Bernie Sanders remporte les caucus du Nevada: mises à jour en direct ® mutuelle santé entreprise

L’assurance des risques informatiques

Cette audace indispensable aux sociétés qui manient données informatiques (SSII, cabinets de conseil, cabine de voyage, les agences de vente en ligne) couvre ordinateurs par contre aussi les bases de données et les frais de reconstitution dans l’hypothèse ou elles sont perdues et pourquoi pas endommagées. “Même un industriel confronté à une grosse panne informatique risque d’être punis pour tenir ses serment vis-à-vis de ses clients et de ne pas pouvoir réaliser ses livraisons en temps et en heure. Quelle que va pour ça son activité, le dirigeant de chose est intérêt à évaluer l’impact que avoir l’informatique sur son métier”, recommande Damien Palandjian.

Le montant de l’indemnisation dépend de les chiffres du matériel déclaré et des frais occasionnés par son rachat et la reconstitution des données (ressaisies, reconstitution de logiciels, suppression des virus…) estimés en un expert.

Publicité
La publicité se termine dans 15s
Fermer la publicité dans 5 s
>> Lire aussi: Trois contrats pour assurer son informatique

5. L’assurance du risque environnemental

“Une entreprise n’ayant pas de disposition industriel ou bien d’entreposage et non nympho à une autorisation préfectorale pour risques de pollution, couvrir son risque environnemental en le biais de son contrat de responsabilité civile général. En revanche, si elle est soumise à autorisation préfectorale pour exercer son activité, souscrire un contrat spécifique pour couvrir atteintes à l’environnement”, précise Damien Palandjian

Les garanties des atteintes à l’environnement (extensions de responsabilité civile pro ou contrats uniques comme l’assurance responsabilité environnementale) sont indispensables aux entreprises desquels l’activité choquer à l’environnement (pollution de l’air, de l’eau, des examiner et nappes phréatiques, atteintes à des plateformes web protégés…). Ces aplomb s’appuient sur le principe du “pollueur-payeur” : le chef d’Å“uvre doit réparer le préjudice constaté, causé pendant sa société. Suivant contrats, la garantie couvre la dépollution, coûts d’évaluation des dommages, la confection d’études pour déterminer actions de réparation et les frais administratifs ou judiciaires.

Crédit …Kim Raff au New York Times

Michael R. Bloomberg n'est pas allé au Nevada. Mais sa campagne a rapidement apprécié la victoire de Bernie Sanders, affirmant que c'était en novembre. Condamnera le Parti démocrate.

Dans son rapport, M. Le directeur de campagne de Bloomberg, Kevin Sheekey, a accusé le "champ fragmenté de candidats" d'avoir mis le sénateur du Vermont sur la voie de l'investiture. Ces mots impliquaient ce qui semblait être un coup de semonce pour les autres démocrates qui restent dans la course mais tentent de percer comme alternative à Sanders: Jeter ou M. Sanders gagnera.

"C'est le candidat qui vient de déclarer la guerre à la soi-disant règle démocratique", a ajouté MP Sheekey. "Nous aurons besoin d'indépendants et de républicains pour vaincre Trump – il n'y a aucun moyen d'attaquer son parti."

LAS VEGAS – Ils ont montré un t-shirt Tío Bernie au lycée Desert Pines samedi matin, motivé par l'idée d'une étude universitaire gratuite pour Medicare for All et par un homme qui fait ces promesses: un sénateur blanc du Vermont âgé de 78 ans. Pour dix Lettons, pour la plupart de la classe ouvrière, Bernie Sanders ressemblait à la sienne, une enfant immigrée qui comprenait ce que signifiait être considérée comme une éternelle étrangère.

Pendant au moins un jour, une révolution politique promise depuis longtemps par M. Sanders, une coalition multiethnique d'immigrants, d'étudiants, de mères lettones, de jeunes électeurs noirs, de libéraux blancs et même de quelques modérateurs sous sa tutelle a résidé dans un État. l'idée d'un changement radical et l'a attiré vers la victoire dans le Nevada Caucase samedi.

En utilisant une tranche électorale aussi large, M. Sanders a proposé une feuille de route de ce qu'il espère passer à la nomination présidentielle démocrate: unification de plusieurs blocs de vote dans des États occidentaux et méridionaux racialement diversifiés et économiquement. les parties en ruine du Moyen et du Sud-Ouest, le tout pour le message de justice socio-économique qu'il a prêché pendant des années.

Ses conseillers disent qu'il a une capacité extraordinaire à engager des électeurs qui se sentaient secondaires au sein du Parti démocrate, tels que les Latinos et les jeunes, et que le Nevada a tant prouvé – et pourrait jeter les bases de plus grands spectacles comme la Californie le 3 mars. , surtout si le champ des candidats moyens reste abondant et fragmenté.

Lorsque les résultats du Nevada Caucase ont été annoncés, un sénateur du Vermont s'est entretenu avec des partisans à San Antonio.
Crédit …Image – Erin Schaff / Le New York Times

SAN ANTONIO. Alors que des centaines de foules criaient et applaudissaient leur nom, Bernie Sanders a annoncé sa victoire dans le Nevada Caucase samedi soir dans une salle de danse à San Antonio, prononçant son discours familier avec une nouvelle résonance puissante.

"Au Nevada, nous venons de former une coalition multi-générationnelle multi-ethnique qui gagnera non seulement au Nevada, mais naviguera dans ce pays", a-t-il déclaré.

Ses remarques ont frappé toutes ses valeurs habituelles, promettant de créer un pays qui "travaille pour les gens qui travaillent dans ce pays".

Dans un interrogatoire pointu, il a contrasté avec le président Trump, qui a parlé en temps réel de la victoire de M. Sanders en ligne.

"Maintenant, Trump et ses amis pensent qu'ils gagneront cette élection", a déclaré M. Sanders, voulant faire exploser la foule à voix haute. «Ils pensent qu'ils gagneront cette élection en divisant notre peuple par couleur de peau ou lieu de naissance, religion ou orientation sexuelle. Nous gagnerons parce que nous faisons exactement le contraire – nous rassemblons nos gens. "

M. Sanders a quitté le Nevada tôt samedi matin pour déménager au Texas pour le week-end. Il avait auparavant organisé un rassemblement à El Paso. Il tiendra deux autres rallyes à Houston et Austin dimanche avant de partir pour la Caroline du Sud. Le coup d'envoi en Caroline du Sud aura lieu dans une semaine.

Dans son discours de victoire, p. Sanders a souligné à plusieurs reprises sa capacité à rassembler un large éventail d'Américains – les critiques se sont demandé s'il serait en mesure de le faire. Contrairement à ses remarques habituelles, il ne s'est pas opposé à l'établissement des démocrates, mais a plutôt prédit l'unité.

«Nous réunissons notre peuple, noir et blanc, et d'Amérique latine, des Indiens d'Amérique, des Américains d'origine asiatique. Gay et hétéro. Nous concentrons nos gens sur un programme qui fonctionne pour les gens de ce pays, pas 1%. "Il a dit.

Il a dit les mêmes mots à plusieurs reprises dans des discours à travers le pays. Cette fois, CNN les a transportés en direct – capturés sur grand écran au-dessus de la scène sur laquelle M. Sanders s'est exprimé.

LAS VEGAS – Victoire de Bernie Sanders au Nevada, certainement en raison de ses efforts pour emprisonner des immigrants et des personnes de couleur au Nevada.

Il a été aidé par des organisations locales telles que Do Not Do It, Do Don't Do It, qui ont abattu environ 10 000 portes et fait 10 000 appels aux électeurs, selon le rapport du groupe. Le premier jour du scrutin, Make the Road a également conduit 1 300 personnes à marcher avec M. Sanders vers un bureau de vote à East Las Vegas.

«J'ai organisé ma communauté pour voter pour Bernie Sanders parce que notre communauté a besoin d'un leadership audacieux pour garantir la citoyenneté, le logement abordable et l'assurance-maladie pour tous», a déclaré Angelica Romero, membre de Make the Road Action.

La victoire de M. Sanders au Nevada ne vient pas seulement de ses efforts d'organisation, mais aussi de militants soulignant le pouvoir de vote des Latinos. En savoir plus ici.

Crédit …Erik Thayer / Reuters

LAS VEGAS – Pete Buttigieg, dont la campagne revendique une deuxième place malgré plusieurs candidats glissant dans les premiers résultats, a fait un argument féroce auprès des supporters samedi contre la nomination du vainqueur du Caucase Bernie Sanders.

"Avant de nous précipiter pour nommer le sénateur Sanders comme l'un de nos cadres pour prendre ce président, examinons bien les conséquences", a déclaré M. Buttigieg. "Le sénateur Sanders croit en une révolution idéologique rigide qui laisse la plupart des démocrates, sans parler de la plupart des Américains."

Comme il le faisait depuis des mois, M. Buttigieg a de nouveau attaqué M. Sanders a écrit une proposition de soins de santé et a déclaré que la marque de socialisme Vermonter ne serait pas reconnue à l'échelle nationale.

"Le sénateur Sanders voit le capitalisme comme la racine de tout mal", a déclaré M. Buttigieg. "Il est allé au-delà de la réforme et a restructuré l'économie d'une manière qui n'est pas soutenue par la plupart des démocrates, sans parler de la plupart des Américains".

Le problème de M. Buttigieg est qu'il n'a pas encore expliqué aux démocrates pourquoi il devrait être l'alternative de M. Sanders. Les électeurs de couleur restent cool sur sa politique démocratique émergente – et aucun démocrate ne peut remporter la nomination présidentielle du parti sans le fort soutien des électeurs noirs et latinos.

Cependant, M. Buttigieg a déclaré que lui, et non M. Sanders ou quelqu'un d'autre, était le seul capable de construire une coalition suffisamment grande pour vaincre le président Trump.

"Nous pouvons donner la priorité à la pureté idéologique ou à la victoire globale", a-t-il déclaré. «Nous pouvons soit appeler les noms des gens en ligne, soit les appeler dans notre mouvement. Nous pouvons jeter des bases étroites et lourdes ou ouvrir une tente pour une nouvelle coalition large et sincère des Amériques. »

Le maire de New York, Bill de Blasio, qui a mené une campagne d’investiture démocratique ratée et a approuvé M. Sanders, critiqué par M. Buttigieg s'exprimant sur Twitter.

"Essayez de ne pas être aussi mesquin quand vous venez de vous faire enculer", a déclaré M.. De Blasio.

Grâce à la victoire de Bernie Sanders au Nevada, le Parti démocrate est en tête et le président Trump a failli affronter l'adversaire qu'il a toujours voulu.

La campagne de M. Trump n'a pas été vaine sur l'attaque contre M. Sanders et célébrant son ascension. Brad Parscale, chef de la campagne Trump, a déclaré dans un communiqué avant la course publié par l'Associated Press que les résultats du Nevada étaient un signe clair que "le grand socialisme gouvernemental régnait à nouveau".

"Nous sommes un jour plus proches du jour des élections et un jour plus proches de la réélection du président Trump", a déclaré M. Parscale.

La campagne de Trump et le Parti républicain parient que leur réélection présidentielle la plus forte sera opposée à ceux qu'ils pourraient attaquer en tant que socialistes.

Ce n'est pas une approche nouvelle ou nouvelle pour les républicains qui ont longtemps essayé de lier les démocrates à une idéologie radicale de gauche.

Crédit …Erin Schaff / Le New York Times

Joseph R. Biden Jr. a raconté la scène à l'International Electric Workers Union Hall à Las Vegas, prononçant le discours de la nuit.

Il n'a pas vaincu le Nevada, selon l'Associated Press, mais a déclaré à ses partisans: "Vous avez fait pour moi, vous avez fait. Nous allons maintenant aller en Caroline du Sud et gagner, puis nous y retournerons. "

"Back kid!" Un membre du public a crié alors que M. Biden, 77 ans, commençait ses remarques.

Le résultat de M. Biden dans l'État était loin d'être certain quand il a commencé à parler, avec seulement quatre pour cent rapporté, mais son événement nocturne du Caucase était dominé par une atmosphère de fête, et M. Biden était de mauvaise humeur. de coups à peine cachés, principalement Bernie Sanders, ainsi que Michael R. Bloomberg.

"Je ne suis pas socialiste", a-t-il déclaré. Je ne suis pas un ploutocrate. Je suis démocrate. Et j'en suis fier! "

Il également enlevé en diagonale p. Sanders envisageait apparemment un défi majeur pour le président Barack Obama avant les élections de 2012. élections.

"Je suis fier d'avoir Barack Obama et de rouler avec elle", a-t-il déclaré. "Je promets que je n'ai pas parlé de 2012 Il sera précédé d'un président démocratique.

Et il a fait allusion à des signes que la Russie tentait tant d'interférer dans les élections. Trump, les deux p. Au nom de Sanders.

Mais il a également dit qu'il était temps "d'unir le parti", en disant "nous devons juste bouger".

"La presse est prête à déclarer rapidement des morts", a-t-il déclaré. "Mais nous sommes vivants, nous revenons et nous allons gagner."

M. Biden se dirige près de la Caroline du Sud, un état où sa campagne a suggéré qu'il devait gagner pour rester dans la compétition. Il a longtemps été considéré comme son pare-feu, mais il y a été de plus en plus exposé à la concurrence, en particulier après les manifestations de quatrième et cinquième places dans l'Iowa et le New Hampshire.

Crédit …Max Whittaker au New York Times

Pourquoi a-t-il fallu du temps pour rendre compte des résultats des communications du Nevada? En bref, le Parti démocrate de l'État compile cette année et publie plus de données que jamais pour répondre aux exigences de transparence.

Le parti utilise une hotline pour appeler le chef de chaque district – près de 2 100 États – pour rendre compte des résultats. Selon un commandant du comté de Clark, ces appels se produisent comme suit:

Le leader appelle, donne le numéro exact et un mot de passe spécifique, et annonce le nombre total de participants au caucus.

Le leader énumère ensuite par ordre alphabétique le nombre de bulletins de vote pour chacun des 11 bulletins de vote (dont certains sont tombés hors compétition) et le bulletin de vote "sans travail".

L'opératrice du parti dit: "Premier réglage, Michael Bennett, combien de personnes?"

Le chef du Caucase dit «zéro».

L'opérateur répond: "Michael Bennet confirme zéro."

"Oui", dit le directeur de district.

L'appel et la réponse sont répétés pour les 12 choix dans quatre catégories: premier alignement, deuxième alignement, vitalité et nombre de délégués gagnés. "Très pas à pas", a déclaré le commandant de zone.

MINNEAPOLIS – Amy Klobuchar s'est adressée à environ 150 sympathisants réunis à son siège de campagne ici.

Bien que les premiers résultats du Nevada lui aient montré la sixième place, elle a essayé de réclamer l'élan provenant de ses crânes. "Comme d'habitude, je pense que nous avons dépassé nos attentes", a-t-elle déclaré.

Elle n'a pas tardé à expliquer pourquoi le Caucase était rentré chez lui au Minnesota la nuit.

"Devinez qui est l'un des États du Super Tuesday?", A demandé la foule avec rhétorique. Elle a ajouté: "Je suis allée voter aujourd'hui et j'ai été stupéfaite par tout le monde là-bas."

Mme Klobuchar s'est également vantée d'avoir été attaquée par le président Trump. "Soit dit en passant, il m'a mentionné pour la première fois lors d'un rassemblement", a-t-elle déclaré. «Tu sais que je viens maintenant. Tu sais qu'ils doivent s'inquiéter. »

Une solide deuxième place pour l'ancien vice-président Joseph R. Biden au Nevada aiderait à injecter une nouvelle énergie dans sa campagne de drapeau et à arrêter les appels à quitter alors qu'il entre dans une phase critique de sa candidature.

La quatrième place dans l'Iowa et la cinquième place dans le New Hampshire démentaient la prémisse de base de la campagne de Biden: qu'il était le démocrate le plus persistant et le plus élu à s'opposer au président Trump.

Après avoir été un champion bien-aimé de la Caroline du Sud le week-end prochain, M. Biden a fortement glissé dans les sondages. Encore plus gênant pour lui, Buttigieg de Pete et Michael R. Bloomberg, deux candidats qui se disputent les mêmes électeurs modérés et indépendants que lui. Voyant que M. Biden n'était pas un choix aussi sûr qu'il l'avait imaginé, certains électeurs ont été distraits.

Crédit …Bridget Bennett au New York Times

LAS VEGAS. Après que les chefs de district ont tenté de communiquer les résultats, ils ont frappé à plusieurs reprises des signaux occupés et des lignes téléphoniques bloquées, le Parti démocratique du Nevada a ajouté de nouveaux numéros de téléphone pour appeler des volontaires.

Ruben Murillo, un volontaire d'Henderson, a déclaré avoir reçu un texto de l'État partie avec des numéros de téléphone supplémentaires après avoir été incapable de contacter l'opérateur pendant 15 minutes pour appeler pour communiquer les résultats.

Molly Forgey, porte-parole de l'État partie, a déclaré que les démocrates du Nevada "ont donné plus d'accès à la hotline afin qu'elle puisse gérer les flux d'appels depuis les sièges avant".

Le Parti démocratique du Nevada espère voir bientôt plus de résultats dans le Caucase de son président.

"Les caoutchoucs fonctionnent bien, donnent des résultats, et nous reviendrons bientôt", a déclaré la porte-parole du Parti démocrate du Nevada, Molly Forgey. «Nous étions prêts pour un afflux important de résultats à mesure que les crânes s'organisaient, et nous travaillons avec diligence pour appliquer et poursuivre le traitement des résultats importants que nous obtenons des chaises de la circonscription.

Après que certains dirigeants régionaux n'aient pas contacté la ligne téléphonique des démocrates du Nevada pour signaler les communications, l'État partie a ajouté des lignes téléphoniques au cours de la dernière heure.

Crédit …Bridget Bennett au New York Times

LAS VEGAS – Ils se souviennent tous de ce moment où c'était l'aube de 1991. Le lendemain, ils ont quitté le Frontier Hotel and Casino. Il y avait de la musique et du chant – la chanson "Solidarity forever". Ce premier jour, l'atmosphère ressemblait plus à une fête qu'à une manifestation de travail. Mais la grève durera six ans, quatre mois et 10 jours – l'un des plus longs conflits de travail de l'histoire américaine.

Il y a eu des émeutes le long de la ligne de piquetage, les touristes jetant de l'eau et de la nourriture et les grévistes plus que disposés à se battre. Il y a eu des dizaines d'arrestations. Il a fallu si longtemps pour que 107 bébés naissent en piquets et 17 soient tués dans la grève.

Ils se sont battus pour les salaires, la sécurité de l'emploi, les pensions et les soins de santé. À bien des égards, ce sont les mêmes questions clés dans la campagne présidentielle de samedi au Nevada, où la santé a pris les devants. Bernie Sanders a insisté sur un plan Medicare for All qui éliminerait efficacement la santé privée. assurance soins. Et à Las Vegas, parler de soins de santé signifie parler du Culinary Workers Union, le syndicat le plus grand et le plus puissant de l'État.

Environ 60 000 membres du syndicat de la section locale 226 paient rarement de leur poche pour des soins médicaux réguliers. Ils peuvent subir une intervention chirurgicale sans compte surprise majeur plus tard. Ils peuvent visiter la même clinique médicale à guichet unique pour les urgences, la vision, la dentisterie et la pharmacie. La clinique était un arrêt permanent pour de nombreuses années 2020. Candidats.

Donc, une façon de comprendre pourquoi la direction de l'Union culinaire lutte si fortement contre les offres de Medicare-for-all est de revenir sur les années 1990. En savoir plus ci-dessous.

Crédit …Joel Angel Juarez au New York Times

EL PASO. Lors d'un rassemblement samedi à El Paso, Bernie Sanders au crochet n'a fait aucune mention des masques du Nevada, même si les premiers résultats lui ont montré le chemin de la victoire.

Au lieu de cela, il a concentré une grande partie de ses remarques sur des propositions de politiques familières telles que Medicare for All. Plus que d'habitude, il a adressé ses commentaires aux enseignants et infirmières en les remerciant plusieurs fois.

S'adressant brièvement à la foule sur le terrain, M. Sanders a pris une humeur cruelle et a scandé son nom. Comme il le fait souvent, il a ensuite menti au président Trump, l'appelant un menteur, un sexiste, un raciste et un fanatique religieux.

"Nous avons des nouvelles pour Trump", a-t-il déclaré. "L'amour et la compassion et le rapprochement sont beaucoup plus puissants que le partage."

Avec certains de ses rivaux restant à l'extérieur du Nevada, M. Sanders s'est précipité dans les États du Super Tuesday. Après avoir atterri à El Paso vers midi, deux heures avant le rassemblement, il a réalisé plusieurs entretiens avec la presse locale et aurait fait des promenades quotidiennes.

Il a également déclaré à la foule qu'il avait visité un mémorial à Walmart en août de l'année dernière pour une fusillade de masse.

Il prévoit plus de rallyes ce week-end à San Antonio, Houston et Austin.

Le Texas peut sembler un endroit inhabituel pour faire résonner le message de M. Sanders – quelque chose qu'il a reconnu sur scène.

Mais il était également optimiste.

"Je ne crois pas!" Il a déclaré que le Texas est un État conservateur. "Si les gens travaillent, si les jeunes, s'il y a beaucoup de communautés minoritaires, nous pouvons changer cet état."

Et il a ajouté: "Si nous gagnons ici au Texas, Trump sera terminé."

HENDERSON – Les cadres du district des bénévoles du lycée de Coronado ont eu du mal à appeler la hotline du Parti démocratique du Nevada.

"Ce fut 10 minutes occupées sans interruption", a déclaré l'enseignant Ruben Murillo.

M. Murillo a pu envoyer une photo de sa feuille de travail du parti au siège du parti, mais les instructions l'obligent également à les appeler. "Je vais juste essayer", a-t-il dit.

L'ancien Phil Sobutka, 30 ans, a tenté d'appeler devant la salle. Ses tentatives pour appeler la hotline ont entraîné un signal ou un message occupé indiquant "votre appel n'a pas pu être interrompu".

D'autres chefs de district encore ne semblaient pas conscients de leur responsabilité d'appeler leurs résultats.

Chas Stewart, qui préside le président ici, a déclaré que ses instructions étaient de présenter ses résultats aux dirigeants du centre-ville – deux volontaires de l'État partie chargés de superviser 13 zones scolaires.

"Pour autant que je sache, ce sont mes instructions", a déclaré M. Stewart. "Je ne sais pas qui je dois appeler."

Crédit …Calla Kessler / Le New York Times

Pete Buttigieg a obtenu une réunion consécutive de représentants de district samedi après-midi au Nevada après avoir remporté une série sans défaite avec Bernie Sanders sur le jeu de cartes.

Les mathématiques et l'arrondissement des délégués font en sorte que dans certains cas, deux candidats liés doivent se tourner vers un délégué de premier plan qui n'a pas été récompensé. Dans l'Iowa, ces liens ont été rompus à l'aide d'une pièce de monnaie. Mais Le Parti démocrate du Nevada a opté pour une façon très végétalienne de faire face à ces situations: un jeu de cartes à carte élevée.

Samedi, MSNBC a capturé une mouche sur Reno Square en présence de M. Buttigieg et p. Sanders.

Bref, le représentant de M. Sanders a retiré 2 du pont et le représentant de M. Buttigieg 3; Plus tard p. Buttigieg a obtenu un représentant du Reserve County Council.

Ces délégués de congrès de comté, dérivés du nombre de suffrages exprimés, seront utilisés pour déterminer le nombre de délégués aux conventions nationales des 36 États membres pour chaque candidat.

C'est la démocratie, la voie Nevada!

Crédit …Calla Kessler / Le New York Times

LAS VEGAS – Bernie Sanders semblait faire une belle apparition au personnel du casino du bar de Las Vegas. M. Sanders a remporté le terrain dans les villes de Bellagio et Wynn, le propulsant vers l'intérieur un site Web rempli de membres d'un syndicat qui s'oppose à sa position sur les soins de santé.

Bellagio p. Sanders a reçu 32 représentants de comté et Biden en a reçu 19; À Wynn, M. Sanders en a gagné six et M. Biden en a gagné trois. Aucun autre candidat n'a été déclaré viable dans aucun de ces deux sièges.

Les victoires de Sanders sont remarquables, compte tenu de la puissance que l'Union culinaire, le plus grand syndicat du Nevada, a critiqué lui et sa campagne dans les semaines qui ont précédé le Caucase.

Le syndicat a publié un tableau de bord décrivant les positions des candidats sur le travail, l'immigration et les soins de santé. Bien que le syndicat ait décrit les candidats comme étant identiques en termes de travail et d'immigration, il a noté que M. Le poste de santé préféré de Sanders, Medicare for all, mettra fin au plan de soins de santé que de nombreux membres chérissent. "Terminer les soins de santé culinaires", lisez le premier point de la mouche à côté du nom de M. Sanders sur le dépliant.

Malgré les critiques constantes des dirigeants syndicaux contre p. Dans une interview la semaine dernière, Sanders, un certain nombre de membres éminents et éminents, a déclaré qu'il avait l'intention de le soutenir.

Crédit …Bridget Bennett au New York Times

NORTH LASSAS VEGAS – Joseph R. Biden Jr. a insisté samedi qu'il reste le candidat démocrate le plus fort pour s'opposer au président Trump. Cet argument qu'il continuera de faire valoir, a-t-il suggéré, même si pour la troisième fois après Bernie Sanders. dans la file d'attente.

"Je l'ai battu sur le pouce – je continue", quand on lui a demandé comment il allait vaincre M. Sanders s'il revendique à nouveau la victoire, comme il l'a fait dans l'Iowa et le New Hampshire, a-t-il déclaré. «Les gens veulent savoir qui a le plus de chances de battre Donald Trump. Et même quelques sondages montrant que Bernie est attaché à moi ou s'incline devant moi montrent que je suis le plus susceptible de battre Trump. "

Il a ensuite souligné l'importance de maintenir une majorité démocrate et de détenir des sièges au Sénat sous contrôle républicain.

M. Biden et Michael R. Bloomberg, en particulier, ont reçu le soutien des démocrates dans la course au scrutin la plus compétitive, qui craignent que M. Sanders puisse mettre leur camp en danger s'ils dépassent le ticket.

"Nous gagnons beaucoup d'argent", a déclaré M. Biden. "Nous avons levé plus d'un million de dollars après le débat."

Les sondages d'entrée peuvent être trompeurs, mais jusqu'à présent, ils indiquent une bonne journée pour Bernie Sanders. La plupart des collègues démocrates du Nevada soutiennent l'assurance maladie gérée par le gouvernement, p. Sanders écrit une question sur les plans privés. Il est soutenu par environ la moitié des électeurs latino-américains, le plus grand bloc de vote à ce jour.

Joseph R. Biden Jr., qui a vu le retour des électeurs noirs et latino-américains au Nevada, était beaucoup moins favorable aux Latinos, seulement un sur 10, bien qu'il se soit bien débrouillé avec les Afro-Américains: plus d'un tiers l'a soutenu, contre un sur quatre. Sanders.

Tom Steyer, qui a investi beaucoup de temps et d'argent dans les électeurs minoritaires du Nevada, peut trouver cela frustrant. Seuls huit électeurs noirs et un électeur latino-américain sur dix l'ont soutenu.

Finissant lors de deux premiers scrutins, Pete Buttigieg a également combattu en Amérique latine: il était l'un des 10.

Pour les électeurs qui se considèrent très libéraux, plus de la moitié étaient M. Sanders. Elizabeth Warren, qui a suscité un vif débat mardi, a obtenu 17% des électeurs ultra-libéraux et M. Biden 9%.

Crédit …Erin Schaff / Le New York Times

Personne ne s'est présenté personnellement dans l'un des gymnases du Rancho High School à Las Rang.

HENDERSON – Elizabet Warren a arrêté Coronado High School, une tache de crâne ici, juste avant samedi, quand un scrutin était dû. Apporté des beignets de Dunkin et posé pour des photos avec des supporters à l'extérieur du lycée.

L'homme l'a remerciée pour son récent débat contre Michael R. Bloomberg, un ancien maire de New York. "En tant qu'ancien New Yorkais, je voudrais dire merci pour ce que vous avez dit au maire", a-t-il déclaré.

Une femme portant une coiffe décorée de deux cents – «deux cents» – chante parmi les partisans de l'impôt sur le patrimoine de Mme Warren.

L'autre femme a également posé pour la photo, bien que l'appareil photo utilisé pour prendre la photo ne lui appartienne pas. "Prends-le quand même!" Dit-elle. (Revint rapidement avec son téléphone.)

"Nous avons besoin de votre aide dans ce combat", a déclaré Mme Warren aux supporters.

Les gens sont venus faire un câlin, dire bonjour et l'embrasser sur la joue. Ils ont montré une proximité inhabituelle avec le candidat. «Puis-je obtenir un selfie, Liz?» Demanda une autre femme. "C'est amusant!"

Mme Warren a fait une brève descente dans le bâtiment, où elle a remercié les personnes réunies.

"Je veux juste vous dire tout, merci d'avoir participé à la démocratie!", S'est-elle exclamée.

Elle a ensuite couru vers une camionnette qui l'emmènerait à l'aéroport puis à Seattle pour un rassemblement ce soir.

HENDERSON – Richard Kastenbaum est président du Clark County Precinct 1391, qui exploite une petite salle de classe au Coronado High School.

Sa première tâche consiste à compter le nombre de personnes dans la salle – environ trois douzaines – puis à laisser tout le monde au coin de la rue pour ses candidats.

Ce n'est qu'en entrant les montants des chambres dans l'outil Google Forms pour son État partie sur l'iPad, M. Kastenbaum, une infirmière vétérinaire de 68 ans, pourra voir les montants des votes anticipés pour son district; jusque-là, les informations ne seront pas disponibles.

M. Kastenbaum a déclaré que l'ambiance ici était beaucoup plus calme qu'en 2016, lorsqu'il était capitaine de la campagne Hillary Clinton.

"Ensuite, il y avait 165 personnes dans ma région emballées en troisième année", a-t-il expliqué. "C'est beaucoup plus facile."

LAS VEGAS – Ranvo vidurinės mokyklos sustabdytas Nevos valstijos gubernatorius Steve'as Sisolakas su „Krispy Kreme“ spurgomis, kad parodytų savo dėkingumą mokiniams, kurie šiandien savanoriškai padėjo išspręsti šią problemą.

„Tai, kad jūs leidžiate laiką šeštadienio rytą, yra didžiulis ir tai daug pasako apie jus“, – teigė gubernatorius Sisolakas. „Tai suteikia man vilties dėl ateities“.

Šalies partijos pirmininkas Will McCurdy paprašė, kad mokyklos socialinių mokslų mokytoja Reuben D’Silva, kuri 2018 m. Dalyvavo tarpiniame kongrese, prieš devynias dienas paprašytų sutelkti kaukozą.

Pirmieji žmonės, kuriuos ponas D’Silva paprašė savanoriauti, buvo studentai. Pasirašė daugiau nei dvi dešimtys.

„Jie visi džiaugėsi, kad gali dalyvauti, ir aš jais labai didžiuojuosi“, – sakė p. D’Silva. „Jie yra šio politinio proceso vairuotojo vietoje“.

Vienas buvęs studentas, 18 metų Eduardo Millanas, šeštadienį pirmą kartą užsiregistravo balsuoti. Jis norėjo sudalyvauti ne tik norėdamas parodyti, ką galvoja jaunesni rinkėjai, bet ir parodyti tėvus, kurie negali balsuoti. Jo tėvai iš Meksikos migravo beveik prieš du dešimtmečius, tačiau dar nėra JAV piliečiai.

„Aš dėkingas, kad galėjau balsuoti, nes tiek daug balsų, įskaitant mano šeimą, yra slopinami“, – sakė p. Millanas.

Jis pridūrė, kad jis sieks Bernie Sanderso, nes mano, kad kandidatas gali padėti ekonomikai ne tik turtingiesiems, bet ir darbininkų klasėms.

ŠIAURĖS LASOS VEGAS – Josephas R. Bidenas jaunesnysis šeštadienio rytą atvyko į miesto centrą, norėdamas pasidžiaugti „paleiskime Joe!“ iš čia priešais vidurinę mokyklą susirinkusių savanorių.

Jį greitai pasveikino moteris, kuri sušuko: „Ponas. Joe Bidenas! Aš tave myliu! O, mano gerumas. "

Viduje priėmimas buvo labiau mišrus, matomas Bernie Sanderso šalininkų kontingentas.

„Aš manau, kad jis skirtas žmonėms“, – sakė 41 metų Teke Oruh, elektrikas, kuris nėra sąjungoje. „Medicina visiems. Visiems nemokama medicina. "

Gabriel Badilla, 28 and a health care worker, also cited Mr. Sanders’s support for Medicare for all, the single-payer proposal that Mr. Biden opposes.

“I like that he’s been fighting for the same thing for a very long time,” he said.

The issue of Medicare for all has been a contentious one in the Nevada caucuses. While it is popular with some voters, a number of union members and leaders have expressed deep concerns that such a proposal would upend the health care packages they have negotiated, a point Mr. Biden has been emphasizing in recent days.

Brittany Corder, 30, said she was deciding between Mr. Sanders and Mr. Biden. She liked Mr. Sanders’s approach to student debt, but appreciated Mr. Biden’s experience and his work as vice president to President Barack Obama.

She met Mr. Biden while waiting in line and said the encounter would factor in his favor.

“I just told him I’m freaking out,” she said. “A fan girl moment. He said, ‘thank you for coming out.’ I’ll have to text everyone I know.”

LAS VEGAS — It could be another late night.

Facing a shortage of volunteers at some caucus locations around the state, the Nevada Democratic Party has begun asking campaigns for help, according to multiple campaign staffers.

The state party has asked campaigns to send representatives or staffers to act as precinct chairs at different caucus locations. Others have been asked to assist with the check-in process.

Nevada Democrats had been working overtime to ensure that they do not experience the same delays and errors that plagued the Iowa caucuses, and a state party official said that they had an average of eight volunteers per site and more than 1,300 volunteers logged into the caucus calculator.

They did not respond to questions about the shortage in certain precincts, however, and the shortage in volunteers could result in the delay of results later Saturday night, something campaigns have been bracing for all week.

There also have been questions about how the nearly 75,000 early votes that were cast will be conveyed to the caucus sites. The state party has said that each precinct’s early votes will be pre-loaded onto the iPads that have been distributed to caucus leaders to tabulate results.

“It’s common and not unusual for campaign volunteers to help with running precincts on caucus day — this happened in 2016 and in 2008,” said Molly Forgey, a spokeswoman for the Nevada Democratic Party.

“We have thousands of volunteers working across the state today and this is not occurring at the vast majority of sites and precincts,” she said.

HENDERSON — At Coronado High School, the line to sign in to caucus snakes down two hallways and outside into the morning drizzle.

Mandie McCurdy, a lobby host at the Park MGM casino, is the site lead overseeing the 13 precincts holding caucuses here, and she has no idea how many people will show up or how long the process will take.

“Early voting blew us out of the water, as far as what to expect,” Ms. McCurdy said. “I’m not sure what that says about how this will work.”

Ms. McCurdy is in charge of a team of about 30 volunteers, a group that includes 13 precinct chairs who will oversee the caucuses. At noon local time, Ms. McCurdy will go outside into the rain and stand behind the last person in line — at which point everyone in line can caucus and anyone who shows up late cannot.

While Ms. McCurdy was managing the check-in process, Senator Catherine Cortez Masto was chatting up caucusgoers. She said she expected the day to run smoothly.

“Listen, we learned from what happened in Iowa,” she said. “The Democratic Party has worked hard to ensure that we learn from whatever mistakes they made in Iowa.”

Ms. Cortez Masto said she caucused early last Saturday, but declined to say for whom she voted.

“I’m not going to make news on that,” she said.

Judy Zalte, a caucusgoer who turned up at this precinct, said she preferred Bernie Sanders four years ago but caucused for Hillary Clinton because she thought Mrs. Clinton had a better chance of winning the general election.

She won’t be making her decision that way again.

Ms. Zalte, a retired sales forecast analyst, said she would caucus for Elizabeth Warren, with Amy Klobuchar as her backup choice if Ms. Warren wasn’t viable in her precinct.

“Warren, I read her book and I think she’s about the best for working people right now,” Ms. Zalte said while waiting in line to register.

Carol Tipton arrived at the school three hours before the caucuses began and started working through a list of 15 supporters of Joseph R. Biden Jr. she needed to show up.

“I think I woke some of them up,” said Ms. Tipton, a precinct captain for Mr. Biden. “I called them and said I’m here supporting Joe and I hope you’ll come too.”

Ms. Tipton, a 75-year-old retired school administrator, said she’s not sure what to expect as caucusgoers arrive. The combination of 75,000 people voting early — which didn’t exist in 2016 — rain and Democratic enthusiasm to defeat President Trump has left volunteers here without much information about how caucus day will go.

“Four years ago we were only concerned about the people in the room,” Ms. Tipton said. “Now we don’t really know what to think.”

Powered by a strong debate performance, Elizabeth Warren’s campaign announced Saturday that it had raised $14 million in the 10-day period between the New Hampshire primary and Nevada caucuses.

The fund-raising achievement, which the campaign announced in a tweet on Saturday afternoon, was double the $7 million goal the campaign had set before the Nevada caucuses.

Her team had said the $7 million was needed to fund organizing and advertising programs in Nevada, South Carolina and Super Tuesday states. The campaign doubled that amount with the help of its best fund-raising day ever earlier this week, which came on the heels of a well-received debate performance by Ms. Warren.

During her time onstage, Ms. Warren urgently pressed Michael R. Bloomberg on his comments about women and the nondisclosure agreements he had reached with employees, and she also drew stark contrasts between herself and other candidates.

Her campaign later said she had raised almost $1 million during the debate itself and more than $5 million in less than 20 hours.

Credit…Erin Schaff/The New York Times

LAS VEGAS — Checking in from Rancho High School, where 11 precincts will be caucusing throughout the school, in the gymnasium, cafeteria, choir rooms and classrooms.

Jessica Marcos, 17, Rosa Medina, 16, and Yocelyn Escamilla, 17, are the precinct captains for Clark 4463.

They’re part of the Hispanic Student Union, and their biggest anxiety of the day is getting adults to listen to them.

“We’re teenagers, they’re adults,” said Rosa, a junior. “They might just not listen to us because we’re young.”

“You’ve just got to be confident,” Jessica said. “It’s about voice and body language.”

Jessica and Yocelyn, both seniors, will be able to vote in November for the first time. They loved learning about the caucus process and the candidates, stuff they hadn’t really paid attention to until they started preparing for the day.

“It’s been cool learning about the candidates, and doing what we can, before we can actually vote,” Yocelyn said.

But when asked if they would want to work in politics when they get older, Jessica said: “To be honest, this looks too stressful. So maybe not.”

Credit…Erin Schaff/The New York Times

Democrats had two days between their debate on Wednesday and the Nevada caucuses on Saturday to make a final pitch to voters. Some candidates, however, have already started looking ahead to Super Tuesday on March 3.

Photographers for The New York Times documented the drop-ins at restaurants, visits to volunteers and rallies. Take a look.

ABOARD THE SANDERS CAMPAIGN AIRCRAFT — Bernie Sanders, who is favored to win the Nevada caucuses, is on his way to Texas. The senator and his wife, along with staffers and traveling press, took off Saturday morning, before the Nevada caucuses began, for El Paso, where he was to hold a rally in the early afternoon.

He was scheduled to hold rallies in San Antonio, Houston and Austin before the weekend was over, and then to head to South Carolina.

Mr. Sanders badly lost the Texas primary in 2016 to Hillary Clinton, who secured 65 percent of the vote. But his campaign feels much better about his chances in the Super Tuesday state this year.

Mr. Sanders has focused on courting Latino voters across Texas, and his campaign has barnstormed the state. Mr. Sanders himself was in Mesquite less than eight days ago.

The Texas swing also underscored how much emphasis the campaign is placing on the delegate-rich states that will vote on Super Tuesday. Texas is the second-biggest prize on March 3, after California, where Mr. Sanders has also spent a significant amount of time and resources. His campaign is also focusing in particular on North Carolina and Virginia.

Here’s a quick look at where each of the top Democrats competing in the caucuses will be on Saturday and what type of events they are holding:

  • Bernie Sanders will be in Texas. He plans to hold a rally in El Paso in the early afternoon and then a second rally in San Antonio in the evening.

  • Joseph R. Biden Jr. will attend a caucus day event in Las Vegas in the afternoon.

  • Elizabeth Warren plans to be in Seattle for a meet-and-greet event in the evening.

  • Pete Buttigieg will attend a caucus-day rally in Las Vegas in the afternoon and then fly to Denver for a town hall there in the evening.

  • Amy Klobuchar held a caucus kick-off event in the morning in Las Vegas and will attend a volunteer appreciation event in Minneapolis in the evening.

LAS VEGAS — A weather update that may function as a turnout update: it’s raining in Las Vegas. And it’s been coming down steady and hard for more than an hour, just as people might have been considering whether to show up at a caucus.

In a desert city where it rarely rains, this could truly keep some people at home. Folks out West are legitimately surprised by and worried about slippery roads.

Then there are people who need to take public transportation to show up at caucus sites. Are they really about to stand in a steady stream of rain to do so?

Democrats in Nevada have been quietly worried about this forecast all week, which is another reason campaigns and operatives were encouraging people to vote early. It was sunny skies for all four days of early voting.

You say Ne-VAH-duh, I say Ne-VAD-uh. But which is correct?

Politicians and journalists have been botching it for years, but we’re here to help. Take the quiz below to test your knowledge of how to pronounce Nevada (and the names of other states).

Credit…John Locher/Associated Press

LAS VEGAS — Hours before caucusing was set to begin, Amy Klobuchar held her final event in Nevada, rallying supporters at her campaign headquarters tucked in the back of an office complex far from the glitz of the Vegas Strip.

She was set to leave for Minnesota hours later, well before results would be counted.

“Today is a big day and I’m excited,” Ms. Klobuchar said. “But it is the beginning of the next chapter of our campaign.”

For the candidate who has been building on a surprise third-place showing in New Hampshire — “third, and a solid third,” she reminded the crowd here — Ms. Klobuchar spent as much of her 20-minute speech focused on Nevada as she did on the future.

“We have set our sights not just on Super Tuesday but beyond,” she said, boasting of television ads airing in multiple Super Tuesday states and her upcoming campaign trip to North Dakota, which caucuses a week later, on March 10.

“I challenge my opponents, how many of them have done a rally in Fargo?” she said. “This is my second one.”

Ms. Klobuchar has kept a relatively low profile in Las Vegas this week, holding her last public event in the city on Tuesday, before campaigning in Colorado on Thursday and then Reno and Elko, Nev., on Friday.

She also met privately with employees of the Mandalay Bay casino on Friday morning, many of whom were employees at the time of the mass shooting that took place there in 2017.

After her remarks, Ms. Klobuchar said that setting up her Nevada operation on the fly — when so much of her campaign cash came in after her well-reviewed debate performance in New Hampshire — meant that she was “coming from behind here.”

But she was defiant that no matter the result in Nevada, she had momentum going forward.

“We’re viable no matter what,” Ms. Klobuchar told reporters as she negotiated the crowd.

She was, however, prepared for a late night. Though she said she didn’t anticipate the errors that plagued the Iowa caucuses to repeat themselves in Nevada, she was ready for results to take a bit longer than expected. That’s why, she said, she was planning to leave the state early.

“Vegas and Reno are known as knowing how to count, so hopefully we will get some numbers out of here,” she said. “I don’t know when, people think it might be quite a bit later, and that’s why most of the campaigns are going on to other Super Tuesday states like we are.”

LAS VEGAS — In one last push to get Latinos out to vote, the Nevada Hispanic Caucus and Mi Familia Vota, a civic engagement group, hosted a Spanish-language caucus training and forum Friday night at the offices of UA Local 525, the plumbers, pipefitters and service technicians union.

There was a taco truck outside, mariachis to greet potential caucusgoers as they walked in and an impressive spread of aguas frescas and horchata.

The groups also held a mock caucus in which people voted for their favorite Latino remedies for the flu: Sopa de Pollo, Ajo, Sprite, and Vicks VapoRub.

Vicks won the first alignment, with only a few people showing support for ajo, or garlic, and just two saying that chicken soup was the best remedy. No one caucused for Sprite.

In the second alignment, all the garlic supporters joined team chicken soup.

Vicks won nine delegates. Garlic earned one.

Chicken soup was not viable.

LAS VEGAS — As Nevada Democrats worked to bolster their presidential caucuses and avoid Iowa-style chaos, the state party on Friday asked all caucus site leaders to sign nondisclosure agreements preventing them from talking to the news media.

Nevada Democratic Party officials said it was standard procedure to make such requests, because paid and volunteer caucus site leaders are often given information about the party’s strategy and methodology. The existence of the agreement was first reported by CNN.

The agreement specifically bars volunteers and staff members working the caucuses from talking to the news media, even if they are unnamed.

“If I am a volunteer and answering phones at the N.S.D.P. office or volunteering at an official N.S.D.P. event, I am a representative of the N.S.D.P. and am not authorized to speak to the press unless given permission by the executive director or communications director,” the agreement says.

It goes on to specify in all caps that “THERE ARE NO EXCEPTIONS.”

Read more here.

Twitter suspended about 70 accounts on Friday that were part of a coordinated, paid effort to push out positive messages about Michael R. Bloomberg on the grounds that the accounts violated the social media platform’s rules.

The suspensions, confirmed by Twitter on Friday and first reported by The Los Angeles Times, came just days after The Wall Street Journal reported that Mr. Bloomberg’s campaign had been hiring workers to frequently post supportive messages about the former mayor of New York on their personal social-media accounts.

“We have taken enforcement action on a group of accounts for violating our rules against platform manipulation and spam,” a Twitter spokeswoman said in a statement.

The Bloomberg campaign issued its own statement in response: “We ask that all of our deputy field organizers identify themselves as working on behalf of the Mike Bloomberg 2020 campaign on their social media accounts,” it said, adding that the content in question was being shared through an app “and was not intended to mislead anyone.”

Credit…Ruth Fremson/The New York Times

LAS VEGAS — In her final rally before the Nevada caucuses on Friday night, Elizabeth Warren took the rare step for her of criticizing Bernie Sanders by name, calling him out for not supporting plans to fully roll back the filibuster.

A voter who invoked the 2017 mass shooting in Las Vegas asked her about how she was planning to actually change gun policy.

“We have to treat gun violence like the public health emergency that it is,” she said. “But I’m not just about what is the right thing to do, I’m about how to get it done.”

She noted the challenge of passing such legislation in a fiercely divided Senate, if she relied on the current rules that require 60 votes for major legislation. “It is time to get rid of the filibuster,” she said.

“Other people who are running for president, and I say this just as a factual statement, like Bernie, who say they want to make real change, but they will not roll back the filibuster,” she said. “Keep in mind what that means: They have given a veto to the gun industry to prevent real change and gun reform, a veto to the pharmaceutical industry, a veto to the insurance industry.”

Ms. Warren also addressed the ongoing concern among some voters that a woman is unlikely to be elected president.

“Every time somebody tells you a woman can’t beat Donald Trump — well I don’t know about a woman, but I’ll tell you, Elizabeth Warren can beat Donald Trump.”

After spending days in Las Vegas, including for her standout debate performance on Wednesday, Ms. Warren gave in to a gambling reference in looking ahead to a potential fall match-up with the president.

“If anyone doubts whether or not I can fight him on a debate stage, I think we have the video from Wednesday,” she said of her verbal dismantling of Michael R. Bloomberg. She added of Mr. Trump there was a “betting line” to be had: “I think there’s a 50-50 chance that Donald Trump looks at debating me and doesn’t even show up.”

Credit…Erin Schaff/The New York Times

Polling shows that Bernie Sanders is the heavy favorite to win the Nevada caucuses, but the question is the same as it was in New Hampshire: by how much?

And the contest could be just as consequential for his rivals — many of whom see a chance for a surprise second-place finish.

A Las Vegas Review-Journal/AARP Nevada poll released last week showed Mr. Sanders at 25 percent in the state and Joe Biden at 18 percent, good for second place. But it also found that all four of the other major candidates — Elizabeth Warren, Amy Klobuchar, Pete Buttigieg and Tom Steyer — were in the low double-digits.

It has been over a week since that data was collected, so there is a chance that one of those lower-tier candidates could have experienced an 11th-hour surge.

If Ms. Warren’s commanding debate performance on Wednesday propels her to a strong finish in Nevada, it could give her candidacy a needed boost looking ahead to Super Tuesday on March 3, when she has a chance in major states like California and Massachusetts (her home state).

Mr. Steyer and Mr. Buttigieg have spent the most time in Nevada out of all the candidates, and both will be in a tough position if they do not show at least some formidability there.

Mr. Biden, meanwhile, is hoping for no less than second place, as he looks ahead to a must-win South Carolina primary next week.

Mr. Steyer has been advertising heavily in both Nevada and South Carolina, and he is polling near the top of the pack in the Palmetto State, largely thanks to recent gains among black voters. A strong showing in Nevada could give a boost to his long-shot candidacy.

Read more about the polling picture in Nevada.

The Nevada caucuses will open for check-in Saturday morning and be called to order later in the afternoon. But tens of thousands of Nevada residents have already voted, giving a very significant early boost to turnout.

Indeed, the Nevada Democratic Party has said that more than 70,000 people participated in early voting, which closed in the state on Tuesday. By comparison, only about 84,000 Nevada Democrats participated in the caucuses in 2016.

The other early-nominating states have so far been something of a mixed bag when it comes to turnout.

The New Hampshire primary on Feb. 11 set a record for turnout with more than 296,000 Democratic ballots cast, substantially higher than in 2016, when the turnout was 250,983, and a slight uptick, of about 9,000, from 2008. But the state’s voting-age population has been increasing, important context when looking at this year’s record.

The turnout numbers in Iowa were not nearly as heartening to Democratic Party officials. In that state just 176,000 people showed up to caucus earlier this month, a mere 3 percent more than in 2016 and a significant drop from 2008.

Credit…Bridget Bennett for The New York Times

LAS VEGAS — At a Friday night rally at a middle school on the eve of the caucuses, Joseph R. Biden Jr. laced into two chief rivals in starkly direct terms.

He has traditionally been reluctant to draw sharp contrasts with his opponents at campaign events, and his remarks reflected the urgency of the moment for Mr. Biden, who came in fourth place in Iowa and fifth in New Hampshire, and is counting on a second-place finish in Nevada.

“They’re not bad folks,” he said after jabbing both Bernie Sanders and Michael R. Bloomberg. “They’re just not Democrats.”

As he has been doing all week, he criticized Mr. Sanders’s record on gun control, citing his past votes against the Brady bill, which required background checks for gun purchases.

“He voted to give the gun manufacturers an exemption from being able to be sued!” Mr. Biden added, to boos. Mr. Sanders has also supported gun control efforts.

Mr. Biden also said that “Medicare for All,” the sweeping single-payer health care option Mr. Sanders champions, would eliminate private insurance. Such an approach, he argued, would endanger the health care plans the union members in the crowd negotiated, a major point of contention in the race here.

And Mr. Biden lashed Mr. Bloomberg, who has been a Republican and an independent, for his past criticisms of President Barack Obama — and over his ads that feature Mr. Obama, which Mr. Biden suggested were misleading because they suggested the former president was backing Mr. Bloomberg.

Mr. Biden, the onetime national front-runner who has plummeted in some polls, appeared to relish the scrutiny that some of his rivals are now facing.

“The good news is, the field is narrowing,” he said. “The better news is, you’re all taking really close looks at the other guys now.”

Throughout his 30-minute address, Mr. Biden appeared energized, and sometimes his volume veered toward shouting, as he spoke in a modestly sized gym that was mostly, but not entirely, full, with many attendees wearing union T-shirts.

Climate activists briefly interrupted, sparking loud chants of “Joe! Joe!” from Mr. Biden’s supporters.

“It’s not a Trump rally, it’s OK,” Mr. Biden said, inviting the protesters to speak with him afterward, before saying, “surprise me and have some manners.”

The protesters were escorted out by police in a confrontation that, in one case, briefly turned physical.

The Friday evening rally capped a day of smaller, retail-style events, including a stop for peach cobbler and fried food, and a cookout and precinct captain training with supportive union members in Las Vegas. There, Mr. Biden emphasized his longstanding support for labor and argued that the first two nominating states — Iowa and New Hampshire — were not representative of the nation.

“This campaign is really just getting started,” he said. “We’re finally at a place where there are folks that represent the country, look like the country. And by the way, they’re good folks in Iowa and New Hampshire. But this looks like America.”

Credit…Max Whittaker for The New York Times

The Nevada caucuses are upon us and only one thing appears clear: Bernie Sanders is the favorite to win, in the estimation of his own campaign and all the others. His early-state momentum, populist message and appeal to Latino voters appear to have converged in a potent way here.

Beyond that, there is little consensus about how convincingly Mr. Sanders might win, or what kind of chance there might be for an upset, or who is likeliest to finish second and third.

If uncertainty is nothing new in this race, it may be even more pronounced in Nevada. The state has changed its caucusing procedures since 2016, allowing for early voting, which is likely to drive up turnout to record levels. There are more major Democratic candidates competing here than in any presidential race since Nevada received early-state status in 2008. Recent public polling has been scarce.

And the debate on Wednesday added a whole new element of unpredictability. After her weak finish in New Hampshire, Elizabeth Warren dominated the evening, clobbering Michael R. Bloomberg and raising the hopes of her supporters in a state she long hoped to win outright. Any post-debate bounce, however, could be blunted because so many Nevadans already voted early.

Even the second-place spot in Nevada is seen as an important prize. Joseph R. Biden Jr. has staked his candidacy on the prediction that he would do better once the primary calendar reached more diverse states, and few states reflect the country’s diversity as well as Nevada. Mr. Biden is looking to the state to help stabilize his campaign.

The caucuses are also a first test of whether Pete Buttigieg and Amy Klobuchar can extend their success in overwhelmingly white Iowa and New Hampshire into more culturally varied parts of the country — an existential challenge for both of them as Super Tuesday approaches.

And there is a wild card in Tom Steyer, the poorer of the two billionaires in the race, who spent heavily on television commercials here but failed to qualify for the final debate. Despite his presence onstage Wednesday, Mr. Bloomberg is not competing in Nevada.