst

Ryan GilbertBTIG — Analyst

Reuben GarnerThe Benchmark Company — Analyst

More BLDR analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo

Builders Firstsource Inc (BLDR) Copie d'appel du chiffre d'affaires du quatrième trimestre 2019 ® garantie santé entreprise
4.9 (98%) 32 votes