Australian Medical Council – Lignes directrices pour les avis obligatoires ☎ mutuelle entreprise

Qu’est-ce que l’assurance pro ?
L’assurance responsabilité civile prostituée (RC Pro) est un type d’assurance qui couvre préjudices matériels ou corporels provoqués dans un acte professionnel, que ce soit sur votre lieu de travail et pourquoi pas lors d’une mission.

Elle prend en charge les causés à des tiers, qu’ils soient liés pendant une relation contractuelle (clients, partenaires, fournisseurs) et pourquoi pas non et garantit dommages :

corporels ;
matériels ;
immatériels.
Cette formule super complète donne l’opportunité aux promoteur de regrouper différentes sang-froid en une seule. Elle offre des garanties essentielles par contre aussi des assortiment complémentaires que chacun peut souscrire selon spécificités de sa profession. En effet, chauffeur de taxi, boulanger ainsi qu’à pharmacien ne sont pas soumis aux mêmes risques et n’ont ainsi pas les mêmes besoins.

Qui est concernée chez l’assurance pro ?
L’assurance professionnel n’est pas obligatoire sauf pour les condition réglementées ou bien libérales telles que :
les avocats ;
huissiers ;
agents immobiliers ;
fondateur ;
les art médicales ;
les du place de la comptabilité ;
agents généraux d’assurance ;
ouvrier du bâtiment.
Que couvre l’assurance professionnel ?
L’assurance responsabilité civile pro prend en charge l’indemnisation des tiers en cas d’accident causé dans :

une erreur ;
une faute ;
une effronterie ;
une négligence ;
l’un de vos employés ainsi qu’à sous-traitants ;
vos locaux ;
un animal vous appartenant ;
votre matériel professionnel.
Notez que l’assurance pro couvre aussi votre activité et vos biens experts en cas d’incendie, de dégât des eaux, de catastrophe naturelle, de vol mais également de vandalisme.

L'article 140 de la loi nationale définit le "comportement à signaler" comme un praticien:

  1. exercer une profession sous l'influence de l'alcool ou de drogues; ou
  2. participer à des infractions sexuelles liées à la profession du praticien; ou
  3. parce que le pratiquant est blessé, il peut subir un préjudice grave dans la pratique des pratiquants; ou
  4. l'exercice de la profession risque de nuire au public, de sorte que cette pratique s'écarte considérablement des normes professionnelles reconnues.

Les chapitres suivants des directives traitent des types de comportements à signaler suivants, suivis des exceptions. Les directives n'étant que des exemples de processus de prise de décision, les praticiens, les employeurs et les prestataires de services d'éducation doivent vérifier les exceptions et s'assurer qu'elles ne le sont pas.

Si un praticien doit traiter avec plus d'un type, cela doit être signalé pour chaque type.

3.1 Pratique en cas d'alcoolémie ou de drogue (article 140 a))

L'obligation de soumettre un avis obligatoire est imputable à un spécialiste exerçant sa profession sous l'influence de l'alcool ou de la drogue. Le mot "intoxiqué" n’est pas défini dans la législation nationale; il a donc le sens habituel sous l’influence de l’alcool ou de la drogue.

La commission estime que le praticien est en état d'ébriété lorsque sa capacité à soigner correctement et à acquérir les compétences d'un professionnel de la santé est altérée ou affectée négativement par les effets de la drogue ou de l'alcool. La question clé est que le praticien exerce sous l'influence de drogues ou de la consommation d'alcool.

La législation nationale n'exige pas que le praticien qui exerce sa profession dans le domaine de la santé (dans sa vie personnelle) soit informé de manière obligatoire, à moins que l'intoxication n'entraîne un autre motif de déclaration obligatoire.

Guide de décision – Notification d'empoisonnement

En tant que professionnel de la santé, avez-vous vu un médecin abuser de l'alcool ou de drogues alors qu'il travaillait dans votre profession ou votre employeur?

Avez-vous vu que votre médecin exerce votre profession alors que vous êtes sous l'influence de l'alcool ou de la drogue?

N'avez-vous pas la chance d'observer un pratiquant dans la pratique ou avez-vous une conviction raisonnable qu'un pratiquant pratiquait en état d'ébriété?

Vous n'êtes pas obligé de soumettre un avis obligatoire, mais vous pouvez soumettre une notification volontaire.

3.2 Inconduite sexuelle liée à la profession de praticien (article 140 b))

L'article 140 (b) concerne les infractions sexuelles liées à la pratique du praticien en matière de soins de santé; c'est la pratique de la personne sous surveillance médicale ou du praticien.

L'activité sexuelle avec le patient ou le client actuel deviendra une infraction sexuelle liée à la pratique de la santé du praticien, que le patient ou le client ait ou non accepté l'activité. Cela est dû au déséquilibre de pouvoir entre les praticiens et leurs patients ou clients.

Le comportement sexuel comprend également les commentaires sexuels, le contact sexuel avec le patient ou le client ou le comportement sexuel contre un patient ou un client. L'inclusion dans des activités sexuelles avec une personne étroitement liée au patient ou au client sous la supervision d'un médecin peut également constituer une infraction. Dans certains cas, une personne étroitement liée à un patient ou à un client peut également être considérée comme un patient ou un client; par exemple, le père d'un patient ou d'un client de l'enfant.

Le traitement sexuel d'une personne qui a déjà été prise en charge par un praticien (c'est-à-dire Y. À la fin d'une relation médecin / patient / client) peut également constituer une infraction sexuelle. Les facteurs importants seront le contexte culturel, la vulnérabilité du patient ou du client en raison de problèmes tels que l'âge, la capacité et / ou l'état de santé; l'étendue de la relation professionnelle; par exemple, un traitement ponctuel au service des urgences par rapport aux programmes de traitement à long terme; et la période entre la cessation du praticien et la relation patient / client.

Manuel de décision – Rapport sur les abus sexuels

En tant que professionnel de la santé, exerçant votre profession ou votre employeur, vous pensez qu'il s'agit d'une infraction sexuelle, par exemple. (a) une activité sexuelle avec une personne en cours de formation pratique, ou (b) une activité sexuelle avec une personne qui était précédemment sous surveillance médicale, dans des circonstances telles que la vulnérabilité du patient ou de son client entraîne une inconduite?

Vous n'êtes pas obligé de soumettre un avis obligatoire, mais vous pouvez soumettre une notification volontaire.

3.3 Risque de préjudice grave à la valeur publique (article 140, point c))

L'article 5 de la loi nationale définit un "trouble" en tant que médecin ou demandeur aux fins de l'enregistrement d'une profession de la santé, ce qui signifie qu'une personne "a un handicap physique ou mental, un handicap, une condition ou un trouble (y compris la toxicomanie ou la toxicomanie) qui est nuisible ou potentiellement affecté. saper la capacité d'une personne à exercer une profession. "

Afin d'encourager ce message, le médecin doit avoir un risque élevé de nuire au public. «Dommage significatif» a son sens habituel; il s’agit d’une blessure grave, telle que l’impossibilité de diagnostiquer ou de traiter correctement une valeur diminuée. Par exemple, un médecin atteint d'une maladie qui empêche un trouble cognitif d'exercer efficacement sa profession requiert un avis obligatoire. Cependant, un médecin infecté par un virus transmissible par le sang, qui se comporte correctement et en toute sécurité, et qui respecte toutes les normes et directives d'enregistrement, ainsi que les normes et protocoles professionnels, ne générera pas de rapport.

Le contexte du travail du praticien est également pertinent. Si les professionnels de la santé enregistrés, les employeurs et les prestataires de services d'éducation sont informés que l'employeur est au courant du dysfonctionnement d'un médecin et ont mis en place des protections telles que la surveillance et le contrôle, cela peut réduire ou prévenir le risque de préjudice grave.

Le Guide des décisions – Signaler un docteur en mauvaise pratique

En tant que professionnel de la santé de votre profession ou de votre employeur, pensez-vous que le praticien a causé du tort au public?

Y at-il un risque élevé ou un préjudice pour la société?

Le risque de préjudice grave pour la société découle-t-il de la pratique des professionnels de la santé?

Y a-t-il un risque parce que le praticien a une perte?

Vous n'êtes pas obligé de soumettre un avis obligatoire, mais vous pouvez soumettre une notification volontaire.

Vous n'êtes pas obligé de soumettre un avis obligatoire, mais vous pouvez soumettre une notification volontaire.

* pour les notifications d'alerte étudiant, voir dans la section 5 de ces lignes directrices

3.4 Il existe un risque de préjudice pour le public du fait de pratiques constituant un écart important par rapport aux normes professionnelles reconnues (article 140 d)).

L'expression "normes professionnelles reconnues" exige la connaissance des normes professionnelles adoptées dans la profession de la santé et la décision de les éloigner considérablement. Cette solution peut être plus facile pour les autres professionnels de la santé.

Les rapports obligatoires sur les praticiens d'autres professionnels de la santé sont susceptibles de se produire dans un environnement d'équipe où différentes institutions de soins de santé travaillent en étroite collaboration et ont une bonne compréhension de la contribution de chaque médecin; comme une équipe de chirurgie ou de santé mentale.

La différence par rapport aux normes professionnelles reconnues doit être significative. Le terme "significatif" signifie significatif ou conséquences (Macquarie dictionnaire concis). Les normes professionnelles incluent non seulement les compétences cliniques, mais également d'autres normes de comportement professionnel. Un départ significatif est un départ difficile qui serait évident pour tous les professionnels avisés.

Le comportement obligatoire du praticien doit présenter un risque de préjudice pour le public, ainsi que la notification préalable d'un écart important par rapport aux normes professionnelles acceptées. Cependant, le risque de dommage ne devrait être tel qu'il ne devrait pas être très risqué si la pratique du praticien s'écarte considérablement des normes professionnelles acceptées. Par exemple, un code de conduite clair pour un professionnel de la santé constituerait une violation, ce qui constitue une menace pour la société.

Cette disposition ne vise pas les rapports basés sur différentes normes professionnelles dans la profession, à condition que les normes soient adoptées dans la profession de la santé; c'est une bonne partie de la pratique. Par exemple, si un praticien utilise une autre norme pour un autre, mais que les deux sont des normes reconnues pour une profession de la santé donnée, cela ne sera pas considéré comme un comportement à signaler.

De même, si vous exercez dans une pratique innovante, mais selon des normes professionnelles reconnues, cela ne signifie pas que vous devez signaler.

Le guide de décision est un écart significatif par rapport aux normes professionnelles reconnues

En tant que professionnel de la santé travaillant dans votre profession ou votre employeur, pensez-vous que le praticien est un danger ou un préjudice?

Y a-t-il un risque de préjudice parce que le praticien dans la pratique pratique un écart significatif par rapport aux normes professionnelles reconnues?

Vous n'êtes pas obligé de soumettre un avis obligatoire, mais vous pouvez soumettre une notification volontaire.

Australian Medical Council – Lignes directrices pour les avis obligatoires ☎ mutuelle entreprise
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire